Finlande-France (0-2): l’Académie Française finit bien l’année

Après coup, l’Académie Française regrette de ne pas avoir emmené Santa Clauss au Pays du Père Noël.

Trois jours après la démonstration face au Kazakhstan et la qualification à la Coupe du Monde 2022, l’Equipe de France se déplace en Finlande pour le dernier match des Éliminatoires.

C’est aussi la dernière rencontre d’une année intense lors de laquelle les Bleus ont presque tout bien fait. Comme l’a répété Deschamps, ils n’ont raté que dix minutes face à la Suisse mais cela a été une véritable déception. Tout comme celle qu’a vécue Didier Décampe en découvrant l’état du studio de l’Académie Française au retour de son court voyage. Des gribouillis par-ci, des boules de papiers par-là. Sans oublier les casseroles sur l’évier et les sous-vêtements sales qui traînaient un peu partout… Et même des traces suspectes sur son fauteuil orné de deux étoiles. La tristesse qui l’a envahi a vite été remplacée par une colère noire. Il avait pourtant prévenu : « veuillez rendre l’endroit aussi propre que vous l’avez trouvé ». Et c’est ainsi qu’il m’a ordonné de revenir faire le ménage afin qu’il puisse passer les fêtes avec Noël dans un endroit plus net que le siège de la fédération. Je ne travaille pas vite, je suis donc dans l’obligation de rester quelques jours de plus. Heureusement, Monsieur Décampe a une petite collection de DVD qui m’aidera à lutter contre la solitude. Ah ! Et tant que j’occupe le poste du patron, je compte bien profiter de la prime de fin d’année de Horsjeu et demander aux Bleus qu’ils me rapportent de Laponie des cadeaux pour mes proches. Autant joindre l’utile à l’agréable.

La composition :

Digne et Dubois, sur le terrain mais pas trop

Deschamps avait prévenu : il y aura des changements. En défense, Lucas Hernandez est numériquement remplacé par Zouma, qui prendra place au centre. Upamecano lui, glissant à gauche. On ne prend pas si facilement le siège au fond du bus.

Un cran plus haut, Théo Hernandez et Coman voient Digne et Dubois occuper les ailes alors que Kanté fatigué, tu te reposes. No problem, Tchouaméni qualities.

Et devant, Benzema souffle au profit de Diaby qui se voit récompensé de sa très bonne entrée lors du match précédent.

Le résumé :

Allez directement à la deuxième période

Le match :

Nous nous sommes vraiment ennuyés en première période. La faute à un manque de mouvements mais aussi parce qu’avec ce système, l’animation dépend énormément de la capacité des pistons à provoquer et à déborder. Et les hommes choisis en ont été bien incapables, annihilant tout jeu sur les côtés.

Pourquoi Clauss s’est-il incrusté ?

Bon, les Français ont bien réussi à tirer trois fois au but mais cela reste peu. La défense finlandaise, bien regroupée, semble bien difficile à prendre en défaut sans intensité. Les Bleus donnent l’impression qu’ils ont perdu quelque-chose en route.

Mais où est passé leur mojo ?

L’Equipe de France a aussi perdu Dubois qui s’est claqué juste avant la pause. Au retour des vestiaires, Pavard a pris sa place. Le bénéfice ne sautant pas aux yeux, le Munichois est rapidement repassé dans l’axe et Coman est entré sur l’aile.

La vie est parfois bien faite

Et Benzema est entré, reconstituant le trio magique avec Mbappé et Griezmann. Il ne leur a pas fallu deux minutes pour réveiller toute l’équipe et aider les Bleus à se porter à l’assaut du but adverse. Et huit de plus seulement pour voir Benzema conclure une action lors de laquelle les trois auront touché le ballon (0-1, 66e). Peu après, Mbappé a alourdi le score après une course incroyable (0-2, 76e)! Les Français ont pris un avantage définitif.

Quoi ? La force en vacances ? Oui et c’est mérité.

Les notes des présents :

Lloris (3/5):

Un aspirateur : il a ramassé toutes les miettes. Pas le cadeau le plus sexy mais utile et efficace.

Koundé (3/5) puis Coman (3/5):

Avec le robot de cuisine new generation, les recettes seront de qualité. Laissez mijoter et vous pourrez déguster.

La pression, il ne connait pas. Si c’est un avantage, il faut parfois ajouter la fonction « à toute vapeur ».

Zouma (3/5):

Un billet sous enveloppe qu’on offre quand on ne sait pas quoi choisir. Les gosses trouvent toujours comment l’utiliser et il fait bien l’affaire.

Upamecano (2/5):

Mais bordel, où est passée la notice du Kennex ?

Dubois (0/5) puis Pavard (2/5):

La 2CV Cochonou à friction. Pas de la haute technologie et pourtant, on peut trouver des défauts de fabrication. Tu as beau la frotter vers l’arrière, jamais elle avancera. Non, elle recule. Encore.

Toute cassée, tu espères la remplacer par une Formule 1 télécommandée. Mais tu n’auras qu’un tapis de souris à l’effigie de Mazepin.

Tchouaméni (2/5):

Le vélo d’appartement. Attention à ne pas partir trop vite au risque d’avoir du mal à terminer la séance.

Rabiot (2/5) puis Veretout (non noté):

« Maman, ma tête à coiffer a bougé toute seule !

-Non, chérie. C’est impossible ».

Dans le doute, Papa a préféré la ramener au magasin et la remplacer par une paire de Jordan. Pas de chance, c’était une pointure trop petite.

Digne (1/5):

Le pull de Noël, Seydoux au toucher mais c’est bien moche. Personne n’en veut mais tout le monde finit par le mettre.

Griezmann (2/5) puis Guendouzi (NN):

Le bijou qu’on exhibe uniquement lors d’une grande occasion pour se faire joli. Et ce jour-là, ne pas oublier le fer à friser.

Mbappé (4/5) et Diaby (1/5) puis Benzema (4/5):

Une Wonderbox en amoureux, c’est une bonne idée pour prendre du plaisir. Mais quand tu as le môme dans les pattes, c’est galère. Heureusement, le vieux d’à côté a fini par bien vouloir le garder.

Pour conclure :

L’Equipe de France termine l’année en beauté et moi, ma parenthèse enchantée. Je remercie Didier Décampe pour la location des locaux (j’ai laissé mes clefs sous le paillasson).

Nous avons hâte de le retrouver aux manettes de cette académie et en attendant, n’hésitez pas à suivre l’actualité de l’Académie Française sur Twitter.

Ian-Walter Foote et ma femme m’ont commandé un cadeau chacun, la livraison ne devrait pas tarder. Didier, je vous laisserais bien quelque-chose mais je crois que le plus beau présent que je puisse vous faire, c’est partir. Maintenant.

A bientôt

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl

Nausée Savajicl (50% Vosgien, 50% Arcachonnais, 100% Bordelais) Vosgien issu de l’immigration girondine, j’aime surfer à la Moselle et faire du patin à glace sur la jetée Thiers. Mais surtout j’aime les Girondins car parfois, leurs matchs me paraissent beaucoup plus longs que l’hiver de par chez nous.

2 commentaires

  1. « L’esprit Décampe » à été respecté. C’est bieng.

    Allez les Bleus !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.