Hamburg-Dortmund (3-0) : la Borussia Akademie revient en grandes pompes

Jean n’est pas un prête-nom et revient avec Colère.

 

Chers Freunde,

Cela fait bien longtemps que Jean ne vous a pas donné de nouvelles de ses Borussen, alors il va résumer comme il peut : depuis décembre, c’est la merde.

Il n’y a plus rien à jouer en championnat, et en plus les résultats sont très décevants. À domicile, Dortmund laisse la porte ouverte aux adversaires. À l’extérieur, c’est la galère. Bref, peu de points à se mettre sous la dent…

Et toujours autant de gars avec l’infirmière Joëlle : Gündogan, perdu pour le football ; un bel homme qui cumule les coups de malchance quand il revient ; Subotic et Blaszczykowski qui ont eu chacun leur tour des blessures graves sur le terrain et ne reviendront pas cette saison ; Schieber, perdu pour le football… Seule satisfaction : Piszczek est là, s’est installé à sa place de latéral droit depuis la phase retour et ne la lâche plus.

Bon, en une semaine et demie, on pouvait croire que le BVB avait repris une route plus confortable. L’Eintracht Frankfurt a été éliminé en Pokal, puis évacué avec un 4-0 net en Bundesliga. Avec un but en 30 secondes pour le nouveau du milieu, un mec venu des Balkans dont Jean n’a pas grande idée. Si ce n’est qu’il a marqué 30 secondes après son entrée, ce qui en fait déjà une recrue intéressante aux yeux du monde et de Jean. Wilkommen, Milos, fort homme que tu es.

Alors en allant jouer contre Hamburg, avant-dernier, au jeu épouvantable depuis deux mois, qui a perdu sur le terrain de Braunschweig en prenant trois buts de Kumbela en 45 minutes, Jean a confiance. Slomka, ça peut être bien, mais c’est pas un faiseur de miracle en une semaine. Ah, oui, et même van der Vaart est absent puisque ce con s’est blessé.

Ce qui donne…

 

La performance collective :

Le début de match a tout pour confirmer la confiance en Dortmund pour choper l’important, pour choper les trois points. Hamburg est comme une lycéenne timide qui ne sait pas jusqu’où elle doit s’aventurer et Dortmund, en homme expérimenté, fait des approches assuré, à défaut d’être incisives. Sauf qu’il y a un problème innatendu : Dortmund tombe sous le charme. Et baisse sa garde. Au pire des moments, avant la mi-temps, Hamburg fait tourner la tête du BVB. Leur manège à eux, c’est nous.

Jamais Dortmund ne reprendra son jeu habituel. Trop de circonvolutions. Jamais d’explosion, jamais d’inspiration instinctive, jamais de jeu direct et rapide. Dortmund a seulement espéré des exploits personnels de Lewandowski et Reus pour maintenir l’illusion. À l’inverse, Hamburg joue son coup crânement, intelligemment. Sans grand moyen, mais avec envie. 2-0, 3-0. On remballe. Dortmund n’était pas là.

 

Les buts :

42′ Lasogga centre d’une position excentrée, sur la ligne de sortie de but. Jiracek est devant Aubameyang et ouvre le score de la tête. 1-0.

58′ Lewandowski perd le ballon dans la moitié d’Hamburg. Sahin doit le récupèrer mais est trompé par une trajectoire bizarre et le perd à son tour. Arslan lance de suite Lasogga dans la profondeur. En un contre un, Pierre-Michel se fait plaisir. 2-0.

67′ Sur un corner, Lasogga s’appuie sur Mikhy, mais surtout Djourou est laissé tout seul au second poteau et marque le 3e. Pour préserver l’honneur de Dortmund, le but est refusé.

90′ Calhanoglu a 40 mètres devant lui. Et aucun joueur d’Hamburg qui veut le ballon. Tout droit. But. Jürgen Klopp sourit. 3-0.

 

Les notes :

Weidenfeller (1/5) : Mal placé, mal sorti, mal coiffé.

Piszczek (2/5) : Ce n’est pas encore ça.

Friedrich (1/5) : Doit réapprendre qu’on ne laisse pas un joueur adverse dans la surface prendre le ballon, contrôler, attendre et centrer en se retournant. C’est dire l’ampleur du boulot.

Sokratis (2/5) : Bon. Il s’affirme et va être dur à déloger, ce qui ne veut pas dire qu’il faut le laisser défendre seul. À voir avec Bel Homme, ça peut être sympa.

Schmelzer (2/5) : A fait ce qu’il a pu. Dynamique, pas efficace.

Bender (1/5) : Où étais-tu tout ce temps ?

Sahin (1/5) : Ne pas croire, Sahin fait de mieux en mieux depuis quelques mois, autant dans le jeu avec des renversements de qualité que sur coup de pied arrêté. Mais cette perte de balle… Nuri… Cette perte de balle plein centre…

Aubameyang (0/5) : Courir, c’est bien. Tout faire de travers, c’est mal.

Mhkitaryan (1/5) : « Arm », comme on dit en Allemagne. Pauvre, donc.

Grosskreutz (2/5) : Pas à son meilleur en ailier gauche, un léger mieux le petit temps passer au milieu mais il ne peut pas donner tout son potentiel non plus. Du gâchis.

Lewandowski (2/5) : Il s’est battu avec un ballon exploitable sur l’ensemble de son match. Que faire alors ?

 

Les remplaçants :

Reus : Il est temps que le vrai Marco revienne sur les terrains, pas son frère jumeau de mèche.

Ducksch : Froide.

Hofmann : Notre dernier espoir du match. Mais Klopp n’est pas R2D2 et Reus princesse Leia.

 

Jean sera du déplacement du Zénith au firmament. Tschüssi.

Si vous n’avez pas vu les images, elles sont là.

Jan-Karl Sabatierung

Akadémitien. Niveau expert en (an)allemand.

Un commentaire

  1. Vraiment au déplacement pour le Zénith? Ca promet de l’acad haut niveau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.