Arsenal – Burnley (5-0) : La Gunners Academy a chialé pour Wenger

Après l’échec cataclysmique qu’a connu Arsenal en Europa League, la saison n’a plus d’intérêt. Ah oui, si vous n’avez pas compris, on ne parlera pas du match contre l’Atletico. Elle a été minable cette saison. Quand viendra l’heure du bilan, ça va chier. Mais en réalité, il reste un dernier petit instant de bonheur, de joie, d’allégresse. Et ce moment, c’est ce match contre Burnley, notre concurrent direct. La der des ders de Monsieur Arsène Wenger à l’Emirates.

Et pour l’occasion, le club va organiser un bordel géant. Hommages à gogo, de grosses larmes partout, une ambiance de folie dans le stade. On en oublie presque qu’il y a un match. Alors parlons-en, rapidement.

C’est donc le 7e de Premier League qui se déplace à l’Emirates. Burnley sera européen la saison prochaine et Sean Dyche a fait du boulot. Bon, pour l’occasion, Wenger fait tourner. Cech retrouve sa place aux cages, Mavropanos et Chambers sont alignés pour la deuxième fois consécutive en Premier League, Kolasinac à gauche. Wilshere recule d’un cran aux côtés de Xhaka. Iwobi prend le jeu, Mkhitaryan à droite, Aubameyang à gauche (en réalité, les deux vont beaucoup permuter). Lacazette en pointe. Roulez, jeunesse.

L’œuvre…

Le match est sympa à suivre. Arsenal joue plutôt bien, Burnley pas du tout. Je ne sais pas si l’ambiance leur fait peur (ils n’ont pas l’habitude, on est à l’Emirates), mais les mecs n’ont pas du tout envie de se bouger le cul.

A la mi-temps, 2-0. Peinard. Lacazette pour Aubamayang et puis Bellerin pour Lacazette. Ca joue bien, il y a de jolis mouvements, les mecs font kiffer. BAH NORMAL ! IL N’Y A PLUS RIEN A JOUER. ON A TOUT PAUME. BANDE DE GUIGNOLS.

Bref, pardon, reprenons-nous. La deuxième mi-temps est du même acabit. On en colle trois de plus, un doublé pour Aubam’, un but de Kolasinac et même Iwobi réussit à marquer (du gauche, en plus, bordel).

Voilà.

Sinon.

Tout le monde n’attendait qu’une chose : la fin du match.

Les artistes…

Cech (4/5) : Il n’a pas eu grand-chose à faire. Même pas sûr que Burnley ait cadré une seule fois. Faudrait vérifier mais j’ai la flemme.

Kolasinac  (4/5) : C’est cool de le revoir à un niveau correct, voire bon. Et il marque en plus. Grosse frappe de bourrin.

Chambers (4/5) : Sans déc, mec. Pourquoi il se met à être bon comme ça d’un coup ?

Mavropanos (4/5) : Deux titularisations de suite, deux perfs de bonne facture de suite. Allez hop. Tranquillement, il montre qu’il en veut, qu’il est sérieux, qu’il a du potentiel. Ne nous enflammons pas, on en a vu des génies qui ont dérapé. Mais c’est positif.

Bellerin (3/5) : Moyenne parce que deux passes décisives. Mais purée, quelle escroquerie. La période incroyable où il n’a pas été trop mauvais – un match – est révolue. Défensivement, c’est cata.

Xhaka (4/5) : Excellent match. Burnley lui a fait la fleur de ne jamais l’embêter, de le presser. Donc forcément, le mec fait un match de patron. En métronome.

Wilshere (4/5) : Bloody brilliant. Il y avait du « Baby Wilshere » en lui sur ce match. Quelle vista parfois. Sur le but de Kolasinac son boulot est incroyable.

Iwobi (4/5) : Bah voilà. Son meilleur match depuis… Non, en fait c’est presque son seul bon match depuis… Merde, bon, tant pis, j’en sais rien. Il est nul d’habitude. Contre Burnley il a été impeccable. Appliqué, dispo, altruiste… et buteur.

Aubameyang  (4/5) : Double buteur. Percutant et toujours autant impliqué. Il fait plaisir. L’entente avec Lacazette est à creuser. Agréablement surpris, pour l’instant.

Mkhitaryan (4/5) : Je commence à en avoir ras le fion de coller des superbes notes à tout le monde. Bon, pour le coup, lui, Mkhi, n’en a pas souvent eu, de mauvaises.

Lacazette (4/5) : Rarement vu un mec qui a autant la dalle. Surtout à Arsenal. Tu sens que la Coupe du Monde arrive et qu’il veut se montrer. Si parfois il trifouille un peu trop la balle à mon goût, il se bat comme un timbré pour la récupérer. Calme-toi, Alex, on n’est pas habitué. Et encore buteur : 8 pions en 9 matchs.

Les intermittents du spectacle…

Ramsey (3/5) : Je ne sais pas ce qu’il a réussi ni ce qu’il a raté.

Welbeck (3/5) : Grosse praline sur la barre, purée. J’y ai cru.

Mertesacker (3/5) : La dernière pour le Big Fucking German à l’Emirates aussi. Pas toujours été fan du joueur (jamais même), mais grand homme, super sympa, mec bien, aimé de tous. Bel hommage à lui aussi. Les fans s’extasiaient à chaque touche de balle. C’était fun.

Le temps additionnel…

Le club a voulu se faire plaisir avant le match en tweetant la première compo de Wenger à domicile.

Le collègue de la Gunners Academy a peut-être trouvé la solution miracle.

Vous avez sûrement tous vu les images, mais en-voici quelques-unes.

Galerie

Sinon, on est débarrassé de Stoke. Ciao, pantin.

C’est le foutoir pour la succession de Tonton. C’est un mic-mac géant, un bordel sans nom. Mais je n’ai pas voulu en parler lors de cette acad’. Ce qui était important, c’était l’hommage rendu.

Merci Arsène.

Ray Parloir.

Ray Parloir

Franco-australien au cerveau complètement azimuté par tant d'années de dépression

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.