« Bien des années plus tard, face à Marseille-Lille, Aureliano Buendia devait se rappeler ce lointain après-midi au cours duquel son père l’emmena faire connaissance avec le Vélodrome au lieu de l’emmener aux putes, comme tout le monde. », écrivait le prix Nobel de littérature marseillaise 2014.

 

Aioli les sapiens,

Alors, comme ça tu veux en savoir plus sur le match de ce dimanche ? Genre, t’as vraiment pas envie de l’oublier ? Tu aimes te faire mal, toi. Bon, c’est pas que je sois motivé pour te reparler de cette purge, mais puisque tu y tiens, accroche-toi, ça va être aussi délicieux que de se faire piétiner la couille gauche par un talon aiguille.

Peu de changements dans l’équipe de ces derniers temps, si ce n’est la titularisation de Mendy à la place de Morel, à la fois blessé et suspendu :

Mandanda – Dja Djédjé-Nkoulou-Mendes-Morel – Romao-Cheyrou –Ayew-Valbuena-Khalifa – Gignac

 

Le match

Après 48 secondes de jeu, Mandanda doit déjà s’employer pour éviter un début de match slipométrique, un centre lillois prenant à revers une défense mal organisée. Marseille montre ensuite quelques beaux mouvements, mais d’une part trop rares et d’autre part trop imprécis. Pour tout dire, même Jean-Paul II entamant une partie de Docteur Maboule après trois expressos aurait montré des gestes plus assurés que nos joueurs ce soir.

Les Lillois ne sont pas les derniers à vouloir généreusement garnir l’amoncellement de matière fécale vendu aux téléspectateurs sous le nom « d’affiche du championnat ». Sur une action immonde, Souaré pénètre dans notre surface et se fait descendre par Nkoulou. Le pénalty – voire l’expulsion – s’imposent, mais Tony Chapron commet alors une erreur d’arbitrage à transformer Jean-Michel Aulas en femme-fontaine.

Encore qu’au ralenti, la faute se discute.

Les soixante-treize minutes restantes sont ponctuées par deux occasions lilloises et un semblant de vivacité olympienne à compter de l’entrée de Thauvin à l’heure de jeu. Défendant bas, les nordistes nous ont souvent laissé le ballon, ce qui nous a amenés à proposer des séquences de domination trop malhabiles pour ne pas être trompeuses. Notre défense a encore montré un potentiel anal exceptionnel, que leurs propres lacunes n’ont pas permis aux Lillois d’exploiter.

En son temps, Charlie Schlingo avait déjà tenté de souscrire un abonnement aux matches du dimanche soir sur Canal+.

Les notes

S. Mandanda (3/5) : A fait le boulot à la première minute, s’est fait chier comme le reste des spectateurs ensuite.

N.Nkoulou (2-/5) : L’hippopotacle de Souley Diawara avec l’impunité de Carlos Mozer.

L. Mendes (2/5) : Pas trop mal, mais lui s’est fait remarquer par l’arbitre lorsqu’il a démarré la moissonneuse-batteuse. Bilan : une suspension contre Lyon qui annonce une charnière centrale de rêve.

B. Mendy (1+/5) : Cité à comparaître par le Parc national pour avoir créé une décharge sauvage avec ses ballons envoyés à Marseilleveyre.

B. Dja Djédjé (2+/5) : Particulièrement dégueulasse aussi pendant une bonne partie de la rencontre, mais il s’est montré plus intéressant dans les phases de domination. Et de toute façon c’est lui ou Rod Fanni.

A. Romao (2+/5) : Depuis quelque temps, il élève ses ambitions offensives au-delà de l’aloudiarresque. Un peu comme un enfant qui apprend le pot, on a le devoir de l’encourager même s’il faut s’attendre à ce qu’il te salope le canapé pendant quelques mois.

B. Cheyrou (2+/5) : Pas trop mal dans l’ensemble, avec parfois un rôle important au lancement de nos actions. Sans le déchet technique, il aurait pu sembler l’albatros qui s’élève au-dessus du vulgaire. Là, ça évoquait plutôt le poil pubien qui surnage dans la baignoire.

A. Ayew (2/5) : Ayew lonesome tonight ? Do you miss me tonight?
Are you sorry we drifted apart?
Does your memory stray to a brighter sunny day?
When I kissed you and called you sweetheart?

M. Valbuena (2-/5) : Je ne savais pas qu’on pouvait bégayer avec les pieds.

S. Khalifa (1/5) : Pour les affiches du dimanche, il est vraiment trop « light », Saber. Il sera peut-être utile si on se qualifie en Europa Ligue, pour jouer le jedi.

AP. Gignac (2/5) : Même s’il s’est honorablement battu, il a eu peu de ballons exploitables et ne les a d’ailleurs pas exploités.

 

Les remplaçants

F. Thauvin pour S. Khalifa (63e) : Quelle idée, de se mettre à jouer au foot. C’est pas comme ça qu’il va se faire apprécier des collègues.

D. Payet pour M. Valbuena (74e) : Pas pire que s’il avait été meilleur, ou bien l’inverse.

 

L’invité zoologique : Salomon Kaloutre

Après avoir assisté à Saint-Etienne-Rennes avec l’ami Just Wide, la loutre dépressive poursuit son tour de France des matches à chier :

Alors, ce projet Dortmund ?

–  Les autres : Abominables de maladresse aussi. Une bonne nouvelle toutefois, Enyeama est redevenu humain depuis le match aller.

–  Le classement : Saint-Etienne fait du surplace, reste à voir le résultat du match en retard de Lyon pour savoir si l’Europa Ligue se rapproche.

–  El loco : Ca veut dire « le fou », en espagnol. Aux dernières nouvelles, il a le stylo posé au bas de la feuille, promis-juré-craché il va signer.

–  La page abonnement : à visiter, pour que vive l’alterfoot cananal historique.

–  Les réseaux : ton dromadaire préféré blatère sur Facebook et sur Twitter.

 

Pendant ce temps, Kassim attend que Clément Turpin siffle hors-jeu.

Bises massilianales,

Blaah.

6 thoughts on “OM-Lille (0-0), la Canebière Académie se purge

  1. Une purge d’un fort beau gabarit.

    Bravo pour la référence à star wars’ j’ai aimé.

  2. mes yeux saignent encore de ce spectacle…

    il signe quand Bielsa sinon, avant ou après le retour de Drogba ?

  3. Bielsa peut venir avec Bernardi, Amoros ou qui il veut, mais j’aimerais bien qu’il vienne avec son stylo, dans un premier temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.