Aves Porto (1-1) La Dragão académie livre ses notes

Bom Dia. Entre la ligue des champions et le Classico, c’est compliqué de trouver de la motivation pour jouer à Aves. Oui mais en fait, il suffisait de tuer d’entrée le match #Astuce. Bref c’est bien d’avoir de la marge pour les désastres comme celui-ci.

O Equipe :

Sergio récupère Soares et Marega, Otavio est toujours aux soins.

——————–Sa—————–
Ricardo-Felipe-Marcano-Telles
————–Danilo—————
Corona–Herrera–Brahimi
—–Soares—Aboubakar—

O Jogo :

Dès le début, ça ne sent pas bon. A la 3e, Aves se retrouve en 2 passes dans notre surface mais Salvador ne cadre pas. On tient un peu le ballon mais sans mouvement. Quand d’un coup, Soares voit le départ de Ricardo et le sert parfaitement. Le latéral ne tremble pas et bat le gardien (0-1, 5e). On se met alors en mode offensif, on est extrêmement haut avec beaucoup trop de monde proche de la surface. Alors oui, on récupère et Soares a une grosse occasion. Mais à la perte de balle, en une passe, les joueurs adverses se retrouvent dans le meilleur des cas en un contre un, ou en surnombre. Le problème c’est qu’on ne défend pas. À jouer comme des glands, on manque de prendre un but mais la barre sauve Sa sur une frappe au point de penalty. On essaie alors de calmer le jeu en faisant tourner la balle, ceci pour faire sortir Aves qui nous attend en sentant qu’on est venu jouer un match loisir, tout pour l’attaque. Et qu’on va gentiment s’ouvrir comme si on s’était enfilé du poppers. On a décidé de faire un atelier « toutes les conneries du monde en un coup ». En gros les centraux et Danilo veulent relancer, les ailiers viennent demander dans les pieds mais les latéraux ne montent plus, on est donc arrêtés. Un coup à droite, un coup à gauche, les seuls donnant du mouvement sont les attaquants qui reçoivent des missiles transatlantiques à jouer dos au but.

On n’est pas concerné par ce match. C’est tellement affligeant que même une déclaration de Wauquiez l’est moins. Heureusement que Sa est concentré sinon on perdrait deux ou trois à un. Le pire, c’est qu’on a des occases, mais la maladresse de Soares et Aboubakar fait qu’on n’aggrave pas le score. Autour de la demi-heure, on se dit que faire des passes et combiner ce n’est quand même pas si con. Mais on se rend compte aussi que sur un terrain digne des meilleures pelouses de troisième division de district de la ligue NPDC, c’est moins facile. José Sa n’a pas le temps de s’ennuyer. Abandonné par sa défense, il réalise une belle sortie dans les pieds de l’attaquant parti seul dans le dos de tout le monde. Le match est pourri, sur un faux rythme mou, entrecoupé de petites fautes et obstructions, du moment qu’un mec réussit un dribble ou à courir avec le ballon. Mi-temps qui ressemble plus à un match de pré-saison qu’à un match de championnat. On n’est pas malheureux d’être devant car Aves a eu des occases, bien aidé par notre nonchalance plus qu’à une grosse envie ou un gros match de leur part.

On attaque la seconde période sur le même rythme, sans accélérer et avec trop d’imprécisions. Le problème n’est pas tant que l’on est maladroit dans le dernier geste, mais qu’on est tellement à la ramasse défensivement et dans l’envie que trois passes suffisent à nous transpercer. Évidemment, on n’est pas non plus inquiet : en étant nuls, on a à peu près la maîtrise sur le match, et il faudrait un coup du sort pour changer le fil de cette monotonie. C’est donc sur ce sentiment que Corona décide de balancer une semelle gratis à un joueur d’Aves, et de prendre son deuxième jaune. Rassurez-vous, il ne passe pas par la case départ et ne touche pas les 20 000. Sergio réagit en faisant entrer Maxi pour Soares et bloquer les couloirs. Oui, on vire un attaquant pour garder le score alors qu’en jouant à peine on doit mettre le second. Une stat résume bien le néant que l’on produit, à la 60e on n’a plus cadré une frappe depuis le but de la 6e. La différence depuis que l’on est à dix, c’est qu’on joue plus bas mais paradoxalement Aves ne s’approche plus de la cage de Sa.

Tu sais comment ça marche hein : alors que je me fais cette remarque pertinente, sur un centre lointain Gomes coupe en devançant tout le monde et trompe Sà. 1-1, catastrophe balle au centre. Aves s’emballe, et on n’est toujours incapable de hausser notre rythme de sénateur socialiste se faisant déborder par Macron. On a un éclair quand Danilo trouve Aboubakar seul qui vendange. C’est trop pour Sergio qui décide de lancer Marega à sa place. Du coup on essaie de forcer la décision, Aves recule enfin mais Danilo, Brahimi ou Herrera ne trouvent pas le cadre. Preuve qu’on reprend le dessus ? Quim et ses 52 ans prennent un jaune pour gain de temps à la 73e minute, à 11 contre 10. 90e : sur un long coup franc le ballon est mal repoussé, Danilo passe devant le défenseur qui lui met un coup de pied et reste au sol. L’arbitre sûr de lui ne demande pas la vidéo YAPAPENO. Fin du match, on se rassure en se disant que pour le Classico, on sera au taquet car ils sont revenus à 3 points.

 

O Dragoes :

Sa (3/5)
Connaître et appliquer les consignes d’urgence quand le bateau coule, c’est bien. Le problème c’est que le bateau coule quand même.
Ricardo (3/5)
Le but qui sauve sa prestation moyenne.
Felipe (2/5)
Mettre des coups de pelle aux adversaires et balancer des parpaings, ça ne veut pas dire construire.
Marcano (2/5)
Il aurait pu lancer la révolte mais a préféré pédaler dans la paëlla visiblement.
Telles (1/5)
Putain mais même les coups de pied arrêté t’avais pas envie, sérieux.
Danilo (3/5)
A surnagé dans ce désastre, ne peut pas compenser 9 plots.
Herrera (1/5)
Aïe Caramba !
Brahimi (2/5)
Trop peu d’éclairs et d’occasions, le héros est fatigué.
Corona (0/5)
La seule chose à ne pas faire était de leur donner de l’espoir. Tu feras mère Teresa en tribunes pour le Classico.
Soares (3/5)
Beaucoup de déchet, mais sa passe pour Ricardo est magnifique.
Aboubakar (1/5)
Tu dois tuer le match, pas le pigeon.

 

O Banco :

Maxi (1/5)
C’est con t’es entré pour blinder, et le but vient de ton côté.
Marega (2/5)
Volontaire mais hors de rythme, comme le reste de l’équipe. Mais lui revenait de blessure.
André Pereira (Nao Bigode)
Pas eu le temps de se montrer.

 

Remarques à la con :

  • Salvador l’attaquant d’Aves est une fusion entre Valbuena pour la dégaine et le gros cul de Simao.
  • Paulo Machado, ex-Saint Etienne et Toulouse, est maintenant à Aves.
  • J’ai demandé à Bruno Derrien sur Twitter si lui aurait sifflé pénalty. La vidéo, si l’arbitre ne la demande pas, ça ne sert à rien…Mais bon la vidéo ça ne sert à rien CQFD.

     

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries c’est possible sur TWITTER @franckhomer

 

Beijos anal,

Homerc

Homerc

Né un soir de mai 1987 devant une talonnade devenu mythique. Tranchant comme Couto, précis comme une trivela de Quaresma, Dingue comme Futre #Troll #Sexe #RockNRoll

5 Comments

  1. Aucun gif ? Ça n’a pas l’air d’aller. Je vous proposerai bien de regarder le match d’Arsenal mais j’ai peur que cela n’arrange rien.

    • Non trop nul, trop pas de mal à écrire sur cette bouilli, et trop tourner vers le Clássico comme tout le Portugal.

  2. Je profite d’ailleurs de ce petit temps en votre compagnie pour vous affirmer que l’absence de gif ne déçoit pas tout le monde, bien au contraire. Doux baisers dans votre cul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.