Red Star / Paris FC (0-0) : La Jules Rimet Académie livre ses notes

Pas encore d’effets Steve Marlet

Par Porthos Molise, en direct de l’Olympic,

Bonjour la famille et toutes ces sortes de choses. On dirait qu’on n’s’est pas quitté longtemps et que la saison reprend bien vite. Déjà Strasbourg et Vannes d’emmanchés, maintenant Paris (ah Paris)… Toute une histoire comme seul le Natianal peut nous en offrir. Dire qu’ils ont failli ne pas être là les
Parisiens et voilà qu’ils jouent déjà le haut du tableau ? Les veinards.

Et nous, alors ? Bah, un début fracassant de nul en nul et nous voilà avec trois points dans la besace. De quoi se maintenir à grand peine mais là n’est pas l’objectif.

Non parce que je sais pas si vous avez bien regardé le recrutement de Red (j’en parlais pas plus tard que l’autre fois) mais avec tout ce beau monde, on est bien baise si on joue pas la montée, non ?

Attendez, j’vous le refais, mais avec les derniers arrivés :

Planté

Marie – Cros (ou Ben Amor) – Allegro – Ielsch

Orsatonni – Ricca – Makhedjouf

Oudrhiri

Lee – Lefaix

Allez, avouez. Dans le tas, y’a quelques noms que vous r’mettez. Du beau monde, moi que j’vous dis. Alors quoi ? Avec ça qu’on est pas foutu d’avoir notre première victoire de la saison ? Ah bah non. Et pourquoi ? Heu…

Non pas que le spectacle fut désastreux à regarder. Au contraire, j’avais jamais vu de milieux avant ce soir. Et pis du jeu au sol, de la défense solide et du ballon en veux-tu en voilà, y’a pas à dire c’est du dernier chic. Le seul hic, c’est que la balle, OK, on la garde, mais on la passe toujours en arrière, alors forcément pour ce qui est d’aller de l’avant c’est un peu plus compliqué qu’au rugby, hein !

Du coup, les occases c’était pas trop ça.

Au final, on retient quoi ? Bah, pas grand chose. Du jeu et des belles promesses mais qui retombent comme un soufflet raté d’une cuisinière moche. Ce match, c’est comme une branlette pas terminée quand on a pas vraiment envie. Laborieux et inutile.

Mais assez parler de jeu (un paragraphe, ça va bien). Vous avez tout le résumé dans la vidéo qu’il faut. Non, sinon ce qui fait plaisir c’est le retour à Bauer, grand stade millénaire s’il en est. Et force est de constater qu’il y a eu des petits chamboulements à l’intersaison.

  1. On sert des parts de pizza (froides) en plus de la traditionnelle merguez-frites.

  2. On moyenne les deux mille péquins alors qu’on tirait mal vers le millier l’année dernière.

  3. Nouvelle sécu, plutôt coolos celle-là…

  4. Maillot blanc imprimés vert. Porthos va encore claquer ses 50 oeufs.

  5. Akli ne sait pas mettre un fût au frais (la bière tiède, yeurk). Bon OK, c’est pas du Bauer c’est de l’Olympic.

Je reviendrais sur l’actualité bouillante du club et du stade mais d’abord j’oublie que j’ai des notes à vous refourguer…

Le gardiennage :

Planté 4/5 : sollicité deux ou trois fois maxi. Rassurant comme du bon pain.

La défensive :

Marie 3/5 : Ses montées vont faire mal d’ici quelques matchs. Pour l’instant, il se rôde.

Ben Amor 3/5 : Classique, mais efficace.

Allegro 4/5 : Il rajeunit.

Ielsch 4/5 : Hargneux comme un iench’.

Et au milieu :

Ricca 4/5 : Impressionnant sur certains ballon. Et pour impressionner Porthos, il faut un certain style… Ou alors être une femme à trois seins comme dans Total Recall.

Dieye 2/5 : Il a carrément haussé son niveau d’jeu par rapport à l’année précédente, y’a pas photo. Le problème c’est que les autres mecs qui jouent, c’est pas des mauvais. Du coup, on le voit que lui il l’est (mauvais).

Oudrhiri 2/5 : Il est censé joué 9 ½ et il joue 6 ¾. Non mais repositionne-toi, merde. Et muscle ton jeu, tiens. Remplacé par Tuslane à la 75ème pour lui apprendre qu’on ne peut pas tromper mille fois mille personnes.

Lafon 1/5 : Ah ouais, il est lent. Bon j’avoue les notes c’est pas objectif vu que l’année dernière pour trois fois moins je lui mettais 4/5. Ouais mais là, on vise la montée, mec. C’est du vrai gros niveau (de Natianal). Et du coup, Porthos a des ambitions. Et du coup, il note sévère. Remplacé à la 65ème par Makhedjouf d’une tout autre classe.

Le devant des choses :

Lefaix 2/5 : Sans ballons, même un attaquant de son calibre ne peut pas faire grand chose.

Lee 2/5 : Petit, jaune, coréen. Et qui saute partout, et qui court et qui tombe, oui. Une autre sorte de cliché que ce qu’on voit habituellement à Bauer. Remplacé à la 85ème par une autre sorte de cliché : Adama Sarr.

Retour sur l’actualité bouillante :

  • Bonne nouvelle tout le monde, le club a répondu à l’appel du Collectif et organise un – soi-disant – débat sur l’avenir du Stade Bauer. On verra s’ils tiennent toujours à leur Arena machin ou non.

  • Du coup le Collectif affute ses arguments.

  • Par contre, c’est le samedi matin à 10h30. Porthos est traumatisé.

  • Ah oui, c’est le 7 septembre, au fait.

Oh, j’voulais dire d’autres trucs mais j’ai oublié. On verra la prochaine…

Cordianalement,

Porthos Molise

Supplément cocopinage :

Collectif Red Star Bauer

AllezRedStar

Le forum des supporters

2 thoughts on “Red Star / Paris FC (0-0) : La Jules Rimet Académie livre ses notes

  1. Par contre l’ami Lee a l’air d’etre égal a lui même… Pas foutu de planter un but c’est con pour un attaquant

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.