Seville-MU (0-0) : La Raide et Vile Academy livre ses notes.

Ah qu’ils sont naïfs ces petits horsjeuïens. Une paire d’entre eux surtout : la paire Bobby Seafer – Luke Carlton. La bien belle paire de la Raide et Vile Academy, rarement vile mais souvent raide. Mais cette sempiternelle raideur, autant vous dire qu’elle n’a pas parcouru leurs slips depuis un bail. En revanche, vu les hectolitres de bière et de vin triste qu’ils ont éclusé pendant ce match, on peut le dire : ils furent quelque peu noircis, oui.

Mais ne soyons pas trop durs avec eux, car la raison les avait poussés dans de lointains retranchements. Pensez donc : après une défaite pleine de frustration à Newcastle en Premier League (non, on ne vous en a pas parlé, oui on a vu le match, non on n’en parlera pas, oui on est de fait en train d’en parler dans cette parenthèse, non il n’y aura pas d’académie, oui c’est une honte mais moins que le match susmentionné – zut), l’un, les deux, même, ont eu l’idée saugrenue que pour la Ligue des Champions, quelqu’un serait tenté de bien faire.

Quelqu’un ? On vous voit venir à accuser toujours et encore le même. Ah c’est facile de faire peser la responsabilité sur une seule personne quand c’en sont onze autres qui ont finalement la tâche de galoper sur le pré. Alors que faire ? Eh bien ce que l’on fait depuis le début, camarade : on donne notre confiance. On en donne tellement qu’on est obligé de la livrer par tombereaux entiers, d’ailleurs. Épandue par Canadair sur le Théâtre des Rêves les jours de matchs à domicile, et envoyée par jets de bardane lors des déplacement en espérant accrocher des rouges tuniques que l’on espère honorées par ceux qui les portent.

Alors ? Alors ceci ressemble de plus en plus à une trahison. Au nom du macron-saint pragmatisme, on se retrouve à digérer du Perturbator comme de la synthpop sous Tranxen et à mastiquer une délicieuse pizza quatre fromages comme on mâcherait un vieux chewing-gum retrouvé sous un siège de RER. Est-ce le nombre de blessés en défense ? L’épuisement dû à un début de saison lancé sur les chapeaux de roues ? L’arrivée d’Alexis Sanchez qui comme les Gooners nous l’ont prédit, fout tout en l’air ?

Toujours est-il qu’à l’instar de cet éclair rouge qui parcourait la chevelure surexploitée de Paul Pogba il y a un mois, notre image se ternit et atteint le seuil critique du rose pâle, de l’inoffensif fuchsia indigne de notre statut de dominant assoiffé de sang. Mourinho a-t-il le pouvoir de recouvrir toutes ses équipes de la patine de l’ennui ? N’a-t-il aucune honte à se pointer ainsi face à une équipe tout à fait abordable avec moins de projet de jeu qu’un ventre mou de Ligain face au PSG ? Autant de question que nous avons jusqu’alors plus ou moins adroitement évitées, mais qui ne tarderont pas à revenir dans la figure du principal intéressé au moment de faire le bilan. On espère au moins que pour cette compétition, on n’aura pas à le tirer dans trois semaines.


LES NOTES.

De Gea 5/5
Condamné à briller dans une équipe d’astres morts, on se demande bien d’où il tire encore l’énergie pour bondir de la sorte. La rumeur lui prête une prolongation imminente, on ne voit pas trop ce qui le retient à part à encaisser une masse de pognon sans commune mesure.

Valencia 2/5
Voilà, on a atteint le stade de l’essoufflement. Fini de se palucher sur sa condition physique démoniaque, il faut se rendre à l’évidence : passé sa carrure monstrueuse et sa pointe de vitesse de concours, il est redevenu un joueur parfaitement médiocre.

Smalling 3/5
Tout le monde a vu son placement atroce sur la grosse occasion de Séville en fin de première mi-temps ? Bien. Ça doit faire autant de monde qui n’a pas vu une prestation certes loin d’être impeccable, mais toutefois pas aussi dégueulasse qu’on le dit.

Lindelöf 3/5
Pas d’erreur de débutant à signaler, mais une performance aux confins du quelconque, communsymbole de la prestation générale.

Young 3/5
Ah ça il s’est battu. Vu le soutien offensif qu’il a reçu (on parle d’un latéral, je rappelle), on imagine qu’il a été le seul à dire non aux quarante assiettes de tapas en arrivant à l’hôtel.

Matic 4/5
Seul gaillard à peu près concerné par le fait de jouer un match de foot de notre côté. Son rôle n’étant pas de marquer, on ne peut pas lui en vouloir non plus.

McTominay 3/5
Sacré petit bonhomme, quel plaisir d’assister à son ascension (retrouvera la réserve la saison prochaine après les arrivées successives de Vidal et Milinkovic-Savic).

Herrera NN
C’est plus un match ou deux, c’est carrément toute sa saison qui est à oublier, là.

Sanchez 1/5
Crack. Mais addict.

Mata 2/5
Jamais il ne renonce. Jamais il n’a l’espace que des coéquipiers habitués à le voir jouer à son meilleur poste lui donneraient.

Lukaku 2/5
Gros mental, gros volume, gros corps, gros raté.

SUBS.

Pogba 3/5
Ok il semble diminué physiquement. Il a toutefois tenu son rôle sans broncher, en attendant de retrouver celui qu’il doit avoir et assumer : celui de leader de cette équipe.

Martial NN
Bonne entrée, mais allez savoir pourquoi, les adversaires ne semblaient pas assez fatigués pour subir ses gri-gris.

Rashford NN
Part en fin de saison, signe à Naples, revient pour 280 millions dans 3 ans avec la promesse d’inscrire 25 buts par saison. Good old Mourinho.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.