La Scapulaire académie : bilan

Claude Pèze de fond en comble. Bon plus le fond cette saison.

Et oui c’est déjà (enfin ?) l’heure du bilan. Une nouvelle saison s’achève pour la Ligue 1 et pour Bordeaux, saison qui aura été probablement parmi les pires du club au niveau extra-sportif et loin d’être la meilleure sur le terrain. Heureusement, pour vous éviter d’avoir à lire un pseudo-bilan qui ressemble à n’importe quoi (du genre France Football ou le 10 sport), je vous livre un vrai bilan.

 

La fin de saison dernière :

Souviens-toi l’été dernier… Après six mois catastrophiques, Bordeaux terminait son championnat à la 6ème place (la place du con selon Nicollin) alors que le club était largement en tête en Décembre (je sais ça fait mal de s’en rappeler). Laurent Blanc n’ayant plus la tête au club mais déjà à l’Equipe de France, il voyait son équipe couler lamentablement d’un œil distrait, trop occupé qu’il était à répondre aux textos de Frédéric Thiriez (« J’ai rêvé de toi à la tête de l’EDF cette nuit, je me suis réveillé trempé ;) »). Pour remédier à cette fin de saison traumatisante, Jean-Wii faisait revenir un ancien membre de la grande équipe bordelaise des années 80 en la personne de Jean Tigana.

Il s’impose dès sa première interview comme un entraîneur aux méthodes diamétralement opposées à celles de Laurent Blanc, en exigeant notamment dès le départ à ce que les joueurs soient à l’heure à l’entraînement, chose qui a semblée paraître étonnante pour certains joueurs (et supporters) à qui on peut rappeler qu’ils sont professionnels et qu’ils ont donc des obligations, comme tout salarié, celle d’être à l’heure au boulot en faisant partie, surtout au vu des salaires qu’ils ont.

 

L’inter-saison :

Dans une France marquée par l’épisode de Knysna et du je-m’en-foutisme (je reste poli) des joueurs de l’Equipe de France, beaucoup voient Tigana et ses méthodes réputées « dures » comme étant LA solution pour redresser une équipe bordelaise traumatisée par la fin de saison dernière. Tigana qui se plait à répéter qu’il a gagné partout où il est passé (on reviendra sur ça dans le bilan du coach) et qu’il compte retenir les cadres ainsi que s’appuyer sur les jeunes du centre de formation. Bordeaux recrute rapidement Anthony Modeste qui est présenté comme le successeur de Chamakh ainsi qu’un jeune serbe inconnu du grand public, Vujadin Savic. Les premiers matches amicaux semblent prometteurs (victoires contre Lille, Tours, Ajaccio, le Legia Varsovie et Porto, nul contre l’AS Rome) mais la politique de jeunes de Tigana se révèle vite être une blague puisque ces mêmes jeunes quittent le club les uns après les autres (dont Sertic et Traoré) et que personne n’arrive.

Les deux premiers matchs se soldent par deux défaites pour des Bordelais privés de nombreux joueurs (Planus, Ciani, Chalmé, Carrasso) et qui découvrent le goût de la victoire sur un hold-up à Paris (but de Ciani sur un corner de Gourcuff à la 94ème) avec notamment un Carrasso en état de grâce (on retrouvera ça plusieurs fois tout au long de la saison). Le nul arraché à face à Marseille la semaine suivante masque les carences évidentes de l’effectif bordelais qui a perdu entre temps Cavenaghi (prêté à Majorque) et Gourcuff (vendu à Lyon). Dans la précipitation, la cellule de recrutement a une idée de génie (le genre d’idée que t’as à trois grammes en fin de soirée) et recrute Ben Khalfallah et se fait prêter Maazou. Tigana met FBK directement dans le bain en annonçant que le club a payé trop cher pour ce joueur (ça fait toujours plaisir à entendre, mais le train de tes injures roule sur le rail de mon indifférence) alors que l’arrivée de Maazou me laisse perplexe au vu des qualités du joueur (vitesse et … vitesse), surtout quand on voit le joueur qu’il doit remplacer (Cavé c’est quelque chose quand même). Ce recrutement annonce un changement de style de jeu à Bordeaux qui sera désormais basé quasi-uniquement sur la rapidité des joueurs. On a bien vu ce que ça a donné.

 

Première partie de saison, ce qu’il y a à retenir :

· Le but du magicien Jussie face à Lyon où il viole toute la défense lyonnaise (Diakhaté ne s’en est jamais réellement remis)

· La titularisation de Bellion face à Nancy en MoustaCup puis celle face à Saint-Etienne (qui sera sa dernière). Il a été depuis déclaré porté disparu puis perdu pour le football.

· L’expulsion de Diarra face à Auxerre, il a pris six matchs mais aurait pu prendre six mois tranquille vu comme il a joué par la suite.

· Chalmé à la rue pour commencer, qui perd sa place ensuite et qui se blesse et se fait opérer pour terminer.

· Une élimination rapide en MoustaCup pour éviter de se farcir trop longtemps les commentaires de Lauclair et Gravelaine, merci les gars, de penser aux supporters.

· Carrasso tient déjà l’équipe à bout de bras, tout comme Plasil.

· Fernando – Ciani en défense ça tient déjà pas la route.

· Ciani qui marque un lob de 40 mètres à Audard, le début de la fin pour Micka.

· Modeste apprend à jouer seul en pointe, absolument seul vu que Wendel et FBK sont inexistants.

· Un match pour Planus qui revient de blessure et repart à l’infirmerie aussi sec.

· Tigana qui se la joue victime sur son banc alors qu’il passe la plupart de son temps à contester les décisions arbitrales.

· Le but fantôme de Wendel face à Nancy.

· Le triplé de Modeste face à Arles

· Les débuts de Salif Sané face à Rennes (la purge de la saison).

· La caravane de Ciani face à Nolan Roux.

 

Le mercato hivernal :

Le mercato commence sur une bonne idée de la part des dirigeants bordelais : dégager Bellion à Nice. La deuxième idée est à la fois bonne et mauvaise : en effet, en envoyant le jeune Saivet en prêt à Angers, le club lui a permis de montrer sur le terrain ses qualités que seuls les adeptes de Football Manager avaient eu l’occasion de voir jusqu’à présent. D’un autre côté, ce prêt réduisait encore un peu plus un effectif déjà mince. Pour le fun aussi, Cavenaghi quitte Majorque pour l’Internacional où il n’a pas encore retrouvé toutes ses qualités de buteur.

Coté arrivées, Bordeaux espère Gameiro qui fait patienter le club pendant quasiment trois semaines (en le prenant bien pour un con au passage) pour au final annoncer qu’il veut aller planter sa carrière à Valence (depuis il a déclaré que le PSG était son club de cœur, au cas où). Dans la précipitation une nouvelle fois (à croire que la cellule recrutement ne sait travailler que comme ça), le club paye 2M€ pour se faire prêter une jeune perle brésilienne (si si, il était annoncé comme ça) du nom d’André, annoncé comme le grand buteur que Bordeaux attend depuis le début de la saison. On sait ce que ça a donné…

A noter durant ce mercato, l’exceptionnelle performance de Maazou qui réussit à se faire virer du club pour ses déclarations (pour rappel : « Je m’en bats les couilles du club ») et qui se pète les ligaments en arrivant à Monaco ensuite.

Au final, le meilleur coup du mercato est peut-être à mettre à l’actif de l’équipe réserve qui fait signer le jeune Sala qui enchainera les buts en CFA2.

 

Seconde partie de saison : ce qu’il faut retenir

· Fernando qui réussit à lancer la saison de Gignac, relancer celle de Brandao et qui permet à Valbuena de gagner un duel aérien le tout dans le même match. Bravo.

· Une élimination ridicule en Coupe de France à Angers.

· Said Ennjimi vs Jean-Louis Triaud, une pièce en plusieurs actes.

· La sortie de Gouffran sous l’ovation du public. Sur une civière aussi.

· La suspension de Bedouet.

· Diarra qui choisit ses matchs.

· Mon alcoolisme galopant.

· La coupe de cheveux à André.

· La démission de Pavon.

· Les matchs sauvés par Carrasso, encore une fois.

· « Non les joueurs n’ont pas lâché l’entraineur » épisode 1 : Lorient.

· Les Ultras qui préfèrent l’humour à la violence (« Angers la surprise, Caen l’arbitre, Lorient le synthétique, ce soir c’est quoi ? », première banderole du genre, face à Auxerre).

· Les défaites à la con (Monaco, Caen…).

· La Calle Ocho.

· La maladie de Dropsy.

· Le coup-franc de Wendel face à Brest.

· Le tube du printemps.

· Le but de Savic à Lille.

· Le deuxième tube du printemps.

· Marvin Martin qui viole toute l’équipe bordelaise.

· « Non les joueurs n’ont pas lâché l’entraineur » épisode 2 : Sochaux.

· La démission de Tigana et son remplacement par Bedouet.

· 13 points pris sur 24 face aux 4 premiers du championnat (une seule défaite).

· 6 points sur 18 face aux 3 derniers du championnat (dont 4 face à Arles).

· Une victoire face à Paris suivi d’une défaite à Toulouse. Non les joueurs ne choisissent pas leurs matchs.

· Le déhanché d’André en boîte.

· L’hommage à Ramé.

· L’absence d’hommage à Diarra (tant mieux).

· On finit 7ème du championnat malgré cette saison. Improbable.

 

Le bilan :

Malgré tous les remous qu’a pu subir le club, au niveau sportif ou extra-sportif, l’équipe termine 7ème d’un championnat où les joueurs auront choisi leurs matchs bien qu’ils disent le contraire. Sans Chamakh et Gourcuff (et Diarra, et Trémoulinas qui ont traversé les six derniers mois tels des fantômes), l’équipe fait à peine moins bien que la saison précédente. Peut-on tout de même parler de saison réussie, même partiellement ? Non. L’équipe a semblé errer telle un poulet sans tête, sans projet ni but réel. Beaucoup de choses sont à changer à commencer par certains joueurs. Espérons que Francis Gillot y arrivera et surtout qu’il aura un projet de jeu clair.

 

Le staff :

Tigana : Premier à passer sous le feu du bilan, le Jeannot. Il est venu pour rendre service à un club à qui il a tout donné lorsqu’il était joueur (club qui lui a énormément apporté en retour aussi). Ses méthodes, qui tranchaient radicalement avec celles de son prédécesseur, n’ont jamais été réellement acceptées par un groupe trop habitué au confort de l’ère Blanc (confort consistant à ne pas être obligé d’arriver à l’heure et ne pas forcément trop travailler à l’entraînement).

Face à un groupe incapable d’avoir plus de cinq minutes d’attention, il a eu beau râler, s’énerver et même hurler, il n’y a eu aucune réaction positive en face. Pire même, les joueurs l’ont lâché plus d’une fois (bien qu’ils disent le contraire) et ont fini par avoir sa peau lors du match face à Sochaux où l’équipe était largement au-delà du ridicule.

Le problème de Tigana vient d’une part de ses méthodes mais aussi du fait que tout au long de la saison il ne s’est pas remis en question, restant persuadé qu’il avait raison. Il est arrivé au club persuadé que son passé de grand joueur parlerait pour lui (un peu comme Blanc) tout comme ses titres (il se plaisait à répéter qu’il avait gagné partout où il était passé) alors que son dernier titre justement était une coupe de Turquie gagnée en 2007 lorsqu’il entrainait le Besiktas.

Intéressons-nous au palmarès de Tigana justement :

· Champion de France à Monaco en 97, avec dans son effectif des mecs comme Sonny Anderson, Barthez, Henry, Ikpeba, Djetou, Scifo et Dumas. Le genre d’effectif à l’époque où t’es obligé d’être champion

· Champion de D2 anglais en 2001 avec Fulham : Al-Fayed vient de racheter le club et injecte énormément d’argent pour que le club monte, dans l’effectif on retrouve Coleman, Saha, Boa Morte, Davis… Avec ça t’es obligé de monter tranquille.

· Deux Coupes de Turquie remportée à chaque fois en prolongation avec Besiktas.

Au total donc on a, en 18 ans de carrière d’entraîneur, très peu de titres majeurs et de très longues périodes de chômage. Triaud aurait du s’en douter plutôt que faire confiance aveuglément à un mec qui aime le club, il est vrai, mais qui n’a plus entrainé depuis 3 ans.

Pavon : Entraineur : on frôle la descente, responsable de la cellule recrutement : vous voulez vraiment qu’on en reparle des Deivid & Co ?, adjoint : met des bâtons dans les roues du coach principal et tente de le court-circuiter auprès des joueurs. Alors ok Jean-Wii, tu l’aimes bien ton Michel, mais au bout d’un moment ça suffit les conneries.

Bedouet : Deuxième mission sauvetage pour Eric, plus réussie que la première cette fois-ci puisqu’il a réussi à gagner un match. Un mec précieux au club.

Dropsy : J’espère sincèrement qu’il va se remettre de sa terrible maladie. C’est un grand monsieur.

 

Le président :

Depuis 3 saisons, Jean-Wii passe par tous les états possibles. Malheureusement il a encore une fois (après 99) été incapable de gérer l’année post-titre, restant probablement dans l’euphorie du titre. Il n’a ni su gérer le cas Chamakh (qui a bien baisé le club au passage même si tout le monde semble lui avoir pardonné), ni le cas Gourcuff (cas différent puisqu’il n’avait pas toutes les cartes en main, la faute à M6).

Il a imposé Pabon comme adjoint à Tigana et l’a conforté envers et contre tout alors que tout le monde sentait bien que ça se passait mal et n’a jamais su taper du poing sur la table face à des joueurs (certains) qui ont souillé l’image du club.

Aujourd’hui il ne peut se permettre de se louper une nouvelle saison, les supporters ne lui pardonneraient pas.

 

L’actionnaire :

M6 est le genre d’actionnaire qui s’aperçoit qu’il possède un club le jour où ça part en couille. Capable de vendre Gourcuff à 5 jours de la fin du mercato pour récupérer son investissement, capable d’annoncer que M6 est prêt à allonger 10M€ ou même 12M€ pour Gameiro au mercato d’hiver pour ensuite dire qu’il n’y aura pas d’argent cet été. Un actionnaire en plus capable d’annoncer sans rire que Bordeaux a un effectif pour jouer la LDC alors qu’il n’a pas sorti un euro de l’été.

Et surtout quel est le véritable projet de M6 à long terme ? Parce qu’ils ont beau répéter qu’ils ne comptent pas se désengager du club, ils agissent tout comme.

 

Les joueurs :

Gardiens :

Carrasso (35 matches, 4 cartons jaunes, 1 expulsion, note moyenne : 3,4/5) : Enorme saison de la part de Cédric qui a maintenu une forme quasi internationale tout au long de la saison à une ou deux exceptions prêt. Sans lui on n’aurait jamais vu la couleur de la première partie du classement. Et en plus il a la classe, d’une en n’hésitant pas à aller rencontrer les Ultras, de deux en prolongeant de deux saisons juste avant le dernier match et de trois en laissant sa place à Ramé pour le dernier match.

Son match Mondial : Bordeaux – Paris, Bordeaux – Lyon, Lyon – Bordeaux, il y en a eu beaucoup.

Son match Anal : Lorient – Bordeaux avec son expulsion. En même temps il n’était pas le pire de l’équipe sur le terrain.

Ramé (3 matches, 1 jaune, note moyenne : 4/5) : Titulaire face à Auxerre, victoire, titulaire face à Montpellier, victoire, entré en jeu face à Lorient, pas de but encaissé. Comme l’a si bien dit le Virage Sud : « Une carrière s’arrête, une légende naît. » J’espère pour lui qu’il trouvera un club de L2 qui pourra profiter de son expérience.

Son match Mondial : Bordeaux – Montpellier, comme un symbole.

Son match Anal : Pas de match anal pour Yul’, une légende ne connait pas l’anal (pas footballistiquement en tout cas)

Olimpa (2 matches, non noté) : Il a joué les deux premiers matchs de la saison pour deux défaites. Il n’a pas démérité pour autant. Devra très certainement partir pour lancer réellement sa carrière vu que Carrasso semble indéboulonnable.

 

Défenseurs :

Lamine Sané (33 matches, 2 buts, 1 passe décisive, 4 jaunes, note moyenne : 2,3/5) : Et oui, le défenseur le plus utilisé cette saison, c’est lui. Utilisé à droite, dans l’axe ou même en 6, il a alterné le très moyen, le très mauvais et le bon de temps en temps. Espérons pour lui que cette saison lui a mis un peu de plomb dans la tête et qu’il va travailler plus pour progresser et s’imposer comme un bon défenseur.

Son match Mondial : Bordeaux – Lyon, où il mange Bastos.

Son match Anal : Marseille – Bordeaux, où il mériterait une bastos.

Trémoulinas (31 matches, 3 passes décisives, 1 jaune, note moyenne : 2,4/5) : Fin 2009, il était proche de l’Equipe de France, fin 2010, il est proche de l’Equipe de France… de curling. Cette saison devait être celle de la confirmation, elle a été celle de la déception. L’enfant-loup est passé au travers, que ce soit par ses performances que par son attitude (bras d’honneur à la tribune face lors du match contre Lens). Sa qualité de centre a été déplorable, tout comme son placement défensif. Son repositionnement en milieu de terrain en fin de saison lui a permis de faire son meilleur match… à la 38ème journée. A annoncé qu’il voulait quitter le club. Il a sans doute lui aussi oublié d’où il vient et ce qu’il doit au club.

Son match Mondial : Bordeaux – Montpellier, pour la dernière journée, son dernier match à Bordeaux ?

Son match Anal : Bordeaux – Sochaux. J’espère que les émissaires de Dortmund n’étaient pas en tribune ce jour-là.

Ciani (29 matches, 3 buts, 10 cartons jaunes, note moyenne : 2,4/5) : Tête de Turc personnelle de Jean-Michel Larqué, Micka lui a donné cette saison toutes les occasions de le tailler en alternant performances moyennes et performances à chier. Lui qui se voyait à l’Emirates, il est aujourd’hui plus proche de l’Arsenal Kiev. Le summum de sa saison restera bien sûr son attitude face à Sochaux même si sa science du hors-jeu face à Lorient a été un des évènements marquant de la saison. Un motif d’espoir ? Son match sérieux face à Montpellier pour la dernière journée, et son attitude en affirmant qu’il comptait rester à Bordeaux la saison prochaine. Marque un des plus beau but de L1 face à Lorient.

Son match Mondial : Lyon – Bordeaux où il a bouffé Gomis. En même temps c’est plus facile que défendre face à Gameiro.

Son match Anal : Bordeaux – Sochaux. What else ?

Chalmé (20 matches, 7 jaunes, note moyenne : 2,5/5) : Saison moyenne pour le rouqin, pile au milieu tel un vulgaire François Bayrou. Sa première partie de saison a été mauvaise, la faute, selon lui, a une blessure aux abdos qu’il trainait depuis… janvier 2010, rien que ça. Merci Laurent Blanc qui l’a fait jouer sans se poser de questions. Sa deuxième partie de saison a été bien meilleure. Espérons qu’il continue sur cette voie la saison prochaine.

Son match Mondial : Bordeaux – Nice, demandez à Mounier.

Son match Anal : Lorient – Bordeaux et Bordeaux – Sochaux, même s’il avait au moins sa combativité pour lui.

Marange (12 matches, 3 jaunes, note moyenne : 2,6/5) : Doublure de Trémoulinas en début de saison, il a fini par lui prendre sa place et provoquer son exil au milieu de terrain. Oui Florian ne sera jamais le Daniel Alves gaucher ou le Lizarazu intelligent, mais il sera ce qu’on appelle communément « un bon joueur de club », le genre de mec sur qui on peut compter à chaque fois qu’on fait appel à lui. Prolongera, prolongera pas ? On verra bien. Et puis ses frappes de 35m ça me fait poiler.

Son match Mondial : Bordeaux – Paris comme le reste de l’équipe.

Son match Anal : Lorient – Bordeaux comme le reste de l’équipe.

Planus (11 matches, 3 jaunes, note moyenne : 3/5) : Blessé une grande partie de la saison, on a longtemps cru que Marco ferait une saison blanche. Il a fini par revenir, pour le plus grand bien de la défense bordelaise, même si sa condition physique a parfois fait peur à voir. J’espère qu’il en a terminé avec ses soucis physiques et qu’il fera une grosse saison l’an prochain. Et surtout qu’il sera en forme.

Son match Mondial : Son entrée lors de Bordeaux – Sochaux. Moche.

Son match Anal : Toulouse – Bordeaux et son gras du bide.

Savic (7 matches, 1 but, 1 jaune, note moyenne : 3,3/5) : Sa note moyenne aussi haute s’explique par le fait que je n’ai pas noté ses premières prestations. Et pour cause, à cette époque je ne connaissais pas encore ma destinée. Sinon, après des débuts difficile, Vujadin a pu progresser sereinement (en même temps il parle pas français et ne lit pas le 10 sport donc il ne comprenait pas les critiques) et a éclaté aux yeux des sceptiques lors du match à Lille. Depuis il a confirmé sa progression même s’il est passé au travers face à Sochaux, comme tout le monde. La saison de la confirmation l’an prochain ?

Son match Mondial : Lille – Bordeaux parce que j’étais au stade.

Son match Anal : Nancy – Bordeaux, Coupe de la Ligue, fallait aller le chercher celui-là.

Salif Sané (4 matches, note moyenne : 2,8/5) : Bonne surprise lors du match face à Rennes, il a peiné à confirmer par la suite. Trop bon pour la CFA2, trop tendre pour la L1, un prêt la saison prochaine lui permettra de progresser. Par contre, ne pas compter sur lui pour avoir une discussion intéressante.

Son match Mondial : Bordeaux – Rennes, son premier

Son match Anal : Marseille – Bordeaux, son dernier de la saison.

Henrique (2 matches, non noté) : Il parait qu’il est entré deux fois en jeu. Il parait. Saison blanche pour le boucher brésilien. Il doit partir, son avenir est bouché à Bordeaux.

 

Milieux :

Plasil (38 matches, 4 buts, 13 passes décisives, 3 jaunes, note moyenne : 3/5) : Le joueur le plus régulier de la saison, c’est pas pour rien qu’il a été aligné à chaque match de L1 comme titulaire. Rarement flamboyant, jamais mauvais, il est de la race des joueurs précieux qu’un club doit avoir dans son effectif. Et en plus il a la classe malgré une coupe de cheveux plus que limite. Il finit meilleur passeur du club (largement) et deuxième meilleur buteur (oui oui avec 4 buts seulement…).

Son match Mondial : Bordeaux – Auxerre

Son match Anal : On parle de Plasil là.

Fernando (35 matches, 2 buts,  2 passes décisives, 7 cartons jaunes, note moyenne : 1,9/5) : Obligé de dépanner dans l’axe de la défense une grande partie de la saison, Fernando a montré les limites de son jeu à ce poste-là. Manquant de vitesse, il a basé toutes ses interventions sur son sens de l’anticipation. Le problème ? Quand on joue en défense, il faut penser à jouer le hors-jeu correctement, et ça il n’a pas su le faire. Un peu mieux au milieu mais j’attends plus de lui que des pertes de balles à 40 mètres de ses buts. Il parait qu’un club saoudien le veut. Qu’il y aille.

Son match Mondial : Bordeaux – Nice, au milieu de terrain, comme un symbole

Son match Anal : Il y a en a eu tellement, il finit la saison avec cinq 0/5. Et pourtant il n’est pas le plus fort à ce niveau.

Diarra (32 matches, 4 buts, 1 passe décisive, 8 jaunes, 2 rouges, note moyenne : 2/5) : Six premiers mois moyens, six derniers mois à chier, tel est le résumé de la saison du capitaine bordelais. Expulsé à Auxerre pour avoir bousculé l’arbitre, il prend six matches, revient et se fait de nouveau expulser face à Lens. Sa deuxième partie de saison a été une alternance entre mauvais matchs et déclarations qui le rendaient indigne de porter le brassard. Partira, il vaut mieux pour lui, je ne veux plus le voir sous le maillot au scapulaire.

Son match Mondial : Les matchs contre les grosses équipes. Ceux qu’il a choisi.

Son match Anal : Marseille – Bordeaux, sans hésiter. Surtout avec ses déclarations d’avant match.

Ben Khalfallah (32 matches, 1 but, 6 jaunes, note moyenne : 2/5) : Sa ligne de stats résume à elle seule le niveau de jeu de FBK cette saison. Acheté à la va-vite en fin de mercato, il devait apporter sa vitesse et sa qualité de dribble sur le côté droit. On attend toujours, il parait que seul le patron de la Calle Ocho a vu sa vitesse, de descente de shooters probablement. Un seul but, aucune passe décisive, espérons pour lui qu’il jouera mieux la saison prochaine, ou alors qu’on réussira à le revendre à un club en bois. Il aura réussi un truc cette saison : être le Bordelais qui a obtenu le plus de 0 dans la Scapulaire Académie.

Son match Mondial : pas de blague s’il vous plait.

Son match Anal : La liste est trop longue, mais à tout hasard Bordeaux – Arles.

Wendel (31 matches, 3 buts, 2 passes décisives, 4 jaunes, note moyenne : 1,7/5) : L’une des plus grosses déceptions de la saison. Ses trois buts ? Un fantôme face à Nancy, un coup-franc face à Brest et un grâce à une erreur de Jourdren au dernier match. Et le mec est encore capable de te dire avec tout le sérieux du monde qu’il veut une augmentation de salaire. Annoncé au Qatar, mais qu’il y aille. Incapable de prendre le dessus sur ses adversaires directs, il n’a pas eu non plus la qualité qu’on lui connait sur coup de pieds arrêtés.

Son match Mondial : Brest – Bordeaux parce que son coup-franc.

Son match Anal : Avec cinq 0/5 il a été au même niveau que Diarra et Fernando. Caen – Bordeaux sinon.

Jussie (31 matches, 4 buts, 7 jaunes, note moyenne : 2/5) : Enfin une saison complète de la part du fantasque brésilien. Tout ça pour 4 buts, dont un d’anthologie face à Lyon. Mais pour le reste, celui qui devait remplacer Gourcuff n’a pas été capable de prendre le jeu à son compte mais a néanmoins montré des qualités de combat qu’on ne lui connaissait pas. Annoncé lui aussi au Qatar, j’espère qu’il ira là-bas pour un bon prix, parce que sinon je vois pas comment on va pouvoir s’en débarrasser.

Son match Mondial : Bordeaux – Lyon parce que son but, digne d’un tour de magie.

Son match Anal : Bordeaux – Lille, où personne ne l’a vu.

Gouffran (22 matches, 2 buts, 1 passe décisive, 4 jaunes, note moyenne : 2,2/5) : Il s’est blessé au moment où il semblait enfin en mesure de confirmer les attentes placées en lui. Une saison moyenne pour l’ancien Caennais pour qui la saison prochaine sera probablement celle de la dernière chance.

Son match Mondial : sa sortie sur civière face à Caen.

Son match Anal : Lyon – Bordeaux, à la fois pour sa prestation mais aussi pour son implication lorsqu’il est sur le banc (remember Pierre « Obélix » Ménès).

Ducasse (10 matches, 2 jaunes, note moyenne : 2,8/5) : Il va partir, en fin de contrat, et dans deux ans on sera entrain de se bouffer les couilles parce qu’il aura éclaté dans un autre club. Discret mais efficace il aurait mérité de prendre la place d’un Diarra ou d’un Fernando au milieu de terrain.

Ayité (7 matches, 1 jaune, non noté) : On l’a peu vu et on ne le verra probablement plus jamais sous le maillot bordelais. Je lui souhaite bonne chance pour la suite de sa carrière, en espérant qu’il fasse regretter aux dirigeants bordelais de pas avoir cru en lui.

Saivet (6 matches, note moyenne : 2,5/5) : On a enfin pu voir à l’œuvre la perle de Football Manager 2008, 2009, 2010, 2011. S’il a pu un peu montrer ses qualités, c’est surtout son prêt à Angers qui a fait la différence. En Ligue 2, il a pu progresser et faire éclater son talent, en confirmant au passage avec l’Equipe de France espoir (son but face à la Serbie est magnifique). Son retour la saison prochaine va faire du bien à Bordeaux.

Gourcuff (3 matches, 1 passe décisive, 1 jaune, non noté) : Grâce à sa passe décisive on gagne à Paris. Grâce à ses 24M€, M6 s’en est mis plein les poches.

Elissade et Chevalier (1 entrée chacun) : Des promesses pour l’avenir

 

Attaquants :

Modeste (37 matches, 10 buts, 3 passes décisives, 1 jaune, note moyenne : 3/5) : Pour sa première saison en L1, Anthony a marqué 10 buts et donné 3 passes décisives ce qui est loin d’être mauvais quoiqu’en pensent certains supporters. Dans ce système de jeu, le fait que Modeste soit à 10 buts n’est pas scandaleux, ce qui l’est c’est que des mecs comme FBK et Wendel n’aient pas marqué plus de 3 buts chacun en profitant des déviations d’Anthony. L’autre problème vient aussi du fait que les supporters ne lui aient rien laissé passer en le comparant sans cesse à Chamakh (le spécialiste de la vendange, faut s’en rappeler) et en le sifflant à chaque occasion. J’espère pour lui qu’avec une préparation physique complète et un style de jeu qui utilise plus ses qualités, il montrera qu’il peut être un bon buteur de L1.

Son match Mondial : Arles – Bordeaux, parce que son triplé.

Son match Anal : Sa fin de saison, parce que les supporters.

Diabaté (16 matches, 4 buts, 1 passe décisive, 1 jaune, note moyenne : 3,1/5) : Enfin débarrassé de ses problèmes physiques, le grand Malien a pu faire étalage de ses qualités physiques et techniques et  apporter de nouvelles solutions au jeu bordelais. A confirmer la saison prochaine.

Son match Mondial : Bordeaux – Rouen, Coupe de France.

Son match Anal : Il y en a pas eu, il a toujours été combatif.

Maazou (15 matches, 1 but, 1 jaune, note moyenne : 1,8/5) : Lorsqu’on a annoncé que le remplaçant de Cavenaghi était Moussa Maazou, j’ai eu très peur. On remplaçait un renard des surfaces par un sous-Djibril Cissé discount, tout en vitesse et en hors-jeu. Ses prestations par la suite ont confirmé mes craintes. Et son interview a prouvé qu’en plus d’être mauvais sur le terrain il était en plus très con. Restera dans la mémoire des supporters comme étant l’un des pires joueurs passé par Bordeaux.

Son match Mondial : Faut pas déconner, on parle de Maazou là.

Son match Anal : Son interview

André (8 matches, une note : 1/5) : Présenté comme le nouveau crack du football brésilien, André aura été au final le nouveau Deivid de Bordeaux. Plus présent en boîte que sur le terrain, il s’ajoutera à la longue liste des Sud-américains foireux passés par Bordeaux.

Cavenaghi (2 matches, 1 passe décisive) : Merci Tigana d’avoir fait partir le joueur qui aurait pu changer la saison bordelaise. Espérons qu’il puisse revenir.

Bellion (2 matches, note moyenne : 1,5) : No comment sur ce « joueur ».

 

Conclusion :

Cette saison est à oublier. Ou alors à ériger en exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire dans un club.

 

11 thoughts on “La Scapulaire académie : bilan

  1. Le Triaud Comedy Club nous aura bien fait marrer cette année, son duo avec Tigana restera une référence, à l’image de leur dernière conférence de presse commune.
    Bon bilan du Claude, objectif et tranchant mais qui ne laisse pas de grands espoirs aux supporters Bordelais pour l’année prochaine…

  2. Commumsymbole de sa fantomatique demi saison à Lens, Sertic n’est pas mentionné dans les transferts du mercato.

  3. Cavenaghi n’est que remplaçant et a un temps de jeu quasi nul au Brésil il me semble. Je pense qu’on a flingué sa carrière

  4. Bel article, j’aime beaucoup M. Pèze. Cependant, contrairement à Spado, je pense que cette équipe à un peu d’avenir. Entre les jeunes qui reviennent et que Gillot ne devrait pas hésiter à faire jouer. Les progrès des nombreux jeunes de la une (Modeste, Diabaté devant, Ducasse au milieu, Marange encore à gauche…) on a de quoi espérer une saison vraiment bien au-dessus de la 7e place. On est pas taillé pour la LDC, mais on peut largement viser l’Europa League. Pourvu que le recrutement soit bon, pitié.

  5. Enorme analyse, comme toutes les autres que j’ai suivies avec attention depuis le début de l’année.

    Un peu dur avec Fernando qui est loin d’être le pire selon moi et qui ne mérite pas cette moyenne.

    En tout cas, continues comme ça, j’ai hâte de la prochaine saison pour de nouvelles analyses.

  6. Beau boulot ! J’ai bien rigolé. Excellente analyse dans son ensemble. Merci ! Par contre, j’ai noté 2 petits points de désaccord :
    1 – je trouve qu’il a été omis de parler de la grande maladresse de Modeste. Je trouve que tu le défends un peu trop. La jeunesse n’est pas une excuse pour râter des buts tout faits. Et en plus, il a quand même 22 ans, c’est pas si jeune que ça…
    2 – le commentaire sur Bellion à la fin est vraiment méchant : est-ce vraiment mérité ?

  7. Ça fait énormément de bien de te lire; tout est parfait sauf les analyses sur Fernando qui s’est toujours battu pour notre maillot et a différents postes en plus; et modeste qui a ppas progresse depuis Nice et Angers malgré un temps de jeu infiniment supérieur a celui de chameau a l’époque et le bordx PSG avec 3 occaz inmanquables témoigne de son vrai niveau

  8. excellente prose très bien argumentée et agréable à lire.
    Je reste cpdt convaincu que Fernando, Plasil et Carasso sont les 3 joueurs les plus réguliers et efficaces de la saison. Mais au royaume des aveugles, les borgnes restent rois.
    Modeste a battu tous les records de médiocrité dans l’histoire des attaquants du FCGB et pour positiver on ne retiendra que son but contre Marseille en sept qui vaut coef 10. Si pas d’attaquant qui sait planter on passera de la 7ème à la 17ème place la saison prochaine.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.