Nîmes – Tours (1-1) : la Croco Académie livre ses notes

ça va être compliqué la ligue 1

« Un seul être vous manque et tout est dépeuplé ». Lamartine ne pensait peut-être pas à Gragnic et à ce Nîmes-Tours de la 28ème journée de Ligue 2 lorsqu’il pondit « L’isolement » en 1820. Pourtant, cette phrase reflète exactement le sentiment que la Croco Académie a eu lorsqu’elle a maté ce match sans son Gragnic au milieu vendredi soir. Après le fist breton (bien loin des pratiques de notre cher Alphonse, quoique…) de la semaine dernière, les Nîmois étaient remontés si bien que Zvunka a lâché de manière officielle l’objectif Liguain ! Okay, il y a toujours un décalage entre le supporter (qui croit vraiment à la montée depuis deux mois) et le dirigeant, mais au moins c’est dit putain !

Le match

Avec cette annonce (mais pouvaient-ils seulement se le cacher ?), les Nîmois se sont mis la pression du résultat en recevant un Tours FC qui restait sur deux matches nuls consécutifs à Sedan puis contre Caen. Tendus comme mon slip un soir de Féria de Pentecôte, les Crocos concèdent la première occasion mais Merveille ville (ou Merville veille, je ne sais plus). Ogunbiyi sonne vite la révolte après une frappe qui s’écrase sur la barre transversale. Les Costières se réchauffent en alternant 51 et Ricard quand tout à coup l’éclair, le génie, la foudre, le miracle ! En moins de temps qu’il ne faut pour mettre un glaçon dans un jaune, Nico Bénézet place un petit pont sur son adversaire, accélère, s’engouffre dans la défense pour tromper Leroy d’un tir croisé. 1-0 à la mi-temps, propre. Au retour des vestiaires, les Rouges auront l’occasion de breaker, d’abord par Ogounbiyi qui ne concrétise pas l’offrande de Koné rentré à la place de Robail en pointe, puis par ce même Koné quelques secondes plus tard. Et comme bien souvent, à force de trop hésiter on finit par l’avoir dans le cul ! Le maitre quenellier s’appelle Bérenguer et en a glissé une de 25 mètres, directement dans la lucarne de Merville à l’heure de jeu. S’en suivit une demie-heure où les 22 acteurs n’ont fait qu’hésiter entre le point du nul ou le risque d’aller gagner. Les deux équipes ont chacune eu l’occasion de l’emporter mais ni le gros Bergougnoux ni Bénézet n’ont pu trouver la faille. Nîmes vient de griller son deuxième joker consécutif et devra encore faire sans maître Gragnic au MMArena.
Les notes

MERVILLE (4/5)
On peut lui dire merci ! A plusieurs reprises, il sauve le bateau d’un naufrage. Ajouté à ça ses très bonnes sorties aériennes, Cyrille a livré un de ses meilleurs matches. -1 pour le but concédé (mais pouvait-il vraiment faire quelque-chose ?)

POULAIN (3/5)
Toujours aussi propre, toujours aussi sobre. Pas le genre de mec qu’on emmène en Féria.

BOCHE (3/5)
« On ne peut pas faire confiance à un mec qui porte un tel nom ». Ta gueule Pépé, tu vois bien qu’Aurélien n’a pas vraiment la tête a déporter ses potes.

AMEWOU(2/5)
Ne s’est toujours pas réveiller depuis la semaine dernière.

FANCHONE (3/5)
Une très bonne première mi-temps où JAF a apporté le sur-nombre dans la moitié tourangelle. Moins en vue en seconde. A l’image de l’équipe.

BOUBY(3/5)
Une performance assez moyenne du Boub’ mais comme on l’aime bien, on lui met au-dessus de la moyenne. Remplacé par BENYAHIA (2/5) dont on n’est pas les potes.

OGUNBIYI (3/5)
Une barre transversale qui a réveillé toute l’équipe. Bien. Manque un but tout fait que même en la poussant avec la bite elle rentre. Pas bien. Remplacé par RIPART (2/5) qui n’est pas rentré dans le match.

HADDOU (2/5)
S’est distingué en poussant Blayac dans la surface. Heureusement, l’arbitre ne siffle pas penalty. On n’est passé pas loin du 1/5.

BÉNÉZET (4/5)
Homme du match une nouvelle fois. N’a pas la note maximale car son but ne vaut qu’un point.

NOURI (2/5)
A mouliné comme un malade mais n’a pas su faire la différence sur son côté droit. Ryad préfère jouer dans l’axe, ça se sent.

ROBAIL (1/5)
Pour cette journée de la femme, Zvunka avait décidé de faire jouer la rouquine en pointe. Elle a tenu 45 minutes – le temps pour elle de foirer complétement une occasion de but – avant d’être remplacée par KONÉ (2/5) qui l’a joué trop altruiste sur l’action ratée d’Ogunbiyi. Putain de buteur en bois.

 

Romain.p de What’s The Foot pour @LaCrocoAcadémie

Retrouvez la Croco Académie sur What’s The FootFacebook et Twitter.

5 thoughts on “Nîmes – Tours (1-1) : la Croco Académie livre ses notes

  1. Loulou est colère, le retour de Nice « à 4 pattes » a été douloureux. Bon rétablissement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.