Saint-Etienne – Guingamp (3-0), la Paysan Breton Académie livre ses notes

7

Le retour de manivelle. Et du NSFW.

Entre ma démission et mon futur emploi, j’ai passé une semaine au chaud, aux frais de la princesse. Et, précision importante que j’apporte ici à mon lectorat et que j’ai pris le soin de ne pas apporter à mon contrôleur judiciaire, j’habite tout près d’une école primaire. J’ai vraiment pu mesurer toute l’ampleur de ce positionnement pendant ma semaine d’inactivité. Si j’ai eu à me satisfaire des cris incessants lors de chutes de trottinettes devant l’établissement ou des pleurs de la récré au début, à la fin de la semaine il me fallait une dose plus intense d’innocence.
C’est comme ça que j’ai fait la connaissance de la petite Pauline, que j’ai pu aborder dans l’abri de bus en bas de chez moi. Popo apprenait l’histoire des Etats-Unis. Lui expliquant que je faisais plus ou moins partie du corps enseignant, j’ai eu l’occasion de lui parler de Christophe Colomb et lui montrer ce à quoi je pensais quand je lui ai dit lorsque je l’ai rencontré « j’aimerai bien te remonter le colon ». Cette expérience ne l’a pas laissé insensible. Mais je tiens à vous rassurer, nous nous sommes mis d’accord : ça restera notre petit secret.


Des enfants, des enfants, des enfants, des enfants, des enfants, des enfants, des enfants.

Et pour clôturer cette magnifique semaine, voilà que l’En Avant de Guingamp se déplace en terre rhône-alpiennes, à Saint-Etienne, nouvel établissement spécialisé habilité à accueillir Nolan Roux la première hermaphrodite encombré-moteur-footballeur.

Pour venir à bout de cette monstruosité, Gourvennec aligne le onze suivant :
Lössl – Lévêque, Sorbon, Kerbrat, Jacobsen– Salibur, Sankharé, Diallo, Coco – Briand, Dembélé

Le labourage

Les verts sont les plus entreprenants de ce début de rencontre entre le coup franc d’Eysseric et la percussion de Monnet-Paquet qui se défait de Jacobsen pour trouver Hamouma, seul dans la surface, qui ne peut faire mieux que de buter sur Lössl à la 7e minute.

En récompense d’un début de match assez sérieux, les Guingampais réagissent tout de même après la demi-heure de jeu sur une contre-attaque que Briand majore en servant Coco devant la surface. Bien serré par Ronaël Pierre Gabriel, Marcus reprend rapidement mais ne cadre pas.
Quelques minutes avant la période, Peter Gabriel a bouché les waters et manqué sa relance qui permet à Salibur de déborder sur le côté gauche et trouver Briand, qui ne cadre pas sa reprise devant Ruffier.

Au retour des vestiaires, Sankharé abandonne ses fonctions cérébrales et abandonne également le ballon qui profite à Maupay malgré le grossier hors-jeu, puis à Hamouma qui trompe une défense désabusée de cette fumisterie arbitrale. ASSE 1-0 EAG.

[Note de la rédaction : nous avons reçu un gentil message de la part Gwen Tagrenmer : « Chers amis, pourriez-vous effacer le paragraphe que j’avais écrit sur l’arbitre. J’étais méchant parce que j’avais un peu bu, et je n’aime pas être méchant. Surtout contre les arbitres, qui font un métier bien difficile. Merci. »]

[Note de la rédaction : nous avons reçu un autre gentil message de Gwen Tagrenmer : « PS : à la place, je vous envoie une jolie image d’amour que je dédie à M. Buquet en guise de réconciliation. Vous êtes chou, merci. »]

Cette grosse erreur du corps arbitral débride quelque peu la rencontre puisque dans la foulée Briand et Kevin Monnaie-Poney échouent face aux portiers adverses.
Bénézet entre côté Breton et chamboule la défense Stéphanoise pour trouver Briand dans la surface, qui manque son plat du pied. Tandis que Roux se chauffe en mettant à l’épreuve Lössl sur une belle tête décroisée.
Puis dans les derniers instants, vint le drame. Lévêque d’un tacle peu maitrisé déséquilibre Hamouma dans la surface de réparation. Eysseric ne tremble pas devant Lössl et transforme ASSE 2-0 EAG.

Au ralenti ?

Il y a bien intervention peu régulière de la part de Lévêque sur Hamouma.

Dans les arrêts de jeu, et ce malgré la supériorité numérique, les Stéphanoises se jouent de la défense Guingampaise grâce à un nouvel abandon de poste de Sankharé et une bonne remise d’Eysseric pour Roux qui trompe Lössl. ASSE 3-0 EAG.

Jocelyn qui voulait enfin faire un résultat à Saint-Etienne : mais quel échec, quelle faillite collective. Quand bien même les limites intellectuelles arbitrales, on ne doit pas prendre le premier but en abandonnant de la sorte. La fatigue du groupe aura eu raison de la suite du match. Fatigue moins bien gérée qu’à Sainté.

Les Paysans notés :

Lössl (2/5) : Manquer une relance au pied en relançant directement dans les pied adverses, ça va. Le faire une, deux, trois, quatre fois c’est un peu lourdingue.
Quand tu récupères un ballon et que tu le rends immédiatement ça met directement ta défense sous pression. Le faire dix fois dans le match c’est de l’inconscience.

Défense Guingampaise, pertinemment consciente des conneries qu’elle réalise.

Lévêque (2/5) : Plutôt en forme jusqu’à ce geste non maîtrisé dans sa surface.

Sorbon (2/5) : On l’a vu de trop nombreuses fois les quatre fers en l’air. Et puis quelle passivité sur le but de Roux.

Kerbrat (2/5) : Maladroit, des interventions trop précipitées et mal maitrisées.

Jacobsen (1/5) : Il a pris l’eau sur son côté. Il a tout fait pour bien figurer dans tout les duels mais il souffrait.

Sankharé (0/5) : :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) (Va te faire enculer) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) :) (Mais ne le dis à personne)

Diallo (3/5) : Moustapha a essayé de résonner l’adversaire à grand coup de coude dans le visage mais l’adversaire ne voulait rien entendre.

Salibur (4/5) : Yannis s’est battu comme un beau diable mais il a dû composer avec des déficients.

Coco (3/5) : Idem. Il ne rechigne pas à faire les efforts les plus ingrats mais il manque de justesse dans le dernier geste. C’est très frustrant puisqu’il est prédestiné à tout casser. Ça va venir.

Briand (2/5) : Ah non non non quelle injustice de ne pas le voir porter, haut les cœurs, la fronde paysanne dans ce chaudron qui lui a tant réussi.

Dembélé (1/5) : Il est volontaire, mais il court comme une folle. On ne peut pas pratiquer le football quand on a, a ce point, peur des contacts voire même du ballon. Fais du solfège et mange du Blédina (enculé).

Les grouillots :

Privat : Il a eu le mérite de s’imposer en rentrant, même si ça s’est soldé par de nombreuses fautes.

Bénézet : Oui, oui oui. Une entrée avec une petite envie de révolutionner le front de l’attaque. Des moyens pas à la hauteur de cette ambition cependant.

De Pauw : Tu vois le maillot Rouge-et-noir que tu avais sur le dos ? Sois gentil, pose-le au sol et garde les mains bien en évidence. Ton prêt à Westerlo ne va plus tarder,
PUTAIN MAIS ESSAYE DE TOUT CASSER QUAND TU RENTRES SUR LA PELOUSE, C’EST FADE, SANS SAVEUR LÀ ! Si tu as un problème de motivation, je peux te donner un petit cours particulier d’entrain à porter le maillot rouge & noir.

 

PS : Ruffier est un enculé de déserteur, au passage.

Gwen Tagrenmer

7 thoughts on “Saint-Etienne – Guingamp (3-0), la Paysan Breton Académie livre ses notes

  1. Putain, un mec pareil qui était dans nos rangs pédagogiques!
    (je fais mine d’être surpris, au fond personne n’est dupe)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.