Arsenal – Monaco (1-3) : La Gunners Academy fait un peu de place à son adversaire

23

Salut tout le monde !

Bon, sauf à avoir émigré dans une maison troglodyte ou dans la cave de Gwen Tagrenmer depuis mercredi soir, vous connaissez le résultat. On s’est fait démembrer par un micro-État dirigé par un chauve au charisme de bigorneau. Mais bien comme il faut, hein. Prendre trois buts chez toi contre une équipe qui soi-disant n’en marquait jamais deux dans le même match, ça la fout mal. Cela prouve en tout cas au moins une chose : à Arsenal, on est les Richard Gasquet de la Ligue des Champions. Tous les ans, on est là, on se qualifie pour les huitièmes sans sourciller et on se fait étendre systématiquement quel que soit l’adversaire. Pour pousser un peu la comparaison, on pourrait évoquer notre mental aussi friable qu’un papyrus de l’époque d’Akhenaton (non, pas le chanteur) et notre propension à reculer plus que de raison. Mais chaque chose en son temps.

Avant de revenir sur ce grand match, l’Academy te propose en exclusivité de revivre la journée fantastique de nos Canonniers (ou de nos boulets, je ne sais plus trop). Suivez le guide :

7h30 : Morgan Schneiderlin se réveille. Le milieu de Southampton consulte son téléphone : 150 messages, en français, en anglais et en alsacien. Tous proviennent du même expéditeur, basé à Londres. Morceaux choisis : « Si tu viens, j’annule tout. Surtout le contrat d’Arteta », « Tu ne vas quand même pas rester éternellement sous la coupe d’un mangeur de stamppot », « Moi au moins, je sais prononcer ton nom ». Le Saint hésite à porter plainte pour harcèlement.

7h58 : Abou Diaby, lassé de devoir regarder « Debout les zouzous » tous les matins avec Serge Gnabry dans leur chambre d’hôpital, profite d’un moment d’inattention de son coéquipier pour s’emparer de la télécommande. Il cherche à changer de chaîne mais son geste, mal maîtrisé, lui vaut une luxation de l’index. Arsène Wenger se demande comment interpréter ce message.

9h00 : Son travail de nuit à la boucherie de Whitechapel terminé, Laurent Koscielny se rue à l’aéroport. Au programme aujourd’hui : un aller-retour à Tulle, pour sauver l’usine de joints d’étanchéité pour conduits d’évacuation de climatiseurs de la morgue locale.

9h27 : Les pompiers trouvent Alex Oxlade-Chamberlain inanimé dans le hall de sa maison. Contacté par le coroner, Steve Bould répond d’un air las : « Laissez-moi deviner. Il était encore à la bourre pour l’entraînement et a oublié de vérifier si la porte était ouverte avant de foncer dedans? ». « Oui. Sept fois », répond le légiste.

10h02 : Olivier Giroud se réveille, après avoir fêté comme il se doit l’interview où il compare ses stats à celles des plus grands attaquants d’Europe. Après avoir remercié les deux demoiselles dormant au pied du lit, pris de panique, il décide d’appeler sa femme. John Terry le rassure, tout se passe bien.

11h18 : On apprend que l’usine fabriquant des joints d’étanchéité pour conduits d’évacuation de climatiseurs de morgue de Tulle recrute 300 nouveaux collaborateurs en CDI, à 2.500€ par mois. La République du Centre révèle que le repreneur a préféré rester anonyme.

12h25 : Alors que Mikel Arteta s’est installé confortablement dans l’un des canapés du club pour regarder Derrick, Per Mertesacker demande à son coéquipier de changer de chaîne. Le rythme haletant de la série risquerait de le fatiguer en vue du match de ce soir.

13h01 : En se recoiffant grâce au reflet d’une vitrine, Olivier Giroud aperçoit un sans-abri. Envisageant, dans un grand élan de générosité, de gratifier ce brave homme de dix pence, le Savoyard contacte ses deux conseillers en communication, afin de convier la presse.

14h12 : Entraînement des gardiens. Ospina stoppe toutes les frappes, Martinez la plupart. Quand Steve Bould vient le voir pour lui dire que fumer la chicha sur la pelouse n’est pas forcément une bonne idée, Wojciech Szczesny menace d’appeler son père.

14h30 : Sinon, Ryo Miyaichi a marqué avec la réserve de Twente. Mais oui, en effet, tout le monde s’en fout.

15h12 : Pour la mise en place, Arsène Wenger envisage de faire faire à ses joueurs une attaque-défense. Gibbs, Mertesacker, Bellerin : le technicien alsacien renonce.

16h01 : Wilshere et Ramsey se disputent pour savoir qui aura la meilleure place en tribunes pour voir le match. Ils décident de régler ça à FIFA.

16h02 : Wilshere et Ramsey se disputent pour savoir qui prendra Arsenal. Les deux finissent par jouer avec leur club.

16h03 : Vexé de réaliser qu’il est moins bien noté dans le jeu que son coéquipier, Jacko tacle la console du gallois et décide de sortir avec quelques amis.

16h45 : Gabriel Paulista entre dans le bureau de son patron pour lui demander s’il aura sa chance un jour avec l’effectif pro. Mertesacker arrive derrière lui et lui susurre : « Doria, Doriaaaa ». Le Brésilien s’effondre en larmes. Wenger prévient l’Allemand que c’est la dernière fois. « Yes, Per, just like the Alsace annexation. Wait ».

18h00 : Le grand moment est arrivé. Tonton Wenger annonce la composition de l’équipe pour le match du soir. Afin d’assurer un minimum de lisibilité pour le lecteur, nous avons décidé de placer les joueurs comme eux se sont positionnés sur le pré.

Alors on a quelque chose comme un 1-2-7. Oui, c’est n’importe quoi.

Bon, je n’ai plus d’idées pour le live bidon. Let’s go on with the game.

 

ZE GAME :

Résumé ici les feignasses.

Par où commencer ? Ah si, on fait un super début de match. Welbeck est tout proche d’ouvrir le score d’entrée. On se dit que ça va le faire, qu’on a pris le match par le bon bout. Puis on recule, on recule, on recule… Quoi ? C’est le schéma classique d’Arsenal dans les gros matches ? Merci, cher faux lecteur attentif, tu as tout à fait raison. Mais cette fois, on a l’air suffisamment solides (et on pense avoir assez de marge) pour que ça passe. Ah bah non, en fait, Mertesacker laisse frapper Kondogbia juste avant la pause et décide de contrer le ballon juste au moment de la frappe, juste ce qu’il faut pour prendre Ospina à contrepied (0-1, 42e à peu près).

Mené 0-1 à domicile, tu as deux réactions possibles. Soit tu laisses passer l’orage et te dis que tu as encore toute une mi-temps pour égaliser, soit tu te rues à l’abordage comme un débile. Qu’ont choisi nos Gunners selon vous ? Je vous mets quelques images en guise d’indices.

Courtois, nos défenseurs laissent gentiment les deux attaquants visiteurs seuls face à Koscielny.

Non, vous ne rêvez pas. C’est bien Mertesacker qui se promène tranquillement dans le camp monégasque. Hein ? Qui ça ? Les deux attaquants ? Oh bah non, on sait recevoir, on ne va laisser que le pauvre Koscielny face à eux. Où sont les latéraux, me demandes-tu, cher lecteur ? Alors autant Bellerin est à gauche de l’arbitre (que fait-il là ? va savoir), autant la position de Gibbs sur cette action est un débat qui divise les historiens. L’hypothèse la plus vraisemblable serait qu’il soit en train de cueillir les premiers perce-neiges au bord de la pelouse.

No. Comment.

Ah si pardon, on l’a retrouvé ! Il est tout en bas à gauche sur la photo. Effectivement, il a un petit siècle de retard sur Berbatov, mais on n’est plus à ça près. Contrairement à nos attaquants (on y reviendra), le Bulgare ne tremble pas et ajuste Ospina (0-2). Cela me permet de constater que 99% des clients du bar où je me trouve sont des supporters monégasques. Non, rien. Bref, Berbatov marque dans un fauteuil.

Oui, bon, il lui ressemblait plus quand il avait des cheveux, mais ça me fait toujours rire.

Dos au mur, nos gars se décident enfin (tenez-vous bien, j’en tombe de ma chaise) A JOUER ! Oui, ils se rappellent qu’ils ont le droit d’attaquer et repartent dans l’avant. Enfin, ça c’est sans compter la dextérité de notre grand-attaquant-de-classe-mondiale. Voyez plutôt.

Ibrahima Bakayoko est jaloux devant la dextérité de Giwoud.

Bon mec, je veux bien que ce soit ton mauvais pied, tout ça. Mais tu es à 6m. A SIX PUTAINS DE METRES ! Bordel, même les vaillants horsjeuiens qui ont remporté la finale des perdants à un tournoi de Five la mettent d’ici. Et ce n’est pas son premier raté du soir à notre génie-incompris-qui-vaut-autant-que-Diego-Costa. Va brûler en enfer (on a quelques Raides et Viles qui se feraient un plaisir de t’accompagner).

Mais comme le dirait la grande philosophe surnommée « Connasse de la pub SFR », ET C’EST PAS FINI. Parce que oui, supporter Arsenal, c’est une souffrance de tous les instants. On ne se contente pas d’un simple fist, non. Ceux qui nous font souffrir s’endorment le poing dans nos rectums jusqu’à l’œsophage. Même Danny, si sympathique, si irréprochable depuis son arrivée, s’y met. Voici l’autre action qui à elle seule résume la soirée : Walcott est lancé tout seul dans la surface. Il tente de contrôler.

 

L’Anglais rate quelque peu son contrôle. Plutôt que de tenter de redresser la barre, il frappe. Le ballon revient dans les pieds de Welbeck…

Je ne sais pas si Welbeck croit en la possibilité d’une île, mais il lui manque clairement la carte pour trouver le territoire rectangulaire.

… Qui tire sur Walcott. Et ça passe au-dessus. Je croyais que l’incitation au suicide était prohibée par le Code pénal, mais ça ne doit pas s’appliquer aux mecs entraînés par un Alsacien.

Sinon, entre-temps, une nouvelle superbe séquence défensive. Où l’on voit que Koscielny est le seul de TOUTE l’arrière-garde à se sentir un minimum concerné (avec Ospina, peut-être).

A gauche de la surface au départ de l’action…

 

 

… et au contact avec Martial de l’autre côté, trois secondes plus tard. Notez l’air concerné de Mertesacker

 

J’en viens à me demander combien on va encore en prendre avant la fin du match. Et c’est alors que… merde… Oxlade-Chamberlain FAIT UN TRUC INTELLIGENT et marque (1-2). A peine le temps de reprendre espoir que le même retombe dans ses travers et perd un ballon à quarante mètres des buts monégasques et laisse partir une nouvelle contre-attaque…

Fais pas genre tu tentes un retour désespéré Alex… Personne n’est dupe.

Évidemment, au vu du déroulement du match, que Fereira-Carrasco marque (provoquant un début d’orgasme chez Josse et Di Meco). On perd trois à un à la maison… Tu le sens venir le match retour où on gagne 2-0 ? Le score parfait pour sortir « la tête haute ». A croire que nous ne sommes bons qu’à ça…

 

L’avis d’en face (à la mer)

 

Sinon, « Comme Un Symbole » de notre défense ce soir, la Gunners Academy a décidé de laisser l’adversaire du soir faire une Académie enclavée dans la sienne. Je laisse donc la parole quelques instants à Octobre Rouge et Blanc.
Monaco=Tirage le plus facile, c’est sûr qu’on se qualifie.
Cette équation s’est révélée un peu foireuse au final…

(C’est tellement journée portes ouvertes aujourd’hui que la Gunners Academy ajoute même des images d’illustrations aux gars d’en face)

Légitimement, on ne pouvait pas aborder ce match sereinement. En face, il y avait des gros méchants quand même, les Alexis Sanchez, Mesut Özil ou autres Santi Cazorla semblaient assez effrayants.

La Compo :

Surprise avec la titularisation de Fabinho en 6 et du jeune Touré en latéral droit. YFB et Kurzawa sont  sur le banc. Pour le malheur du monde du football, Echiejile joue.

Le Match :


C’est beau, c’est soft, c’est distingué.

On a subi pendant les 10 premières minutes. Après on a rééquilibré les débats, avec notamment un milieu flamboyant (un Joao Moutinho de gala, Kondogbia avec la rage pour chercher les ballons et Fabinho très à l’aise dans son rôle de sentinelle). Si on peut avoir des regrets  sur la première période, c’est sur les performances d’Echiejile et de Berbatov. Pour le premier, il a défendu comme une chèvre (très peu aidé par Martial certes) et ses centres étaient d’un niveau abyssal. Tandis que le second, a été très peu actif sur la première période. Néanmoins, on a vu que Dirar devait beaucoup compenser sur la droite, la faute à un Touré ayant du mal à retenir les quelques incursions londoniennes. Tandis que la charnière centrale repousse les velléités offensives d’un certain Olivier Giroud, ayant pour l’occasion choisi de jouer son football le plus dégueulasse juste après s’être comparé à des top players, notre milieu de terrain s’installe tranquillement. Arrive le but de Geoffrey (ARS-ASM : 0-1) qui nous place dans une situation inattendue : on mène. Bien que l’on puisse remercier un certain allemand champion du monde, on voit apparaître dans le jeu de Monaco des changements, comme par exemple les montées assez régulières de Kondogbia pour empêcher Arsenal de poser son jeu.
Vient la mi-temps, où on rentre aux vestiaires avec un avantage inattendu mais bienvenu. La seconde période commence sur les mêmes bases : Arsenal fait du caca mou en s’encombrant devant et bénéficiant (ou se pénalisant) d’un tandem Giroud/Welbeck très moyen. Sur un contre, Saint Dimitar montre aux mécréants de PL qu’il n’a rien perdu de sa classe habituel (ARS-ASM : 0-2). Suite à ce but, les Monégasques bétonnent, temporisent et ralentissent voire cassent le jeu à la première occasion. Les efforts désespérés des Gunners n’y changeront rien pendant 35 minutes, malgré des changements plus ou moins pertinents de la part d’Arsène tandis que Jardim fait preuve d’un coaching aux 2/3 réussis. Les entrées de YFB et de Bernardo Silva font très mal à Arsenal par leur rapidité et leur envie de faire mal, malgré une rentrée de Kurzawa incompréhensible. Même si Oxlade-Chamberlain réduit la marque à la fin du temps réglementaire, d’une frappe pas dégueulasse (ARS-ASM : 1-2), YFB remet un pion sur un contre bien joué (ARS-ASM : 1-3) juste à la fin du match.

On peut tirer quelques conclusions de ce match :
-On est loin d’avoir une équipes de peintres et de maçons. On sait attaquer et piquer là où c’est douloureux.
-Jardim semble savoir ce qu’il fait avec son coaching. Il a su faire tourner certains joueurs en gérant le Championnat/C1 assez facilement.
-Echiejile est caca. En plus il a tout sali :

-En espérant que Toulalan soit là pour le match retour quand même, on est pas qualifiés, même si on en est pas loin.

Notes :
Subasic (3-/5) : De bonnes interventions. Il a effrayé Giroud qui a raté tous ses tirs et mine de rien, il n’est pas étranger au fait que nous soyons une des meilleures défenses de C1.
Touré (la moyenne) : Même s’il fait un bon match, il n’est pas au niveau de l’équipe. Pas assez d’incursions sur le côté droit et une propension à laisser Dirar se démerder offensivement parlant.
Abdennour (4/5) : Un roc. Le mec défend très bien, il s’installe comme titulaire.
Wallace (4/5) : Impressionnant. Il a su être solide et garder son calme face à une équipe d’Arsenal qui fût, certes, peu dangereuse. N’empêche que les supporters monégasques en le voyant titulaire se sont rappelés de ça : http://i.imgur.com/n2LWXcK.png
Echiejile (1-/5) : Nul, inutile, caca. Des centres qui servent à rien, un côté laissé à l’abandon. Il fait illusion parce qu’Arsenal n’avait pas d’attaques organisées. On peut l’essayer en tant que défenseur central, on a plus rien à perdre avec ce guignol.
Fabinho (3+/5) : Pour être honnête, en début de match, j’étais effrayé. Avec en ligne de mire ses dernières prestations, zéro impact physique et lucidité dans le jeu, je le voyais mal tenir tête aux Gunners. Sans être flamboyant, il a su libérer Kondogbia par une bonne prestation défensive.
Kondogbia (4+/5) : S’il n’était pas responsable sur le but des Gunners, il aurait eu la note maximale. Ultra présent à la récupération, il a su aussi se projeter vers l’avant quand il le fallait. Étonnamment complémentaire avec Fabinho, ça peut donner de bonnes idées pour la suite, notamment si Toulalan est absent.
Joao Moutinho (4/5) : Monstrueux. Il a montré son vrai niveau et ça fait plaisir. Je le trouvais très moyen depuis le début de la saison, mais la C1 lui réussit.
Dirar (3-/5) : Le moins bon des offensifs. Il faut quand même noter qu’il a dû couvrir Touré. Il a joué assez bas et perdu quelques ballons qui auraient pu coûter cher si Arsenal avait eu la baraka.

Berbatov (4/5) : (Ici se tenait un beau GIF d’un black culbutant violemment une blonde assez moche. Mais on est pas à Guingamp ici bordel).
Martial (3+/5) : Une très belle performance. Actif sur son côté gauche il a su percer les lignes. Par contre, il a littéralement abandonné l’idée de défendre côté gauche, laissant l’autre guignol tous gérer tous seul. Néanmoins, il est passeur décisif sur le but de Saint Dimitar. N’est ce pas Géranal ?

https://twitter.com/g_ranal/status/570684930398789635
Le coach (4/5) : Compo surprenante mais qui paye. Les seuls regrets à avoir sont sur les latéraux qui ont été moyens. On sait que Dirar peut jouer à droite et même si Kurzawa était en remise en forme, je sais pas si ça valait le coup de titulariser le guignol nigérian. Choix fort (et payant), en laissant Bernardo Silva et Ferreira-Carasco sur le banc.

Les Remplaçants :
YFB pour Berbatov (75′) : Très bonne rentrée du Belge. Le choix de Jardim de le laisser en tant que Joker offensif s’est révélé payant.
Kurzawa pour Dirar (82′) : J’ai pas compris.
Bernardo Silva pour Martial (84′) : Passeur décisif sur le but du belge. Pas mal en 10 minutes de jeu.  »

 

Merci à la Monte-Karloff Académie pour sa participation, reprenons le cours normal de notre Academy avec…

 

ZE BACHES :

Ospina (2/5) : Ne peut pas grand-chose sur les trois buts. Quoique bon le premier, même dévié… Par contre, le premier qui me dit que Szczesny aurait fait mieux finira lapidé.

Bellerin (1/5) : Aussi utile pour un 1/8e de finale de Ligue des Champions qu’un herpès labial pour un rencard.

Mertesacker (0/5) : Doria aurait fait mieux. Aussi à l’aise sur le terrain qu’un mec de Dresde dans les rues de sa ville en février 45.

Koscielny (3/5) : Loin d’être parfait, mais c’est l’un des seuls à avoir pensé à venir au stade ce soir.

Gibbs (0/5) : Stephen Hawking aurait mieux tenu son couloir.

Coquelin (2/5) : Lui aussi a eu le mérite d’essayer. Avant de sombrer avec l’ensemble de l’équipe.

Cazorla (2+/5) : Vous voyez les musiciens qui continuaient à jouer pendant le naufrage du Titanic ? Santi doit descendre de l’un d’eux.

Ozil (0/5) : Voici une allégorie de son match d’hier.

Rien à ajouter.

Sanchez (1/5) : Le problème avec ce type de joueur, c’est que l’idée que tu t’en fais tient souvent à ce qu’il réussit à chaque match. Sauf que là…

Welbeck (2/5) : Le seul attaquant à sortir au pressing, à tenter des trucs, bref à montre quelque chose. Dommage qu’il ait les pieds carrés ET probablement palmés.

Giroud (0/5) : Ah bah quand il s’agit de se la péter ou de faire le beau face caméra, il y a du monde. Mais quand il s’agit de la mettre au fond (et je ne parle pas d’une demoiselle de compagnie minutée), IL N’Y A PLUS PERSONNE ! Voici un résumé de son match. Bonne poilade.

 

ZE SUBSTITUTES FOR LOL :

Oxlade-Chamberlain (5-5 /5) : 5 pour ton but, -5 pour celui que tu nous coûtes. Crétin.

Rosicky (2+/5) : Aura essayé. Difficile de donner des ballons quand tu as huit coéquipiers apathiques dans un rayon de 10 cm autour de toi.

Walcott (1-/5) : Là. Franchement. Non.

 

ZE ACADEMICIENS :

Allégorie de nos expressions faciales durant toute la rencontre (surtout que la demoiselle a les mêmes yeux que le patron) :

 

Sur ces belles paroles, je vous laisse. Faut que j’assure mon suicide, cette fois.

 

A bientôt pour le match retour, ce serait dommage de rater ça…

 

Johny Kreuz (@Ros_Jo21) (avec l’aide d’Octobre Rouge et Blanc)

 

Tu aimes Horsjeu ? Tu veux que cette belle histoire se poursuive ? Abonne-toi par ici on est gentils et le stagiaire fait le café.

Tu aimes Arsenal ? Tu as raté l’Acad’ d’un match ? C’est par ici. Pour Monaco, c’est mais c’est moins souvent.

Ou alors il y a la version plus militaire de la chose (Même si en ce moment le Géranal est loin. Très loin).

Tu aimes les films de gladiateurs ?

Sinon, le squatteur des lieux fait plein d’autres trucs. Tu peux le retrouver ici ou encore pour ses tweetstories.

Et n’hésitez pas à nous rejoindre ainsi que les collègues sur les RESOSOCIO, on est gentils, puisqu’on vous le dit.

 

 

23 thoughts on “Arsenal – Monaco (1-3) : La Gunners Academy fait un peu de place à son adversaire

  1. Wenger lapidation ?
    Je me suis bien marré, encore merci aux monégasques pour leur énorme prestation, un jeu qui a frôlé la perfection en seconde mi-temps, un manque d’humilité criant chez les gunners (c’est marrant on pourrait faire la même remarque à leurs académiciens, bisou Géranal), désolé pour son fans club mais je n’ai pas trouvé Koscielny au dessus des autres (encore un qui est surcoté), ses relances ont tout simplement été dégueulasses dans leur ensemble, enfin bref… un gros kif pour le hater d’Arsenal qui sommeille en moi.
    Et faudrait quand même finir par admettre que ce club est soutenu majoritairement en France par l’amicale des Footix des années 2000, la comparaison avec Gasquet en intro est pas mal mais je la trouverai encore plus cohérente avec Paul-Henri Mathieu tellement cette équipe pue la lose…

  2. Merci pour l’accad.
    Supporter d’AFC depuis un bail, je me suis rarement senti aussi ridicule.

    Il y a des groupes de soutiens qui existent? :s

    Même pas envie de regarder le match retour, et pour la première fois je commence à penser que AW n’est plus l’homme de la situation.

    Qu’en pensez vous cher rédacteur?

  3. Rendez moi mon gif. Et Wenger, démission.
    Il y a un match retour… Sachant qu’on a pris 4-1 face à Bordeaux, tout est faisable.

  4. HAHAHAHAHA
    Arsenul, Arsenul, Arsenul
    Arsenul, Arsenul, Arsenul

    Bon je vais lire l’acad maintenant

  5. @Spado : Pas faux pour PHM, surtout quand on rajoute les blessures tout ça, mais le cap des 1/8e m’a fait pencher pour « l’enfant prodige ». Par contre, j’assume totalement le fait d’être venu à Arsenal en me paluchant sur l’équipe des Invincibles. Mais je suis resté.

    @raiz3n : Pas d’accord. Bon je pense qu’on va bientôt avoir droit à un « Wenger démission » de l’Editeur, ce Bel Homme. Mais pour ma part, je l’ai quasiment toujours connu manager d’Arsenal et son départ m’emplirait de tristesse. Je milite plus pour lui coller dans les pattes un adjoint en charge uniquement du sportif et pour lui laisser la gestion du club.

  6. Sans trop vouloir chipoter, la République du Centre n’en a rien à foutre de Tulle. T’aurais mis Tours, à la limite… (oui, la Corrèze fait pas parti du Centre)
    Après, j’ai rigolé, et je suis bien content que vous ayez perdu, je vous déteste autant que Monaco.

  7. Bonjour, vous avez mis un tweet du match Manchester City – Barcelone. Non, ne me remerciez pas.

  8. Putain Spado! Je te savais pas encore là toi! C’est bien on conserve nos cons historiques. Ça fait partie du décor. C’est plus traditionnel.

  9. Je n’avais pas vu un match entier d’Arsenal depuis quelques années donc je me suis abstenu de tout commentaire. Mais après cette admirable prestation d’ensemble que j’ai pu dégusté de la première à la dernière minute ce mercredi, je ne peux m’empêcher de me gausser. Pisser sur votre mur dans ces circonstances a toujours été un plaisir. Si ça peut te soulager cristallise ta rancœur sur ma tronche petit fion perfide mais ça n’apaisera nullement ton abyssale frustration. Je constate comme par le passé que ça reste la seule académie où il faut une carte de membre pour poster un commentaire. Sur ce, je vous laisse entre consanguins, je repasserai vous faire des bisous plus tard.

  10. « joints d’étanchéité pour conduits d’évacuation de climatiseurs de morgue »
    ça c’est de la bonne copie sans citer ses sources.

  11. @François Pérusse : Du tout. C’est de la référence (« emprunt non sourcé », dirait Alain Minc) glissée si subtilement que seuls les initiés peuvent repérer.

  12. Wenger, l’apôtre du fair-play, qui rage quit en ne prenant pas la peine de serrer la main de Jardim; je reconnais que j’ai lâché une gouttelette à ce moment-là

  13. Message à caractère informatif : le tweet inséré dans l’article émane bien du Géranal. On l’a juste encore perdu à nouveau quelque part entre Titan et Neptune. Veuillez nous excuser pour la gène occasionnée.

  14. Superbe académie. Ca semble vraiment une constante, pire est la défaite meilleure est l’académie. J’espère malgré tout que Ospina restera dans les cages.

  15. Hé Johny, tu vas nous faire une acad surle match de Bilbao maintenant, pour te remonter le moral?

  16. Avoir du recul ou pas.

    « Supporters » d’arsenal français, je ne sais pas de quoi on parle : ceux-là le sont devenu lors du putch du journal l’équipe sur le club quand Arsène a débarqué du Japon et y a fait venir les Grimandi et autre Garde, ou après avec les fameux Viera Anelka Petit, encore après, « depuis les invicibles » diront certains (c’te blague ce surnom quand le club ne fait rien de plus qu’être champion)… Je crois qu’on appelle ça des footix dans votre jargon. Ça convient bien à la situation.

    « Les Eternels », C’est pas mal comme surnom, en tout cas c’est raccord depuis Fin 2004

  17. Mon dieu la tristesse…
    En éspérant juste que si l’ASM passe, ils vont pas craquer en 1/4 sur une prestation pourrie…

    M’enfin le pire c’est que ces cons la sont capable de gagner au retour et de se qualifier.. ou d’en reprendre 3 …

  18. ça dépend, si le mec avait 6 ans quand Wenger est arrivé à Arsenal et qu’il en est devenu fan, le statut de footix est discutable.

  19. De la haine ? Sérieux ? C’est sur le mur que j’étais venu pisser, désolé si je t’ai un peu éclaboussé. Je m’étais pas rendu compte que ça avait changé par ici, c’est devenu l’académie des Bisounours ? Je provoque un peu mais rien de bien méchant, je ne touche ni aux mamans ni aux sœurs ni aux habits, ça s’apparente plus à du chambrage, je ne vous savais pas aussi sensibles, faut savoir se détacher surtout après pareille désillusion, foi(e) de marseillais !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.