Arsenal-Manchester United (1-3) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Salut à tous !

Ce samedi 2 décembre, les truculentes cocottes de Manchester United se rendaient dans la capitale pour y affronter un rival de toujours : Arsenal. On jouait la 15e journée de Premier League dans l’un des plus beaux et silencieux stades d’Angleterre, et il appartenait à nos gagneuses de damer le pion à Wenger et ses boys.


COMPOSITION INFERNALE.

 


3-4-3 contre 3-4-3, l’intox Matic contre celle de Lacazette…Arsène, José, c’est pas bientôt fini ces enfantillages ?


LE MATCH.

Quel match, les amis. Une telle intensité et un score si inattendu tendent à brouiller tous nos senseurs. Première surprise : le plan de Mourinho contre les « gros » a enfin fonctionné. Il était temps. Après des échecs contre Liverpool et Chelsea, ce système à trois défenseurs et ce pressing intense dans le premières minutes précédant un repli dans sa zone ont enfin démontré une utilité autre qu’accessoire. Illustration sur le premier but avec cette récupération haute de Valencia (sur un ballon certes hasardeux de Koscielny), l’Équatorien allant foutre le bronx dans la défense gunner avec l’aide de Pogba qui attire quatre défenseurs sur lui (!) avant de servir l’ouverture du score sur un plateau à son capitaine : 0-1, 3e.

Et pourquoi ne pas insister dans le même registre, puisque nos hôtes tardent à mettre leur jeu en place. Sur un schéma à-peu-près similaire, Lingard prend le même rôle : d’abord gratter le ballon dans les pieds de Mustafi, puis lancer Lukaku qui trouve Martial suite à une superbe course dans l’espace. Le relais du Français d’un extérieur subtil est inspiré et donne l’occasion à Lingard de finir l’action : 0-2, 11e.

Commence alors le numéro de soliste de David De Gea, sortant toutes les tentatives londoniennes, les captant ou les déviant sur sa barre, arrêtant même une déviation malheureuse du protège-tibia de Lukaku. Un signe que oui, notre solidité défensive est exceptionnelle saison après saison en partie grâce à notre gardien, mais aussi que nos centraux ont beau faire un match très correct face aux vagues wengerballiennes, ils se font régulièrement prendre dans leur dos.

Et voici qu’un rayon de lumière vient ternir le règne de l’ombre : dès la reprise, l’attention se relâche ne serait-ce qu’un peu légèrement sur Alexis Sanchez, ce qui laisse le loisir à ce dernier de tenter sa 95e louche au-dessus de notre défense. Pour une fois, il trouve Ramsey qui a la brillante idée de retenir son envie de frapper comme un bourrin pour transmettre à un Lacazette, il est vrai bien mieux placé pour fusiller De Gea : 1-2, 49e.

Mais il était écrit que rien ne stopperait la marche en avant de nos rouges diablesses dans ce match, et l’enthousiasme gunner est rapidement douché par un troisième but, œuvre de Lingard une nouvelle fois : suite à une remontée de balle ultra-rapide du jeune anglais, Pogba a bien suivi et récupère le ballon côté droit. Le temps pour lui de contourner Koscielny comme un vulgaire meuble de jardin et de lever la tête, le ballon se retrouve à nouveau au bout du pied de Lingard, mais cette fois en face du but vide : 1-3, 63e.


LES NOTES.

De Gea 5/5
Les superlatifs manquent pour qualifier sa prestation. On se contentera donc de dire que le malin avait encore pris possession de son corps et de ses réflexes ce jour.

Lindelöf 4/5
Son style un peu paysan ne l’a pas empêché de briller face à Sanchez, ce qui n’est pas une mince affaire, quoi qu’on en dise.

Smalling 5/5
Comment on va réintégrer Jones et Bailly s’il reste à ce niveau ?

Rojo 3/5
Sa blessure n’a pas rejeté son style de boucher de son gros corps, ce qui aurait pu valoir un penalty contre son équipe. Le reste du temps, il fut propre.

Valencia 5/5
D’une efficacité redoutable pour ouvrir le score, il a passé un match presque tranquille ensuite, les Gunners s’acharnant à ne passer que dans l’axe.

Young 4/5
Match de bonhomme devant comme derrière, il ne cesse d’impressionner. Remplacé par Rashford (90e).

Pogba 5/5
L’ombre au tableau est bien évidemment ce rouge évitable, mais par ailleurs, quel match. Deux passes décisives, un nombre de sorties de balles salutaire, un calme olympien balle au pied. Tu vas nous manquer face au voisin bruyant, grand fou.

Matic 4/5
Dans un rôle plus défensif que d’habitude, il a laissé la responsabilité à Pogba de ressortir les ballons, mais a fait preuve d’une efficacité redoutable pour annihiler nombre de lignes de passes adverses.

Martial 4/5
Pas content de sortir et on le comprend : il a tout donné dans ce match, y compris une fort belle passe décisive. Remplacé par Herrera (67e).

Lingard 5/5
Désormais surnommé « Messi Lingard », il semble faire oublier grâce à sa forme du moment que l’on n’a jamais vu Messi marcher sur le ballon, et que l’on ne souffre pas d’un profond malaise de honte à chacune de ses célébrations. Quoi qu’il en soit, son doublé lui confère le statut d’homme du match à partager avec son gardien. Remplacé par Darmian (76e).

Lukaku 3/5
Point de but, mais encore une fois une belle activité au service du collectif. Qu’il garde ses cartouches pour flinguer Pep, on en sera d’autant plus satisfait.


SUBS

Herrera NN
Wouaf wouaf wouaf wouaf !

Darmian NN
Aveugle ou compassionnel ? L’arbitre a eu l’air de l’avoir à la bonne sur ce contact avec Welbeck en fin de match, en tout cas.

Rashford NN
Perte de temps dans les arrêts de jeu, mais au moins il pourra se vanter d’avoir lui aussi participé à la fête.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *