Red Star – AC Ajaccio (1-1) : l’Aiacciu Académie livre ses notes

0

Malgré la pluie et l’interdiction de supporteurs visiteurs, I Sanguinari n’a pas pu s’empêcher de se rendre à Beauvais, pour assister au match face au Red Star.

View post on imgur.com

Après avoir bravé les différents contrôles de sécurité, direction la tribune d’honneur du stade Pierre-Brisson. Pour cette rencontre, Olivier Pantaloni avait réservé une surprise : la titularisation de Vincent Marchetti à la place de Claude Gonçalvès. Le reste de l’équipe était habituel, avec le retour de Diallo en défense centrale.

View post on imgur.com

Concernant le match, l’ACA s’est vite mis au diapason, avec de l’envie, de la hargne et des idées. Mais de grosses occasions parisiennes ont vite remis les pieds sur terre aux Acéistes. Heureusement, les joueurs du Red Star ont beaucoup, beaucoup raté devant les cages de Scribe. Abergel, à force de courage, et de chance, réussira à ouvrir le score d’une frappe déviée. Après une très bonne première mi-temps assez intense, la deuxième a été beaucoup plus compliquée physiquement. Et pour cause, l’ACA n’avait que trois jours de récupération, alors que le Red Star n’avait pas joué depuis 10 jours. Avec deux tiers de joueurs crevés sur la pelouse, l’ACA ne pouvait pas rivaliser et c’est tout naturellement que Plumain, auteur d’une bonne entrée, poussait le ballon dans les filets à la 74ème minute. Encore une fois, ce match nul a un goût amer mais porteur d’espoir. Allez, on y croit !

(Ricardo) FATTI DIVERSI :

– Le speaker du Red Star, c’est le seul speaker du monde à faire une phrase avec deux sujets, deux verbes, un COD, un COI, un complément d’objet de temps, de lieu et un attribut du sujet pour annoncer le temps additionnel.
–  La moyenne d’âge du banc acéiste était de 22,6 ans.
– L’ACA n’avait pas enchaîné trois matchs consécutifs sans défaite depuis les trois dernières rencontres de la saison dernière.

ANNUTAZIONI :

Anthony Scribe la moyenne/5 : Autant il a été efficace avec des arrêts à bout portant ou sur des claquettes de loin, autant il a été fébrile sur les sorties loin de sa ligne. Ce qui m’a coûté plusieurs slips.

Zié Diabaté 2/5 : Il a laissé trop d’espaces aux attaquants adverses. Toujours en retard ou à la traîne dans ses interventions, il s’est plus fait balader qu’un chien d’aveugle. Pourquoi ? Nous aurons la réponse après le match : il n’est pas allé au contact par peur de recevoir un carton jaune. Heureusement, il s’était réveillé dans les 10 dernières minutes, avec beaucoup plus d’impact et d’aplomb.

Pape Cissé 3/5 : Il a mangé de la soupe sur la tête de l’attaquant adverse tellement il l’a dominé.

Zakaria Diallo 3/5 : Plutôt discret en première mi-temps, il a émergé en deuxième période en coupant la trajectoire de nombreux centres adverses. Une petite main dans sa surface que l’arbitre ne verra pas.

Anthony Lippini 4/5 : C’est la première fois depuis 1856 qu’il ne fait pas une seule faute dans un match. Très propre dans ses interventions, avec toujours un coup d’avance dans ses interceptions, dur sur l’homme, Lippini est à chaque fois passé devant son vis-à-vis. Son meilleur match depuis son retour.

Vincent Marchetti 4/5 : Après avoir joué latéral à Laval et meneur de jeu à Lens, il a joué 6 à Beauvais. Et quel match ! S’il s’est d’abord attelé à jouer propre et simple, il a également répondu présent dans TOUS les duels avant de prendre ses responsabilités et de jouer juste et vers l’avant. C’est simple, il était partout et n’a rien lâché.

Laurent Abergel 4/5 : Après une longue blessure, son but – son premier chez les pros – sonne comme une revanche. La plus belle preuve ? Sa célébration à la fois rageuse et émouvante. Outre son but, il a beaucoup couru en première mi-temps avant de se replacer plus bas en deuxième période pour être à la retombée des ballons devant sa surface.

Johan Cavalli 3/5 : Avec un attaquant aussi statique et maladroit que Panyukov, c’est pas facile pour lui de se mettre en avant offensivement. Ce qui a été impressionnant dans sa prestation, c’est son replacement et ses efforts défensifs constants.

Riad Nouri la moyenne/5 : S’il s’est montré à son avantage en début de match avec quelques occasions, il a vite baissé le pied avant de finir complètement cramé. Il s’est précipité dans les vestiaires dès sa sortie.

Mouaad Madri la moyenne/5 : Quelques dribbles et occasions ratés, un but refusé, des courses vers l’avant, de la volonté et des appels. Sans jamais aller au bout de ses initiatives. Replacé à gauche à la sortie de Cavalli, il n’a pas fait les mêmes efforts défensifs que son capitaine. Résultat ? Un but encaissé.

« BUT BUT BUT ! Ah non »

Andrey Panyukov 1/5 : Quand il n’était pas à terre, quand il ne perdait pas le ballon, quand il ne dribblait pas, quand il ne faisait pas semblant de presser, quand il ne perdait pas ses duels aériens, quand il ne loupait pas ses passes, on ne le voyait pas.

I RIMPIAZZANTI :

Karim Saf Saf, 62ème minute, NN : Première apparition chez les pros pour lui. Et dès ses premières touches, on a senti de la volonté et du ballon chez lui. Malgré quelques dribbles maladroits ou un placement hasardeux, il a eu le culot et l’audace de tenter sa chance plusieurs fois en tirant au but.

Claude Gonçalvès, 78ème minute, NN : Pas facile d’entrer dans une équipe carbonisée.

Julien Toudic, 81ème minute, NN : Pas sûr qu’il ait touché un ballon.

Perfettu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.