La Jup’ Académie ne note pas Stuttgart-Genk (2-1)

Salut les filles !

Dernier club belge engagé dans une compétition européenne, Genk se déplace à Stuttgart.

Le club allemand est sorti deuxième de sa poule, derrière le Steaua et devant Copenhague et Molde. En championnat, c’est la merde : 5 défaites consécutives, 11 buts encaissés, Stuttgart est 14ème, coincé entre Nuremberg et Düsseldorf. Prenable, donc.

Quant à Genk, pour leur première participation aux poules d’Europa League, le parcours est jusqu’ici un sans-faute : premier du groupe devant Bâle, Videoton et le Sporting Lisbonne, et aucune défaite. En championnat, c’est pourtant moins glorieux. Le club est certes quatrième, mais les bonnes séries sont beaucoup trop courtes : le club n’a jamais pu faire mieux que 2 victoires consécutives. Par conséquent, l’outsider ne sera probablement pas champion, Anderlecht étant déjà 14 points devant (7 points au moment de commencer les play-offs, je vous vois venir).

Le vainqueur de ce match aller-retour rencontrera le vainqueur de Mönchengladbach-Lazio.

 

Les compos :

Stuttgart

EL Stuttgart1

Ou un truc du genre, c’était pas clair, et j’arrivais pas à lire les noms sur les maillots. En tout cas je suis sûr du gardien.

 

Genk

EL Stuttgart0

Equipe très offensive, avec beaucoup de permutations entre Buffel et De Ceulaer.

-1’ Un lien en arabe pour regarder Stuttgart-Genk, comme si ça n’était pas assez difficile comme ça. Du coup, je coupe le son, et je mets la radio belge, qui a un décalage de 50 secondes par rapport aux images. Extra.

1’ 19 000 spectateurs dans un stade de 50 000 places, dont 4500 supporters limbourgeois. Bah alors, la ferveur du public allemand, elle est où, à part DMC ?

 EL public

5’ Le capitaine Tasci cherche à éliminer le principal danger adverse en niquant la cheville de Vossen. Raté.

10’ Il ne se passe pas grand-chose.

14’ Koulibaly rate lamentablement son contrôle. Ibisevic récupère et part seul au but. Köteles sauve magistralement les siens.

16’ Ulreich détourne en corner une jolie tête de Barda. Une occasion partout après un quart d’heure.

25’ Et oui, déjà. Mais vous, vous n’avez pas vu le temps passer, alors que j’ai eu le temps d’écrire l’intro. Buffel trouve Vossen. Sa reprise passe à deux doigts de la lucarne, mais l’arbitre assistant avait signalé un hors-jeu.net.

30’ Globalement la même action. Barda lance De Ceulaer, qui marque. C’est refusé pour hors-jeu.net.

31’ Ballon facile pour Köteles, qui préfère néanmoins boxer. C’est complètement foiré, ça revient au point de pénalty. Ibisevic frappe à ras de terre, mais Köteles est présent. En fait, tout était calculé.

35’ Belle frappe puissante de De Ceulaer, mais c’est sur le gardien.

37’ Le commentateur belge : « C’est la Saint-Valentin, j’en profite pour embrasser ma petite femme qui est seule à la maison. Enfin j’espère. »

41’ Sur l’aile droite, Tschimanga se fait bouffer par Sakai, qui rentre dans l’axe et frappe au premier poteau. Köteles repousse comme il peut (assez mal en fait, pauvre buse), enlève le ballon à Ibisevic, mais Gentner rode et pique sa balle qui finit dans la lucarne. C’est pas mérité, le but n’est pas beau, mais ça fait 1-0.

42’ Dans la foulée, Vossen est à deux doigts d’égaliser, mais Ulreich est encore bien présent et détourne en corner.

Mi-temps : Stuttgart semble bien nul, et Genk a eu quelques situations intéressantes, ainsi qu’une maîtrise globale au milieu de terrain. On sent toutefois un manque d’agressivité, une sorte de peur du ballon qui, vous le conviendrez, est peu compatible à la pratique du football professionnel (pour ne pas dire de haut niveau). C’est d’ailleurs une hésitation de Tschimanga qui permet à Sakai de passer sur le seul but de cette première période.

 49’ Boka s’essaie au hand. Carton jaune.

55‘ Heureusement, Umtiti est là. Ah non merde, c’est pas le bon écran.

60‘ Putain, on se fait vraiment chier.  C’est horrible. Je vais commencer à écrire la conclusion.

67’ En fait, j’ai l’impression que les niveaux ont été échangés par rapport à la première période. Stuttgart semble gérer tranquillement, les belges gardent trop le ballon, il n’y a pas de solution, on fait une longue transversale, et on espère une déviation improbable.

68’ D’ailleurs, Plet remplace Vossen. Ça semble confirmer la volonté de balancer devant, Plet ayant plus de chances que Vossen de gagner les duels aériens.

74’ Gorius remplace Kumordzi. Mario Been se rend compte qu’avoir une équipe offensive ne sert pas à grand-chose s’il n’y a pas de ballons à recevoir.

83’ Mais je n’exagère pas hein, il ne se passe vraiment rien. Genk semble heureux de cette courte défaite. Cette deuxième période est moins agréable à regarder que la première, c’est incroyable. Entrée de Monrose.

85’ Hyland tire son corner directement en six mètres, une bonne dizaine de mètres dans la tribune. Magnifique.

87’ Ibisevic vise les tibias et prend un jaune. Il s’énerve, c’est la première fois du match qu’il le fait.

90’+1 GOAAAAAAAAL ! Monrose s’échappe côté gauche et centre vers Plet. Boka tacle, mais la balle ne fait que se lever. Alors il vise les couilles de Plet, qui reprend néanmoins de la tête et marque dans le but vide. FA-BU-LEUX !

90’+3 Et voilà, c’est fini. Haha, quelle honte !

Au terme d’une seconde période atroce, Genk repart chez lui avec une courte défaite qui laisse quelques espoirs de qualification, mais je n’ai aucune envie de regarder le match retour après cette parodie de foot. Stuttgart était aujourd’hui une équipe bien pourrie, mais Gentner est un bon joueur, et Köteles un mauvais gardien. On regrettera le manque de réaction de l’équipe, l’absence de prise de risques, le défaitisme qu’on retrouve régulièrement chez les clubs belges.

Nouvelle conclusion : Bien bien bien. Bon, 1-1 à l’extérieur face à une équipe pas plus forte collectivement, c’est pas un mauvais résultat, hein ? Vivement jeudi prochain. Forza Genk !

 

Les notes :

Par respect pour le football, Jean-Marie Pfouff a décidé de ne pas noter les joueurs.

 Les buts :

Ici.

 

Chères lectrices, chers lecteurs, n’oubliez pas que vous pouvez me retrouver sur Facebook. On s’enverra des pokes, on discutera par exemple du dixième changement d’entraîneur de la saison, pour 8 clubs concernés, soit la moitié des clubs du championnat. La vraie vie quoi !

Viendez retrouver notre pote Bart Van den Van Krrr, il se fera un plaisir de vous accueillir. Il a même pensé à ceux qui préfèrent Twitter. Et pour finir, si vous ne l’avez honteusement pas encore fait, likez la Jup’ Académie !

A tantôt,

Jean-Marie Pfouff

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

4 commentaires

  1. C’est fort aimable, Jo.

    Vous aurez vous-mêmes corrigé le titre. En effet, au moment de la validation, je ne croyais pas encore au match nul improbable. Alors j’ai rajouté un but aux boches.

    Entschuldigen Sie mir bitte.

  2. Faudra serrer les fesses pour le retour, mais ça sent bon !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.