Stade Rennais-Nice (1-2) : La Breizhou Académie se fait calmer

L’enjeu de ce match était de poursuivre la série d’invincibilité en Ligue 1 pour passer la trêve internationale le cul vissé dans le fauteuil de leader. Pour ça, il fallait disposer d’une équipe de Nice ayant confondu le mercato avec le Black Friday, mais dont presque aucune recrue n’était sur le terrain au coup d’envoi.

La composition :

Siebatcheu gagne sa place de titulaire en attaque, histoire de bouger la charnière adverse inexpérimentée. Sinon, que du classique : Mendy – Maouassa, Morel, Gélin, Da Silva, Traoré – Grenier, Camavinga, Bourigeaud – Niang, Siebatcheu

Le match :

Une période chacun, c’est la façon dont on pourrait résumer ce match pas si agréable que ça à regarder. Pendant les 45 premières minutes, les Rouge et Noir ont maitrisé leur sujet techniquement et se sont créé plusieurs belles occasions, notamment grâce à un Niang en forme et à des Niçois fébriles sur coups de pied arrêtés. C’est d’ailleurs sur corner que l’on ouvre le score : Grenier trouve Morel, dont la tête est dévié dans son but par Lloris (25e), Rennes 1-0 Nice.

Côté Aiglons, ça aligne les fautes grossières, tandis qu’Atal est le seul à se montrer un peu dangereux.

Au retour des vestiaires, le combat reprend avec de nouveaux tampons de part et d’autre. Da Silva est proche de doubler la mise (50e), tandis qu’un but – valable – de Siebatcheu est refusé pour une – prétendue – faute juste avant. Mais ce sont bien les visiteurs qui prennent le dessus, jusqu’à égaliser à l’heure de jeu. Atal est bousculé par Traoré dans la surface, Cyprien transforme le péno (60e), Rennes1-1 Nice. Déjà le troisième péno provoqué en quatre journées, sympa la sérénité défensive.

Les Rouge et Noir semblent fatigués, le trio du milieu est dépassé et offensivement Atal fait très mal. On se procure bien quelques bouts d’occasion, mais rien de probant. Et chiants comme ils sont, les Niçois se permettent même de marquer dans le temps additionnel sur corner par Coly (90+2e), Rennes 1-2 Nice.

Fin de série pour le Stade Rennais, qui enregistre sa première défaite en quatre journées. Une deuxième période ratée et des limites physiques qui ont engendré du déchet technique et un manque d’intensité. Etre cramés à l’heure de jeu au bout de cinq rencontres officielles, bon… C’est également rageant de n’avoir pas su protéger le point du match nul. On peut néanmoins se dire que si notre deuxième but n’avait pas été injustement refusé par l’arbitre, les Niçois ne seraient sans doute pas revenus. Avec cette défense à cinq, il est difficile de nous mettre des buts dans le jeu, mais il y a encore du boulot sur CPA (pénos inclus). Cette défaite montre enfin que quelques renforts supplémentaires ne seront pas superflus en cette fin de mercato. Et cela aura le mérite de nous éviter de prendre le melon. Neuf points en quatre matchs, ça reste très bien, aucune raison de s’alarmer.

Les joueurs :

Mendy : 3/5. Il ne peut pas arrêter un pénalty à chaque match, hein.

Maouassa : 2/5. Pas de grosse connerie, mais pas non plus de quoi l’imaginer titulaire toute la saison sans transpirer de la raie. Remplacé par Hunou (87e), entré pour la gagne. C’est réussi.

Morel : 3+/5. Un presque but, une grosse occasion à nouveau sur corner et de belles interventions.

Gélin : 3/5. Toujours ce jeu long qui régale.

Da Silva : 3/5. Solide.

Traoré : 1/5. C’est rare qu’il se fasse martyriser, mais quand ça arrive, ce n’est pas à moitié.

Grenier : 3/5. Mieux sur les CPA, toujours bon dans l’organisation. Sa sortie semble étonnante… Remplacé par Léa-Siliki (76e), que j’aurais adulé si sa volée était rentrée en toute fin de match.

Camavinga : 2/5. Un peu dur, mais il a encore eu une grosse baisse de régime à l’heure de jeu. Des imprécisions, des fautes et moins de capacité à contenir l’adversaire. D’un autre côté, on n’allait pas demander à un gamin de 16 ans de tenir la baraque toute la saison. L’arrivée plus que probable de Jonas Martin tombe à pic.

Bourigeaud : 2/5. Non pas que son match ait été mauvais, mais je ne le trouve pas assez influent dans le jeu.

Niang : 3/5. Quelle activité. Moins en vue en deuxième période, mais on le sent au niveau de confiance max.

Siebatcheu : 2/5. Lui, c’est l’inverse. Il avait l’occasion de se montrer avec cette titularisation, il a surtout montré qu’il était emprunté et pas en confiance. Et ce but refusé injustement n’aurait pas changé l’impression générale. Pourtant on sait qu’il y a du potentiel chez lui. Remplacé par Del Castillo (76e), qui a eu la délicatesse de ne pas déranger la défense niçoise.

ALLEZ RENNES

Marco Grossi

Marco Grossi

Un commentaire

  1. Stephan ce grand stratège qui laisse passer les trois points pour montrer à tout le monde qu’on a besoin de recrues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.