Fiat FC – Emirates FC (3-1.5), la Coca-Cola Bianconero Académie vous raconte la finale de l’édition 2040 de la Total Champion’s League des Champions de la mort


Salut les zèbres,

Après avoir assisté à une victoire dans la douleur (12-10) dans la phase e-sport face au FC PlanetHollywood, après un enchaînement feuille-pierre-pierre qui restera dans les anus du e-chifoum en quarts de finale contre l’ennemi juré du Pirelli FC, notre bien-aimé Fiat FC a arraché une place en finale aux forceps face à la Team Chevrolet. Les protégés de la Pornhub Raide et Vile Academy, pourtant spécialistes de l’épreuve, n’ont pas pu résister lors de la bataille des bilans comptables. Le Fiat FC a écrasé son adversaire avec pas moins de 700 myions de dividendes supplémentaires versés à ses gentils actionnaires. La marche était trop haute pour les hommes de Phil Jones.


Phil Jones qui se rend compte qu’il a pété alors qu’il a la chiasse.


Nous voilà donc en finale et je dois dire que la perspective d’enfin voir un match de foot nous fait un peu bander, chose rare en cette année 2040 où 75% de la population mondiale masculine a les corps caverneux bouchés et les testicules atrophiés à force de rester le cul posé sur son canapé à « télétravailler » depuis la crise du NOCIV-23 il y a dix-sept ans déjà.

La Trump Arena et ses 90 000 clients fortunés est tiède comme jamais en ce 2 juin. Le président de l’UEFIFA, Jacques-Henry Aulas, est en loge présidentielle + avec son allure si singulière. Dans un entretien à Forbes, il avait confié être un fan de la première heure des Tortues Ninja. Ce n’est donc une surprise pour personne s’il a été l’un des premiers à opter pour la méthode Krang d’intelligence enhancement. Il faut dire qu’il avait tout prévu depuis longtemps. À la mort de Jean-Michel Aulas, JHE avait acheté la tête de guignol du président lyonnais et l’avait plongé dans un savant mélange mis au point par un certain professeur Roazh à base de 8.6 en canette de Suze et d’eau croupie du Canal Saint-Martin. Cette conservation pour le moins étrange avait permis à la tête de tenir quelques années avant de se retrouver soigneusement placée entre l’estomac et le colon de Jacques-Henry. Ce dernier avait ainsi vu son espérance de vie augmenter de trente ans, bien aidé par l’incroyable capacité aulasienne à tout transformer en merde. Mais l’esprit de Jean-Mimi avait fusionné avec celui de Jacques-Henry, et le virage autoritaire de l’UEFIFA sous son impulsion n’était pas du goût de tout le monde. Une rumeur disait même que JHA aimait à se faire appeler  »fifaraon » dans l’intimité. Étrange, non ?

la Trump Arena pleine à craquer.


Bon terminé les digressions, parlons un peu des forces en présence. Chez les fiatois on s’en remet à Cristiano Ronaldo, 55 printemps tout de même, du côté du devant. Il est épaulé par Dieci et Nove dont on a oublié les vrais noms depuis qu’ils ont été contraints de prendre les noms des nouveaux modèles de bagnole soit disant eleclean (mais qui trompent personne tant elles brillent dans le noir) de la Fiat. En trequartista, le virevoltant Cinquecento et son frêle gabarit est le passeur en chef de l’équipe, mais aussi l’un des trois joueurs autorisés à déclencher les double-goals si chers au fifar… président de l’UEFIFA (avec Cristiano Ronaldo et le remplaçant Panda). Pour marcher sur la gueule des peintres de l’Emirates FC, la paire Doblo et e-Davids n’a pas son pareil. Le Néerlandais fait partie, avec Paolo Montero, des deux reproductions androïdes choisies par le Fiat FC pour compléter l’effectif de neuf humains. Une ligne de quatre derrière avec les faux jumeaux Bravo et Brava sur les côtés, e-Montero donc et le vétéran Punto.

Et comme on est sur HORSJEU.KNONENBOURGTIÈDE.NET on ne parlera pas des autres. Ils sont mauvais de toute façon.

Le match ? Le match.

Le premier tiers-temps de 24 minutes est à l’avantage des fiatois à 57.9%, avec 1.7 expected 1/2 action de but entre chaque entracte publicitaire. Oui, c’est aussi imbitable à écrire qu’à lire et à imaginer. Mais les faits sont là et c’est fort logiquement que Cinquecento ouvre le score d’une somptueuse frappe de 27m qui, une fois le coefficient gardien sur les trois derniers exercices comptables de l’Emirates FC déduit, rapporte tout de même la bagatelle de deux buts au Fiat FC (2-0, 19e).

Aucun changement à signaler chez les fiatois pour le début du second tiers-temps qui comme toujours lors des finales de la Total Champion’s League des Champions de la mort sera entrecoupé d’un concert de deux heures. Cette année c’est Benjamin Biolay, fraîchement oscarisé pour son rôle dans « C’était pas moi » de Shaggy Polansky, fils caché de. Mais le foot bordel, le foot mes amis. C’est le propos central de cet article après tout. La première moitié du second tiers-temps verra e-Montero quitter ses partenaires pour sept minutes suite à un homicide volontaire sur le goal emiratien. Sur un corner bien botté par Brava, l’androïde ne rêve pas de moutons électriques mais arrache plutôt la tronche de Michael One d’un grand coup de Kappa. Page pub d’urgence, on nettoie tout Sarkozy-style et on reprend. Le léger différé aura permis d’éviter aux clients canapés de voir l’horreur. Pour les clients de la Trump Arena, un peu de GHB dans la Bud Light et dans les FDP (fried dried pork) feront le taf.

e-Montero récidivera pendant la pause en bouffant les couilles crues de Biolay alors qu’il entonnait l’hymne de l’Olympique Winamax Lyonnais, avec les CM en guise de choristes pour atteindre des sommets de mauvais goût. Si l’assassinat de One a créé un léger émoi dans les tribunes, le déchiquetage en règle des gonades de gones a déclenché un tonnerre d’applaudissements comme on en avait plus entendu dans les stades de foot depuis une vingtaine d’années au moins. Et tant pis pour le concert.

R.A.S. dans la seconde moitié du second tiers-temps hormis les insupportables poses/sourires de pub de dentifrice de Cristiano Ronaldo (on apprendra plus tard qu’il tournait effectivement une pub pour un dentifrice, le sac à merde).

Vieille gueule.



Le dernier tiers-temps de 32 minutes (oui les tiers-temps ne durent pas tous 24 minutes, faut suivre merde) par contre, c’est le feu. Dopés à mort, les deux équipes se rendent coup pour coup. Panda, rentré à la place d’e-Montero dans le cadre d’un classique step-down android to human marque d’une subtile et fort dégueulasse, disons-le, tête à hauteur de genou (3-0, 65e il me semble j’ai perdu le fil avec ces conneries de tiers-temps). Un coup-franc téléguidé de ce grand malade d’e-Coli, tiré depuis la double-goal zone relance un peu le suspense mais l’appel à la VARD (Video Assisted Referee DROITE) réduit le coefficient du but emiratien. En effet, il apparaît après analyse qu’Emirates possède en son sein une section syndicale. Hop, -0.5 direct. (3-1.5, 77e).

Le football n’a jamais été aussi beau depuis qu’on a ouvert les vannes du turbo-pognonisme et pratiqué le coercitive-branding. Mouais, on se consolera en se disant qu’au moins on entendra plus Biolay.

Les arbitres sifflent la fin du match. JHA remet la coupe TOTAL ainsi qu’un baril de Super 95 par joueur que se charge de distribuer Cristiano Ronaldo, non sans en boire une bonne trentaine de litres. Les clients traînent sur leurs sièges molletonnés avec massage prostatique car oui, même dans ce futur tout pourri les femmes sont encore méprisées. Le football sort grandi de cette soirée, en tout cas c’est ce que suggère le cours de la bourse le lendemain.

On ne notera pas les joueurs parce qu’on a trop pris goût aux décimales (on en placé une dans le titre, prend ça relecteur !) et qu’on a un peu peur de se faire enculer à mort au détour d’une rue.


Confinez vos morts, mais surtout restez vivants. On vous aime. Même toi.


Et surtout, surtout, surt… bref, n’oubliez pas nos deux charmants boutons du dessous. Pour soutenir l’alterfoot et nous aider à comprendre de quoi il est le nom, ou pour nous rejoindre et combattre les forces du mal.

Fino anal fine,

Roberto.

Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

4 commentaires

  1. A quel stade de la compétition s’est arrêté le Danone Évian Thonon Genève Haute-Savoie Mont Blanc football Yaourt club ?

    • Il a été exclu des compétitions de droite après son rachat par une coopérative alterfootballistique menée par les anciens académiciens de la Croix de Savoie Académie. Dommage, la détection effectuée à Sallanches était prometteuse.

  2. Excellent, dirait monsieur Burns.
    Mention spéciale aux joueurs avec des noms de modèles de voiture. Mais pas délirant, on y arrivera au naming de joueur. De mémoire, lors d’un USOpen, Sharapova voulait qu’on l’appelle du nom de sa marque de bonbons…

    • C’est le détail réaliste du délire. Parce qu’on sait tous qu’Aulas enterrera Eyraud déjà, et puis parce qu’on sait tous que Benjamin Biolay n’a pas de couilles.

      Quant à Sharapova je suis pas très bien placé pour m’insurger contre la triche et le dopage, mais quand en plus on rajoute des pratiques douteuses comme celle dont tu parles… L’indécence n’étouffe personne, surtout pas les gens de droite.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.