Bordeaux -Strasbourg (0-2), La Verdam mi! académie ne voit pas de raison de…

… descendre de son petit nuage

Salut bisamme! 

C’est le cœur léger que l’on se retrouve. Après une trêve qu’on n’a pas vu passer, puisque suite au temps passé à retomber de son petit nuage après l’obtention du maintien, la Coupe du Monde débutait (que j’ai pris plaisir à suivre, mon emploi du temps de rsiste me permettant de me murger dès l’après-midi devant un Panama-Tunisie si l’envie me prenait). Et ensuite, à peine le temps de se remettre de l’émotion de la victoire et le championnat reprend ! Car oui, n’en déplaise aux mauvaises langues, nous les Alsaciens sommes les premiers à fêter l’équipe de France, et à applaudir à l’élimination précoce de l’Allemagne : des français comme les autres.

 

Le point soleil et bizuts :

 

Par ailleurs, concernant le sujet du jour, on notera avant tout que l’intersaison de notre bien aimé Racing s’est déroulée de manière très satisfaisante : peu de départs majeurs (c’est-à-dire qu’on conserve Lala et Da Costa principalement, pour qui je me faisais un peu de soucis, en espérant qu’ils nous fassent une grosse saison et qu’ils partent dans un an pour une somme rondelette), des recrues de qualité selon toute vraisemblance, et qui plus est officialisées tôt, ce qui a permis au groupe à peu près au complet (sont encore attendus un joueur offensif et un défenseur) de s’entraîner ensemble et même de faire quelques matchs de préparation. Tout ceci me convient, ça me semble plus sérieux que de jouer l’intox pendant la plupart du mercato avant de vendre un joueur important le dernier jour et d’acheter trois tocards à la dernière minute.

Mais je vous propose d’entrer plus en détail dans l’analyse de ces mouvements, afin de vous familiariser avec l’effectif dont nous suivrons les aventures tout au long de l’année.

 

Les départs :

Le plus significatif de tous, celui qui nous a permis de renflouer le compte en banque également (14 millions, à notre échelle c’est énorme, mais quand tu te dis qu’Anguissa en vaut 33, tu te rappelles qu’on est tout sauf en position de force au moment de négocier), le transfert d’Aholou vers Monaco. Il a toutes les cartes en main pour s’imposer là bas, à condition qu’il soit plus régulier et concentré. Je pense qu’il avait besoin d’aller dans un meilleur club pour continuer à progresser. En résumé tout le monde est content, vous l’aurez peut être remarqué, mais cette académie est placée sous le signe de la détente et de la bonne humeur, tout va bien dans le meilleur des mondes.

On ne comprend pas bien ce qui a poussé Oukidja à partir à Metz. En plus ils vont se foutre de sa gueule vu qu’on n’a pas été foutu de les battre l’an dernier. Après, sans rancune les gars, on n’avait pas besoin de ces points pour se maintenir. Nous.

Idem pour Bahoken, qui sans être un futur ballon d’or nous a fait une saison correcte, et aurait toujours été utile.

En revanche, on comprend ce qui a poussé les dirigeants à ne conserver pas grand chose de la défense de l’an dernier, vu le niveau assez pitoyable qui la caractérisait. Du coup exit Mangane, Koné, Foulquier et Salmier, que j’oublierai assez vite pour autant que leurs remplaçants assurent. Et oui, on sait toujours ce qu’on perd, mais jamais ce qu’on récupère.

Un grand merci à Seka et Blayac, qui après quelques saisons chez nous ont fait le choix du temps de jeu en partant pour des clubs de ligue 2.

Enfin Nogueira et Bonnefoi sont allés voir si le banc de touche est plus vert ailleurs.

Les arrivées :

Alors, on va essayer d’oublier personne ! (Si des académiciens de clubs dont proviennent nos recrues lisent ces pages et veulent bien me rassurer en me disant que ce sont de bons joueurs de foot, ils me feraient grand plaisir, je les embrasse)

Sels, gardien international belge (sélectionné dans la liste élargie pour la Coupe du Monde mais pas retenu dans les 23, dommage pour lui, il n’aura pas pu profiter des leçons de football de Thibaut Courtois, l’esthète tombé fou amoureux du beau jeu depuis qu’il joue à Chelsea) ainsi que Mitrovic, défenseur central serbe de La Gantoise et Koné, ancien stoppeur de Lorient pendant un certain temps, sont venus renforcer la défense. Ici, l’objectif est d’apporter un peu d’expérience avec des joueurs ayant évolué depuis plusieurs saisons à haut niveau ; étant donné que dans des clubs qui jouent le maintien, des types qui ont déjà connu des matchs de ligue des champions, des clubs de premier league, des sélections qui ont un peu de gueule (sont exclus les Bahamas, la Moldavie ou le Centrafrique)… on ne va pas cracher dessus. Enfin si, s’ils sont mauvais, on ne va pas s’en priver, je rappellerai au besoin que c’est un peu mon rôle, enfin tout du moins celui que je me suis octroyé.

Ludovic Ajorque est arrivé pour jouer en pivot devant et éventuellement marquer des buts. Thomasson est venu pour renforcer le milieu et confirmer qu’un an après Martin et Corgnet, le but est toujours d’avoir des gars qui savent jouer au ballon. On a également recruté Sissoko, jeune milieu de terrain défensif venu de Brest, avec pour idée de brûler un cierge en espérant que les scouts du championnat anglais regardent nos matchs cette saison.

Et je crois que j’ai fait le tour. Enfin non, j’ai dû en oublier, mais qu’importe, le temps presse, je n’ai toujours pas évoqué le match de cette après-midi.

 

Le prélude : 

 

Avec un effectif quasi au complet, mais quelques joueurs un peu dans les choux (Koné qui est arrivé le dernier et a donc perdu au jeu des chasubles musicales, Saadi malade et Da Costa dont je sais plus trop ce qu’il avait, mais il a pas tellement joué en matchs amicaux, tout comme N’Dour qui doit être puni, j’ai plus entendu parlé de lui depuis quelques temps), Thierry Laurey nous a concocté un petit onze pas trop loin de l’équipe type, mais pas tout à fait. Avec un milieu renforcé vu qu’on attend encore un attaquant, et qu’il faut pas déconner, on est à l’extérieur, on n’est pas là pour faire le spectacle.

On  notera que pour sa première en ligue 1 Mitrovic est capitaine. Mais alors on le notera juste, sans présumer quoi que ce soit, cf un petit coup d’oeil sur les capitaines de l’an dernier.

Un petit mot aussi pour les jeunes du club, Zohi et Caci, titulaires, ce qui montre qu’on compte sur eux cette saison pour jouer régulièrement.

On va égayer ce papier avec un petit peu de couleur, et voilà le joli schéma qui ravira petits et grands.

 

 

La rencontre pépère de reprise :

 

On est forcément obligé de débuter en mentionnant le fait majeur du match : après une entame sans grand chose de marquant, à la 12′ Costil foire dans les grandes largeurs un dégagement, Ajorque récupère et accélère, se dirigeant vers le but. A ce moment, Pablo se fait la réflexion que si, maintenant, il faut courir derrière les attaquants et essayer de leur prendre la balle à la régulière, autant rester à la maison, il ceinture donc l’attaquant pour le faire tomber, prenant un carton rouge au passage. Liénard frappe le coup franc juste au-dessus, ce qui donne la première occasion de prendre l’avantage.

On regrettera qu’Ajorque se blesse à l’épaule sur l’action, ce qui sent la longue indisponibilité à plein nez, d’autant plus que les soigneurs ont décidé le faire rester sur la pelouse quelques temps encore après sa blessure, histoire de voir si y avait pas moyen de l’aggraver (sans doute qu’ils ont voulu rendre service à Corgnet qui s’ennuie, tout seul chaque jour chez le kiné). Il prend donc un autre coup, se roule par terre de douleur, et là on décide d’interrompre ce cruel bizutage et de faire entrer Da Costa à sa place.

Bien entendu, le fait de jouer à 10 complique la vie des Bordelais, qui font sortir un attaquant et se retrouvent donc essentiellement à défendre tandis que l’on fait tranquillement tourner, ce qui vous donne le ton pour le reste de la partie.

Même s’il y a eu du déchet dans cette première mi-temps, on se crée quelques très bonnes occasions : Thomasson qui envoie une frappe directement dans l’Atlantique après un bon crochet dans la surface, une bonne minasse de 20 mètres de Liénard que Costil repousse et un action en deux temps de Sissoko, dont la seconde frappe, contrée, passe juste à côté du poteau…

Tout ceci est encourageant, mais les bordelais nous rappellent que le match est loin d’être dans la poche, en se créant également deux occasions, dans les toutes dernières minutes de cette première période : une frappe lointaine de Kamano et un corner dévié au premier poteau, que malheureusement pour eux personne n’arrive à reprendre au deuxième.

La deuxième mi-temps se déroulera sans flottement de ce genre, on reprend notre domination, les bordelais étant sans doute épuisés vu la canicule et après avoir joué en Ukraine seulement trois jours auparavant.

Ces quarante-cinq minutes se déroulent donc sans accroc, et l’on marque deux buts.

Le premier provient d’un corner tiré par Liénard et adroitement repris par Sissoko, petite volée plat du pied au premier poteau. Au passage je précise qu’on ouvre le score sur un corner, après en avoir frappé une flopée en deux temps qui n’ont rien donné (ça alors c’est surprenant !). Donc vous êtes gentils, vous m’arrêtez ces conneries immédiatement et vous m’envoyez le ballon dans le tas. Parce que si vous recommencez ça à la Meinau je descends sur la pelouse distribuer les tartes aux phalanges.

Quant au second, il nous arrive suite à une touche et une splendide action collective, où Martin en particulier a très bien joué son rôle de relais, les joueurs échangeant plusieurs passes dans la défense, les deux dernières à une touche de balle, avant de trouver Da Costa démarqué devant le but, qui n’a plus qu’à assurer le plat du pied.

En somme, on boucle la rencontre sans trop de soucis, en gérant cet avantage mérité par rapport au jeu pratiqué, même si les bordelais seront évidemment déçus de l’exclusion qui changea tout.

 

Les notes :

 

Sels : 3/5

Plusieurs bonnes sorties, quelques arrêts sur sa ligne, il a bien géré ce qu’il avait à faire, mais on attend de voir la suite avant de s’enflammer.

Mitrovic : 3/5

Rassurant sur les quelques interventions qu’il a eu à faire. Il a une bonne tête de serbe bien nrv qui n’est pas pour me déplaire, et en même temps je trouve qu’il a quelque chose de Michael Youn en Fatal Bazooka, du coup je ne sais pas si il me fait peur ou rire.

Martinez : 3/5

Comme ses compères de derrière, il n’a pas eu tant de travail que ça, mais s’est bien débrouillé.

Caci : 3/5

Une première de qualité, un joueur polyvalent à ce que j’ai entendu, il semble au niveau.

Lala : 4/5

Le meilleur latéral droit de ligue 1 était de retour aujourd’hui : beaucoup de percussion et solide défensivement, je lui laisse une petite marge pour les matchs où il nous ajoutera des buts et des passes décisives en plus.

Sissoko : 5/5

Une excellente première. Pour vous situer le bonhomme, c’est une sorte d’Abou Diaby, possédant des jambes gigantesques avec lesquelles il donne l’impression de marcher mais tout de même d’aller plus vite que les autres qui sprintent autour vu l’amplitude des machins. Et il a du ballon.

Liénard : 5/5

Oooooooooooooooooh Dimitri. Chenapan, tu sais me ravir.

Martin : 4/5

Dans la lignée de ce qu’il sait faire : courir dans tous les sens et transmettre des bons ballons à ses partenaires. Il est en forme, bronzé, prêt à tout arracher cette saison.

Thomasson : 2/5

Un peu en dessous que je l’ai trouvé. Mais il a le temps de monter en puissance, ou au pire Gonçalves est là, j’ai vraiment beaucoup aimé son entrée. Anthony, ne change rien, prend bien soin de toi, et des gros bisous.

Zohi : 3/5

Très en vue, surtout en début de match. Il peut être ce joueur apportant de la percussion devant qui nous manquait l’an dernier. Une option intéressante.

Ajorque : Saloperie d’épaule /5

Toute la rédaction de la verdam mi! s’associe pour te souhaiter un prompt rétablissement. Essaye de pas prendre 10 kilos pendant la rééduc, je te préviens : la cuisine du coin que tu t’apprêtes à découvrir est pas franchement la plus diététique qui soit.

Comment conclure ?

On se retrouve avec trois points.

Est-ce ce qu’on pouvait espérer de mieux ? Clairement.

Est-ce que ça nous avance tant que ça pour le maintien ? Non.

Est-ce qu’on est malgré tout heureux, fier et confiant ? Bien entendu.

 

Leonard Speck

Leonard Speck

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.