Montpellier – Nantes (1-1) : la Canaris Académie livre ses notes

1

Un point, c’est tout, mais c’est déjà bien

Salut les p’tits beurres.

En temps normal, après une égalisation comme ça dans les arrêts de jeu, Raynald aurait brisé son PC en deux avant d’aller se torcher dans le premier maillot de Nancy venu. Mais là, non. Soixante-dix minutes à refuser le jeu, à envoyer des parpaings en attendant qu’ils reviennent, faut pas déconner. J’ai eu l’impression de regarder un match de Coupe de France où le petit club de DH a ouvert le score très (trop ?) tôt dans la partie, avant de fermer la boutique. Mal en point, les Pailladins n’en demandaient pas tant, et ont pu se faire une petite séance d’attaque-défense en prévision de jours meilleurs.

Seul point positif : c’est le plus mauvais match de cette année, et nous repartons avec un point tout de même. Ventre mou, nous voilà…

Difficile donc d’analyser ce match en dehors de ce simple constat : Nantes a été mauvais. Mauvais dans l’utilisation du ballon, à cause d’un déchet technique épouvantable, mauvais dans les choix, mauvais individuellement (à l’image du match cataclysmique de Veigneau et Deaux), sans envie, absent dans les duels, sur les seconds ballons…etc. J’en passe et des meilleures. Bref, il va falloir que MDZ secoue tout ce petit monde avant le derby face à Bordeaux pour gommer ce petit accès de suffisance aperçu à la Mosson.

Bonus roux un jour, roux toujours :

Il n’est peut être que remplaçant à Nantes, mais Fernando Aristeguieta est déjà à l’honneur au Vénézuéla dans une pub pour Pepsi. Où l’on apprend que petit déjà…

La compo et les buts :

Touré relevant de blessure, c’est Veretout qui redescend d’un cran, laissant la place de meneur libre pour l’Américain Bedoya. A gauche, Veigneau profite de la blessure d’Alhadhur pour retrouver sa place de latéral.

terrain

22ème : Nantes remonte le ballon en baladant Montpellier de gauche à droite. Au bout de l’action, Veretout décale Cissokho qui foire sa frappe, mais Djordjevic parvient du bout du pied à détourner le ballon. Jourdren est à la pêche, Congré lance à son pied l’ordre de se mettre en opposition avec environ cinq secondes de retard. 0-1.

91ème : Teddy Mézague (putain, Teddy Mézague quoi…) trouve Djamel Bakar (putain, Djamel Bakar quoi…) esseulé dans la surface. Frappe toute molle mais but quand même. 1-1.

 

Les gars de chez nous :

Riou (4/5) : Simple mortel face à Bakar, tout-puissant face à Camara et Cabella.

Cissokho (3/5) : Lui a fait son match, déclenchant le but et verrouillant son couloir.

Djilobodji (3/5) :  70 minutes à se faire pilonner la tronche par les obus montpelliérains, et il n’a pas craqué une seule fois. Averti pour une intervention incisive, qui a fait prendre conscience à Sanson qu’il devait muscler son jeu, sa cheville et son genou.

Vizcarrondo (2/5)C’est facile de pointer du doigt son manque de tranchant devant Bakar. C’est très facile. Du coup, oui, quel manque de tranchant devant Bakar. Mais sinon, c’était pas trop mal.

Veigneau (0/5) : Ah ouais, donc en fait ton truc, c’est l’absence totale de dignité ? Un match entier à te faire violer par Camara et Jebbour et non, pas de souci messieurs, continuez votre besogne. Il revient quand Alhadhur ?

Deaux (1/5) : Aussi utile qu’Alioum Saïdou sur une jambe. Merdique, donc.

Veretout (2/5) : Replacé à son poste de prédilection, il a amené les quelques actions canaries de la première période par des renversements de jeu Pirlesques, avant de glander comme les autres. Remplacé par Trébel (76ème), qui a réussi plus de passes en 20 minutes que le reste de l’équipe sur tout le match.

Bedoya (1/5) : Le petit Alejandro apprend le jeu à la nantaise. Aujourd’hui, le jeu sans ballon : 90 minutes pour toucher 10 ballons et une tape sur le cul, tu m’étonnes que tu fais n’importe quoi avec le cuir ensuite.

Bessat (1/5) : Il a réussi un dribble, et même un deuxième dans la foulée. Et puis, bof, la flemme. Remplacé par Touré (58ème), qui a permis de remonter quelques ballons proprement.

Gakpé (0/5) : Putain, trois occases croquées à 1-0, y’a de quoi se les mordre, merci Sergio. Un 3 contre 1 où il oublie Bedoya, un 2 contre 1 où il zappe Djordjevic, et enfin un duel perdu devant Jourdren. Au revoir m’sieurs-dames, merci mon cul.

Djordjevic (3/5) : Quelques remises manquées par excès de facilité, mais enfin, le constat est sans appel : une demi-occasion, un but. Remplacé par Aristeguieta (81ème), qui a amené. Quoi, on ne sait pas, mais on cherche.

 

Les mecs d’en face (Cabella/5) : Que penser de ce MHSC que je voyais pour la première fois cette saison ? Sûrement que sans Cabella et Sanson, Nantes aurait gardé ses trois points. Easy. A voir donc face à une vraie adversité pour des Montpelliérains qui semblent quand même en souffrance dans le jeu. En tout cas, Marcelin a retrouvé la foi (ou son foie, on ne sait pas trop).

 

Raynald a atteint la vingtaine et vous file les images du match.

 

Câlins beurrés

Raynald Dunoeud

1 thought on “Montpellier – Nantes (1-1) : la Canaris Académie livre ses notes

  1. La bulle est dure pour Gapké. Il a eu certes beaucoup trop de déchets techniques mais au moins il aura pas mal provoqué et créé ces situations. Contrairement à Bedoya qui pour le coup à vraiment joué à Casper sur le match…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.