URGENT CAUSE AGONIE

Fédération en faillite cherche entraîneur au rabais. Aisance communicationnelle exigée


« Claude Simonet a été suspendu de ses décorations (Légion d’honneur et Mérite.) Coupable du «délit d’obstacle aux vérifications ou au contrôle du commissaire des comptes», l’ancien président de la Fédération française de football (FFF) avait en effet masqué un déficit de 13,9 millions d’euros pour la période 2002/2003. »
Source AFP.

Un battement d’aile au Japon en 2002…une tornade dans la gueule de Domenech en 2009.

Le « précédent Lemerre. »

Printemps 2002, Johnny Halliday braille son intime conviction de voir la « bande à Zazie » triompher pour la deuxième fois consécutive en Asie. Inspirés par les succès de 1998 et 2000, les mots de Catherine Lara ne suffisent pas à transcrire la certitude ambiante. Du reste, Claude Simonet, président de la FFF, ne vient-il pas de reconduire à prix d’or le contrat du sélectionneur Roger Lemerre ?

Le fiasco asiatique, résumé à la simple éviction du sélectionneur, constitue pourtant un événement fondateur de la situation actuelle.

En effet, le licenciement de Lemerre se fait au prix d’indemnités pharaoniques, venant grever un budget largement entamé par des joueurs tarifant l’amour du maillot au cours du marché, tandis que, passés de leur buvettes de village aux palaces, les dirigeants de la FFF se sont laissés aller sur les notes de frais.

Conséquence, la Fédération des récents Champions du Monde et d’Europe affiche un déficit de près de 14 millions d’euros pour l’exercice 2002/2003. Dans ces conditions, il convient de faire des économies, à commencer par le secteur sportif.

Ainsi, la succession de Lemerre voit quelques entraîneurs de haut niveau lancer des appels du pied, quant ils ne se déclarent pas officiellement. Eriksson en l’Angleterre (2001), Scolari du Brésil au Portugal (2002), Hiddinck en Corée (2000), Lippi pour l’Italie (2004), la tendance est au recrutement d’entraîneurs chevronnés et expérimentés pour s’occuper des sélections.  Mais la compétence a un prix que ne peut se permettre la Fédération. Du reste, les titres ont été obtenus grâce à l’ « excellence française », incarnée par la DTN. L’heureux élu sera donc français et « bon marché » : Santini ou Domenech ?

Le premier, issu du milieu professionnel (champion de France de Ligue 1 avec Lyon), n’a pas les faveurs de la DTN. Jacquet et consorts lui préfèrent Raymond Domenech (champion de France de Ligue 2 avec Lyon en 1989), entraîneur « malheureux » des espoirs depuis 1993.

Pourtant Santini l’emporte, sous la pression des présidents de clubs (Aulas et Martel) jugeant la DTN dépassée…et au bénéfice d’un contrat « au rabais. » L’abducté des globes propose en effet un contrat « au match. » Crédible et pas cher…les espoirs sont déçus, Domenech également.

Toujours est-il que le prognathe de Timsit qualifie (dans la douleur) la France pour l’Euro portugais, et pense (… … … … ..$ $$$ $$$ $$$ ???) mériter un « vrai » contrat.

Nous sommes en  avril 2004, Simonet a décuvé et n’entend pas reproduire l’erreur de 2002, qui plus est avec un bilan financier négatif et des joueurs avides de primes. Du débile n’ayant que l’air, Santini accepte l’offre de Tottenham (… … … £££ £££ £££ !!!), annonçant son départ de la sélection un mois avant l’Euro. Eliminée lamentablement par la Grèce, sans sélectionneur, sans équipe (retraites des principaux héros de 98)…et sans argent, l’Equipe de France, 2ème au classement FIFA, est un vaisseau fantôme convoité par trois équipages : France 86, France 98 et la DTN.

– France 86 est représentée par Tigana, soutenu par Platini. Frustrés d’avoir été relégués aux oubliettes par Zidane et compagnie, ceux « grâce à qui tout a été rendu possible » se verraient bien revenir aux affaires. Problème : ils n’ont que peu d’appuis et Tigana ne connaît pas le sens du mot « rabais. »

– France 98 : Blanc pose sa candidature. N’ayant jamais entraîné, l’interrogation demeure quant à ses compétences. Le Président, encouragé par Jacquet à devenir entraîneur, n’a pourtant pas ses faveurs. Inexpérimenté, il a surtout contre lui d’appartenir à cette génération passée par de grands clubs européens, « rompue au haut niveau », ayant côtoyé de grands entraîneurs, victorieuse…Blanc, c’est risquer la perte de la « vitrine du football français » au profit du « parti de l’étranger. » Un crime pour nos dirigeants et entraîneurs de villages…

– Court-circuitée en 2004, la DTN n’entend pas laisser l’Equipe de France lui échapper à nouveau. Adoubé par Saint Mémé, fort de son précédent échec, le « Boucher des espoirs » accepte un contrat de pigiste. Au rabais, consensuel : Santini 2004 se nomme Domenech…et contrairement au « demeuré pas très longtemps à Tottenham », il se trouve être un « très grand communiquant. »

« Du pas cher, c’est du pas cher !!! Plutôt que de bricoler tout le temps, de lapider, d’en baver comme un russe…si t’as les moyens, fais-le…c’est la tran-qui-li-té. De toutes façons, on croit tout le temps faire une affaire, vouloir gagner quatre sous, et puis, au final… on est déçu…et on n’a rien…t’as rien gagné parce…écoute, je suis ton père…et puis j’ai un peu bu…mais je suis ton père… et je peux me permettre…enfin…c’est marrant comme je suis un bavard…(soupir complice)…et t’en penses quoi de Domenech ?»
Papa

Officiellement, l’ « homme de théâtre » est vendu par la FFF comme la solution idéale : il connaît les joueurs (puisqu’il a pourri leur carrière en espoirs) et s’avère être à l’aise avec les médias. Les sobriquets navrants attribués à Santini n’en révèlent pas moins, si ce n’est l’angoisse, du moins l’incrédulité accompagnant chacune de ses « apparitions » médiatiques (en off, on susurre à l’oreille que Larqué, entre deux verts, avait ordonné à Christian Jeanpierre de lui rentrer la langue et d’essuyer la bave entre deux questions…tandis que « France 98 » se serait plaint de l’odeur, exigeant d’Henri Emile qu’il le « change » avant chaque « causerie »…d’où le départ de Bosley).

Résultats très moyens, spectacle à l’avenant, communication catastrophique, le « produit » Equipe de France, principale source de revenus d’une FFF en déficit ne pouvait que profiter de Ray, digne frère de Riolo en matière de marketing sportif.

Difficile aujourd’hui de parler « raisonnablement » de Domenech. La pomme n’était pas très fraîche et le vers pourri…plus intéressantes, les raisons du choix de l’asticot renseignent sur le délire collectif actuel. En effet, les mines explosant en rafale depuis une semaine ont été verrouillées par l’actuel président de la FFF, Jean-Pierre Escalettes, pour les mêmes raisons ayant poussées Simonet à nommer Domenech : Entraîneur « au rabais » devant garantir les bailleurs de fond de la FFF par son aisance médiatique.

Car, face à des résultats devenus incertains, Domenech assurerait au moins les émissions et donc les recettes. L’épisode du mondial 2006 reste la quintessence du système : le « parti de l’étranger » revenu aux affaires, les résultats sont au rendez-vous, Domenech fait le mariole, et les comptes de la FFF repassent au vert (notons que le rééquilibrage devait, au pire, être assuré par l’opération immobilière liée au déménagement du siège.) Dans la foulée, un Escalettes oktoberfestenoyant en plein juillet, tel un Simonet cuvée 2002 ou un Chamakh Mai 2009, fait signer un contrat au tarif « vice-champion du monde » au « boucher de la sélection », garantissant la livraison en barbaque pourrie jusqu’en…2010 !

L’euphorie est de rigueur, la DTN « s’en félicite. » En oubliant peut-être un peu vite que France 98 ne doit pas uniquement à son travail. Dans une volonté de ramener un peu de gloire à lui, Tapie avait mentionné le rôle de « son OM » dans le processus vertueux. Deschamps avait d’ailleurs souligné l’apport du « faiseur de fric », ne serait-ce qu’en ayant rendu possible la première vague d’exode. Car, l’équipe championne du monde en 98 était composée de joueurs évoluant auprès des plus grands tacticiens européens, ce qui fit notamment dire à Lippi que le succès de cette formation défensive et réaliste devait beaucoup à la science tactique italienne. En quelque sorte, Deschamps, Zidane (Juventus), Djorkaeff (Inter), Desailly (Milan), Thuram (Parme)… sans parler du duo Vieira-Petit (Arsenal), de Lizarazu (Bayern), Candela (AS Roma) ou encore Blanc (à l’OM mais passé par Naples et Barcelone, et « Verlaatisée » par Guy Roux) ont opéré un « transfert de technologie » au profit d’un sélectionneur capable d’en tirer profit….

C’est la rencontre de plusieurs phénomènes qui rend possible le triomphe, et la position « franchouillarde » de la DTN paraît très discutable, tant Pierre Mankowski est à la fois vice-champion du monde et meilleur entraîneur picard en 2006, René Girard n’est pas l’académicien, son limogeage pour le moins cavalier en attestant, et Mombaerts (actuel sélectionneur espoir), un mémorable champion de …Ligue 2. Tout comme Domenech, « malchanceux » avec les espoirs depuis 1993, « logiquement » légitime en 2004, certain que « l’équipe de France n’appartient à personne »…donc pourquoi pas moi ! Du reste, il semble que la DTN ne recrute que les champions de Ligue 2…les autres étant sans doute trop chers ou encore ambitieux.

Le « précédent Jacquet »

Il faudrait être vraiment stupide – ou Riolo…ou France Football…ou un gars à la buvette le dimanche en fin d’après-midi, « A l’heure où nature se fige… »…- pour se vanter aujourd’hui de « l’avoir dit. » Tous les journalistes ont relayé ces informations, et « savaient »… même si, dans leur traitement, ils n’ont pas tous adopté le même positionnement pour des raisons marketing. Ainsi, la mésaventure de L’EQUIPE brocardant Jacquet la veille du triomphe, entamant la crédibilité du journal et le départ de son rédacteur en chef, a poussé tout le monde, si ce n’est à l’omerta, du moins à la prudence. Lemerre n’avait pas géré la transition 2000-2002, dans un contexte certainement difficile du fait de joueurs touchés par la grâce. Mais aucun journal n’avait même osé adopter un positionnement critique…quant tous ont lâché les chiens sur le sosie du claudiquant vigile de la Bibliothèque Universitaire de Lille 3 (une meute à la poursuite d’un boiteux…Honteux…tout comme de voler un handicapé, n’est-ce pas La Vierge Rouge… ? Théorie de la Reprise, sans doute.)

Désormais, le métier ne consiste même plus à traiter des événements, mais à « se positionner » sur l’information.  L’énormité des sommes mises en jeux pour obtenir les droits de l’Equipe de France, liées aux potentialités incroyables du marché qu’elle génère en cas de succès, empêchent tout discours critique « raisonnable. » La concentration des médias à l’intérieur de grands groupes fait que chacun calcule son discours en fonction de ses intérêts.  Ainsi, un esprit biberonné aux X-Files pourrait dès lors imaginer ce genre de scénario :

–    L’antipathie générée par Domenech gangrène le produit. De plus, une non qualification représenterait un « accident économique » pour la FFF, ses partenaires, et toute l’économie « parasite » (Riolo sur RMC… « libéralité d’expression pour cause de convergence d’intérêts »)

–    En 2006, la FFF avait obtenu 45 millions d’euros par an de TF1 pour l’exclusivité des matchs d’une équipe alors vice championne du monde. Le contrat se termine en 2010…et nulle doute que TF1 renégociera à la baisse, en dépit de la concurrence de M6 (les deux chaînes étant liés économiquement, on peut imaginer un « gentleman agreement » sur les tarifs.)

–    De ce fait, Escalettes, tenu contractuellement par Domenech (indemnités importantes ? Lemerre 2 ?), ne parvient pas à choisir, entre perdant et perdant. D’où une solution bâtarde : sportivement, un départ immédiat représenterait un risque pour la « cohésion » de l’équipe (ça fait rire…mais au village, les légendes sont tenaces.) Donc, dégager Raymond « l’ascience » une fois la qualification assurée, et proposer un produit viable et débarrassé du « chat noir du football français » aux médias lors de la renégociation. De ce fait, Jean-Pierre allume la mèche la semaine dernière, médiatisant ses « doutes » en guise de « batsignal » lancé à la meute.

–    Le groupe Amaury détient L’EQUIPE, France Football et Le Parisien. Autant dire que l’Equipe de France constitue une part importante de son fond de commerce. France Football passe de  la méfiance à la défiance, tandis que L’EQUIPE-post98 adopte le sens du vent…titrant curieusement un « Sont-ils insupportables ? » à la veille de deux rencontres décisives (« une » du jeudi 3). Le Parisien, généraliste, est moins dépendant du lectorat sportif. TF1 s’agace de ce cirque qui lui coûte une fortune pour des audiences en chute libre ; mais se demande si une non qualification ne représenterait pas un moyen de baisser les tarifs aussi ostensiblement qu’ils n’avaient augmentés en 2006 (passant de 27 à 49 millions par saisons.) Après tout, le contrat se termine en 2010, le plus dur est passé, et Nonce Paolini (PDG de TF1) a prévenu : « Les sommes que la Fédération espère pour l’équipe de France, nous ne pouvons plus les payer. »

–    Problème : 1-1… Escalettes et Amaury n’en étaient qu’à la phase de gestation. Ce résultat précipite les choses. Le « pseudo-clash » Henry, datée de vendredi, sans doute gardé au frais comme nombre de ces histoires que les journalistes racontent après prescriptions pour consolider leur propos du jour (PSG – Bordeaux pour le titre de 98, plus que douteux…qui fait rire tout le monde 10 ans plus tard), doit servir de bélier. Peu importe la réalité des faits, il faut porter un coup fatal à cet « accident éco-comique » qu’est devenue la sélection de Domenech.

–    Le Parisien, quotidien généraliste pouvant se permettre ce genre de « coup », diffuse l’ « info », au grand bonheur de tous. Joli coup marketing, qui permet à court terme d’augmenter les tirages et, à moyen terme, de « terminer » Domenech médiatiquement en attendant que la FFF ne prenne ses responsabilités. Et si rien ne bouge, L’EQUIPE peut reprendre sa position de neutralité plus que sceptique, France Football sa posture critique, sans que personne ne puisse demander des comptes.

–    « Je répète oui, oui oui, il faut le dire trois fois, puisque le conseil fédéral lui a donné pour mission de nous qualifier. Et je répète que même s’il faut qu’on se qualifie par les barrages, c’est la mission de Raymond Domenech et il faut qu’il aille au bout et il ira au bout »
Jean-Pierre Escalettes

Mission « qualification »…sous peine que « la farce éco-comique » ne tourne à l’ « accident industriel » beaucoup moins drôle pour la FFF et ses « partenaires. »

Peu importe l’avis de votre tête, la compétence ou l’incompétence de Domenech, l’angoisse d’un Henry privé de son ultime objectif, redoutant de finir comme « le capitaine de l’Equipe de France ayant failli »…les problématiques ne se résument pas à des critères aussi « subjectifs. » Le football est un business géré, en France, mais pas seulement, par des amateurs, entraîneurs, joueurs, journalistes, passés de la buvette du village aux bars des palaces. La gestion des triomphes de 1998 et 2000 en témoigne, tant dans les domaines sportifs, économiques et médiatiques. Prisonnier médiatiquement du « précédent Jacquet », tenu économiquement et sportivement par le « précédent Lemerre », le football français s’en remettra bientôt à ses héros de 1998, « parti de l’étranger » rompu aux buvettes de compet’. En attendant, force est de constater qu’il y a des papas qui tiennent mieux l’alcool que d’autres…

L'ancien

9 commentaires

  1. Put1, c’est long à lire, mais ça fait plaisir.
    J’ai lu je sasi plus où qu’une des bouteilles de vin en note de frais de simonet en corée dépassait les 4000 euros.

  2. la seule « vraie » vérité sera celle du terrain ce soir et les soirs à venir…un match de barage contre les Portugais par exemple serait « marrant ».
    Et puis comme vous dites, une non-qualification, est-ce si grave? Ca aura au moins le mérite de remettre toute cette mascarade dans le bon sens. Faire un grand nettoyage, comme dans une entreprise déficitaire plusieurs années de suite.
    En attendant les vrais amoureux du football on s’accroche à nos espoirs de qualifications et de beau jeu, au final c’est toujours nous qui terminons décu, et contrairement à eux on est pas payés pour ca.

  3. Mais on aura vraiment eu que des débiles comme sélectionneur (Jacquet, c’était quand même pas une lumière, Lemerre, Santini, Ray l’ascience)
    Y a t il una autre grande nation (ayant déjà remporté des tournois) qui s’est autant ridiculisée avec ses choix de sélectionneurs ?

  4. Et Gérard Houiller ? Le meilleur CV, mais datant un peu quand même, dans cette bande de rigolos qui a décidé héroïquement à son arrivée dans ce marigot de pas traiter la cancer généralisé de la DTN, qui veut taper sur la gueule à Ray depuis des années mais qui a rangé ses gants de boxe, hein, il fait quoi Gérard Houiller ? Il commence à protéger ses fesses lui aussi.

  5. Merci pour cet article…
    Enfin je pense que cela devient quand meme aberrant quand on visite les sites de journaux…
    Petites remarques personelles:
    – Toute la classe politique reagit sur les evenements de ce week end, alors que l’on a un ministre du budget qui est soupconne de detournements de fonds et un autre condamne pour propos racistes.
    – Franchement, si Domenech n’avait pas selectionne Ribery, Henry ou Anelka, on aurait vu des gens commetre des attentats contre le batiment de la federation.
    – J’attend toujours le nom du specialiste a droite que l’on aurait du mettre a la place de Govou (Rothen?) et evite que l’equipe ne jouent trop a gauche
    – C’est vrai que France 98 a ete champion du monde. Neanmoins, Le mexique et l’Uruguay sont plus fort que l’arabie Saoudite et l’Afrique du Sud de 98. En 98 on a faillit se faire eliminer en 8eme contre le paraguay ou en quart contre l’Italie (1 penalty de difference).
    – En 98 j’ai vu un reportage montrant Dugarry pleurer a la television a cause des mechants de l’Equipe
    – Je tiens a rappeler a tout le monde que la fede et les selectionneurs ont choisis de confiner les bleus en huit clos a cause du cirque de 2002 (dont lizarazu etait un symbole de copinage avec les journalistes).
    – Ce que les bleus et Domenech recoivent sur la tronche depuis 15 jours, les arbitres le recoivent toutes les semaines depuis des annees de la part de Aulas & co.
    – Houiller a accuse Ginola d’avoir commis un crime, non pas a cause du centre de la 90eme mais de son comportement vis a vis de l’equipe de france (amour du maillot tout ca).
    – Laurent Blanc a aussi eu des problemes aux Girondins sans que personne ne viennent poser une explication pertinente
    – Dans les eliminatoires 92 les marseillais refusaient de jouer a la belote avec les parisiens (Deschamps vs Lama)
    – Ce que vit l’equipe de France maintenant le PSG l’a vecu il y a 12 ans (la generation guerin, le guen remplace par Dalmat, Anelka &co)
    – Les journalistes titrent: Les joueurs de l’equipe de France sont ils trop payes? Il ne toucheront pas un centime de la fede avant les 8eme ou les quarts….
    – Platini avait dit que l’on avait une bonne generation, mais pas une generation exceptionelle. Tout le monde l’insultait….
    – Pendant des annees les journalistes nous ont explique l’importance du mental dans le football de haut niveau. Je ne pense pas que d’insinuer qu’ils sont des breles multi millionnaire tous les jours, sur tous les medias existants aient pu les mettre dans de bonnes conditions.
    – En fait personne ne sait reelement comment est le groupe et de quoi ils parlent entre eux. Tout ce que je dis, c’est que je suis decu, mais eux aussi. Quand je perds je suis moi meme quelqu un de detestable….

    Conclusion: on a perdu deux matches parce que ce n’etait pas notre coupe du monde. On avait pas de joueurs en forme au bon moment pas de bol, a la prochaine coupe du monde on fera mieux.
    PS: je n ai pas de correcteur d’orthographe

  6. PS2: On a fait un match nul et on en a perdu un… Je suis content de ne pas etre important ou de ne pas etre lu sinon le comite m aurait rattrape a la volee

  7. Merci le footballologue pour votre analyse qui nous rappelle que le fric et les enjeux de pouvoir sont les principaux responsables de ce bordel. Comme notre société, non ? Dans l’attente du communiqué des joueurs, hier, j’ai rêvé un groupe revendiquant l’autogestion après avoir mis le staff dans l’avion, capable d’autocritique et souhaitant avant tout réhabiliter leur fonction : joueur de foot. 18h communiqué officiel, fin du rêve. Au moins ils expriment le refus d’être des pions et ils reconnaissent leur défaillance.
    « Nous ferons tout individuellement, bien sûr, mais aussi dans un esprit collectif ». Il serait temps d’arrêter de croire au mythe de l’individu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.