« Barça des pauvres » contre Escargots de Bourgogne


Perrin dégagé, l’OL « pas en crise » puisque l’OM est en train d’imploser… Canal proposait son contractuel « match des tocards » en cette journée tronquée de milieu de semaine. VAFC contre AJA, le 5ème contre le 6ème, le 1er au « coefficient spectacularité » (51 buts marqué) contre le dernier (34 buts), « Barça du nord » contre béton bourguignon : enjeu au classement, opposition de styles…mais deux bleds paumés et/ou pourris à vous décourager un tocard de division 3 slovène d’y signer. Pas grave, le milieu de semaine limite l’accident économique et l’ « affiche » réfute l’idée d’un intérêt exclusif pour les « grands clubs » de la part de la chaîne cryptée. Du reste, vu la gueule des « grands clubs », autant regarder ailleurs…

Parachuté « Barça du Nord », les hommes de Montanier se présentent en 433, passes courtes au milieu avec deux servomoteurs (Sanchez-Cohade) et longues par les latéraux (Tiené à gauche, Ducourtioux à droite.)
– A droite, Ducourtioux monte jusqu’au 35 mètres avant de centrer pour Pujol ou Audel. Seul Ben Khalfala évolue en ailier, multipliant les provocations par son aisance technique. Gêné par le terrain et le bloc auxerrois, le tunisien sait également décrocher ou repiquer dans l’axe afin de déstabiliser l’adversaire, ou encore se montrer adroit sur phases arrêtées.
– A gauche, Tiéné semble avoir l’autorisation de pousser ses montées jusqu’au point de corner adverse, tandis que Audel, avant-centre de formation, se contente de centres des 35 mètres quand il n’a pas repiqué dans l’axe pour prêter tête forte à l’avant-centre (Pujol ou Samassa.)
– L’avant-centre joue 80% de ses ballons dos au but, cible privilégiée du jeu long des latéraux, chargé de dévier les ballons sur ses deux « ailiers » ou de servir un des deux servomoteurs.
– En phase offensive, le jeu court initié par les deux servomoteurs débouche généralement sur des centres aux 35 mètres ou, moins stéréotypé, sur un décalage provoqué par la créativité de Ben Khalfala.
– En phase défensive, les deux « ailiers » descendent au niveau des servomoteurs et de leur sentinelle défensive (Gomis), formant un bloc dense capable de profiter de la moindre erreur technique adverse pour la récupération.

Pour ceux qui auraient suivi l’OM de Fernandez, et a priori le travail de Fernandez dans tous ses clubs, cet AJA rappelle les premières équipes du « père Jean » du côté du Vélodrome : Bâtir les fondations, la qualité de demain dépendant des résultats d’aujourd’hui. Aussi, la formation auxerroise se présente en 442 « Escargot », deux lignes de 4 ne dépassant par le milieu de terrain, consignes défensives pour tout le monde, y compris un des deux attaquants…soient 10 joueurs consacrés à ne pas prendre de but pour le seul Jelen concerné par en marquer. Pas de latéraux offensifs, pas de joueurs de couloir destinés à « s’engouffrer dans les brèches » ou « provoquer des décalages » : chaque joueur a 10 m² de terrain à protéger, et, si c’est bien fait, au pire, c’est un point de pris (4 buts encaissés en 9 matchs à l’extérieur)

« Si on prend pas de but, on a une chance de marquer. Bon, ce soir, Jelen n’était pas bien. »
Coulibaly, défenseur AJA

Pas grand-chose à ajouter, si ce n’est que le second attaquant auxerrois fait 70% de courses défensives (Niculae…trop occupé pour marquer), que Pedretti est le Rémi Bricka de l’équipe (tirant corners et coups francs ; adaptant sa position en fonction du sens du jeu…6 en phase défensive, 10 en phase offensive) et Jelen sa seule chance offensive.

Bref, sur une pelouse gelée, face à un escargot de Bourgogne, le « barça du pauvre » a du se contenter d’un premier 0-0 de la saison. Certes, la « spectacularité » d’une telle rencontre reste à prouver, mais il n’en demeure pas moins quelques enseignements. Tout d’abord, il gèle dans le nord de la France tandis qu’il fait 6 degrés à BCN. Au XVIIIème, Montesquieu s’est appuyé sur ce constat pour justifier que Barcelone joue comme des Néerlandais, les anglais comme des rugbymen et Valenciennes et l’AJA comme des bonnes équipes de L1. En effet, lorsque l’on jette un œil sur l’OL, l’OM ou encore St Etienne (6ème budget de France…), force est de constater que la rigueur tactique et la discipline dont chaque joueur fait preuve a de quoi faire saliver nombre d’entraîneurs de « grands clubs » dotés de « gros effectifs » composés de « grands joueurs. » Il faut dire que les entraîneurs comme les joueurs de ce VAFC-AJA ne pratiquent pas vraiment le même métier. Quand Deschamps dégage un effectif complet à son arrivée, conclut qu’il lui manque un attaquant et compte sur le mercato hivernal, Montanier débarque à l’improviste à Valenciennes, fait avec l’effectif en place et impose ses idées. Quand les joueurs lyonnais se plaignent de l’entraînement, de la préparation physique, d’un manque de « caractère », ou de l’arrêt de la prime à la casse au 31 décembre 2009, les survivants de Ligue 2 ou d’ailleurs, seconds couteaux de championnats de seconde zone, ferment leur gueule et « font le métier ». Niculae, éternel postulant au Ballon de Plomb, avant-centre sans but, fournit un travail défensif délirant et laisse sa place sans broncher, non sans avoir éprouvé la défense adverse par son pressing et son placement. Les Auxerrois ne bougent pas de leur 10 m² « généreusement » alloués par Fernandez…tant et si bien qu’en une mi temps, il ne sont jamais inquiétés pour une seule faute commise. A l’arrivée, c’est quantitativement « peu spectaculaire » mais qualitativement intéressant…même si le jeu des transferts et des droits télés empêche désormais ces équipes de pousser leur développement plus en avant. Mais, après tout, si elles font chuter le « coefficient de spectacularité » de Canal…

1 thought on “VAFC Vs AJA

  1. bonne analyse de match va produit du jeu grace a montanier et 1 recrutement interessant mais le bloc defensif d auxerre est costaud solide sans spectacle va aurait pu perdre sur la fin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.