Manchester City – Arsenal (2-2) : La Gunners Academy prend son mal en patience

10

Encore un petit espoir de quatrième place

Après une énième performance plus dégueulasse qu’un film de John Waters, les Gunners ont assuré leur qualification en Ligue des Champions, pour la 58e année consécutive. Courage, plus qu’un match à supporter cette saison atroce.

ZE GAME


Wenger peut pavoiser. En arrachant un match nul heureux sur la pelouse des faux mancuniens, ses hommes ont réussi à éviter une énième quatrième place. Wilshere a même réussi un exploit remarquable : disputer 70 minutes sans faire de scoubidous avec ses ligaments croisés ni prendre un carton rouge. On aurait donc toutes les raisons de retrouver le moral. « Nîmois ! » répondrait alors un académicien héraultais. Tottenham va finir devant nous. Harry Kane sera probablement sacré meilleur buteur. Et Szczesny risque fort de revenir au club la saison prochaine.

Lamentables, nos joueurs l’ont une fois de plus été. Empruntés, ils ont subi dès le coup d’envoi un pressing intense des Citizens, plus motivés par un match pour la 4e place que pour une demi-finale de C1. Aguero frappe le premier, profitant de l’inattention d’un Petr Cech probablement trop occupé à planifier ses vacances (1-0). Giroud réplique dans la foulée, sur un corner déposé par Alexis (1-1). Un début de come-back pour la tête de Turc préférée des supporters ? En extrapolant, on pourrait (presque) annoncer qu’il sera l’auteur du but victorieux en finale de l’Euro.

A la mi-temps, nos Gunners tiennent un match nul inespéré au vu du premier acte, outrageusement dominé par les hommes de Pellegrini. Tellement inespéré qu’on commence à espérer une issue favorable à cette rencontre. Sauf que le premier truc que tu apprends quand tu supportes Arsenal, c’est que la réalité est une pute et que tout espoir finit immanquablement par se dissoudre dans un torrent de merde. Hector Bellerin étant décidément un hôte remarquable, il laisse De Bruyne s’avancer et décocher une frappe toute molle. Inutile de dire que Cech met à nouveau deux années joviennes à plonger. Tant et si bien que ça finit au fond. Et que City repasse devant (2-1).

Hors du coup jusque-là, les milieux offensifs d’Arsenal se disent qu’il serait peut-être temps d’arrêter les conneries. A la 68e, Giroud et Sanchez réussissent même un une-deux qui ressemble à du football, qui permet au Chilien d’égaliser (2-2). Réussite maximale pour les Gunners, qui ont marqué sur leurs deux seules frappes cadrées du match. Tant pis pour les Citizens, qui auront attendu la 37e journée pour essayer de jouer en équipe.

La quatrième place étant quasiment assurée (sauf scénario improbable, qui suppose deux victoires consécutives des Raides et Viles), les Gunners n’ont plus qu’à gérer le match contre Aston Villa. Arsène pourrait même faire tourner et donner un peu de temps jeu aux grands blessés sur le retour (Wilshere, Cazorla, Rosicky), ainsi qu’à nos abonnés aux tribunes (Campbell, Chambers, voire Flamini). Néanmoins, on espère quand même voir (enfin) un peu de folie au milieu de terrain et de la technique. En gros, tout ce qui nous manque depuis trois mois.


ZE BÂCHES :


Cech (0/5) : Deux arrêts à faire, deux plongeons foirés. Demande donc des cours à Jamie Vardy.

Bellerin et Monreal (1/5 chacun) : Entrez http://horsjeu.net/category/etrangers/les-clubs/gunners-academy/ dans votre navigateur. Cliquez sur n’importe quelle Acad de ces trois derniers mois. Copiez la note et l’appréciation de l’un de ces deux zouaves. Collez-la ici.

Gabriel (3/5) : Je maintiens qu’on va arriver à en faire quelque chose. Peut-être même plus tôt que prévu.

Koscielny (4/5) : 37e journée ou pas, match ignoble ou pas, Aguero en face ou pas, le patron reste le patron.

Ramsey (1/5) : Figurez-vous Arsène que James Cameron a battu un record en descendant à 11.000 mètres de profondeur dans la fosse des Mariannes. Il y a trouvé, entre autres, un résumé de la saison 2015-2016 d’Aaron.

Elnenny (3/5) : A part un certain laxisme défensif, il a quand même le mérite d’essayer de faire quelque chose avec le ballon. Reste à faire quelque chose de ses cheveux.

Welbeck (non noté) : Est venu, a vu et son genou s’est avoué vaincu. Remplacé par Wilshere (2/5) , qui nous a ressorti toute sa panoplie : trois touches en trop par action, des tacles passibles d’un passage devant la Cour Pénale Internationale et, au milieu de tout ça, deux-trois gestes de grande classe.

Sanchez (2/5) : Alexis a enfin retrouvé son rythme de croisière. De bon augure à une journée de la fin du championnat.

Iwobi (3/5) : Il a vite compris que le gaucher avec un look bizarre à côté de lui n’était pas Ozil. Quand il a passé dix minutes sans voir un ballon, probablement.

Campbell (5/5) : A parfaitement réussi à se faire oublier, pour mieux surgir quand plus personne ne l’attendait.

Giroud (2/5) : Pas la performance du siècle, mais un but et une passe décisive, pour un attaquant en perte de confiance, c’est comme quand ton RSA tombe après ta huitième commission d’intervention de la semaine. C’est pas avec ça que tu vas inviter Madame dans un restaurant étoilé, mais tu peux toujours l’emmener au fast-food.


IF NOTE : 


  • Walcott serait sur les tablettes de West Ham. L’occasion de vous mettre tout plein d’images choquantes dans la tête. Pour la journée.

  • J’essaye de faire un sondage : combien parmi-vous ont un ami fan de Leicester depuis dix ans (Mais qui, curieusement, ne vous le rappelle que depuis une semaine) ?
  • Un petit peu d’analyse tactique, histoire de déprimer un bon coup.https://twitter.com/TomPayneftbl/status/729762201851006976
  • Un acrostiche s’est perdu dans cette Acad. Une bière au premier qui le retrouve et me le ramène sain et sauf.

Allez sur ce, je vous bise et vous dis à bientôt pour le bilan de la saison. Qui devrait arriver d’ici juin. 2017.

Johny Kreuz (@Ros_Jo21)

10 thoughts on “Manchester City – Arsenal (2-2) : La Gunners Academy prend son mal en patience

      1. Je crois l’avoir trouvé, mais comme c’est ni « Wenger démission », ni « anal », j’ai un doute, c’est peut-être un acrostiche accidentel.

        1. Ah ça y est je l’ai. Quinze lectures plus tard, et la bière est déjà pour Blaah. J’aurais plus vite fait d’aller à la CAF déposer une demande d’APL pour pouvoir me payer un pack…

  1. Facile l’acrostiche !

    Wilshere, Cazorla, Rosicky, Campbell, Chambers, Flamini

    ==> WC RCCF. Les WC du Retro Camping Club de France, allusion à vos vacances culs nus avec le Père Fidalbion au Cap d’Agde.

    Nîmois.

  2. J’ai trouvé ! Enfin : j’ai trouvé la définition d’acrostiche. J’avais totalement oublié ce que c’était. Incroyable.

    1. Bon j’ai pas le temps de faire ça tout de suite. Par contre j’ai trouvé « Ce camion va trop vite » en piochant des lettres au hasard de cette acad’ Et ça personne ne l’avait vu.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.