Reims-Brest (0-0), la Champagne Académie livre ses notes

Raymond a encore entendu quelques croustillantes rumeurs au stade


Reims – Auguste-Delaune – 12683 spectateurs – Arbitre : LESAGE Mikael

 

Première confrontation en L1 entre Reims et Brest. Pour l’occasion, un nouveau Breton a fait le déplacement : Cédric Fauré venu en famille encourager ses anciens coéquipiers. Un accueil comme il se doit de tout le stade qui scande son nom. Prends ça Fauvergue.

Brest, c’est la menace fantôme : 0 point à l’extérieur. Quand on connaît la capacité de Reims à relancer les équipes au fond du trou, ou à mettre fin aux mauvaises séries adverses, on se dit que ce match ne sent pas très bon. Comme mon voisin en Jonquet inf’. Mais après la désillusion contre Evian puis la branlée contre Lyon, on se dit qu’avec un minimum d’amour propre, ce match ne sera qu’une formalité.

En face, on a celui qui donne encore des cauchemars à Roberto Carlos, repositionné côté gauche.

Côté rémois, une compo sans grosse surprise, le seul suspens est de savoir quel gus va « animer » l’ « attaque ». A Delaune, en dehors de Courtet à l’infirmerie, 1 seul attaquant fait l’unanimité. Manque de pot, il est dans la tribune.

 

Les gus :

Agassa / Glombard – Weber – Tacalfred © – Souaré / Krychowiak / Ca – Devaux / Fortes – Diego / Fauvergue.

 

Le match :

 

0-15

Un début de match dominé par les locaux, qui mettent le feu sur les ailes. Fortes et Diego profitent de la présence de Bernard Mendy en face pour lui dédicacer leurs centres au 3ème poteau ou dans la tribune.

 

15-30

Outre la tête de Fauvergue sur corner, ce sont bien les visiteurs qui se montrent les plus dangereux en contre. Bien regroupés derrières, ils sortent rapidement et intelligemment (tout est relatif, on parle bien de joueurs de football) et sont à deux doigts d’ouvrir le score sur une frappe de Touré.

 

30-45

Le public Rémois et chambreur envers Fauvergue et scande le nom de Fauré. Mais le public est surtout frondeur, vu la pauvreté du spectacle sur le terrain : des joueurs statiques, aucune prise de risque, alors que les Brestois ont clairement décidé de laisser le ballon. Diego tente à 30m. RIP, Ultra rémois qui a pris le ballon dans la tronche.

 

Mi-temps sous les sifflets d’un public qui commence sérieusement à s’impatienter devant un tel manque d’envie.

Fauré quitte la tribune Germain pour passer 10min au cœur des Ultras en tribune Jonquet. Impossible d’entendre ses mots, la sono du kapo ne couvre pas la pub et la musique de la sono du stade. Pas grave, l’intention y est, et le revoir à Delaune fait toujours zézir.

 

45-60

Aucun changement à la mi-temps, à croire qu’on ne change pas une équipe qui dort. Les Brestois eux, ont the Occasion du match : sur un centre au second poteau, Glombard n’attaque pas le ballon, Lesoimier le devance et fracasse la balle sur la barre, le ballon ressort juste devant la ligne d’Agassa archi battu. Coup de semonce et sifflets du stade qui sent le vent tourner. En réponse, Fournier sort son meneur de jeu Devaux pour son meneur de…de quoi ? Ghilas (58ème).

 

60 – 75

Weber pour Tacalfred, Tacalfred pou Weber x 10, x 20 avec une variante en passant par Krycho, l’intermédiaire. Côté Brest, on a bien compris qu’il faut supprimer les intermédiaires, Chafni tente de loin, Agassa repousse difficilement. Toudic remplace Fauvergue. Fauré rigole.

Diego enroule un coup-franc juste au dessus de la lucarne de Thébaux.

 

75 – fin du match :

Les coachs jouent à « qui a la plus grande » : les deux frères Ayité rentrent en même temps sur le terrain. A l’échauffement, on pouvait voir clairement que Reims a hérité de la version miniature de celui de Brest. En moins bon aussi. Marrant de les voir se mettre des taquets dans les duels. Chacun aura l’occasion de frapper au but, le Brestois est contré par Weber, le Rémois trouve les gants de Thébaux.

A chaque balle en retrait le public gronde. 5 dernières minutes où enfin les Rémois tentent de nouveau de porter le danger. Mais à ce jeu, c’est Brest qui s’en sort le mieux, avec un face-à-face bien stoppé par Agassa. Reims a également l’occasion de tuer le match, Diego lancé en profondeur et seul face au goal, rate complètement le ballon s’écroule comme une merde. Dans les arrêts de jeu, Brest manque le hold-up sur un nouveau face à face remporté par Agassa.

Un match nul vraiment nul. Les Brestois l’ont joué « à la ligue 1 », laissant le ballon à ceux qui ne savent pas quoi en faire, et procédant en contre. On en aurait presque souhaité qu’ils ouvrent le score, ça aurait rendu cette soirée bien plus animée.

 

Les notes :

Agassa : 4/5. On retrouve enfin LE Agassa, décisif sur sa ligne. Fait toujours autant flipper sur ses sorties et son placement aléatoire, mais ce soir le contrat a été rempli, il a remporté 2 face à face.

Glombard : 2/5. Retrouve son poste d’arrière droit avec le retour de Fortes. Dommage. Un peu de danger sur ses centres. Coupable sur le coup de tonnerre de Brest, il laisse Lesoimier lui passer devant.

Weber : 2/5. Quand on sonne la révolte et qu’on traverse seul le terrain, au bout, faut la donner. Sinon ça ne sert à rien, et ça en devient dangereux quand on connaît la capacité de ses coéquipiers à revenir défendre…Soirée « push your hand in the air » : il a passé son temps à lever les bras en signe d’impuissance, ne sachant pas à qui passer le ballon.

Tacalfred : 2/5. Le capitaine est resté costaud dans les duels. Prise de risque 0% : aucune saveur. Les 1-2 avec Weber pour le concours de celui qui touche le plus de ballons, ça va bien quand tu mènes 2-0. A 0-0 face à Brest, faut pas pousser mémé Jacquet dans les orties.

Souaré : 2/5. La crête jaune a été réduite de moitié d’épaisseur. A croire que ça lui a réduit son envie de participer au jeu de moitié. A plus gêné que réellement défendu.

Krychowiak : 2/5. Le milieu def’ a fait le boulot défensivement, tout en cherchant à diriger un peu le jeu. Sauf qu’il a joué davantage en retrait, déclenchant le mécontentement du public.

Ca : 2/5. Impossible de me rappeler de son match. Pas vu, pas pris, je me rappelle juste de la couleur de ses chaussures : moche.

Devaux : 3/5. Le seul capable d’amener du danger dans l’axe. Compliqué quand tu sais que tu confies à Fauvergue le soin de concrétiser. Je comprends mieux sa retenue à ne pas lui passer le ballon… Alors qu’il semblait sonner la révolte, est remplacé par Ghilas (58ème, non noté). Kamel…que dire…

A : En nette progression…vers le 0 absolu.

B : Obi Wan Kenobi

C : « Avec plus de jugeote, j’aurais pu en concrétiser certaines. (K.G)»

D : la réponse D

Fortes : 2/5. A retrouvé ses jambes et sa rapidité, il a mis le feu sur son côté. Mais voilà, le dernier geste n’y est toujours pas (ne l’a jamais été en fait), il tente une passe quand il doit frapper, il centre au 3ème poteau, il attend que le défenseur adverse revienne pour pouvoir le dribler. Finalement, on regrette presque le duo Glombard / Mandi.

Remplacé par Ayité (74ème, non noté) : j’aurais aimé qu’il échange de maillot avec son frère en fin de match, mais aussi échange de vestiaire, de club…

Diego : 1/5. Des chants à la gloire de celui qui a réussi 3 matchs cette saison, le public n’est pas rancunier. Son air-frappe dans les dernières minutes va peut-être passer dans le grand bêtisier du foot. Nakata (OM) likes this.

Fauvergue : 1/5. Sur le terrain par défaut. Ou pour ses défauts, je ne sais pas. Une tête de peu au dessus. Voilà voilà…

Remplacé par Toudic (64ème, non noté), aussi décisif que Ghilas et Fauvergue réunis.


Hubert Fournier : 1/5. Reconnaître que l’équipe ne peut pas prétendre aux premières places, c’est être lucide. Reprocher au public de siffler des joueurs qui ne montrent aucune envie face à une équipe qui n’a pas pris 1 point à l’extérieur, c’est…

 

Bonus track : les folles rumeurs.

‘parait que si Fauré était dans les tribunes, c’est que ça le titille bien de revenir jouer à Reims.

‘ parait que si les joueurs ne montrent aucune envie depuis 5 matchs, c’est que ça cache une histoire de prime…Rappelez vous il y a deux ans, une première partie de saison en position de relégation, et dès que les primes ont été accordées, une fin de saison « champagne » avec un parcours de fou en coupe de France ! Bon ben là, c’est l’inverse.

1 thought on “Reims-Brest (0-0), la Champagne Académie livre ses notes

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.