Il y a pas de doute, ce match restera à la fois dans les annales de l’histoire du Gym et dans l’intimité anale de tous les marseillais. On laissera de côté l’ambiance (tribunes en travaux et clairsemées) et le niveau de jeu (visiblement les défenses des 2 équipes avaient piscine) pour se souvenir uniquement du scénario et de cette jeune équipe niçoise qui est allée en planter 5 à l’équipe type de l’OM.

Pour commencer rien qu’en voyant l’état de la pelouse on pouvait déceler le potentiel comique d’un tel match. Avec l’Allianz Riviera on a l’habitude des terrains pourris mais pas à ce point là, il faut dire que nos stadiers sont moins cons que leurs homologues marseillais, ça joue un peu aussi. Ces derniers se sont brillamment illustrés avant le match contre Valenciennes qui a finalement dû être reporté, en voulant enlever la bâche qui recouvrait la pelouse du Vélodrome ils ont reversé toute l’eau sur la pelouse. Des Génies !

Au niveau de l’effectif on se présente bien diminués. En plus des nombreux blessés (Bauthéac, Pejcinovic, Bodmer, Eysseric, Pied et Traoré) Puel a décidé de laisser Ospina, Cvitanich et Digard sur le banc, c’est donc quasiment une équipe B qui est alignée pour ce match face aux olympiens.

16e-cdf

Du côté des Marseillais pas de grosses surprises, seul André Ayew toujours blessé est absent, tandis que Payet et Fanni sont sur le banc:

16e-cdf-2Notre défense expérimentale souffre dès le début du match, sur une longue ouverture à ras de terre de Romao, Kolodziejczak se troue et Gignac qui résiste à Gomis ouvre le score sans trop de difficulté 1-0 (3e).

J’ai à peine eu le temps de me plaindre de la composition d’équipe et hop on avait déjà égalisé ! Corner tiré par Brüls, la tête de Bruins au point de pénalty est repoussée de justesse par Mandanda sur Bosetti qui envoie le ballon aux fonds des filets avant d’aller exposer son tatouage aux ultras marseillais 1-1 (5e). On est parti pour un match fou sur les bases du 4-3 face à Nantes en Coupe de la Ligue. Et cela confirme qu’on est enfin en train de se débarrasser de notre tendance à baisser les bras dès qu’on est mené au score. Mauvaise habitude qui nous a handicapé pendant toute la première partie de saison.

Venons-en maintenant à mon 1er orgasme du match. Montée d’Amavi sur son côté gauche, il lance Maupay en profondeur, Diawara tente de s’interposer en dégageant le ballon mais c’est instantanément contré par le jeune niçois qui avait anticipé et qui garde son sang-froid pour battre Mandanda. 2-1! (18e). Très content de voir Maupay retrouver le chemin des filets si rapidement après son retour, lui qui a été absent 9 mois à cause d’une rupture du ligament croisé.

Puis il a fallu que nous aussi on se prenne un but gag. Sur un coup-franc lointain, 35 mètres, excentré sur la droite, la frappe du gauche de Thauvin est touchée par personne, et après un rebond elle s’en va finir sa course au fond des filets d’Hassen qui a réagi bien trop tard, 2-2 (24e).

S’en suit une grosse domination marseillaise, à tel point que je me dis qu’il serait miraculeux qu’on atteigne la mi-temps avec ce score de parité. Et là le côté Cristiano Ronaldo de Grégoire Puel est apparu, oui vous avez bien lu. Sur un contre, Bosetti adresse une longue transversale au fiston qui fait parler sa vitesse en enchaînant grand pont sur Mendy, crochet sur Diawara, et la frappe instantanée de son mauvais pied trompe Mandanda grâce à la déviation de Diawara 3-2 (45e) Incroyable ! Grégoire Puel qui marque un but ! Certes il a eu de la réussite sur la finition mais tout ce qu’il a osé faire avant le but il le doit à personne.

Le rêve continue en début de 2e mi-temps, sur une contre attaque Brüls lance Maupay qui pénètre dans la surface et y est stoppé par Romao. de manière irrégulière selon l’arbitre. Pénalty, Brüls s’en charge et ne laisse aucune chance à Mandanda GOAAAAAAAAAAAALLLLLLLLL 4-2 !!! (51e).

Dans ce match prolifique, le plus beau but sera marqué par les marseillais, on leur laisse volontiers, c’est le seul souvenir positif qu’ils auront de ce match. Longue ouverture d’Imbula vers le côté droit où Abdallah laisse rebondir le ballon avant d’adresser un centre à destination de Gignac qui aux 6 mètres place un ciseau imparable 4-3 (58e).

Après avoir encaissé un but d’un ultra niçois, un but d’un gamin de 17 ans, un but du joueur classé plus mauvais joueur de Ligue 1 par les notes de l’équipe et un but d’un belge sur un pénalty litigieux, qu’est-ce qui pouvait arriver de pire aux marseillais ? Le but d’un de leur ancien joueur qui a laissé de mauvais souvenirs de son passage peut-être ? Et oui Fabrice Abriel leur a mis bien profond en participant à la fête lui aussi. Sur un nouveau contre, Maupay résiste bien à Nkoulou puis transmet à Puel qui en une touche de balle lance Abriel face au but, ce dernier sort vainqueur de son face à face avec Mandanda 5-3 !!!!!!!!!!! (88e)

Dans les arrêts de jeu Diawara marque un but de raccroc sur corner 5-4 (92e) qui nous fera trembler jusqu’au bout. Quelques minutes plus tard la délivrance arrive, on l’a fait, il est là l’exploit ! Il faut remonter à 34 ans en arrière pour voir l’OM se prendre autant de buts à domicile. Puis voir notre équipe B mettre 5 buts à Mandanda que certains considèrent comme meilleur que Lloris ça a pas de prix. J’en connais un qui a dû bien savourer du côté de Londres.

Il semble bien loin le Nice qui était à l’agonie récemment avec 7 défaites consécutives et qui semblait incapable de marquer des buts avec la méforme de Cvitanich. Depuis cette mauvaise période on est à 6 victoires 1 nul et 1 défaite sur les 8 derniers matchs. On peut envisager une fin de saison intéressante, tout peut aller très vite en championnat, on a seulement 5 points de retard sur Nantes qui est 6e.

Quoi qu’il en soit cette saison restera dans les mémoires, battre l’OM 2 fois lors d’une même saison c’est un plaisir immense et c’est la première fois que j’ai l’occasion de vivre ça. Cette situation est arrivée uniquement 2 fois par le passé, lors de la saison 1964/1965 alors que les 2 clubs étaient en Ligue 2. Et lors de la saison 1951/1952, année où on a gagné le titre lors de la dernière journée
grâce à une victoire au Ray face à l’OM justement, comme un symbole.

Les notes:

Mouez Hassen (2/5): Surtout fautif sur le 2e but, pour les autres il a pas été aidé par sa défense. Très sollicité pendant le match il a eu l’occasion de sortir de beau arrêts, notamment un bon réflexe du pied sur une frappe de Thauvin à bout portant. C’était seulement son 2e match professionnel, à 18 ans il a un bel avenir. Maintenant qu’il est de retour de blessure on a un vrai gardien numéro 2 pouvant dépanner. Bye bye Veronese.

Jordan Amavi (2/5): Souvent dépassé défensivement, il a beaucoup souffert face à Thauvin qui lui a tout fait. Néanmoins il a su apporter le danger offensivement, le meilleur exemple étant sa montée puis sa très bonne passe à destination de Maupay pour notre 2e but.

Timothée Kolodziejczak (2/5): On lui doit un très bon sauvetage sur la ligne de but après une tête de Thauvin alors qu’Hassen était battu. En dehors de ça il a eu beaucoup de déchets à un poste où il a peu d’expérience. Il a retrouvé son poste de prédilection en fin de match après le remplacement d’Amavi par Genevois.

Kevin Gomis (1/5): Dès le début de match il s’est compliqué la tâche en se prenant un jaune pour avoir découpé Gignac. Il a pris l’eau pendant le reste de la rencontre, systématiquement battu dans les duels, à plusieurs occasions il est passé tout prêt d’un 2e jaune.

Lloyd Palun (1/5): Les attaquants olympiens se sont régalés lorsqu’il était leur adversaire direct. Il n’a pas su non plus se mettre en évidence offensivement.

Fabrice Abriel (3/5): Le capitaine d’un soir a bien tenu son rôle en mettant en confiance les jeunes qui ont vanté son discours digne de celui d’Evra à la mi-temps de Biélorussie – France. Belle activité dans l’entrejeu, il conclue son match en beauté en marquant le 5e but.

Nampalys Mendy (3/5): Il retrouve progressivement un niveau intéressant, il a réalisé un pressing permanent et a perdu très peu de ballons.

Alexy Bosetti (4/5): C’est plus seulement l’ancien ultra provocateur, il commence aussi à assumer ses provocations en répondant présent sur le terrain par ses buts. Impliqué sur les 3 premiers buts niçois il a réalisé le rêve de tous les supporters en marquant face au club qu’il déteste depuis tout petit.

Christian Brüls (4/5): Il dégage beaucoup de sérénité, toujours aussi à l’aise techniquement, il s’est comporté en patron d’une attaque niçoise très jeune. Pénalty très bien tiré, il pourrait remplacer Cvitanich dans cet exercice à l’avenir.

Luigi Bruins (non noté): Il n’aura joué qu’une vingtaine de minute, impliqué sur le premier but niçois c’est d’ailleurs sur cette action qu’il se blesse en percutant Nkoulou après sa tête.

Neal Maupay (5/5): Impressionnant, il a déjà retrouvé son meilleur niveau, après avoir humilié Bisevac la saison dernière il a choisi de s’en prendre à Nkoulou et lui a montré ce que c’était un vrai joueur d’avenir. Très dur à bouger, grosse protection de balle, il est impliqué sur 3 des 5 buts et on peut même étendre à 4 si on prend en compte le fait que c’est lui qui s’est battu pour obtenit le corner qui a entraîné l’égalisation.

Remplaçants:

Grégoire Puel (4/5): A remplacé Bruins à la 22e. Clairement le meilleur match de sa jeune carrière, un but improbable et une passe décisive. On l’avait jamais vu aussi énergique et aussi impliqué. Après une telle prestation il va être dur à déloger le fiston, dans l’esprit du paternel il a sans doute gagné une place de titulaire jusqu’à la fin de saison.

Didier Digard: A remplacé Bosetti à la 66e. Un changement défensif qui a fait du bien à l’équipe, il a permis de bien résister aux assauts marseillais et de poser le jeu au milieu de terrain pendant la dernière demi-heure.

Romain Genevois: A remplacé Amavi à la 84e. Il s’est positionné en défense centrale à la place de Kolo qui a glissé latéral gauche. Il a pas fait d’erreurs, rien de particulier à signaler.

On est pas épargné par les tirages au sort cette saison, après les déplacements à Nantes et à Marseille on va recevoir Monaco pour les 1/8e de finale. Cela tombe bien, nos joueurs doivent se faire pardonner l’humiliation subie face à eux en championnat. On ira jusqu’au bout, elle est pour nous la coupe de France cette année.

Cyril Trool

3 thoughts on “Marseille-Nice (4-5), l’Aiglons Académie livre ses notes

  1. JE NE SAIS PAS D’ou tu sors tes mais ce qui m’a fais c’est que le petit PUEL t’a bien eu ainsi que bruins puisqu’il n’a joue que 22 minutes bruis lui a ete le passeur du dernier match de championnat pour cvitanic alors faut
    pas critiquer les gens comme ca comme je l’ai ecris l’autre fois ses deux joueurs puel au milieu et bruis sont plus combatifs que certains joueurs.et ses joueurs la ils se prennent pour des grandes stars eysseric bosetti beauteac abriel un peu pied ils ont un clan a eux
    et il faut aussi parle que meme si on ecrit que ogcnice est une equipe soudee une famille eh bien j’en doute fort rien a qu’à regarder quand un but est marquer voir comment on le fete faut voir qui a marque pour le feliciter et pour la passe du but voir qui a fait la passe et voir si quelq’un du clan ou qq d’autre

  2. @rac6 Bon je vais essayer de te répondre. Tu as un style d’écriture que je qualifierai d’assez particulier (surtout pour quelqu’un qui m’a reproché une faute d’orthographe dans une Académie précédente) donc je dois t’avouer que j’ai pas tout compris.

    Pour Grégoire Puel, non il ne m’a pas eu. C’est pas 1 bon match qui va en effacer 15 mauvais. Je lui ai jamais reproché sa combativité ou son état d’esprit, je suis convaincu qu’il se donne à fond mais en terme de niveau ça reste très insuffisant pour être titulaire en Ligue 1.

    Et je n’ai absolument rien contre lui en tant qu’homme, il m’a l’air d’être très sympa comme mec. La seule chose qui me gène c’est qu’on le fasse trop jouer, il est titulaire quasiment à chaque fois et vu le résultat on lui rend pas service en faisant ça.
    Il faudrait le faire souffler et même dans l’idéal l’envoyer en prêt en Ligue 2. Il est encore jeune donc il a le temps de progresser, c’est tout ce que je lui souhaite.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.