Marre de l’hégémonie du Barça et de l’arrogance de Docteur Mou ? Marre de voir des joueurs parfaits qui, semaine après semaine, ne connaissent que le succès et ne relâchent jamais leur étreinte dans une Liga dont on a une chance sur deux de trouver le vainqueur ? Benveguts ! Ici, point de « Més que un club » et de « Hala Madrid », des antiennes devenues marketing pour les besoins de mugs et autres slobards siglés. Notre devise n’est pas placardée, vociférée, gerbée à longueurs de temps mais résume parfaitement ce que ressent n’importe quel hincha de n’importe quelle équipe partout dans le Monde: Un Sentiment. L’avantage, c’est qu’en français, nul besoin de traduction pour comprendre, c’est transparent, comme un symbole de la radiographie du cerveau de Joaquin.

Hype du moment de 1999 à 2002, le València d’Hector Cuper (et c’est vrai qu’en finale, il perd souvent) était une véritable machine de guerre dotée d’une défense de fer et d’un milieu de terrain quatre étoiles. Si vous pensiez, chers lecteurs, que je suis devenu hincha à cette période, ce n’est pas le cas. En fait, ma passion pour València est née un soir d’août 1996, lors d’un VCF/Flamengo comptant pour le Trofeo Naranja, trophée d’avant-saison. A cette époque, Romario venait de poser ses valises du côté de Mestalla et, en tant qu’admirateur d’0 Baixinho (le petit) depuis le Mondial 94, je me faisais une joie de le voir « en vivo ». Sujet à la saudade et à l’appel de la chair, le saligaud était reparti au pays la veille du match. Malgré ce coup de latte, la magie de Mestalla opéra et depuis, je réponds toujours à ceux qui me demandent « Et toi, tu préfères le Barça ou le Real? » que seuls les Ches ont mes faveurs. Généralement, l’interlocuteur a un rictus de surprise, voire de désapprobation, ne pouvant comprendre dans son crâne de piaf qu’il existe d’autres clubs en Espagne, ceux qui ne passent pas en boucle dans Téléfoot et dans l’Equipe du Dimanche.

En dépit d’un doublé Liga/C3 en 2004 sous les ordres de Rafa Benitez, le palmarès de València aux yeux du grand public ne se résume qu’au titre incontesté de club le plus endetté de la galaxie. Il faut bien dire que le mix « stade à vendre en plein centre-ville et un autre construit à moitié et arrêté à cause de contrats de travail pas vraiment en règle et d’une bulle spéculative sur l’immobilier qui a explosé au mauvais moment » est pas bien passé. Résultat : une belle gueule de bois, des changements de présidents tous les 3 jours, des dettes à foutre les miquettes à un banquier grec et une existence au sein de l’élite qui tient uniquement grâce à l’aide des banques locales. Cependant, en dépit de cette galère et de cette instabilité, les Ches parviennent à se maintenir à flots d’année en année et à rester attractif pour des joueurs de haut niveau. Ce n’est pas un mince exploit et il est important de le souligner.

 

Retour sur la saison 2010/2011

David « El Chino » Silva et David « El Guaje » Villa partis chercher fortune ailleurs, beaucoup prédisaient une temporada difficile pour les Ches. Troisième, qualifié directement pour la Champion’s mais toujours en crise, le VCF craignait que le départ de ses deux Jugones (régaleurs de chique) ne tuât les ambitions des blanquinegros. Mais, et il faut l’avouer, à la surprise générale, l’équipe réussit une saison excellente sous les ordres du Basque Unaï Emery. Mieux, les joueurs se sentirent libérés en l’absence des deux cracks Champions d’Europe et du Monde. Evidemment, le manque de régularité, mal contagieux depuis de trop nombreuses saisons, empêcha de s’accrocher davantage au duo Merengaugrana (marque déposée). Jadis marque de fabrique, la défense est en chantier depuis des plombes, communsymbole du Nou Mestalla, et le crépuscule des années « Raton » Ayala ne servit malheureusement pas de signal d’alarme. Du coup, on s’est trimbalé de stade en stade avec David Navarro a.k.a. le meilleur pote d’Ivan Cordoba, Maduro, Ricardo Costa, Bruno Saltor, Miguel et Stankevicius.

Effectivement, ça fout la trouille et finir sur le podium est une performance quasi-inespérée, à moins que cela ne donne un aperçu des 17 autres équipes qui finirent derrière nous. Seuls Jérémy « Ginger » Mathieu et Jordi Alba purent se targuer d’avoir réalisé une bonne saison sur leur côté gauche.

Si, en championnat, la saison fut une réussite, l’élimination en huitième de finale de Champion’s contre Schalke 04 reste une énorme désillusion. En effet, face à une équipe largement à leur portée, les Blanquinegros ont goulûment outre-mangé la feuille, à l’image d’Aduriz au match retour et des compos étranges d’Unaï qui laissa Mata en tribunes à l’aller. Rétrospectivement, quand on se remémore la confrontation face à l’Inter, on peut légitimement l’avoir en travers du gosier. Y avait franchement la place pour entrer dans le dernier carré. Foutue indiscipline !

 

Les transferts

Les départs

Ventes :

On peut dire ce que l’on veut des pétro-dollars de Malaga, il n’empêche que les Qatandalous (marque déposée itou) m’ont fait sacrément zizir quand ils ont annoncé le départ de Joaquin. Devenu capitan par défaut et au sortir d’un saison 2009/2010 passée la plupart du temps à couper des llima (citrons), le fan de Jean-Claude Van Damme aux idées aussi courtes que ses cheveux n’a cessé de m’exaspérer malgré quelques matches de bonne facture. Surcoté à outrance depuis sa plus tendre enfance, il a profité du départ d’El Chino pour jouer. Un choix pas défaut clair et net. Vous l’aurez compris, il ne me manquera pas même s’il est déjà établi qu’il marquera à la 92ème minute à Mestalla pour nous pourrir la vie une dernière fois. Une affaire à 6M€ pour un joueur qui a franchi le cap de la trentaine.

On peut dire ce que l’on veut des pétro-dollars de Malaga, il n’empêche que les Qatandalous sont de véritables enflures qui nous ont piqués Isco, xic (gamin) de la cantera, après avoir levé la clause libératoire de 6M€. Salauds de riches!

Enfin, le club a entériné le départ du Portugais Manuel Fernandes au Besiktas pour 2,2M€. Une bonne opération.

 

Prêts:

Si la descente de River Plate a fait quelques heureux du côté de la Bombonera, elle a aussi fait plaisir aux Ches qui ont pu se débarrasser de Chori Dominguez, arrivé en janvier 2010 et qui a marqué la bagatelle de zéro but. Sacré ratio pour un delantero ! Prêté jusqu’en juin 2012, il ne laissera pas un souvenir impérissable aux supporters ainsi qu’à Unaï avec qui l’Argentin a eu quelques échanges fleuris.

Annoncé comme titulaire en puissance au moment de son arrivée en 2009, Moya s’est fait chouraver sa place dans les cages par César pour vous dire comme il vous aime. Après une série de blessures et l’avènement du Guaita, il part en prêt direction Getafe.

Formé à València, Michel part s’aguerrir en Liga Adelante à l’Hercules Alicante.

Arrivée en prêt payant (100 000€) en provenance d’Olimpia, l’attaquant hondurien de 18 ans Anthony « El Choco » Lozano suit le même chemin mais portera les couleurs d’Alcoyano pendant une saison.

 

Fins et rescisions de contrats:

Cousin de Carlos Marchena pour sa propension à envoyer des mandales à tout va, David Navarro quitte les Ches pour Xamax et son président tchetch-haine. Pour lui rendre hommage, la corporation des bouchers de la Comunitat Valenciana a décrété un mois de deuil.

Supplanté par Guaita après une blessure, César a signé à Villarreal.

Formé au club, Aaron Nunez n’a pas obtenu de prolongation de contrat et rejoint Almeria, comme un symbole de l’entente entre les deux clubs.

Le Nigérian Sunny part chanter « Let the sunshine in » à Numancia.

Renan, arrivé en 2008 et qui a joué 19 matches avant d’être prêté à Xerez puis à l’Internacional Porto Alegre, son club formateur, reste au Brésil après avoir obtenu un accord à l’amiable avec le VCF.

Trop souvent blessé, le Charrua Nacho Gonzalez a plié bagage direction le Standard de Liège.

L’ex-futur grand latéral de la Roja Asier Del Horno, acheté à prix d’or par Amedeo Carboni, éphémère directeur sportif qui s’était fait arnaqué par Mourinho, n’est pas conservé. Il nous aura quand même coûté bien cher celui-là.

Suite à la fin de son prêt, Stankevicius retourne à la Lazio. Pas une grande perte.

En fin de contrat et sujet aux blessures qui l’ont empêché de joueur normalement ces dernières saisons, Vicente Rodriguez quitte València et est actuellement sans club. Elu par les internautes parmi les plus grands cracks de l’Histoire du club, Vicentin a rejoint les Blanquinegros en 2000 en provenance du club voisin de Levante. Au total, il a joué 359 matches et inscrit 50 buts. Avec les Chés, il aura remporté 2 Ligas en 2002 et 2004, une Copa del Rey en 2008, une Coupe de l’UEFA en 2004 et une SuperCoupe d’Europe en 2004. C’est donc un joueur majeur et exemplaire de ces dix dernières qui part et qui aura laissé une trace indélébile dans l’Histoire du VCF. Gracies per tot!

 

Les arrivées

Dès le mercato hivernal, Adil Rami a fait le choix de València afin de progresser au sein d’une équipe où il est certain de jouer. S’il n’y parvient pas, c’est vraiment qu’il est mauvais. L’international a pour mission d’être le pilier de la défense et de « dar su cuerpo a la ciencia ». Ses débuts en Champion’s seront scrutés avec attention, lui le novice à un tel niveau. Aussi, sa présence dans l’effectif pourrait enfin faire comprendre à Laurent Blanc que Jérémy Mathieu mériterait une convocation en Bleu. Parce que préférer Clichy, c’est clairement une faute de goût. En plus, grâce à son arrivée, le site internet du club a une version en français. Pour le moment, le traducteur semble être accro à reverso mais l’effort est louable.

Par ailleurs, le club a arraché à Getafe pour 6M€  (la même somme déboursée pour Rami) la signature de Dani Parejo, champion d’Europe des U19 en 2007 et des U21 en 2011 avec l’Espagne. Il sera chargé d’étoffer le milieu de terrain valencianista.

Incontestablement, la bonne pioche de ce mercato estival est l’achat, pour 7,5M€ de Pablo Piatti en provenance d’Almeria, relégué en Liga Adelante. L’Argentin d’1m63 devrait ambiancer le dance-floor ché. Des pics de kifs sont à prévoir du côté de Mestalla.

Profitant de ses liens étroits avec Almeria dont vient Unaï Emery et Bruno Saltor, le club a obtenu, pour 3M€, la signature du gardien brésilien Diego Alves qui devrait vraisemblablement jouer les doublures car titulariser le portier de la pire défense de Liga en 2010/2011, ce serait étrange voire kamikaze.

Autre bon coup de ce mercato, Sergio Canales a signé un prêt de 2 ans avec option d’achat. Le club a versé 1M€ au Real Madrid pour obtenir celui qui est annoncé depuis des années comme la pépite du football espagnol. Barré chez les Merengues, il aura la possibilité de se montrer et faire étalage de tout le talent qu’on lui prête.

Enfin, le gardien Cristiano Pereira arrive libre en provenance de Braga et Sofiane Feghouli revient de prêt après avoir côtoyé Modeste M’Bami à…Almeria.

 

L’effectif

Gardiens:

1.   Diego Alves, El Parapenaltis,  26 ans (Brésil)

13. Vicente Guaita, El Colombaire, 24 ans (Espagne)

25. Cristiano Pereira, 20 ans

 

Défenseurs:

2.   Bruno Saltor, El Caiman, 30 ans (Espagne)

3.   Hedwiges Maduro, 26 ans (Pays-Bas)

4.   Adil Rami, El Coloso, 25 ans (France)

15. Angel Dealbert, 28 ans (Espagne)

17. Jordi Alba, 22 ans (Espagne)

20. Ricardo Costa, 30 ans (Portugal)

22. Jérémy Mathieu, Robocop, 27 ans (France)

23. Miguel, King Kong, 31 ans (Portugal)

 

Milieux:

5.   Mehmet Topal, La Arana turca, 25 ans (Turquie)

6.   David Albelda, El Patriota, 33 ans (Espagne) – Capitaine

8.   Sofiane Feghouli, 21 ans (France)

16. Sergio Canales, 20 ans (Espagne)

18. Dani Parejo, El Principe de Coslada, 22 ans (Espagne)

19. Pablo Hernandez, 26 ans (Espagne)

21. Ever Banega, El Elegante, 23 ans (Argentine)

24. Tino Costa, El Bombardero, 26 ans (Argentine)

 

Attaquants:

7.   Jonas, O Detonador, 27 ans (Brésil)

9.   Roberto Soldado, Gudari, 26 ans (Espagne)

10. Juan Mata, Mata d’Or, 23 ans (Espagne)

11. Aritz Aduriz, El Zorro, 30 ans (Espagne)

14. Pablo Piatti, El Plumero, 22 ans, (Argentine)

 

Staff technique

Président: Manuel Llorente (Espagne; mais si vous avez un Qatari sous la main qui veut bien éponger nos dettes et nous acheter des cracks, on prend)

Entraîneur: Unaï Emery, 39 ans (Espagne)

Entraîneur adjoint: Juan Carlos Carcedo, 38 ans (Espagne)

Entraîneur des gardiens: José Manuel Ochotorena, 50 ans (Espagne)

Préparateurs physique: Julen Masach Urrestilla et Juan José Torrijo (Espagne)

 

Un brin d’Histoire

Chaque semaine, je vous ferai découvrir ou redécouvrir un grand match ou un grand nom du club. Si vous avez des suggestions, elles sont les bienvenues.

Pour cette première, et afin de se mettre bien d’emblée avec le Mad Professor, nous revenons sur la finale de la Coupe de l’UEFA jouée à Göteborg en l’an de grâce 2004. Où l’on se rappelle que Pierluigi Collina n’était pas seulement le type aux yeux de fou sur la jaquette de PES 3 mais qu’il était aussi et surtout un arbitre à la psychologie indéniable, qualité indispensable un soir de finale. Ne vous y trompez pas : gagner une finale européenne avec un tel arbitre et dans de telles circonstances, ça atténue le plaisir.

Les buteurs furent Vicente (également passeur sur le deuxième but) sur penalty et Mista qui avait provoqué le péno et l’exclusion de Barthez et qui vient tout juste d’annoncer la fin de sa carrière.

Malheureusement, parmi le flots des vidéos disponibles sur la Toile, je n’en ai trouvé aucun digne de ce nom, à l’image d’un reportage de Rance 2 avec commentaires décalés de José Anigo, Christophe Bouchet et des supporters criant à l’injustice et au v(i)ol. Evidemment, c’est la seule finale qui n’a pas de résumé correct. Je veux pas dénoncer mais ça sent le complot.

En échange, je vous offre la version karaoké de l’hymne officiel du club.

 

Amunt València, es el millor!

El Piojo.

28 thoughts on “La Murciélago Académie, présentation

  1. Bienvenido !!
    Concernant l’anecdote historique : le match aller retour contre chelsea en 1/4 2008.
    Le match qui s’est terminé par une bagarre générale, contre l’inter.

    adios !

  2. Je profite de cet espace Valencian pour dire que la seule paire de 6, que j’ai vu, tenir la comparaison avec XavIniesta, c’est Banega-Costa, l’année derniere au match retour.
    J’ai jamais compris que ni Tonton Arsene, ni le Mou voire Pep n’ai songé à recruter Banega..

  3. L’année dernière, Mr Tyrone downie, la paire costa banega a joué max 5 fois, Emery prefere largement un vrai 6 (maduro, topal, albelda…) et un 8, a savoir banega ou costa

  4. Ahhhh, ça fait plaisir une académie sur le club « ché » !! Moi aussi mes amis font les gros yeux quand je leur sort que je m’en bats les c…du barça et du réal et que mon coeur est à Mestalla…depuis le passage d’un certain Gaïzka Mendieta…
    Même si que je précise que mon coeur est en priorité Girondin, mais viennent de très près Valence et Liverpool…
    Je te lirai avec plaisir et allez VALENCE !!!

  5. La photo est magnifique.

    J’ai pas lu l’article, j’ai mon cerveau qui est en surchauffe à cause de ce soleil.

    ps : j’arrêterai un jour de raconter ma vie…

  6. oui oui oui !!!

    et il me semble que Maduro a plus joué en défense axiale qu’autre chose, quelle arnaque d’ailleurs.

  7. Salut Piojo

    Grand plaisir d’accueillir cette académie et de pouvoir laminer quelqu’un d’autre que Dudu et Robert.
    D’excellents joueurs de ballons devant, des bouchers derrière, un bon résumé pour cette équipe non?
    Tache de ne pas trop vanner le Barça quand même si tu ne veux pas te retrouver avec les Mutri au cul.

  8. j’m’en fous comme de ma première chemise de Valence, mais j’aime bien le ton et tous les surnoms et tous les mots bizarres. Alors courage (Rami, pfiou) et bon vent !

  9. Bienvenue à Valence!
    Outre Didier Deschamps qui y a paraît-il fini sa carrière, je me rappelle avec plaisir un grand oublié qui jouait lors des beaux jours de Valence: Jocelyn Angloma.
    Y aurait-il une « filière française » à Valence?

  10. Enfin une académie pour le club Che, et réussi qui plus est, c’est un plaisir.

    Mais ça manque toujours de Liga par ici, s’il y a des supporters andalous (Sevilla, Betis, Malaga?), basques (Athletic) ou madrilènes (Atletico, Villareal) ou autres (une Espanyol Académie, ça serait drôle), n’hésitez pas!

    Longue vie à la Murciélago et la bise au pou :)

    PS: Piatti/Banega(ou Pablo)/Mata + un vrai bon avant-centre (Soldado, bof,bof), ça serait un truc.

  11. Merci à tous pour vos messages d’encouragement, ça fait bien plaisir.

    Je vais tenter de répondre à tout le monde et de manière concise.

    – Navarro avait explosé le pif de Cordoba à la fin du 1/4 aller de CL en 2007.

    – la paire Costa/Banega a été alignée pour la première fois en Liga contre le Barça (2-1). On avait vraiment été bons et Pablo avait mangé une balle de 2-0 en 1MT.
    Cette paire a été titularisée 4 autres fois:
    Santander/VCF:1-1
    VCF/Hércules: 2-0
    VCF/Barça: 0-1
    VCF/Villareal: 5-0 (Villareal n’est pas proche de Madrid, c’est un voisin de València; une ville industrielle assez ignoble)
    Topal a été souvent aligné et a été plutôt bon d’ailleurs.
    Maduro est la preuve que la formation de l’Ajax n’est pas infaillible.

    – Banega est arrivé en 2007 en provenance de Boca. Il s’est cru arrivé et a été prêté à l’Atlético de Madrid en 2008/2009 où il s’est surtout démarqué en exhibant des cojones via sa webcam devant une demoiselle. Une aventure dont il restera cette célèbre citation: « J’ai toujours que j’en avais des grosses et maintenant, vous avez la preuve ».
    Bref, il est revenu chez nous et depuis, il est simplement énorme. Comme ses noix donc.

    – Mendieta a planté sa carrière en signant à la Lazio. Il nous a rapporté un bon paquet quand même.

    – le lien crasseux de la finale de 2004. J’vous aurez prévenu: http://www.youtube.com/watch?v=txksJSLOQVQ

    – @Hristo: le Barça a eu du mal contre nous, bien plus que contre le RM.

    – @Dudu: je déteste le RM autant que les pro-vidéos. C’est pas peu dire. J’espère juste que ta famille ne t’a pas mis à la porte. Moi, c’est ce que j’aurais fait.

    – @Paillarman: je connais quelques mots et j’ai un bon dictionnaire espagnol/valenciano. En plus, j’ai oublié un « e » à benvenguts. Faut que j’arrête d’écrire après medianoche.

    – @Rana: DD a commencé ses « études » de coach lors de ses années à València.
    Quant à Angloma, il a le double avantage d’avoir joué à l’OM et au VCF et d’y avoir laissé énormément de bons souvenirs.
    Sinon, la version karaoké, c’était que vous l’appreniez tous, qu’on fasse un apéro organisé via facebook et qu’on le chante après quelques verres de sangria.

  12. Tres belle academie
    Le milieu de terrain Parejo Banega Canales va valoir le détour. En espérant que Feghouli obtienne du temps de jeu

  13. Petite question. Lors du match OM/Valence, finale coupe de l’UEFA 2004, des supporters de ton club étaient interrogés et affirmaient ne pas connaitre l’OM. Sont-ils tous cons à ce point ou Valence est-il un club qui n’a pas le cable pour voir les matches étrangers ?

    Bienvenue sinon.

  14. @wilshere972: va falloir qu’il soit au quignon Feghouli pour gratter du temps de jeu.

    @Moké: personnellement, j’ai la double nationalité OM/VCF. Sinon, je pense surtout que les Ches n’en ont rien à cirer de l’OM. En fait, ils se foutent de tout ce qui n’est pas espagnol, comme un symbole de Gignac qui pensait signer chez nous.

  15. Bienvenue el piojo.

    tu peux djà rayer le nom de Juan Manuel Mata de l’effectif, direction Stamford Bridge pour le petit. Que lastima para la la liga BBVA.

    Fais nous réver toute la saison avec ce 3eme larron espagnol mon ami.

  16. Tiens, mais qu’est-ce que je t’ai foutu Villareal dans la banlieue madrilène moi, je dois voir du Madrid partout (Villareal Madrid…) :)

    -> DuDu: [mode coach Courbis #on] ] Y a une loi qui interdit des académies de clubs d’Adelante ici? [ #off] Bon, c’est vrai que c’est dommage pour le Celta qui s’est manqué en playoffs après être resté quillé sur le podium les 3/4 de la saisons, et le Depor, bon bah, y nous ont fait une Betis (marche aussi avec Saragosse). T’as qu’à ouvrir un espace « Galice » dans ta boite, c’est encore toi le patron non?

    -> Pieronegro: Pour Vicente, Skysports parle d’Everton et de Sunderland. Bizarre qu’aucun bon club espagnol ne soit pas venu aux nouvelles, il est plus tout jeune, mais ça reste un tout bon et a l’avantage d’être gratuit. A suivre.

    PS: Le service Trans pourrait prévenir quand il prend congé.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.