Real Zaragoza-Celta Vigo (0-1) : La Galicia Académie livre ses notes

Dudu est en fait croyant

ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEU ASPAS EST UN DIEUASPAS EST UN DIEUASPAS EST UN DIEU

Les notes :

Javis Varas (5/5) : Il a participé activement au hold-up avec des parades décisives devant Edu Oriol et Aranda. Une aubaine de se l’être fait prêter par Sévilla FC, maintenant faut organiser son kidnapping.

Mallo (3/5) : A défendu, à défaut d’avoir des poils au cul. De rien pour la rime, si je te prends je te lime.

Cabral (3/5) : Continue sa course effrénée aux cartons jaunes, et a tendance à oublier que 1 + 1 = 2. Ça va pour cette fois, mais si quelqu’un pouvait se dévouer pour lui expliquer les règles… merci !

Tuñez (3/5) : Les deux centraux ont fait montre d’une belle complémentarité, Tuñez davantage sollicité mais relativement intraitable lui aussi ; il a bien profité de son Cabral avant retour de permission – comme un symbole de la charnière du Nîmes Olympique.

Lago (4/5) : De droite à gauche, la ceinture de chasteté ; Roberto Lago en fut le dernier verrou contre Zaragoza. Avec ce détail qui fait la différence : il est passeur décisif sur le but de Aspas, en adressant un centre en retrait au timing parfait.

Oubiña (4/5) : Un match émaillé par quelques fautes, c’est vrai, mais beaucoup de ballons récupérés et plutôt bien distribués derrière – tout en jouant vers l’avant, ce qui est très fort. Et puis c’est le capitaine attends, il a une dérogation : pas besoin de sucer pour avoir plus de 3/5.

Alex Lopez (3/5) : Il est capable de beaucoup mieux que cette partie en demi-teinte. Mais on est habitué à son irrégularité chronique, rien de nouveau sous le soleil des tropiques avec Gilbert Montagné et Antoine, qui a attendu vingt ans pour se faire couper les cheveux. Vingt ans !

Krohn-Delhi (5/5) : Très axial dans son positionnement, le Danois était un chien au milieu du champ – vous l’avez ? – et a été à l’origine de nombreuses occasions de but. Cela ne l’a pas empêché de faire par ailleurs, un bon travail de pressing.

Augusto Fernandez (2/5) : C’est un Albiceleste qui n’avait pas le talent de Maradona, ni le doigt de pied – vous l’avez ?

Bermejo (3/5) : Il a joué assez bas sur le champ, et n’a fait que défendre ou presque. Très discret, trop discret, mais je l’aime bien…

Iago Aspas (5/5) : Ce n’est pas un homme, ce n’est pas un héros demi-Dieu, c’est un Dieu. Certes il a été souvent beaucoup trop personnel, mais peut-on en vouloir à Dieu de ne pas connaître les limites de son potentiel technique, étant donné qu’il n’y en a pas ???!!!! De toute façon on s’en fout : Dieu a marqué, Dieu a offert les trois points, c’est ça la morale de l’histoire !

 

Les remplaçants :

Park : L’homme invisible est donc chinois. Ou coréen. Mais invisible.

Bustos : C’est cadeau, c’est Polnareff (aucun rapport avec Bustos, ce qui s’appelle enculer les mouches en plein vol) .

 

Dudu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.