Angleterre – Panama (6-1) : la Pas Normal Papers Académie a pris cher

L’heure est grave, le peuple panaméen est fier, mais a mal au fion.

Messieurs,

Nous sommes quelque peu perturbés par les événements récents. Dans notre insondable quête de justice et de vérité, l’équipe des Pas Normal Papers était confrontée au perfide peuple anglais, grand amateur d’argent délocalisé, de produits consommables impropres à la consommation, ainsi que d’éliminations affligeantes et pathétiques dans le plus important tournoi du sport qu’ils ont inventé.

Les Anglais méritaient un triste sort, tant ils ont profité des possibilités offertes par le corrompu gouvernement de notre beau pays. Bien sûr, il y eut une formidable réussite, avec l’aide de ce héros des temps modernes qu’est Gordon Parry. Les lingots qu’il a tchourave, caché dans les coffres panaméens, nous a grandement servis. Notamment dans la construction de notre fausse équipe de football, payant les entraînements de nos fiers agents pendant des années.

Mais bien d’autres se sont servis de nous. Parmi ces personnes, Sarah Ferguson, duchesse d’York, ex-épouse du prince Andrew. Cette VIP avait monté son petit clan de « stars », mandatée par la couronne britannique, qui avait pour objectif de perturber nos agents dans la préparation de leur entreprise de dénonciation mondiale, lors de cet été russe. Ainsi, nous voyions débarquer au Panama Simon Cowell. Ce dernier, trop occupé à dessiner des ronds bleus et des croix rouges, sans pour autant jouer au morpion, nous fit bien rire.

Le piège fut presque parfait quand Emma Stone nous fit un numéro de culpabilisation. Alors que nos agents commençaient à pleurer, l’un d’entre eux, habilement, revenait avec la preuve que cette justiciableère des temps modernes, pourfendeuse d’inégalités, utilisait une société off-shore panaméenne. D’un coup de pied au cul, sans oublier quelques selfies, nous la renvoyions d’où elle venait, et les visites de plusieurs députés anglais, en particulier ces messieurs-dames de la chambre des lords, Michael Ashcroft, Michael Mates et Pamela Sharples, dont nous tairons les noms, n’y changèrent rien. Tout comme celle du père, en personne, de l’ancien PM Cameron. Justice sera rendu sur le terrain, pensions-nous alors. Justice que l’ancien flamboyant buteur de Newcastle (pun intendedAndy Cole voulut nous empêcher de faire régner, en souhaitant nous vendre ses conseils footballistiques contre une défaite face aux Three Lions au Mondial. Nous refusions.

Voici la liste des agents opérant en Russie contre l’Angleterre. Et vu leur visage au retour de mission, ils eurent bien des choses à raconter. Rappelons que nous utilisons tous, ici, des pseudonymes et que nos étonnantes révélations ne peuvent aucunement nous valoir d’y répondre devant une cour de justice, car fictives.

Jaime Penedo – Michael Murillo, Roman Torres, Fidel Escobar, Erick Davis – Gabriel Gomez – Armando Cooper, Anibal Godoy – Edgar Yoel Barcenas, Bla(ah)s Perez, Jose Luis Rodriguez. Ainsi que : Abdiel Arroyo, Ricardo Avila et Felipe Baloy.

J’ACCIOUZE

COUPABLE, le dénommé Jesse Ringard, non pas d’un très joli but, claqué dans notre lunette, mais de pas de danse ridicules et pénalement répréhensibles avec le dénommé Paul Pogba, psycho-narcissique patenté de son état. Jesse a bien évidemment un coffre dans notre beau pays, où il range ses justaucorps pour ses galas de cha-cha intersexes au Las Zgegas Club de Panama City, où il est mieux connu sous le pseudonyme de Jessylin Gard. Les services sexuels qu’il rend notamment à Dries Mertens ne sont pas des faits que nous souhaitons néanmoins divulguer.

COUPABLE, le dénommé John Stones, d’avoir très tôt entrepris la démolition de nos anus alors que la rébellion que nous composons avait claqué tout son argent sale sur son but contre la Tunisie, qu’il ne mit jamais. Peu habitués aux paris sportifs, nos agents ont finalement cru que leurs mises seraient reportées sur notre match. D’où les deux pions de Jean Cailloux. Bien mal nous en a pris, au lieu d’un simple poing, nous voici avec un petit doigt coincé en plus.

COUPABLE, le dénommé Harry Kane. COUPABLE, COUPABLE, COUPAAAAAAABLE ! Nous qui cachions de compromettants documents montrant l’attaquant de Tottenham, très intéressé par l’argent comme ses coéquipiers en club, lors d’affligeantes performances à l’Euro 2016, nous voilà bien feintés. Contre son silence, certains matches avaient été tus. Des rencontres frisant le ridicule pour un avant-centre qui enfile les buts comme le gouvernement nous enfile. Alors, désormais, tout est disponible sur YouTube, afin que personne n’oublie qu’un jour, Harry Kane ressemblait à cela.

CHEVANALIER DU MÉRITE, le dénommé Felipe Baloy, il Professor, pour service rendu à l’accomplissement de la révolution populaire panaméenne. Lors de cette mission qui s’annonçait peu reluisante pour nos agents, il a fièrement porté la Nation au bout de sa chaussure, marquant le premier et, pour l’instant, unique but de notre beau pays en Coupe du monde. Il devient au passage devenu le 4e plus vieux buteur de l’histoire d’un Mondial, ou quelque chose comme ça. GLOIRE AUX GROSSES BALOY ! GOL DE PANAMA ! GOL DE MI PAIS comme on dit !

Nous terminons notre entreprise secrète face aux Tunisiens, peuple qui, lui aussi, a aspiré et aspire à la liberté, trop longtemps tourmenté par ses dirigeants corrompus.

HASTA LA REVOLUCION DANS TON SLIP !

Norieganal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.