Valencia-Barça (1-1) : la Murciélago Académie livre ses notes

C’est l’académie de Valence, mais la nouvelle.

Salut à tous, lecteurs d’horsjeu.net ! Faites attention où vous mettez pieds, je viens de faire le sol ! Je me présente, Doña Macarena Algiros, concierge dans un immeuble Avenue de Suède, juste en face de Mestalla et du bar de Manolo. Je remplace El Piojo qui a certainement dû gratter plus de poils pubiens que de papier ces derniers temps. Je le voyais traîner de temps à autre, je ne disais rien mais bon… Comme Marinette Picon-Bière et Isabelle II de Castille, je viens apporter ma touche de féminisme dans ce monde rempli de machos. Et voilà, vous avez laissé des empreintes de chaussures ! Et qui c’est qui va devoir repasser la serpillère ?!

Dimanche soir, il y avait un monde pas possible pour voir le Barça. Je ne vous raconte pas. En plus, les gens se garent n’importe où, je n’ai pas pu descendre les poubelles avant 22 heures et je me suis endormie tard. Alors oui je suis de mauvaise humeur mais qui ne le serait pas ? Et encore, vous auriez dû me voir pendant les trois matches contre le Real Madrid ! Quand on a pris 5-0, la moitié du stade est partie à la mi-temps, le quartier est vite redevenu calme. Mais ça n’a pas empêché des petits saligauds de tagguer «Llorente vete ya» sur le mur de l’immeuble… Et qui c’est qui a nettoyé, je vous le demande ?! Je ne sais pas chez vous en France, mais ici les jeunes, ils n’ont plus aucun respect pour rien ! J’ai appelé la police pour le leur dire, parce que je les vois moi ces jeunes, je les connais, mais les policiers ça ne les intéresse pas ce que je leur dis. Enfin ! Qu’est-ce que vous voulez que je vous dise ! Après on s’étonne…

Hier soir, j’ai entendu la clameur, les supporters, ils étaient contents en sortant de Mestalla. Mon mari il me l’a dit en rentrant aussi. Moi, je n’y vais plus au stade, à cause de mes chevilles qui me font un mal de tous les diables. J’ai regardé le match dans mon fauteuil qui se déplie pour allonger les jambes. C’est dommage de n’avoir pris qu’un point, on a bien joué. Ah le petit Sergio Canales, j’ai bien cru qu’il avait marqué ! Lui, c’est un bon garçon, pas comme mes petits-enfants qui me font enrager quand je les vois et qui ne font rien à l’école. J’ai demandé à Manolo ce qu’il avait pensé ce matin et on est tombé d’accord : après la victoire contre La Coruña, on montre qu’on s’est bien repris et qu’on est prêt pour jouer le Paris Saint-Germain.

 

Guaita (4/5) : je l’aime bien ce petit, je le voyais souvent passer devant chez moi quand il avait 10 ans. Je suis content qu’il ait pris la place de Diego Alves qui est complètement nul. J’espère qu’il ne partira pas au Barça comme ce traître de Jordi Alba !

João Pereira (2/5) : Sainte Marie, pardonnez-moi, mais quand il a provoqué ce penalty idiot, je n’ai pas pu m’empêcher de jurer sur sa mère et son pays !

Rami (4/5) : il est gentil Adil, il a toujours le sourire ! Je le connais parce que la sœur de ma voisine, son fils a fait Erasmus en France et il lui a parlé une fois à la sortie du stade. Si on n’a vu ni Fabregas ni Messi, c’est qu’il a été très bon.

Ricardo Costa (3/5) : je ne les aime pas bien les Portugais. J’en ai eu un il y a quelques années, il sentait je sais pas quoi mais il ne faisait pas bien propre. Un peu comme Ricardo Costa tiens ! Quelqu’un avec des tatouages comme ça, je ne le fais pas rentrer dans l’immeuble moi !

Cissokho (3/5) : au début, je me suis méfié de lui parce qu’on ne m’a pas souvent dit du bien des Noirs en France. La meilleure amie de ma belle-sœur, quand elle avait été à Paris, elle les avait trouvés pas fréquentables. Mais je préfère le voir lui que Guardado au poste de latéral.

Victor Ruiz (2/5) : j’ai toujours l’impression qu’il fait des fautes. Je préfèrerais que Valverde le mette en défense avec Adil pour faire jouer Albelda. Mon Dieu ! David, il a dit qu’il allait partir à la fin de la saison ! Je ne m’en suis pas remise ! Déjà, quand Ruben Baraja avait arrêté sa carrière, j’avais pleuré mais là, c’est encore pire !

Tino Costa (3/5) : quand je regarde la télé, j’ai toujours l’impression que c’est le frère d’Ever. Il est moins fort que lui mais il a aussi la grinta pour arracher les ballons. El Piojo, il ne l’aimait pas, je ne sais pas trop pourquoi. La jalousie peut-être. C’est souvent comme ça chez les hommes.

Bernat (3/5) : Ah Juanito ! Quel match il a fait contre La Coruña ! Il méritait de jouer contre le Barça ! Lui, il faut le garder président Llorente ! Il ne faut pas qu’il parte comme ce saligaud d’Isco. Lui, il était fort mais il avait quelque chose que je n’aimais pas. Comme me disait ma mère, il faut toujours se méfier des Andalous, ils ne pensent qu’à l’alcool et aux femmes !
Le pauvre, il avait l’air si fatigué quand Valverde l’a sorti à la 70e minute pour faire entrer Pablo Piatti qui me fait de la peine à être si petit!

Guardado (3/5) : lui, il faut que lui présente Dolores, la coiffeuse qui habite au 3e étage. Ce n’est pas possible d’avoir des cheveux comme ça ! Andrés, tu dois faire quelque chose ! Mon mari, il m’a dit qu’il est meilleur en ailier gauche qu’en latéral mais que, même s’il est Mexicain, ce n’est pas Speedy Gonzalez non plus. Speedy Gonzalez, c’était le surnom de l’ex-mari de Doña Carmen qui habite au 2e étage à gauche. Enfin, moi vous savez, je ne m’occupe pas de la vie des autres, ça ne me regarde pas tout ça…
Il a été remplacé à la 86e minute par Jonas qui m’énerve, on dirait Pedro, le meilleur ami de mon fils qui est aussi grand que fainéant.

Banega (4/5) : si j’avais été sa mère, je lui aurais mis une paire de claques quand il est venu s’entraîner alors qu’il puait l’alcool ! Tout le monde voulait qu’il soit en tribunes mais Valverde l’a mis titulaire. Quel but ! J’ai crié tellement fort que Doña Pepita, la dame qui habite seule depuis que son mari est mort l’an dernier, est venue savoir ce qui se passait !
A la 64e minute, Sergio Canales l’a remplacé et j’ai bien cru qu’il avait marqué mais je crois que je vous l’ai déjà dit. Vous savez, je vieillis, je radote !

Soldado (3/5) : je suis sûre qu’il se réserve pour les matches contre le Paris Saint-Germain. J’aime bien comment il se bat sur chaque ballon. Si la société espagnole n’était faite que de garçons comme Roberto, ça irait beaucoup mieux que maintenant parce que quand je vois l’état de l’Espagne en ce moment, je ne sais pas ce que vous en pensez, mais moi ça me fait peur.

Le prochain match, on jouera contre le Celta de Vigo. Je les crains les Galiciens, ils sont hargneux et pas souriants parce que chez eux, il fait plus froid que dans le reste de l’Espagne.

La prochaine fois, vous vous essuierez les pieds avant d’entrer.

Doña Macarena Algiros

8 thoughts on “Valencia-Barça (1-1) : la Murciélago Académie livre ses notes

  1. Bien le bonjour cher Bart! Merci de vous présenter pour mon arrivée, ça change de toute cette génération d’impolis qui ne se présente même pas et qui passe son temps à jouer à des jeux vidéos que ça leur rend le cerveau liquide!

  2. Bienvenue à vous, Doña Macarena. Je passerai vous porter une boîte de navettes à votre loge, le jour où on viendra à Santa-Maria vous reprendre les chaînes du Vieux-Port.

  3. *frotte énergiquement ses pieds sur le paillasson*

    Très très bon ce personnage… Enfin, sans vouloir vous manquer de respect, Doña Macarena.

    Dîtes, si jamais un colis m’arrive (genre une playstation : la ligue des champions reprend bientôt, et on aime bien y jouer avec les Lyonnais les soirs de match), est-ce que je peux vous en confier la réception chère Doña ?

  4. :n’essuie pas ses pieds car il est vil »

    Bienvenue. Parce que je suis poli un peu quand même. Belle entrée en matière, ça se lit tout bien tranquille.

  5. * enlève ses chaussures *

    Vous avez des chaussons m’dame ?
    ça fait bizarre de voir autant de gentillesse avec Adil. Bienvenue !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.