Manchester City-Real Madrid (2-1). L’académie citoyenne a vu le match.

La femme a vu le communisme. Elle a vu la littérature, la littérature, passionnément. Elle a été dramaturge. Elle a aussi aimé les images, elle en a filmé. Elle s’est donnée aux mots, entière. Mais la femme n’avait jamais vu le football.


Alors la femme s’est assise devant le match. Elle a posé le verre, le verre de whisky sur la table basse, à côté de la télécommande. Et elle s’est assise devant les images qu’elle n’a pas filmées. Elle a vu les corps qui bougent sur l’herbe, elle a vu des hommes heureux et des hommes tristes. Elle n’a pas vu le public, elle n’a rien vu du public. Il n’y avait pas de public.

Elle a vu le ballon. Elle a aimé ça. Elle ne savait pas qu’on pouvait autant aimer le ballon. Il faut davantage regarder autour de nous, il faut regarder tous les ballons. Il y avait des hommes en rouge, d’autres hommes étaient en bleu. Elle a choisi d’aimer les hommes en bleu. Simplement, sans raison, devant les yeux de son chat qui lui demandaient pourquoi, à côté d’elle, sur le canapé.

Elle savait que les bleus avaient gagné, il y a longtemps, déjà trop longtemps. Ils avaient marqué deux buts. Les autres jouaient en blanc, ils n’avaient inscrit qu’un but. Ils avaient perdu. Avaient-ils perdu ? Elle ne sait plus. Elle a vu Pep. Elle a vu Zizou. Elle a choisi d’aimer Pep. Pourquoi ? Je ne sais pas, c’est injuste, a-t-elle répondu à son chat.

Elle a vu Courtois pressé, elle a vu Raphaël V. recevoir le ballon. Il perd le ballon. Gabriel Jesus donne à Sterling, et c’est le but, un but simple, un but froid.

Les bleus qu’elle aime ont bien commencé. Elle est contente avec eux. Mais elle a peur avec eux, quand Benzema reprend un centre de la tête. Un partout. Encore un but alors, et c’est la prolongation. Elle ne veut pas de la prolongation. Elle n’aime pas les matchs interminables. Elle n’aime pas quand le temps s’étire, au-delà de l’ennui. On ne peut pas être passionné en prolongation.


Le temps passe et on attend. Attendre quoi, attendre qui, elle ne sait pas. Elle croit qu’elle ne l’a jamais su. Et si ça finissait mal ? se dit-elle, tout en sachant que cela ne peut pas mal finir.

Raphaël V. revient. La passe est longue, on dit « un long ballon », comme si un ballon pouvait être long. On dit aussi une chandelle. Le ballon est-il rond, le ballon est-il long, elle ne le sait plus. Raphaël V. l’a oublié aussi. Il rate son coup de tête, une fois. Puis une deuxième fois, il rate son coup de tête. Gabriel Jesus a surgi, il glisse la balle dans les filets. Adroitement. Et c’est fini. Sublime, forcément sublime Raphaël V.


Les notes

Elle repose le verre vide sur la table basse. Elle se dit qu’il faut noter, puisqu’on lui a demandé de noter. Des notes sur cinq, sans décimales. Elle n’a jamais su noter, et pourtant il le faut bien. Alors elle se souvient. Elle se souvient de Jouzé. Pourquoi Jouzé, pourquoi maintenant, elle ne le sait pas. Tout ce qu’elle sait, c’est qu’elle va faire comme Jouzé, c’est décidé, c’est irrévocable. Le match, elle va le noter. Tout le match, et lui seul. Le match, elle lui donne 4/5, parce qu’elle l’a aimé. Elle a aimé les joueurs en bleu, beaucoup. C’est peut-être pour cela qu’elle ne se sent pas capable de les noter, un par un, comme à la parade. Non, elle ne notera que ce match. Un, deux, trois, quatre. Quatre sur cinq.


Puis elle éteint la télévision. Reviendra-t-elle ? Sans doute, ou peut-être pas. Mais elle a aimé le football, elle a aimé mettre des mots sur le football. Elle reviendra sans doute.


Marguerite Duras.

Marguerite Duras

6 commentaires

  1. Ce texte retranscrit de manière parfaite le déroulé du match. Qu’ajouter? Rien. Ce serait superflu

    • Elle a aimé les hommes, tous les hommes, passionnément. Elle a connu des ogres. Elle a connu des lutins. Elle a toujours su comment s’y prendre. Mais Pep le sait-il, lui ? Elle ne sait pas. Elle le verra réfléchir, se dit-elle, quand elle le verra à la télévision.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.