Lorient-Montpellier (4-4): La Merlus Académie livre ses notes

Autant être clair tout de suite : la déprime ne m’a pas quitté, ce scénario incroyable n’y changera rien. Evidemment, mon bonheur a été immense lorsqu’Aboubakar a égalisé, au terme de cinq minutes de folie. Dans l’expression de ma libération, je n’ai pas été loin de passer par-dessus la balustrade de la tribune sud, à défaut de balancer le gamin à mes côtés qui m’avait assuré que c’était fini et qu’il me l’avait bien dit que Montpellier allait gagner. Petit con. Par pure contradiction, je lui avais répondu que non, c’était encore possible, qu’il fallait attendre la fin du match, toujours attendre la fin du match. Difficile d’y croire vraiment à la 85e lorsque la deuxième mi-temps de nos merlus n’avait été que florilège de passes et de contrôles manqués. Dix minutes plus tard, je quittais le stade en tremblant, dans une atmosphère d’excitation globale. Mais une fois la route roulée et la joie d’une telle remontée évacuée, le constat était amer : non, ça ne va pas bien. Gourcuff est encore sur le départ, Lorient n’a affiché aucune maîtrise malgré une supériorité numérique pendant une heure, et surtout Lautoa, mon Wesley Lautoa, s’est fait humilier par Rémi Cabella, juste là, sous mes yeux. Putain Wesley, pourquoi aujourd’hui, pourquoi devant moi ? Ainsi donc, tout n’était que subterfuge ? C’est les pixels de mon streaming qui te rendait si beau et conquérant ? Je ne te demandais pas grand-chose, une performance propre, et te voilà ridicule, complètement dépassé. Ce petit pont, Wesley… Je ne l’oublierai jamais…

Lautoa implicitement comparé à Gignac, les malheurs continuent.

Je n’oublierai pas non plus les gens qui ont quitté le Moustoir après le quatrième but Montpelliérain, qui étaient prêts à étriper nos joueurs, certes auteurs d’une partie indigne… Pourquoi public du Moustoir ? Pour qui te prends-tu ? Que réclames-tu à cette équipe par une bronca alors que – hors Merlus Ultras – tu ne l’as pas même pas encouragé au cours des 80 premières minutes, lorsque la victoire était bien plus envisageable ? Lorient est à sa place, au milieu de tableau, la saison est finie, le maintien assuré. Peut-être que sur les derniers matchs il y aura des victoires éclatantes, des défaites cinglantes, nul ne le sait. Mais même dans le deuxième cas, même si l’on peut se sentir révolté du spectacle offert, cela ne sert à rien de s’énerver ainsi, l’indulgence est parfois bonne. Tu aimes Christian Gourcuff, tu es dépité par son départ ? Chantes à sa gloire, il ne reste que deux matchs à domicile avec lui. Déclare-lui ta flamme, fais-en sorte que Lorient soit une fête. Tout le reste devrait passer au second plan désormais, en sifflant tes joueurs, en vociférant ta colère, tu ne fais que donner raison à Loïc Féry, car lui aussi veut voir des résultats… Comment ? Je me méprends ? Tu siffles car tu veux voir du beau jeu ? Tu te crois à l’opéra ou quoi ? Le beau jeu est un mythe, il ne peut se répéter chaque semaine par une équipe comme Lorient. Christian Gourcuff a mis en place un système qui permet à n’importe quel joueur ayant une technique correcte de s’épanouir, et dont il résulte de bien belles actions il est vrai. Mais à joueurs irréguliers, spectacle irrégulier, il n’y a rien à y faire. Voilà, je te demande de réfléchir à ton avenir. Que se passera-t-il l’année prochaine, si le jeu n’est pas au rendez-vous avec le nouvel entraîneur, si Lorient est en difficulté ? Au lieu de quitter le stade, tu n’y viendras plus ? Ou alors tu resteras jusqu’au bout pour soutenir ton équipe, car de voir Lorient se maintenir en Ligue 1 d’année en année devrait au moins satisfaire 51% de tes attentes, élection dès le 1er tour ? En attendant, public du Moustoir, les émotions que l’on a vécues hier ne relevaient, elles, pas de la fiction.

Les titulaires :

Audard (1/5) : Encore responsable, il n’a plus l’air de pouvoir nous maintenir à flots lorsque toute sa défense craque. Fin d’une époque ?

Gassama (1-/5) : Le retour de Çamagace. Mon père également présent au stade n’a pas tardé à le désigner comme maillon faible. Non mais sérieux, c’est quoi cette relance scandaleuse sur le premier but ?  Ridicule aussi sur le deuxième. C’est pas possible de recommencer à faire des conneries pareilles.

Ecuele-Manga (2/5) : A son niveau en première mi-temps, beaucoup moins en deuxième.

Lautoa ( ???) : Je suis toujours sous le choc, c’est dur… Plus jamais ça Wesley, plus jamais.

Guerreiro (1/5) : On aurait cru voir le Guerreiro du début de saison, qui n’avait pas le niveau de la ligue 1.

Bourillon (3/5) : Difficile à noter, car s’il a été le seul plutôt à son aise pendant le match, c’est lui qui se fait contrer sur les troisième et quatrième buts montpelliérains… Mais il faut dire qu’aucun de ses coéquipiers n’étaient capables de lui offrir alors une solution correcte. Et soudain, la 93e minute, et le fameux jeu long de Bourillon apparut, directement pour Aboubakar… Culte.

Doukouré (2/5) : Il a eu du mal à apporter quelque chose, même à 11 contre 10.

Monnet-Paquet (3/5) : Égal à lui-même, du bon et du moins bon, on peut le bénir d’avoir parfaitement réussi son enroulé « à la TitiHenry » de la 88e.

Sunu (1/5) : Ah oui… Bon ben il va vite retourner sur le banc en jouant comme ça.

Traoré (1-/5) : Horrible. Catastrophique. Pas un contrôle bien effectué, pas une bonne passe réussie, c’était affreux, extrêmement énervant. Même sur sa reprise de volée il peut faire beaucoup mieux.

Aliadière (3/5) : A qui la faute de son manque d’occasions ? Je ne saurai juger correctement sa part de responsabilité, mais il provoque et transforme le pénalty, et s’est battu jusqu’au bout, même sans être spécialement impliqué sur les buts de la remonbreizh.

Les remplaçants :

58e – Doukouré par Aboubakar (5/5) : BALLON D’OR ! BALLON D’OR ! BALLON D’OR ! Deux buts superbes et une passe décisive qui l’est tout autant, presque en toute décontraction. J’exagère à peine, et on fera fi de ses contrôles manqués et de ses auto-emberlificotages qui avaient précédés.

68e – Sunu par Pelé (NN) : C’était déjà mieux, à n’en pas douter, même s’il a certainement du profiter de la fatigue des montpelliérains.

80e – Traoré par Diallo (NN) : Au point que ça avait atteint, on était surtout content de ne plus avoir Traoré sur la pelouse.

Lorient 4-4 Montpellier

Wesley semble moins rancunier que moi. Quel bel homme.

Si vous voulez faire partie de l’aventure ou pour toutes questions, vous pouvez m’écrire à [email protected] Quelques liens supers: le résumé du match, mon Facebook, mes onze mondial et anal de Lorient, ou de l’aide à Horsjeu. Merci.

Tristan Bourrepif

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

3 Comments

  1. Salut Tristan,

    Très beau texte, j’ai failli me lever et applaudir puis je me suis rappelé que j’étais au bureau.

    Et quelle fin de match, ça devait être dingue au stade, rien que le résumé m’a fait rêver

  2. Bravo le gazier du Team Prozac,

    « Chantes à sa gloire, il ne reste que deux matchs à domicile avec lui. Déclare-lui ta flamme, fais-en sorte que Lorient soit une fête. »

    J’espère que les Lorientais te liront nombreux et qu’ils feront de ces deux derniers matchs une fête à Gourcuff à la hauteur de ce qu’il nous a apporté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.