Lorient – ETG (0-2) : la Croix de Savoie académie livre ses notes.

Adieu l’ami ! Tu vas ? Nous, pas tant mal vu qu’on a enfin obtenu notre première victoire de la saison, et à la maison histoire de faire plaisir aux supporters qui ont pu être présents malgré un horaire pas vraiment favorable. Ce bel homme de Pascal Diot-Maid était là et t’as narré cette histoire ici, vas-y vite avant que ça commence.

Malgré la victoire nous sommes toujours derniers et ridicules selon le coach, qui n’a pas sa langue dans sa poche, tout comme Diot-Maid n’avait plus sa bite dans son slip après la victoire. C’est d’ailleurs l’hélicobite de ce dernier qui protège la Yaute des inondations que connaissent actuellement les héraultais.

Bref, on s’attaque à Lorient, et prendre 3 points histoire de recoller au peloton devant nous serait bienvenu, surtout qu’après avoir fait le trou, celui-ci patine un peu et reste à portée de tir, preuve que la chance tourne en notre faveur. Qu’elles sont les surprises que nous réserve Dupraz dans sa compo ?

Les gaillards :

11 joueurs de foot dès le coup d'envoi, ça fait bizarre.

11 joueurs de foot dès le coup d’envoi, ça fait bizarre.

De bonnes surprises ! On continue d’installer une défense toujours limite mais qui doit se rassurer par la stabilité. Au milieu Tejeda n’est pas titulaire, je pense à cause de la fatigue d’une préparation un peu juste, d’un gros match mercredi et de son manque d’expérience sur synthétique. Devant, gros plaisir avec la titularisation de Sougou et Nielsen. Burno (© Pascal Diot-Maid) sur le banc, on va enfin commencer un match à 11. Tremblez merlus.

Le match :

Doux Jésus, que ce fut dur ! La très bonne idée, ça a été de marquer sur notre première action, un coup-franc excellemment tiré par Wass, Koné, aussi libre que Max, saute (y’en a même qui disent qu’ils l’ont vu voler) et marque d’une belle tête. 2 minutes de jeu et 1-0 pour les Croix de Savoie.

Une équipe un peu fébrile qui marque très tôt à l’extérieur, tu le sens le scénario du « je t’attends pour te contrer » ? Bien vu, sauf qu’on a parfois poussé le bouchon un peu loin en s’arc-boutant sur nos cages, ce qui aura pour effet de laisser le jeu lorientais se mettre en place, et suite à différentes erreurs, tour à tour de Sorlin, Koné (perte de balle sous pressing), Mongongu et Mensah (marquage), je vais salir mon calebar plus d’une fois. Heureusement, en face c’est Lorient, et Hansen sort un match très propre.

On arrive à la mi-temps sans que le score ne bouge, et on se dit que le braquage est bien parti. La suite, je la vois grosse comme ta mère, si on prend pas un but en début de seconde période, ça va le faire.

Sauf qu’on est pas passé loin du scénario catastrophe quand on s’est pris deux-trois actions dans la gueule avec en point d’orgue ce poteau sur lequel tout le monde est aux champignons (les cons, sur du synthétique ils trouveront rien). Bref, la chatte à Nasser que tout le monde cherche fait un petit tour par chez nous, et le passage à 3 défenseurs côté lorientais sonnera le glas de leur équilibre puisque l’on profitera des espaces ainsi créés pour planter un deuxième pion sur un contre dont on a le secret : Barbosa récupère au milieu du terrain, ouvre pour Nielsen sur le côté droit qui remet en 2 touches dans la course de son cousin de Wass, qui se laisse tomber comme pendant tout le match, et Barbosa qui a bien suivi récupère la gonfle et la met au fond.

Coulés, les merlus boivent la tasse après avoir pris l’eau (MDR tavu j’écris comme L’Equipe), et je suis content d’avoir refusé le repas chez les beaux-parents pour assister à cette victoire. Le score ne reflète pas la physionomie du match, on a bien pioché dans notre réservoir de chance (qu’on avait bien préservé jusque là, il est vrai), mais ce scénario bien connu du « je marque tôt, je défends et je breake en fin de match » me satisfait. Ce n’était clairement pas un match pour les offensifs, aussi bravo à eux pour le travail de repli et de pressing effectué.

À noter qu’on retrouvera les merlus en 16e de coupe Moustache dans un mois.

Les images du match.

La situation :

Grosse bouffée d’air, on lâche la dernière place et on recolle aux équipes de devant qui, une fois de plus, ont lâché des points. Du coup ça se ressert entre les huits du fond, ça sent la partouze pas toujours consentie, reste à voir qui se fera baiser dans l’histoire. Prochain match contre le promu messin qui reste sur 3 victoires, méfiât donc, même si c’était Reims, Guingamp et Bastia.

Les notes :

Hansen : 5 : Le gros match, même si la frappe de Sunu sur l’équerre, y’a un mois elle aurait rebondit sur son épaule pour faire un CSC.

Sabaly : 4 : Un match sérieux en défense, sans folie offensive.

Mensah / Mongongu  : 3 : Je mets 3 pour l’encouragement parce qu’on sort la deuxième clean sheet de la saison, mais ça va qu’en face c’était Jordan Ayew. Tels les allemands en 45, des erreurs de concentrations, mais sans que ça nous porte préjudice cette fois.

Abdallah : 3 : Pareil que Sabaly, mais les offensives lorientaises sont passées par son côté.

Sorlin : 3 : Beaucoup de travail, comme souvent, et malgré quelques difficultés, il a bien résisté au bon pressing des merlus.

Koné : 4 : Tout pareil que Sorlin, +1 pour le but qui nous fait beaucoup de bien.

Ninkovic: 3 : Bon en vrai on l’a pas beaucoup vu, mais il a rempli son devoir de soldat plus que celui de stratège.

Wass : 3 : 2 passes décisives en plus, mais la deuxième franchement… Sinon il passe de plus en plus de temps par terre, c’est assez désagréable. Beaucoup de mouvement quand même.

Sougou: 3 : Un match pas évident, il a fait le taf requis par la physionomie de la rencontre, pour une première titularisation c’est bien.

Nielsen: 5 : Ouai, 5, et je t’emmerde. Putain les mecs, vous pouvez pas dire que Burno se bat quand on voit ce que c’est un viking au cœur de la défense. Le mec lâche rien, fait des appels intéressants en se déplaçant bien sur tout le front de l’attaque et aurait dû être crédité de la passe décisive sur le dernier but. Mesloub ne prend pas rouge parce qu’il le savate mais parce qu’il lui aurait dit « vas-y, on perd 2-0, c’est la 91e, arrête de courir FDP »

Les remplaçants :

Camus pour Ninkovic (55e) : Grosse débauche d’énergie, un jaune, on sort Milos pour le préserver. Camus se sera mis au diapason de l’équipe pour conserver le score.

Barbosa pour Sougou (66e) : Confirme ses derniers matchs pleins de punch en breakant d’un contre qu’il aura initié et conclu. Chapeau.

Cambon pour Mongongu (77e) : pour le LOL de faire une suite logique 55e, 66e, 77e.

L’entraîneur : 4 : Mais oui, voilà ce qu’on veut, une vrai compo avec de vrais joueurs.

Tu peux venir discuter compo ou tactique avec ce bel homme de Pascal Diot-Maid et ton serviteur, et pour plus d’info sur les Croix de Savoie, tu peux passer là.

Arvi l’ami.

Franck Ripoux.

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

5 commentaires

  1. Vivement que Burno soit titulaire face aux Lorrains. Ça fera une ouiche de plus à insulter.
    On est rentré dans le rang, avec de la chatte, mais sans forcément de gros progrès. Mais j’aime ceux qui me disent « tu as critiqué Dupraz alors que hein… ». On a encore du boulot.
    La bise mon Franck.

  2. C’est clair que y’a encore du taf, mais les critiques passées sont d’autant plus valables vu les bienfaits qu’ont apportés les changements effectués.

    Et faut pas se leurrer, l’équipe a fait le taf, mais ça fait 2 journées où tous les résultats nous sont favorables. Alors, on va pas cracher dessus hein, mais faut quand même être réaliste, on revient (déjà) de loin.

    La bise anale bel homme.

  3. Excellent, comme d’hab’ !

    Une question : je ne trouve pas la Croix-de-Savoie Academie dans le menu des Academies Françaises, comment dois-je faire pour retrouver les anciens articles ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.