Guingamp – Nice (2-3), la Paysan Breton Académie livre ses notes

Dans une fin de saison un petit peu ennuyeuse, carrément anecdotique, je m’accroche un peu pour suivre les dernières sorties guingampaises. Après un insipide match nul face à Lille le week-end passé, c’est Nice qui se déplace au Roudourou. Pour la der’ de la saison.

Et c’est la gorge nouée que je vais écrire sur ce match. Parce qu’au cours de cette ultime journée de ligue 1 2015/2016 une légende du football va quitter son club et la Ligue 1 par la même occasion. Un personnage qui a marqué les esprits depuis quelques années en France, un nom que même ceux qui ne s’intéressent que très peu au football connaissent.

La légende c’est celle qui a gagné ce jour là. Pas celle qui n’a jamais marqué au Roudourou.

Ce joueur c’est Lionel Mathis.
Pardon ?Ah, Zlatan Ibra quoi ? Il possède combien de coupes de France ce quidam ? Ça fait trois de moins que le beau Lionel.
Ciao L’artiste.

Et Lionel il aime beaucoup trop le football pour demander qu’on arrête le jeu une minute en son honneur. Ah l’humilité, c’est fou comme cette notion est variable pour de l’argent.
Fils de grandes putes de parisiens.

Ah et du coup on découvre notre nouveau maillot aussi. Celui de la prochaine saison. Avec des nouveaux sponsors à domicile et à l’extérieur : Servagroupe et Armora Celte. Franchement ça se tient. Quand tu vois Mevlüt Erding balle au pied ça explique pas mal les choses. Je veux dire que si c’est le fruit d’expérimentations pharmaceutiques ratées plus que de naissance, son encombrement moteur, ça me rassurerait un peu.
Enfin, on est pas là pour discuter des associations et autres drôleries de la nature, on est là pour discutailler du football et autant vous dire que pour l’éventuelle dernière de Gourvennec, il va envoyer du footballeur en barre. Et Mevlüt Erding.

Lössl – Jacobsen, Sorbon, Kerbrat, M.Pereira – Giresse, Sankharé, Diallo, Blas – Briand, Erding.

C’est la der’ de Jacobsen à 52 ans. C’est donc logique de le voir titu à la place de Lévêque. Mais cette composition m’irrite surtout par l’absence de Lionel Mathis dans le paysage. Et c’est aussi dingue de continuer à préférer Erding à Privat alors que c’est évident que les deux sont plus nuls l’un que l’autre.
Sloan il aime trop la culture du pays aussi. La nourriture surtout. Enfin tout ce qui est comestible. Je pense que la Bretagne va pas tarder à être frappée par une pénurie de beurre. Et avec les hectolitres de beurre qu’il s’est avalé, il peut à peine se déplacer sans être motorisé désormais. On mettrait un cachalot avec un maillot de l’En Avant de Guingamp que j’aurais du mal à distinguer lequel est un cétacé et lequel est passionné de modélisme.
Il doit être tellement passionné de modélisme Sloan qu’il tente de modeler le bibendum Michelin avec son propre corps.

La bataille

Nouveau maillot certes, mais c’est la seule chose qui va varier de nos habitudes de receveuse de Ligue 1. Ce soir on va recevoir nos 54, 55 et 56 buts de la saison. Un de plus de que la saison passée. Mais ça fait toujours moins que de partenaires sexuels que peut accueillir le vagin de Yoann Gourcuff en une seule fois. Dans les premiers instants, la jeune Alison Pléa nous gratifie d’une frappe thierryhenriesque de son plat du pied qui ne laisse aucune chance à Jonas Lössl. EAG 0-1 OGCN La nicerie annonce d’entrée quelle va être la couleur sur nos fessiers. Trois minutes plus tard, Ben Arfa est à deux doigts de doubler la mise mais il manque sa reprise de son mauvais pied.
Les arbitres ont un nouveau maillot aussi j’ai l’impression. C’est bien, elles seront coquettes nos danseuses la saison prochaine. Après ça aurait pu être pas mal de réfléchir une minute ou deux et se dire que le jaune pâle et le blanc c’est tout de même deux couleurs assez proches. Jouons à où est l’arbitre ?

Vous êtes des gros génies.

Les niçois sont très enthousiastes en ce début de match et Romain Genevois des gens qui sont morts, l’est un peu trop. Monsieur l’arbitre lui colle un petit carton jaune à la 10e minute pour lui dire de laisser Jimmy Briand faire son travail. Du coup ça calme un peu les Niçois, et les Guingampais peuvent reprendre un peu du poil de la bête. La 19e minute leur donne un peu de baume aux cœurs lorsque le stade entonne un chant à la gloire de Lionel Mathis. Et c’est vrai, car Giresse balance Briand dans la profondeur qui sert immédiatement Erding au point de péno. Le Mevlüt ne se pose pas de question et trompe facilement Cardianale. EAG 1-1 OGCN.


Mais Guingamp a toute les peines du monde à tenir le ballon. Avec une possession de balle de 28% à 197% en faveur des Niçois, les Guingampais se contentent de jouer les contres à fond… cette régalade.
À la demi-heure de jeu, Ben Arfa pénètre notre défense sur quelques dribbles chaloupés et adresse une frappe qui manque de tromper Lössl, mais heureusement Sorbon trainait par là et se met en travers de la route du ballon. Tout s’accélère juste avant la pause. Et c’est Nice qui nous fait à nouveau trembler avec un très bon ballon de Koziello et sa tête d’enfant de chœur suceur de curé qui adresse un ballon millimétré entre Sorbon et Jacobsen à destination de Valère Zermain qui contrôle, mais manque sa frappe en raison du très bon retour de Kerbrat et de son cheveu sur la langue. Juste avant la pause Séri est à la récupération d’un renvoi de M.Pereira. Sa frappe est contrée par Kerbrat et prend à contre-pied Lössl. EAG 1-2 OGCN.

L’En Avant revient des vestiaires avec de moins pires intentions, Briand mène la fronde avec Erding (soupir) et Sankharé quand il veut bien apporter le supplément d’âme. Briand décale Youyou qui centre fort au but. Jimmy Briand est à la retombé du mauvais renvoi défensif, mais sa frappe pied gauche ne trouve pas le cadre. Et finalement, pour la seconde fois de la rencontre, Guingamp va revenir au score. Sur un bon travail de Blas sur le côté droit, il sert Briand qui lutte avec Genevois des gens qui sont morts pour l’obtention du ballon. Mais le Niçois est tellement peu malin qu’il finit par pousser le ballon dans son propre but, ce qui fait de lui un buteur Guingampais bien plus prolifique que Mana Dembélé. EAG 2-2 OGCN.
Ce but guingampais offre le loisir au réalisateur de la rencontre de faire un plan sur la mine désappointée de Christian Estrosi, présent au match. Ne faites plus ça. Jamais. Je ne viens jamais vous parler de politique ou autre passe-temps pour impuissants. Alors ne venez pas me faire chier avec de la politique dans les stades. Quel fussoir de voir ce genre de sous-homme dans notre beau Roudourou.
Dommage que Monaco n’ait pas perdu d’ailleurs, j’imagine que cet énergumène se serait précipité pour faire de la récupération avec la qualification de Nice en ligue des champions. Mais bon je divague un peu. J’ai beaucoup trop d’honneur pour vous parler de politique. Ou même pour aller voter pour ces fanfarons. Je préfère encore me faire dévorer les intestins par une hyène que de cautionner notre démocratie approximative.
On est grave chaud #GraveOnEstToutNu dans l’euphorie de cette nouvelle égalisation, Giresse arme une frappe qui est trop croisée mais qui a fait frissonner l’adversaire. Malheureusement Guingamp ne trouvera pas les ressources nécessaires pour passer devant et c’est Nice qui va définitivement passer devant par l’intermédiaire de Pléa d’une belle reprise sur un centre de Ben Arfa. EAG 2-3 OGCN.
À la 62e, la légende entre enfin sur la pelouse, devant une foule, debout, qui l’acclame. Nous vivons les dernières minutes de Lionel Mathis en Ligue 1. C’est l’événement majeur de la dernière demi-heure, les actions manquées de Briand ou de Cardy ne me feront aucun effet. Avec la retraite de Lionel Mathis une petite part de mon âme disparait. Il y a quelque chose de mort à l’intérieur de mon cœur de paysan.

Sinon on a eu le droit à quelques chants de Bénézet venu faire le pitre dans le Kop avec un maillot de Coco sur le dos.

Les paysans notés :

Lössl (2/5) : Pas franchement en veine, il n’a pas fait d’arrêt notable et à été quelques fois maladroit sur quelques renvois.

Jacobsen (3/5) :
Kenavo.

Sorbon (3/5) : Il a relativement tenu son rang.

Kerbrat (2/5) : Une grosse faute en fin de match qui montrait que ce match lui cassait les couilles. Il a été un peu à la peine face au dynamisme des attaquants niçois.

M.Pereira (3/5) : Bien remuant comme à son habitude, mais il aurait pu faire un peu mieux dans le travail défensif.

Sankharé (4/5) : Une assez bonne partie de la part de Younousse. Sur quelques percées de mammouth il a démontré qu’il était facile et au-dessus. C’est un peu dommage cette fin, il y a comme un goût d’inachevé. Pourtant en trois ans il a fait le job.

Diallo (2/5) : Une ou deux très belles fautes, Moustapha a voulu rendre hommage à sa manière à la carrière de Lionel. Il ne pouvait pas faire autrement que de récolter un bien beau carton jaune sur un tacle en retard juste avant de sortir.

Giresse (2/5) : Il a été relativement discret ce soir.

Blas (2/5) : Assez transparent tout comme Giresse, il s’est beaucoup contenté de défendre. On l’a un peu plus vu en seconde mi-temps où il a distillé quelques bons ballons.

Briand (3/5) : Esseulé comme souvent, il a été obligé de descendre pour pouvoir participer au jeu. Lorsqu’il a été accompagné de Giresse ou Sankharé il a pu se montrer dangereux. Mais la réussite lui a manqué.

Erding (2/5) : Il est nul. Mais quel connard. Après toute ce que j’ai dit sur lui, toute la bile que je déverse il faut qu’il marque un but pour me faire douter. Non définitivement, il y a que les cons qui ne changent pas d’avis : Il est nul.

Les grouillots :

Coco : Bagarreur, vaillant comme à son habitude, malheureusement il est toujours aussi maladroit. Il manque de lucidité dans les trente derniers mètres.

Mathis : J’ai pensé qu’il valait mieux nous quitter sans un adieu.

Tu vas me manquer Lionel. Tu incarnais un état d’esprit qui me correspondait énormément. Si un jour tu joues dans la région en amateur je reviens vivre en Bretagne. J’ai eu la chance d’affronter Charles-Edouard Coridon quand il évoluait à Squiffiec. Je veux jouer face au grand Lionel.

Cardy : Un changement sans ambitions.

Gwen Tagrenmer

Gwen Tagrenmer

Bienvenue chez la Paysan Breton Académie. L'Académie qui sent la mer quand elle décalotte. Si tu te pointes encore sur ce profil, tu peux être sûr que tu repars avec la bite dans un tupperware.

7 commentaires

  1. Ici, c’est Mathis!
    Très bon souvenir cette faute qui avait donné le ton aussi en tribunes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.