Sochaux-Ajaccio (0-0) : L’Aiacciu Académie livre ses notes

On ne prend pas de buts, on ramène un point de l’extérieur et on sort de la zone de relégation. Qu’est-ce qu’on attend pour fêter ça ? Un but peut-être. On se contenterait même d’occasions. Parce que depuis le début de saison, les joueurs acéistes ont oublié ce que signifiait les mots « frappes », « tirs », « jeu offensif » et « but ». Pour la troisième fois depuis août, Ajaccio n’aura pas marqué. La faute à qui ? La faute à des attaquants hors de forme. Ce soir, les performances de Mutu et de Diarra sont à mettre aux oubliettes, Belghazouani se débattant tout seul sur le front de l’attaque.

Pourtant avant le match, le motif d’inquiétude était bien la défense. Zubar blessé, l’arrière garde était confié à Perozo et Nadeau, 4 matchs de Ligue 1 à eux deux. Sur le côté, l’expérience était au rendez-vous bien qu’André ne soit pas un spécialiste du poste et que Bonnart restait sur une saison blanche à Lille. Heureusement, face à des Sochaliens timorés, le travail était facilité. Contout et Bakambu ont toutefois posé des problèmes, notamment à Bonnart, totalement dépassé. Ainsi, la plupart des actions des jaunes et bleus passaient par le côté droit, celui de Bonnart. Memo Ochoa, qui répond toujours présent, apportait lui la sérénité nécessaire et réalisait les arrêts qu’il fallait. Comme toujours.

Vous l’aurez compris, la première période était à mettre à l’avantage du FCSM. Un FC Sochaux Montbéliard qui se transforme vite en FC Sado Maso pour les spectateurs, torturés par le pauvre spectacle proposé. Incapables d’attaquer ensemble, l’ACA ne pouvait que subir, sans être mis en danger plus que cela. C’est donc tout naturellement que le score était nul et vierge à la mi-temps.

La deuxième allait être légèrement différente. Plus tranchants, les acéistes se procuraient un petit peu plus d’occasions. La sortie de Mutu pour Lasne permettait un plus gros impact physique au milieu et moins de tricotage sur les ailes. Le jeu était donc plus direct. Paul Lasne s’est même procuré plusieurs actions, sans réussite. Dans les dernières minutes, l’ACA se faisait plus pressant par l’intermédiaire de Popescu, Lasne et Belghazouani. Malheureusement le score resta nul et vierge. Pour les buts et le spectacle, on repassera.

Pimagic-super-photo-14

ANNUTAZIONI 

Guillermo Ochoa 4/5 : alors qu’un peu plus tôt des rumeurs faisaient état de son départ imminent au Milan AC, Memo ne s’est pas laissé déstabiliser. Bien au contraire. J’ai beau boire autant de Mojitos que je veux, je ne serais jamais aussi ivre que quand je le vois réaliser des arrêts réflexes ou des détentes comme face à Bakambu et Roudet.

Laurent Bonnart 1/5 : pour ce match, on pourra le surnommer Laurent Bonnet d’âne. Incontestablement dernier de la classe ce soir au vu de son marquage élastique et de son impact physique inexistant. Est-ce la signature de l’italien Crescenzi, qui sera son concurrent, qui l’a déstabilisé ? Comme on ne peut pas jouer avec un bonnet d’âne sur le terrain, les soigneurs de l’ACA ont quand même décidé de marquer le coup avec un bandage.

Pimagic-super-photo-13

Joshua Nadeau 3/5 : il entame à peine sa première saison en pro avec l’ACA qu’il est déjà partagé entre deux postes. Titulaire côté droit contre le PSG, Nadeau était cette fois-ci le coéquipier de Perozo en défense centrale, son poste de prédilection. Cela s’est senti tant il a dégagé de la force. Costaud, il est intervenu plusieurs fois à la limite de la faute, restant toujours du bon côté de la frontière. Face à lui, ses jeunes adversaires (Bakambu ce soir), désorientés, font leur crise de Nadeaulescence.

Grenddy Perozo 3/5 : le voir sans Zubar qui le guide habituellement aurait pu tourner au vinaigre. Mais en fait le Vénézuélien s’en est très bien sorti.

Benjamin André 3/5 : on a bien reconnu l’ancien milieu de terrain lorsqu’on l’a vu évoluer, la plupart du temps, plus haut que Pierazzi, Pedretti et Mostefa. Il a donc bien profité de l’absence de vis-à-vis sérieux pour tenter de faire monter le bloc de son équipe. Paradoxalement, on ne l’a pas beaucoup vu attaquer et prendre son couloir. C’est sans doute dû au manque de velléités offensives de l’ACA.

Benoît Pedretti 2/5 : celui qui crée s’est transformé, le temps d’un soir, en celui qui annihile. Ses passes ou transversales n’ont jamais trouvé preneur. David Gigliotti non plus.

Jean-Baptiste Pierazzi 2.5/5 : plus les minutes s’écoulaient, plus JB était en difficulté. Des rimes riches pour une prestation assez pauvre. Même s’il s’est donné à fond, comme toujours.

Mehdi Mostefa 3/5 : ce n’était plus l’AlgéRien mais l’AlgéTout. Au four et au moulin, à la récupération et à la finition. Comme la semaine dernière, il a eu plus d’occasions qu’Adrian Mutu.

Sigamary Diarra 1/5 : c’est fou comme il semble meilleur latéral qu’ailier.

Chahir Belghazouani 3/5 : les flammes laissées par ses accélérations ont bruni Carlao. Très en jambes pour sa deuxième titularisation d’affilée, le Marocain a représenté le principal danger à Sochaux. Les supporters sochaliens ont d’ailleurs eu plus peur de Belgha que d’être licenciés de chez Peugeot. S’il a fait la différence à de nombreuses reprises, il a aussi eu tendance à trop en faire. Replacé en pointe après la sortie de Mutu, sans succès.

Adrian Mutu 1/5 : il ne peut pas jouer au foot correctement et organiser un trafic de bébé roms à Marseille. Pas aider par ses coéquipiers, il s’est une nouvelle fois retrouvé trop seul. Un cas désespéré pour Ravanelli qui, comme d’habitude, l’a fait sortir une dizaine de minutes après le début de la deuxième période. Une décision qu’il a eu du mal à comprendre au vu de sa tête au moment de sortir du terrain. Il était tellement surpris qu’il est directement rentré aux vestiaires. FootMercato devrait donc s’empresser de titrer un article : « Ajaccio : Le clash entre Ravanelli et Mutu »

 

I RIMPIAZZANTI

Paul Lasne, 55ème minute, NN : la décision de Ravanelli de faire rentrer un milieu défensif à la place d’un attaquant pouvait paraître singulière mais l’ACA a été plus dangereux une fois l’ancien bordelais entré. Une bonne frappe puissante après un dribble côté droit, plus belle occasion acéiste du match, est à mettre à son actif.

Stefan Popescu, 92ème minute, NN : comme la semaine dernière, il se contente de quelques secondes de jeu alors que son entrée en jeu aurait été justifiée bien plus tôt. Il aura tout de même eu le temps de déborder et de faire un centre dangereux. On demande à le voir plus longtemps.

 

Fabrizio Ravanelli : pourquoi ne pas tenter le tout pour le tout et faire rentrer des forces vives avant ? Pourquoi attendre la 92ème minute pour faire rentrer Popescu? Pourquoi ne pas réagir face à l’incapacité d’attaquer de son équipe ? Pire, pourquoi faire rentrer Lasne à la place de Mutu? Bref, des dizaines de questions qui resteront en suspens après ce deuxième 0-0 consécutif. Mais on lui fait confiance pour la suite.

 

La trêve internationale fera énormément de bien à un effectif qui pourra ainsi retrouver tous ses joueurs, qui seront alors revenus de blessure. Le prochain match de Ligue 1, c’est contre Evian. Avec, espérons, un peu plus de spectacle. En attendant, vendredi prochain, l’ACA affrontera Parme dans la Challenge Michel Moretti.

 

Perfettu Erignacci.

 

 

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.