Liverpool – Burnemouth (1-0) : la Reds academy livre ses notes

Hors-jeu mais on s’en fout.

Aussi régulière que son équipe, la Reds Academy est de retour. Après une saison sans buteur et avec une défense aussi étanche qu’une capote percée, le board de Liverpool a décidé de se racheter. Enfin, Rodgers a plutôt tout tenté pour sauver ses fesses qu’il n’a jamais vues aussi loin des bords de la Mersey. Du coup, le club a été en mode éjaculateur précoce et a tout lâché dès le début du mercato. Petit bilan.

Point mercato.

Ils sont arrivés :

– A. Bogdàn : Aspas parti, il fallait un nouveau souffre-douleur dans les vestiaires. Un gardien avec un nom hongrois, roux de surcroit… Le garçon va prendre cher cette année.

– C. Benteke : 46 patates plus tard et malgré un paquet de Scousers contre son arrivée, Christian (ahah, quel prénom pourri franchement) débarque sur les bords de la Mersey. Il est grand, costaud, pas le plus technique du globe mais, mais… Il est belge. Et avoir un Belge c’est la cool parce qu’ils ont une belle génération. Certes Christian (ahahah, non mais qui à son âge porte un tel prénom ?) n’est pas le plus élégant de cette génération. Mais on s’en fout ; il est belge.

– D. Ings : jurisprudence Lambert : le gamin est tout content d’arriver dans un club qu’il aime. Sur le banc, il aura tout le loisir de profiter de l’ambiance d’Anfield. Lucky him.

– J. Gomez : Inconnu au bataillon mais a poussé Moreno sur le banc sans même lui avoir adressé la parole. Quelle insolence.

– J. Milner : Parfois, Liverpool sait faire preuve d’intelligence lors du mercato. Si si. James en est l’exemple parfait.

– R. Firmino : Caution Brésil, cocaïne, joga bonito, transsexuels, foquinha, favelas, arconada* et tant d’autres réjouissances brésiliennes.

– N. Clyne : Il arrive tout droit du vivier de Liverpool, il est international, a des bras aussi gros que les cuisses de ta copine et est un arrière droit de qualitey. Bienvenue.

Ils nous ont quittés :

– G. Johnson : Allez, ciao !

– I. Aspas : Bon vent !

– R. Lambert : So long Rickie !

– R. Sterling : … Petit con.

– S. Coates : Que le vent te soit favorable mon petit.

– S. Gerrard : Captain, oh my captain…

 

Le(s) match(es).

Ta perspicacité t’aura fait remarquer qu’on s’est un peu planté pour le match d’ouverture de la saison contre l’élégante équipe de Stoke City. Après un 6-1 aussi bien digéré que la semence d’une girafe en shot, le hasard du calendrier a fait que Liverpool a rapidement eu droit à sa vengeance. Œil pour œil, dent pour dent comme le dit la loi du Talion. Mon cul. Un match dégueulasse, un éclair de Coutinho à la 86e, un 1-0 tout dégueu mais 3 points pris à Stoke. Voilà un résumé complet qui saura satisfaire ton manque d’informations.

Place au match tant attendu, au retour des héros presquezéros à Anfield. Pour l’occasion, Rodgers a donc aligné une équipe pas dégueulasse si tu louches un peu ou si tes verres ne sont pas à ta vue.

 

Une défense qu’elle est belle.
Très souriant ce Gradel pour un mec qui n’a pas vu la lumière du match.

 

À l’image d’un Lallana nul à chier fonçant tête baissée vers le but, l’analyse du match va pas être tonitruante. Si tu veux tout savoir je prépare ma rentrée pour des mioches nés en 2006. J’ai donc 15 séances à préparer sur la finale de Coupe du monde de la même année avec une analyse tactique, émotionnelle de cette débauche et aussi comment « éviter de se claquer comme une sombre merde un jour de finale comme Vieira ». Bon ça tu t’en carres un peu le steak, ce qui t’intéresse c’est l’équipe des Reds.

La match de Lallana en un gif.

Pendant les 10-15 premières minutes du match, les Reds se sont montrés aussi conquérants qu’un alcoolique en rémission dans une cave à vin. A contrario, Burnemouth a multiplié les assauts, sans s’arrêter. Un peu comme les Jap’ à Pearl Harbor. Résultat, un but encaissé dès la 5e pour Elphick (rien à voir avec le nom d’une race du Seigneur des anneaux décliné en adjectif) mais heureusement refusé pour un ascenseur sur Skrtel. Le pauvre homme ne l’avait même pas senti.

Après cette période de serrage de fesses, Rodgers a sorti son carnet, gribouillé deux-trois insultes et demandé à son équipe de monter d’un cran et effectuer un pressing si caractéristique des Reds. En moins de 10 minutes les Liverpuldiens se montrent plus dangereux et Benteke, après une frappe hors cadre (24e), plante son premier pion devant le Kop. Ok, Coutinho fait action de jeu alors qu’il est hors-jeu. Et alors ? Quand tu choures en soirée la nana que ton pote drague depuis 2 heures, il se plaint le lendemain ? Non. Bah là ça n’a rien à voir mais on prend quand même.

La suite reste peu glorieuse. Les visiteurs se rebellent et multiplient les occasions (47e, 49e) et touchent même le montant à la 60e. Les équipes se rendent coups pour coups mais va pas non plus croire que c’était la folie : on s’est fait chier.

Finalement quelques éclairs nous ont fait plaisir : le match de Benteke qui aurait mérité de planter un deuxième pion mais qui finit sur la barre (90e), le match parfait de Clyne ou la percée fantastique de Moreno (91e) qui s’est rappelé que, pour être titulaire, il faut être bon.

 

On a vu…

  • Un 9 à Liverpool. Non mais un vrai de vrai, dangereux devant le but et tout ! En plus, il marque !! IL MARQUE !!!
  • Que Glen Johnson ne nous manque pas.
  • Lallana tout bien faire pour être le chouchou n°2 de Rodgers à gagner sa place sur le banc après Allen. Il est trop dans l’affectif ce Brendan.
  • Burnemouth montrer ses couilles et aligner un 4-4-2 qui a posé son paquet sur la table.
  • Clyne découper Gradel. Plaisir simple.

On n’a pas vu…

  • Sakho sur le banc. Le gars doit se demander si aller à Liverpool pour avoir du temps de jeu c’était peut-être finalement pas une connerie.
  • Gradel éviter Clyne. Plaisir simple.
  • Cette fantastique combinaison être convertie en but. Dommage.
  • Lovren faire de boulette et c’est peut-être ça le plus inquiétant.

 

Les notes

Mignolet (4/5) : Tendu comme un string à cause des assauts de Burnemouth lors des dix premières minutes, Mignolet a livré un match plutôt solide. Quelques sorties aériennes pas dégueulasses et un jeu au pied toujours aussi hasardeux. On ne progresse pas mais on n’encaisse rien. What else ?

Clyne (5/5) : Ca fait donc ça avoir un arrière droit. Un vrai. Bah… C’est agréable. Et serein.

Skrtel (4/5) : A sauvé plusieurs fois la baraque en début de match et s’est montré plutôt solide, bien aidé cela dit par un duo Milner/Henderson et Clyne/Gomez en forme.

Lovren (4/5) : Qui l’eût cru ? Ah, si on m’avait dit un jour que j’allais écrire que Lovren a été bon… Bah il l’a été à Stoke. Et contre Burnemouth. Ok, les deux milieux en face l’ont aidé, mais quand même.

Gomez (3/5) : N’a pas trop été mis à l’épreuve mais a fait preuve de solidité. Quelques bourdes qui prouvent son manque d’expérience mais il a fait tout ce que Moreno n’a jamais su faire en un an. La marge est grande.

Milner (4/5 -1 donc 3) : Match très agréable de Milner qui s’est déchaîne pendant 90 minutes comme un ancien n°7 uruguayen. Son entente avec Henderson a permis de soulager notre défense centrale, ce qui n’est pas du luxe. Par contre, le -1 c’est pour cette combi absolument dégueulasse sur le coup-franc en fin de match. Non mais quelle idée.

Henderson (4/5) : Serein, présent, précis et méritant de marquer sur sa reprise en dehors de la surface, notre nouveau et beau capitaine est sorti sur blessure. Un bobo au pied qui pourrait lui coûter sa place pour la rencontre de lundi face à Arsanal. On croise les poils de culs que non.

Can (3/5) : C’est un a priori mais je n’ai pas trouvé notre vendeur de kebabs préféré au top. Stressé comme une pucelle avant de passer à l’acte, le dernier quart d’heure a paru long pour Emre. Mais il a aussi su aider la défense et se replier pour apporter un peu de sérénité alors qu’on craignait d’en encaisser un.

Lallana (1/5) : Hors du coup. Frappes droit dans le Kop, pas forcément présent à la récup’, duels manqués… A ce rythme il va vite trouver sa place aux côtés d’Ings.

Ibe (3/5) : Toujours en mouvement, pas effrayé par les un-contre-un, Jordon a été un peu timide en début de match mais a su apporter ce qu’il sait faire de mieux ensuite. Pas son meilleur match mais il faut bien être clément avec celui qui nous fera oublier Stermachin. Là, l’autre gamin. C’est comment déjà… Sterlong ? Sterlynch ? L’autre petit con. Vous voyez de qui je veux parler ?

Firmino : On verra sur un match complet avant de sortir le bordel du slip et de se toucher devant ses grigris.

Coutinho (4/5) : Très bon, comme toujours. Le petit rayon de soleil dans chacun des no matches. Aurait dû enfoncer le clou à plusieurs reprises mais difficile de lui en vouloir devant sa débauche d’efforts.

Moreno : Il n’a pas joué longtemps (10 min.) mais a montré plus qu’en une saison. Sa fierté a dû en prendre un coup quand il s’est fait doubler par un gamin de 18 ans.

Benteke (4/5) : Je suis pas du genre à tomber amoureux après le premier rencard mais là, j’avoue que Christian (ahahahah) m’a très agréablement surpris. Juste, altruiste, réaliste devant le but (on compte ses occasions comme le nombre de poils sur le menton d’un pré-pubère), jeu en pivot fou (le mec qui a contrôlé toutes les prunes de Mignolet, c’est lui)… Bon ben continue mon petit.

 

Steve Macadam

 

*Ouais, je sais, lé pas Brésilien le garçon en question.

La Reds Academy est sur Facebook.

JustWide est aussi sur Twitter.

Gerrard Mouillée est à la page et donc sur Twitter.

Enfin Steve Macadam a emboîté le pas et est aussi sur Twitter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.