PSG girly-Juvisy (2-1), la Porte de Saint-Cloud Académie livre ses notes

 

Allez, une nouvelle girly-académie. Déjà la troisième du nom. Je persévère, même si c’est pas facile dans cet univers masculin hostile qu’on appelle horsjeu.net. Oui, je dénonce, j’ai pas peur. Heureusement que j’ai le soutien sans faille (enfin, je crois) de l’éditeur. J’essaye d’amener un peu de douceur et de talons dans ce monde de brutes et de crampons. D’ailleurs, le girly-PSG était présent cette semaine à la mairie de Paris. Selon les tweets des unes et des autres, toutes n’ont visiblement pas l’habitude de porter ce genre de godasses…

 

Allez, retour au foot. Après la défaite à domicile contre Lyon, Paris s’est rattrapé de fort belle manière en allant s’imposer sous la neige à Vendenheim sur le score de 3-0. On remercie au passage Bresonik, auteur des 3 buts à elle toute-seule. Nous voilà aujourd’hui de retour à Paris pour la réception de Juvisy qui nous talonne au classement. Il serait donc de bon ton de les dominer afin de prendre un peu nos distances dans la course à la Champion’s League.

Et pour vous lecteurs, comme vous êtes des gros veinards, j’ai réussi à chopper une accréditation pour retourner en tribune presse, puis en zone mixte ensuite. Mais ouais les gens, j’me donne, j’suis là, je représente la team horsjeu, je fais mon réseau, je crée des liens, t’as vu ? (C’était l’instant wesh-wesh de l’acad’). Allez, direction Charléty pour aller voir ces demoiselles.

 

Retour de Charléty :

Ça aurait pu mal commencer pour Bibi. Je me pointe au comptoir ‘presse’. Mon nom n’est pas sur la feuille des accrédités ! Oups ! Pas le temps de flipper, le gars est cool, il le rajoute immédiatement et me file mon badge. Même pas besoin de lui montrer le mail de confirmation. Royal ! Il me propose même des canettes et un ‘dwich ! Paris sais recevoir. Sans surprise, il y a beaucoup moins d’effervescence que contre Lyon, que ce soit dans ma tribune ou parmi les supporters (300 à vue de nez).

Et au vu de la rencontre, on ne saurait blâmer les absents… Si le girly-football cherchait une vitrine pour s’auto-promouvoir, ce n’est pas à Charléty qu’il aurait trouvé ses meilleurs arguments. Une première mi-temps désastreuse côté parisien. Et c’est sans surprise que Juvisy ouvre le score. Autant le but est dégeulasse (perte de balle stupide de Delannoy, enchaînée par une bévue de Pons), autant il n’y a rien de plus logique. Paris joue complètement à l’envers. Des pertes de balles à répétition, des contres avortés trop rapidement, des contrôles foirés… on dirait le PSG masculin contre Sainté, Rennes, Nice (choisissez celui que vous voulez). C’est pas une leçon qu’on prend, mais ça y ressemble presque. En face, y’a 11 meufs motivées et au taquet. Alors que chez nous c’est la débandade (je sais pas comment on dit pour les nanas…).

Il doit y avoir du Ancelotti chez Benstiti. Au retour des vestiaires, les filles montrent un tout autre visage. On campe enfin dans la moitié de terrain de Juvisy, et même si les occasions demeurent rares, on garde le ballon. Notre fraîche domination se concrétise peu avant l’heure de jeu grâce à une tête de Lindsey Horan. On appréciera au passage la air-sortie de Mancion, gardienne juvisienne… L’égalisation redynamise nos joueuses, et ça pousse en gradins pour arracherla victoire. Lesminutes défilent mais toujours pas d’occasions franches. C’est finalement sur une ultime offensive que l’on trouve à nouveaula faille. Surune belle ouverture de je-ne-sais-plus-qui (Dali ? Horan ?), Bresonik fonce, s’excentre, et évite la sortie de Mancion d’une belle balle piquée qui vient finir sa course dans le petit filet opposé. Bim, 2-1 ! Il reste quelques minutes, on s’accroche, on se fait peur une ultime fois, mais ça passe ! Victoire du girly-PSG !

Bon, c’était vraiment pas glorieux. Juvisy nous a bien bougés en première période mais n’a pas gardé le tempo aprèsla pause. Ona réussi à en profiter mais sans vraiment convaincre. On manque encore d’impact physique dans les duels, c’est gênant. Ceci dit, les filles ont fait preuve d’un gros mental en renversant la tendance, de quoi marquer les esprits et se donner un maximum de confiance pour la suite du championnat.

La citation du jour (surprenante) nous vient de l’entraîneur de Juvisy (Sandrine Mathivet) : « On a joué comme des pieds ». Un peu dure…

Côté Parisien, on notera le retour très bientôt de Léa Rubio. Benstiti (coach PSG) a aussi évoqué le prochain mercato… Peut-être parce que Nasser était en tribune.

 

Un dernier mot sur mon passage en zone mixte : itw intéressante de Sabrina Delannoy, ainsi que de Benstiti. Mais pour lui, fallait vraiment tendre l’oreille, il a une toute petite voix, ultra-calme, ultra-posée. Quant aux joueuses, très peu se sont arrêtées. Je voulais saluer Jessica et Kenza, mais elles sont passées en coup de vent. Tant pis !

 

Prochaine académie a priori dimanche prochain pour la réception de Saint-Etienne.

 

Bonus « le PSG-girly version anglais ».

[jwplayer mediaid= »32369″]

 

Pons (2/5) quelques prises de balles faciles sur des coups-francs plus ou moins dangereux, mais surtout une erreur de jugement sur le but encaissé, et une boulette en fin de rencontre qui aurait pu être fatale. Pas son match le plus rassurant…

Houara (2/5) en-dessous de son niveau de jeu habituel, alors qu’elle retrouvait son poste de prédilection. Plus à l’aise en fin de rencontre quand elle a enfin eu des occasions de monter.

Krahn (3/5) ça peut paraître cliché de dire ça, mais l’Allemande est solide! Par contre, faut vraiment qu’elle bosse ses relances. On a toujours l’impression qu’elle se débarrasse de la balle, sans qu’il y ait forcément du danger à proximité. Ça fait qu’on rend le cuir trop vite trop souvent.

Delannoy (2/5) sa responsabilité est largement engagée sur l’ouverture du score de Juvisy. Elle a voulu la jouer au métier, genre protection de balle facile, ça va sortir en 6 mètres… Bah nan ! Ballon chipé, sanction immédiate ! Du mieux ensuite.

Boulleau (2/5) Laure, être jolie c’est bien, faire baver les mecs en gradins c’est bien, mais faudrait d’abord songer à justifier ton salaire ! Le danger est venu de ton côté bien trop souvent, jeune fille ! A force de jouer haut, faut pas s’étonner que les adversaires partent dans ton dos systématiquement, hein ? Petite déception donc…

Bresonik (4/5) une des valeurs sûres du club. Après son hat-trick alsacien dimanche dernier, c’est encore elle qui délivre Paris sur une merveille de balle piquée. Comme dirait Brad, cette fille est « inévitable » à son poste.

Cruz (4/5) c’est de nouveau elle qui tire l’équipe vers le haut et qui propose le plus de solutions. Sa technique est vraiment indispensable au milieu de terrain, et sa conservation de balle est un gage de qualité dans l’élaboration de nos attaques. Sûrement la joueuse la plus régulière et la plus fiable du PSG-girly. Les adversaires ne s’y sont pas trompées, elle a sans arrêt été victime de fautes.

Kaci (2/5) même si elle a beaucoup couru, elle est restée plutôt discrète. Et même si elle a récupéré quelques ballons, c’est surtout Cruz qui a fait le gros du boulot.

Dali (3/5) un début de match compliqué pour Kenza, avec très peu de balles touchées, et des actions qui se passait à l’opposé du terrain. Elle a fini la première mi-temps à gauche, histoire de se mettre plus en évidence et en confiance. Bien lui en a pris. De nouveau à droite après la pause, plus technique, et plus velléitaire. Encourageant.

Horan (3/5) comme ses copines, elle a été bien meilleure au retour des vestiaires. Elle profite d’une sortie foireuse de la gardienne pour égaliser dela tête. L’Américaine semble se plaire à Paris, et c’est tant mieux.

Asllani (2/5) troisième match d’affilée sans planter, ça commence à être long… Pas beaucoup d’occasion pour se mettre en évidence malgré quelques combinaisons côté gauche. Et une fois de plus, très secouée dans les duels. Muscle-ton jeu, Kosovare !

 

Les remplaçantes :

Hamraoui (3/5) une bonne rentrée. Visiblement fan des frappes de loin, mais pas récompensée aujourd’hui. Son physique imposant est un véritable avantage dans nos offensives.

 

Les adversaires : une très bonne première mi-temps, très conquérante, et puis du relâchement.

  

Si vous voulez faire de moi une reu-sta au bahut, si vous voulez faire grimper ma cote de notoriété populaire, bah faîtes pas vos crevards : likez mon acad’, googleplussoyez mon article, et followez-oim ! Il en va de ma réput’! Et puis lâchez des commentaires aussi ! Bitch, please.

 

Petit-Louis Fernandel

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

10 commentaires

  1. Ca y, on peut le dire, t’es bienggggggggggg

    T’as pas laissé parler tes hormones et c’est biennnnngggggg!

  2. Et c’est quoi les news mercato? Arrivée de Hope Solo <3 au poste de gardien ?

  3. alors la tribune presse c’est bientot pour toi ?
    çà le ferait a max !!!

  4. @paillard: celle du Parc? J’espère, on sait jamais…
    @bruno: Hope Solo ça m’étonnerait, mais pq pas Gaetane Thiney…

  5. ouais celle du parc !!! ca serait le nec plus ultra un mec de HJ.net là-bas

  6. j’essaierai de tte façon; j’ai rencontré un des journaleux radio de France Bleu, faudrait que je gratte de ce côté-là.

  7. euh sinon on en parle de mettre 2 à Bouleau et Houara et de mettre 2 à Asllani? Tu penses vraiment qu’elles ont fait la meme prestation? Bouleau a été solide, Houara egalement et a meme proteger Pons sur une boulette, et Kosovare quand à elle je ne vois pas ce qu’elle a fait ? merci de m’eclaircir

  8. Alors comparer des défenseuses et une attaquante, je sais pas faire.
    Pour Boulleau, franchement, si tu me dis qu’elle a été solide, faut me montrer les images… Le danger est venu quasi-systématiquement de son côté, tant elle passait son temps devant. Houara n’a pas été exceptionnelle non plus, et j’allais pas lui rajouter 1 pt juste pour son sauvetage.
    Quant à Kosovare, c’est pê un peu généreux, mais pas si dégeu’ que ça.

  9. Kosovare n’a été bonne que contre Arras et encore! C’est la pastore des derniers mois pour l’instant ! Je remet en question non pas leur note mais l’egalité qu’elles ont avec asslani. Donner une note c’est noter le role qu’elles ont dans chacun de leur poste, pas comparer. Aslani dans son role d’attaquante a été dégueulasse, alors que les laterales n’ont pas été dégueulasse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.