Racing – Boca (1-0) : El Cilindro Academia savoure mais reste prudente

Les vilains. Les voilà. Dimanche Boca, emmené par Tevez, rendait visite au Racing dans un Cilindro comble. La réception d’un des cinq grands d’Argentine est l’assurance de voir du spectacle dans les tribunes et parfois sur le terrain. Franchement je ne m’attendais pas à un superbe match. Pourquoi ? Boca est dans le dur et le Racing s’est à peine rassuré contre Bolivar en Copa Libertadores et doit confirmer. Donc tout était réuni pour assister à un match de merde, du niveau d’un Bordeaux – Rennes? Je n’irai pas jusque là, bien que la tentation est grande. En vrai, le déroulé du match était prévisible. Le jeu s’est cantonné au centre du terrain, les passes étaient approximatives mais la technique de Noir et Romero, au dessus du niveau moyen, pouvaient faire à tout moment la différence. Pas de Saja, blessé, pour ce match mais Nelson Ibanez pour garder la cage du Racing. La composition de l’équipe de Sava est classique :

comporacingboca

Le début de match est classique, les deux équipes s’observent, Romero commence d’entrée son numéro de passements de jambe, roulette, panenka, frappe enchaînée qui atterrit à l’étage du virage sud. Et vient la 9e minute, Acuna récupère la pelota dans l’axe, s’infiltre, évite le tacle de Pablo Perez et transmet sur le côté droit à Pillud qui centre, Noir récupère, frappe, Martinez, TEL UN RENARD EL ZORRO DE AVELLANEDA, dévie la pelota d’une talonnade et trompe Orion, 1-0. Le Cilindro explose, les supporters du virage sud provoquent une vague infernale contre les grilles de sécurité, façon la Beaujoire mais démultipliée. Le Racing ouvre le score sur sa première occasion, GRACIAS RACING GRACIAS ROGER!

On peut voir ici la position statique de la défense de Boca :

boca

En passant merci à Daniel Diaz d’être resté en retrait pour laisser Martinez dans le jeu.

Ensuite, assez triste. Pas grand chose à se mettre sous la couille, à la 20e minute, Milito à l’entrée de la surface voit son contrôle lui faire perdre la balle, et idem à la 36e où là c’est plus un dribble de trop qui fait qu’il s’est chié dessus. J’avoue avoir passé le temps à mater un porno en même temps car qu’on se le dise c’était franchement pas terrible terrible, bon le porno non plus d’ailleurs, je l’avais déjà vu en plus, l’histoire d’une nana qui rencontre un mec pauvre sur un bateau, qui se fait déglinguer la proue à l’avant, et à la fin le bateau coule, et la mi-temps a été sifflée sans que je m’en rende compte. C’est dire. Le Racing est devant à la pause face à une pauvre équipe de merde de Boca. Quelle tristesse. Il est où le Champion de la saison passée ? Nous quand on l’est, ON HONORE CE TITRE! Alors il est où? Dans mon cul?

Deuxième mi-temps !!!

Coup franc pour Tevez à 25 mètres du but d’Ibanez, c’est tiré, et détourné en corner par le suppléant de Saja.

Quelques minutes plus tard, Chavez est lancé en profondeur, il résiste au retour de la défense du Racing, frappe, Ibanez repousse, Tevez reprend Lollo dégage. Chaude alerte sur le but du Racing mais on s’en sort bien.

AH sortie de Diego Milito ! Entrée de Gustavo Bou, à la… 61ème.

Enfin, Oscar Romero remonte le terrain et, des trente mètres, allume une mèche qui termine sa course à quelques mètres de la lucarne d’Orion. (69e)

Pour vous donner une idée du jeu de Boca :

Le Racing remporte ce classique d’Argentine, et lance enfin sa saison. Boca sombre et perd son entraîneur par la même occasion. Jeudi 3 Mars, Boca recevra le Racing pour la Copa Libertadores.

Les notes : 

Ibanez : 4/5 : Peu sollicité mais présent sur les trois actions dangereuses de Boca.

Grimi : 3/5 : Bon match, peu mis à contribution mais sérieux. A tenté de créer le surnombre en montant comme à son habitude.

Lollo : 3/5 : Solide dans l’axe. Peu mis à contribution mais a répondu présent quand il le fallait. En retard sur la percée de Chavez qui manque son face à face contre Ibanez, mais présent pour détourner la frappe de Tevez.

Pillud : 3/5 : Présent à son poste, amène le but de Martinez à la 9ème via son centre repris par Noir.

Sanchez : 3/5 : Idem que ses collègues de défense. Bueno.

Acuna : 3/5 : Remuant, décale Pillud qui amènera le gol de Martinez.

Cerro : 3/5 : Sérieux jusqu’à sa blessure avant la pause. Remplacé par Vismara.

Romero : 3/5 : Moins en vue et en réussite que ces derniers temps mais peut être le facteur X de cette équipe du Racing. A tenté sa fameuse frappe des 30 mètres qui n’a pas connu le même sort que face à San Martin San Juan.

Noir : 3/5 : Comme Romero, intéressant techniquement mais a tendance parfois à vouloir trop en faire. Reprend le centre de Pillud et voit sa frappe détournée par Martinez qui ouvre le score.

Milito : 2/5 : Fatigué et peu inspiré EL PRINCIPE. Manque de confiance? Je ne sais pas, mais du haut de ses 36 ans les défenseurs se méfient de lui comme dans un loup dans une bergerie ou d’un Claude Pèze à l’entrée du cave à vin. Sa présence sur le centre de Pillud permet à Noir d’être démarqué. Manque deux contrôles qui lui retirent deux positions de frappe intéressantes.

Martinez : 3/5 : Il est entré sur le terrain. Il a marqué. Il est reparti. Lui il n’en a rien à branler des préliminaires. Il tire son coup et ça lui va. 100% de réussite pour Roger.

Besos Anales,

Diego

Diego

Ce qui ne me tue pas me laisse en vie

Un commentaire

  1. Noir, vraiment? ça doit être un pote à toi, mais tu en fais un peu trop sur un mec qui n’a pas joué ce match…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.