Brésil – Croatie (3-1) : la Hrvatska Académie livre ses notes

 

Dobar dan Francuzis !

 

Bon, cette Coupe du monde démarre bien, y’a pas à chier. Un penalty inexistant, un but refusé alors qu’il était valable, un 3e but anecdotique, mais si tu siffles la faute sur Julio César alors tu siffles aussi celle sur Perisic qui permet à cet enc… d’Oscar d’aller marquer le 3e. En tout cas, belle performance anale de l’arbitre Yuichi Nishimura : on se souvient de Byron Moreno (arbitre équatorien) qui avait bien aidé les Coréens face à l’Italie. L’Asie a décidé de renvoyer l’ascenseur à l’Amérique du Sud avec ce bel arbitrage maison qu’on risque de revoir malheureusement. Pour être tout à fait honnête, Lovren essaie quand même d’accrocher le sosie de Francis Perrin, mais ce dernier se laisse tellement tomber comme une merde qu’il est difficile de ne pas l’insulter. Après, on va pas tomber dans la théorie du complot, on sait que les équipes qui jouent à domicile sont souvent avantagées par l’arbitre en Coupe du Monde. Néanmoins, cette victoire a dû rassurer les autorités brésiliennes qui auraient sans doute retrouvé le pays à feu et à sang si le score en était resté à 0-1, voire même 1-1.

FredFred s’est visiblement déjà entraîné

En tout cas, sur ce qu’on a vu sur ce match, on peut dire que le Brésil n’a pas impressionné. On peut même qu’il s’est un peu fait dans le froc.  Et ouais, caca mou, caca mou, ca-Kamoulox ! Les patrons sur le terrain c’était les Vatreni, et avec une équipe bandante sur le papier : un 4-5-1 composé de 6 joueurs à vocation offensive. Niko Kovac était pas venu pour enfiler les perles et ça fait du bien ! Après, on a vite vu les limites de cette compo, notamment quand il fallait aller disputer des ballons au milieu : même si Modric ou Rakitic ont fait preuve de beaucoup de hargne et de volonté, il manquait à la sélection à l’échiquier un vrai chien pour aller chatouiller les chevilles des danseuses du Bois de Boulogne. C’est pourquoi on a souvent vu Neymar venir perforer plein axe, et c’est aussi sur une perte de balle dans cette zone qu’est venu le 3e but. Le retour de Mandzukic devrait permettre de rééquilibrer un peu la balance attaque-défense, et sans doute que Vukojevic fera son retour dans l’entrejeu.

Pour finir, on va retenir cette magnifique déclaration du transexuel obèse qui sert de capitaine cette équipe de shemales :

L’entraîneur croate dit qu’il n’y a pas penalty ? Alors allez lui dire que même sans le penalty, le score serait de 2-1 pour le Brésil. Avec ou sans le penalty, nous aurions gagné le match. J’en suis sûr. Je ne répondrai pas aux gens aigris qui se trouvent des excuses. (…) Le penalty ? Si les Croates ont un problème avec ça, c’est le leur, pas le mien. Je suis déjà concentré sur le match face au Mexique. Plutôt que pleurnicher sur l’arbitrage, l’entraîneur croate devrait régler ses problèmes tactiques. Il voulait que nos joueurs soient marqués et il a laissé Neymar tout seul.

OK mon pote, je te conseille jamais de venir passer tes vacances sur la côte dalmate, tu risquerais de faire de mauvaises rencontres. Et puis Thiago Silva qui demande aux Croates d’arrêter de pleurnicher, j’ai juste envie de lui rappeler ça :

[jwplayer mediaid= »46986″]

Ma jépatouchéo !

 

La compo :

Compo

Comme je l’ai dit plus haut, Kovac avait choisi la « formule offensive« . Un milieu à 5 renforcé et composé de 4 milieux offensifs (avec le duo de récupérateur le plus classe du monde Modric-Rakitic) et un mec qui n’a rien à faire là (Olic, attaquant de formation), comme on le verra dans les notes. Derrière, c’est du classique, même si Vrsaljko a été préféré à Pranjic, et que c’est Pletikosa qui est aligné dans les buts. Kovac a sans doute voulu préférer l’expérience internationale de ce dernier. Ou alors il s’est rendu compte que Subasic est vraiment trop nul.

 

Les notes :

Pletikosa (2/5): une belle horizontale sur une frappe d’Oscar en 1e mi-temps, juste après avoir repoussé avec ses planches à pain une frappe à bout portant de Neymar. Ensuite, le drame. On sent le poids de ses 48 années avec son plongeon merdique sur la frappe toute pourrie de Neymar. Puis il passe à 2 doigts de détourner complètement le tir de la danseuse à crête, avant de se trouer une dernière fois sur un pointu dégueulasse d’Oscar (là aussi, il faisait bien ses 64 ans).

Srna (3/5) : il a verrouillé sn côté et n’a pas pris trop de risques. Les Brésiliens avaient bien compris que c’était plutôt sur l’autre aile qu’il fallait passer.

Lovren (2/5) : du physique, et pas de cerveau. Une faute à la con sur laquelle Fred exagère largement la gravité, mais mec, t’es dans la surface. Tes bras, t’évites de t’en servir pour accrocher les attaquants. Sinon, on l’a vu remonter la balle à grands enjambées… avant de donner à Modric ou Rakitic à 2m de lui, tant on avait l’impression qu’il ne savait pas quoi faire de la balle en fait.

Corluka (2/5) : comme son pote, il se fait trouer par Neymar sur le 1er but (bien peu protégé par le 1er rideau défensif, il est vrai). Comme son pote, il a pris un jaune. Comme son pote, il se ramasse un 2 parce qu’il fait pas déconner non plus.

Vrsaljko (1/5) : les offensives sont souvent venues de son côté et il s’est fait baladé à chaque fois que la balle venait vers lui. Un match bien pourri pour un joueur au nom imprononçable. On espère ne plus le voir.

Modric (3/5) :  il s’est coupé les cheveux et ressemble donc moins à David Guetta. Mais il n’a rien perdu de son talent. Employé un peu à contre-emploi dans ce rôle de relayeur, il a essayé d’allumer quelques mèches avec des frappes de loin, mais sans réussite.

Rakitic (3/5) : comme son compère de l’entrejeu, l’autre champion d’Europe croate a joué à contre-emploi. J’attends de le voir un peu plus haut sur le terrain pour le juger sur sa vraie valeur.

Perisic (3/5) : bon match de l’ex-Sochalien. Très remuant sur son aile droite, il a balancé une belle frappe en fin de rencontre (alors que le score était toujours de 2-1), mais Julio César (qui joue à Toronto, rappelons le et souvenons en nous pour plus tard) l’a bien détourné. C’est lui qui perd la balle sur le 3e but brésilien quand même.

Kovacic (2/5) : dans une position de meneur de jeu, le jeune international de l’Inter a semblé en-dedans. Pétrifié par l’enjeu ou autre, il n’a jamais su faire la différence face à la charnière parisienne. Dommage. Remplacé à la 61e par Brozovic (non noté) qui n’a pas fait mieux.

Olic (2/5) : alors oui, il se créé la 1e grosse occasion pour les Vatreni avec cette tête qui passe de peu à côté. C’est aussi lui qui centre quand Marcelo met le CSC. Mais putain, qu’est-ce qui te prend de tenter des roulettes et des rateaux à 40m ? Résultat, les Croates perdent la balle et concèdent une occasion au Brésil. On espère qu’il sera meilleur en pointe avec Mandzukic. Ah oui, et il ne fait pas faute sur Julio Cesar.

Jelavic (1/5) : heureusement que Marcelo est derrière pour marquer parce que son raté à 5m des buts était quand même assez dégueulasse. Après, il mettra une autre tête , bien servi par Rakitic, et c’est tout. Heureusement, il devrait retrouver le banc au prochain match. Remplacé à la 78ème par Rebic (non noté) pas vu, pas pris.

  

Bog !

 

Slaven Stilobic

Roland Gromerdier

Né dans le Chaudron, de la verveine coule dans mes veines. Mes analyses sont aussi carrées que les poteaux de Glasgow. Peu importe les époques : je n’oublie jamais qui sont les plus forts.

Un commentaire

  1. T’as bien raison, Thiago. Et encore, si Marcelo leur offre pas le but, ça fait 2-0, par la grâce de Jesus à qui tu appartiens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.