Ecosse – Danemark (2-0) : La Sylvitartan Academy est sur un petit nuage.

L’irrationnel est ce qui nous fait aimer ce sport, et tant de choses dans la vie. Quelles sont les raisons qui font qu’au milieu des années 2000, je me prends d’amour pour un club dont tout le monde se fout en France ? Pourquoi Heart of Midlothian et pas un autre ? Je ne me l’explique pas et cette académie ne l’expliquera pas.

De cette union improbable naitra un autre amour, plus large, pour un pays. Alors que j’aurai pu m’en tenir au simple clubisme, mon cœur a décidé qu’il y avait assez de place pour l’Ecosse à part entière. Un pays lié à la France par la fameuse Auld Alliance mais dont moi je me bats royalement les couilles, pour utiliser quelques traits de vulgarité. Ce qui me plait en Alba, c’est un mélange de choses, liées avant tout, au sport.

Jamais l’Ecosse ne doit gagner et, d’ailleurs, jamais elle ne gagne. Elle reste même dans l’ombre de son voisin l’Angleterre. Créateur de presque tous les sports, meilleur que ses frères, plus grands, arrogants, qui a toute la culture… La Calédonie a ça de magnifique qu’elle s’en fout. Elle aura ses coups d’éclats, mais jamais ses titres. Elle deviendra le perdant magnifique qui attendrit tout le monde.

Il y a aussi ce peuple. Fier, battant, bruyant mais si accueillant. Chaque personne étant allé la-bas, ou chaque rencontre avec des Ecossais se termine par la même phrase : « C’était le meilleur moment de ma vie ». Je me rajoute à ce concert de louanges. Il ne m’aura fallu qu’une semaine à Edimbourg pour attester de tout ça. Et renforcer encore plus l’amour que je porte à ce pays, rempli de barjots adorables.

Et puis, il y a le football. On y revient toujours. Dans un monde toujours plus imbuvable, il existe ce pays. Ses arbitres nuls, ses joueurs fantasques et fantastiques, ses histoires farfelues qui continuent encore aujourd’hui de remplir les recueils. L’Ecosse, une sorte de capsule temporelle où la passion reste présente, malgré le gagne terrain réalisé par l’argent et ses conséquences. Voir une piste de stock car autour d’un terrain de football, voir des mouettes attaquer un match ou bien un club se revendiquer biblique pour la blague… Tout ceci peut paraître farfelu, mais c’est parce que ça l’est que c’est beau.

Vous devez vous demander, pourquoi ces paragraphes ? Et bien parce qu’il me semblait idoine en ce soir de fête de vous expliquer ma raison de cet amour presque insolite envers l’Ecosse. Tout ces éléments qui font que de temps à autres, je prends ma plume virtuelle pour vous narrer, plus ou moins bien, les aventures de cette sélection et même de Hearts, quand le temps, l’envie et la motivation sont présents.

Je sais que vous pourrez vous dire que je suis un faux fan, un escroc et, au fond, je m’en fous. J’ai quelque chose qui m’anime et pour cette rencontre contre le Danemark, ce quelque chose m’a presque filé des larmes de joie sur le premier but. Voir John Souttar, après toutes les galères vécues, marquer d’une tête placée et transformer Hampden Park en chaudron, ça n’a pas de prix.

Assister au but de Ché Adams pour sceller le sort du match et donner la première défaite de cette campagne de qualification au Danemark, c’est beau. Toute cette équipe est belle et ce qui se passe autour de Steve Clarke depuis son arrivée est sublime. Car plus beau que la passion, le rêve.

Depuis 2 ans, l’Alba gagne et parfois, de belle manière. Les joueurs peuvent changer, l’état d’esprit reste le même et la passion est forte. Il n’y a qu’à voir les tribunes d’Hampden pour s’en rendre compte. Souvent boudée, l’équipe nationale est maintenant soutenue et ce, régulièrement et vocalement.

L’Ecosse est barragiste pour la prochaine Coupe du Monde et même tête de série. En 2019, quand le Kazakhstan l’emportait facilement 3-0, personne n’aurait misé sur un tel renversement. Messieurs, merci pour ce moment. Mars arrivera bien assez vite pour peut-être, retrouver le perdant magnifique. Quoi qu’il arrive, je serai là. Et rien ne pourra m’empêcher d’être parmi ceux vibrant à distance pour une nation qui, sur le papier, n’a aucune connexion logique avec moi.

Les joueurs :

Craig Gordon (4/5) : Craigy G <3 Peu d’arrêts à faire, mais les faire bien c’est ce qu’il sait faire. Donc cœur sur sa tronche de beau gosse.

Stephen O’Donnell (3/5) : Il remplaçait Nathan Patterson, suspendu. On pouvait craindre le pire, il n’en fut rien. Bon match pour SOD.

John Souttar (4/5) : Soapy <3. Tu mérites tellement ce but, cette titularisation, tout. Tu es grand.

Liam Cooper (4/5) : Maxi Cooper.

Kieran Tierney (3/5) : Kieran est génial. Bisous.

Andrew Robertson (3/5) : Désolé Liverpool, on vous le rend cassé :/

John McGinn (4/5) : Que son fessier soit statufié. Son immense et glorieux boule. Sinon, We’ve Got McGinn….

Billy Gilmour (4/5) : Et donc, on va me faire croire que ce type est pas assez bon pour jouer à Norwich ? MDR !

Callum McGregor (3/5) : Invisible, dans le bon sens du terme. Pas flashy mais efficace, on aime ça.

Ché Adams (4/5) : On ne remerciera jamais assez ses grand-parents pour lui avoir donné la double nationalité. Qu’ils soient bénis.

Ryan Christie (3/5) : A beaucoup couru pour aider l’équipe et l’a fait admirablement. Rôle d’une ingratitude folle.

N’hésite pas à claquer un follow sur Twitter auprès de @ScottishFR si jamais tu as envie d’en savoir plus sur le foot en Écosse. Sinon, n’hésite pas à soutenir HorsJeu en cliquant sur le bouton «Faire un Don». Et si tu as envie de rejoindre la formidable famille des académiciens, le bouton «Rejoins-Nous» est fait pour ça.

Patrick Kiss-Mambo

6 commentaires

  1. On espère vous voir à la prochaine Coupe du Monde, surtout si vous pouvez éliminer l’un ou l’autre champion d’Europe au passage.

  2. Ca fait bizarre de voir une note chiffrée à coté du nom de Coop. On n’aurait pas imaginé qu’il puisse avoir une si bonne note, en même temps, elle nous parait bien faible.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.