La Roja Académie note Portugal – Espagne (3 – 3)

J’adore ces chapeaux, c’est vraiment stylé. Ça me donne l’impression d’écrire pour un vrai site.

Cette Académie est dédiée à un homme qui m’inspire chaque jour : Gwen Tragrenmer. Non attends, c’est pas ça. Cette Académie est dédiée à un homme qui m’aspire chaque jour : Gwen Tagrenmer.

Ce texte est garanti 100 % sans xénophobie gratuite envers les Portugais (du coup ça va être chiant).

Salut les connards,

Bon, je voudrais pas péter l’ambiance direct, d’autant plus qu’on s’est pas vu depuis un bail, mais tu me dois 15 boules. Ouais, 15 boules. C’est le prix que j’ai payé pour réactiver mon abonnement Bein. Tout ça pour mater un sport dont j’ai rien à branler et t’écrire des articles de qualitance dans des délais plus resserrés que le cul de ma sœur à l’évocation d’une sieste avec papa.

Si j’ai bonne mémoire, j’ai pas refoutu les pieds ici depuis un Espagne-Turquie tout moche au dernier Euro. En temps normal, je t’aurais fait un petit récap’ de toutes les merdes qui ont éclaboussé ma vie depuis, mais là j’ai pas envie. C’est chiant. C’est du déjà-vu. Tu connais le refrain : pratiques sexuelles disruptives, poneys, rapports non protégés, alcool… Franchement, t’en as pas marre de lire ces chiures ? Non ? Bah moi j’en ai marre de les écrire, alors va bien te faire cuire le cul.

Bref, le football, l’Espagne, tout ça… Tu l’auras peut-être remarqué, certains Académiciens suceurs de boules se sont bien appliqués à te présenter leur sélection, histoire de se faire bien voir du board Horsjeu. Les plus gobeurs d’entre-eux ont même poussé le vice jusqu’à noter des matchs amicaux dont personne n’a rien à branler. Tu me connais, c’est pas le style de la maison. Ici, on entre directement dans le vif du sujet, on se concentre sur l’essentiel (voire sur rien), et quand on suce des bites, c’est par plaisir, pas par opportunisme.

Alors je t’épargne également le topo sur l’embrouille Lopetegui, rapport que d’une, j’ai pas d’opinion sur le sujet, de deux, bah c’est chiant, et de trois, c’est de toute façon Ramos qui fait les compos. Les compos, parlons-en, justement (t’as vu cette transition tout en douceur ? C’est comme quand tu sautes une meuf façon traditionnelle et que tu réussis à lui caler sournoisement ta queue dans le petit avant qu’elle ait le temps de dire « Non ! Pas par-là ! »).

Les compos

T’imagines même pas comment c’est chiant d’insérer des images dans le Gros Outil de l’Editeur. Je respecte vachement les Académiciens qui y arrivent. Mais moi je préfère m’abstenir. Essayer de faire des trucs, c’est le meilleur moyen d’échouer, et d’après mon psychiatre, c’est pas bon pour moi.

Le mâche

Putain, c’était bien. La régalade comme disent les connaisseurs. Pour une fois j’ai pas vu le temps passer alors que d’habitude je suis obligé de me torcher la gueule pour oublier que ça dure 90 minutes. Ma capacité d’analyse footballistique s’arrêtant là, je sollicite l’avis d’un vrai spécialiste injustement écarté du Mondial.

L’avis de Gwen Tagrenmer

Illustration parfaite de l’état de fatigue des joueurs Espagnols au terme du match.

Ou de la préparation de la sélection Mexicaine. Au choix.

Nul doute que les acteurs de la rencontre l’ont terminée perclus de crampes.

Un match, testostéroné, avec des gros beaufs bien musclés et presque virils de part et d’autre. Un triplé, un doublé, une volée labellisée « ligue des champions ». Premier match entre européens, premier match d’étroite – droite – qualité. Y a pas de hasard si vous voulez mon avis. Pour la faire courte, on retiendra surtout que les Espagnols et les Portugais sont autant de grosses salopes les uns que les autres. A égalité. Pas de jaloux.

Les notes

De Gea /0 : Premier match et le mec arrive sur le terrain avec une tête de sidaïque à qui on aurait filé un placébo de trithérapie. Alors ok, zéro c’est dur vu qu’on ne peut pas lui reprocher grand-chose sur le pénalty et le coup-franc. Mais putain, cette quéquette sur le deuxième but… T’as pas le droit de faire ça à ton équipe quand elle sort un tel match.

Nacho /3 : Merde, c’est complètement chiant à noter cette prestation. Il se fait piner par Cristiano comme une écolière japonaise après 3 minutes de jeu. Mauvaise ambiance pour entrer dans la compétition. Par la suite, il fait plutôt dans le propre et décoche une reprise totalement bandante, en toute décontraction.

Piqué /1 : C’était plutôt honnête, ça aurait pu mériter un 3. Mais bordel de merde, c’est quoi cette faute complètement conne qui donne le coup-franc de l’égalisation au gominé ? Impardonnable, jusqu’à ce que je lui pardonne au prochain match (et les connards qui vont balancer en commentaires « lol ouais il a trop baisé Shakira ptdr », allez bien vous faire enculer).

Ramos /4 : Propre, rien de plus à dire.

Alba /tros : Voilà, c’est ça du jeu de mots recherché.

Busquets /4 : Il est arrivé dans le match comme quand tu débarques en boîte bourré avec une sale envie de baiser : beaucoup trop excité. Ensuite ça a été du Busquets dans le texte, avec en prime une belle remise de la tête sur le deuxième but espagnol.

Koke /2 : De Xavi, il n’a que le numéro 8. Batailleur à la récupération, il a été plus effacé que le reste du milieu de terrain dans la construction du jeu.

Iniesta /4 : Ouais, il a perdu pas mal de ballons. Mais on s’en branle, c’est la dernière Coupe du Monde d’Iniesta, tu lui mets pas moins de 4 (remplacé par Alcantara à la 70e).

Silva /4 : Des caresses prodiguées avec soin et des culs cassés avec décontraction. Le signe d’une partouze réussie (remplacé par Lucas Vasquez à la 86e minute).

Costa /4 : Alors forcément, niveau élégance, ça détone un peu avec le reste de l’équipe. Mais purée, c’est efficace. Note que je peux vraiment pas l’encadrer et que ça me brise littéralement les couilles (enfin non, mais c’est une figure stylistique, je t’apprendrai) de bien le noter. Par contre j’ai eu peur que Pepe et lui créent un trou noir à chaque duel. Deux mecs aussi cons qui se rencontrent, c’est hyper risqué (remplacé par Aspas à la 77e minute).

Isco /3 : Alors oui, c’est très joli à regarder, mais c’est pas décisif.

Les remplaçants /non notés : Ils ont sans doute fait des trucs.

Et hop, vite torché, je peux enfin retourner à mes occupations.

La bise corridanale

Ah ouais putain, faut que je me fasse ma promo. Alors tu peux me retrouver sur facebook, sur twitter, et même à l’occasion sur la chaîne Twitch horsjeu, en duo avec mon partenaire favori

 

 

 

Fernando Nandrolonas

Tu sais où tu peux te la mettre ta biographie Luke Seafer ?

9 Comments

    • Grave il manque un salope à chaque nom des salopes espagnols, c’est scandaleux!
      enfin sauf Iniesta faut bien une exception

  1. Votre académie a eu tellement d’effet dans mes sous-vêtements que j’ai failli renoncer à toutes mes croyances. Mais après une bonne marsturbation (une masturbation en l’honneur du dieu Mars, dieu de la virilité et des hommes), j’ai pu retrouver toute l’innocence de l’esprit pur.

    • j’entends ce que vous disez. Je prends ça comme un compliment. Compliment immérité vu comment j’ai torché le truc comme un sagouin, mais je prends quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.