ALERTE SPOILER : le classement final du groupe G

Amis du soir,
Cristiano Ronaldo vient enfin donner du sens à ce Mondial. Pour le meilleur et pour le meilleur. En attendant,

  • pour ma présentation,quelques explications méthodologiques et les prévictions du groupe A, qui annonçaient la victoire du Brésil comme si je l’avais vraiment vue avant l’heure, c’est ici ;
  • pour les prévictions du groupe B, qui annonçait en avant-première mondiale la défaite de l’Espagne, c’est par  ;
  • pour les prévictions du groupe C, c’est à portée de clic,  ;
  • pour les prévictions du groupe D, clique ;
  • pour savoir si la France vaincra les démons du bus de Knysna, on prend son courage à deux mains et on suit ce lien ;
  • pour voir Messi marquer l’histoire dans le groupe F, c’est par là.

Encore une fois, je continue de noter vos questions pour y répondre bientôt, sans doute après avoir annoncé les résultats du groupe H. Je vais enfin pouvoir me reposer provisoirement et mater les matches pour de vrai, purée.

Groupe G: Allemagne–Portugal–Ghana–États-Unis



Tirage du groupe G : vue d’artiste.

L’Allemagne :

Les gens à la page doivent savoir que la sélection allemande n’inspire pas énormément de confiance, malgré son effectif mirifique… et ça se reflète sur leur tirage au tarot qui contient énormément de cartes renversées, il n’y a pas de hasard. La Reine d’Épée renversée, connasse rancunière et aigrie, désigne bien évidemment le public, voire les joueurs, qui commence à regretter l’époque où le football était un sport qui se jouait à onze, où l’Allemagne gagnait à la fin en se dopant, en défonçant un joueur adverse impunément ou en jouant très très sale. Marre des losers romantiques, la nation qui a vu naître le Neverkusen veut que la Mannschaft confirme son statut de meilleure équipe de Football Manager. Ça devrait être possible pour cette fois, les Allemands ont déjà été en bonne intelligence avec les Sud-Américains, il y a de cela soixante-dix ans.
Pour y parvenir, nos glorieux voisins pourront compter sur la Reine de Bâton, elle aussi une reine, elle aussi renversée, gonzesse instable (pléonasme), non fiable, qui ne tient pas sa parole. À n’en pas douter, puisqu’il s’agit de leur force dans la compétition, les Allemands sauront faire preuve d’imprévisibilité tactique. Il reste à voir si ce sera le fait de Löw ou de leurs grands géomètres. En tout cas, ils ne pourront pas compter sur Götze, pourtant le grand espoir de la nation, qui a malheureusement renoncé à son humanité en rejoignant le Bayern Munich, que j’ai choisi comme star de l’équipe car j’ai quelques différends à régler avec lui. En effet, Judas est sous l’influence de la Force renversée. Ce petit con sera donc lâche, nerveux, défaitiste et apeuré ; mais tout de même capable de coups d’éclat s’il arrive à puiser dans ses ressources intérieures pour surpasser sa peur de l’échec. Ce ne sera pas le seul maillon faible de l’équipe d’Allemagne, qui enchaînera les victoires à la Pyrrhus, au prix de gros efforts qui épuiseront le groupe allemand… leur permettant de perdre tranquillement en demi-finale contre l’Italie malgré plusieurs prestations de haut vol, pour respecter les traditions.

 

Le Portugal :

Cristiano Ronaldo et ses faire-valoir prodiges auront leur chance, et seront suffisamment ambitieux et conscients de leurs chances de victoire, mais cela pourrait se payer sur le plan mental si l’importance de la victoire pèse comme un fardeau. C’est le sens du 10 de Bâton, tiré pour l’état d’esprit, et qu’on a déjà rencontré dans le groupe A par exemple, pour le second match des Croates. Les compères du vrai Ronaldo, ce génie bien au-dessus de la guerre de grosse bite entre Neymar et Messi, seront aussi déstabilisés, sur le plan mental et collectif, par l’As d’Épée inversé et ce qu’il implique : des tensions, des incompréhensions, et un sentiment d’injustice suggérant la présence d’un marionnettiste derrière leurs performances. Ils vont probablement devoir crever l’abcès pour avancer.
Du côté de leur force, la Papesse à l’envers, qui recommande la prudence et la patience pour accumuler les informations cruciales qui nous manquent, dévoile le plan de jeu du Portugal, basé sur les contre-attaques létales. Malheureusement, le héros des esthètes, le moins velu des Portugais, sera veule pour l’occasion : le 9 de Bâton inversé prouve que les obstacles et les difficultés s’accumulent pour lui, il paie d’avoir trop tiré sur la corde et le prix de la négligence de ses préparateurs physiques. Malgré tout, Cri Cri d’amour peut toujours participer à la victoire. À sa manière, comme en marquant le quatrième but inutile en finale de ligue des champions et en le célébrant comme s’il offrait sa première étoile au Portugal.

Le Ghana :

Les malheureux quart-de-finalistes de la dernière Coupe du Monde auront du mal à égaler leur dernière performance, avec un tirage très négatif : l’état d’esprit subit le poids du Valet de Coupe inversé, sujet aux illusions et aux mirages, et surtout au manque de cohérence. Le plan de jeu sera en plus pourri par le 7 d’Épée à l’envers, numéro problématique d’instabilité, qui dénonce l’indécision et les mauvais conseils : le coaching sera digne des plus grands sélectionneurs africains. Ce tirage devient franchement triste quand on voit que même leur force n’en est pas une, puisque c’est le déjà vu 4 d’Épée à l’envers, qui dénote le repos forcé, la convalescence. Après plusieurs contorsions mentales, la seule façon d’envisager cette carte comme une force passe par l’assainissement potentiel du vestiaire.
Kévin-Prince Boateng, qui a l’honneur d’être choisi comme star de l’équipe bien qu’il se prénomme Kévin, sera au diapason de l’équipe avec le Roi d’Épée à l’envers. Cet odieux personnage du tarot de Marseille a tous les dons déduits de l’Épée (intelligence), le vice en plus. Prince Kévin sera donc malin et vicieux, il va vous taro à Marseille, et se fera sans doute l’avocat du diable quand il s’agit de polémiquer auprès de l’arbitre.

Les États-Unis :

Les États-Unis, candidats auto-proclamés à la victoire finale, auront apparemment leur mot à dire dans le groupe G. Le 3 de Deniers, carte de croissance et de créativité, leur promet le succès à travers l’effort et l’entraînement sérieux. Ces efforts leur fournissent vingt-trois titulaires en puissance, entraînant problèmes de riches et multitudes tactiques, comme l’implique le 7 de Coupe, carte instable à l’instar des autres 7, dont l’effet se résume à « tout ce qui brille n’est pas d’or » et met normalement en garde contre la multitude d’opportunités dont la plupart sont factices. Ce dernier aspect est nuancé positivement par le fait qu’elle a été tirée pour la force des Ricains. Ça change d’une époque (qui se confond presque avec l’éternité) où Donovan était leur seul titulaire crédible et indiscutable. D’ailleurs, après son absence, je n’étais plus capable de choisir une star à figurer dans mon tirage.
Leur faiblesse est toute relative, représentée par le 6 d’Épée à l’envers, qui traduit des difficultés continues, qui seront dépassées par la ténacité et des sacrifices nécessaires.

 

Les matches :

Allemagne–Portugal :

Ce match est à la fois un plaisir et une plaie à analyser à travers ce tirage. La physionomie du match est sous le signe du 6 de Deniers, carte de cadeaux (matérialisme propre aux Deniers) reçus et donnés qui nous rassure sur l’état d’esprit des deux équipes : l’harmonie propre au 6 nous épargnera le mauvais esprit, et des caviars seront donnés par ci par là. Avec du Kroos, du Lahm, du Moutinho et du CR7, on peut s’attendre à de la régalade de la part de deux collectifs très bien huilés. La dynamique très positive de ce match est amplifiée par un phénomène de résonance entre les cartes de Bâton et d’Épée étalées sur le set, en grande domination par rapport aux autres arcanes mineurs, qui incrémente les effets respectifs de toutes les cartes Bâtons et Épées : attendez-vous à des dépenses infinies d’énergie et à une créativité qui dépasse l’entendement humain. Puisqu’on attend de l’Allemagne et du bourreau des cœurs portugais, d’après les cartes qu’ils ont tirées, des débauches et des pertes d’énergie conséquentes dues aux différentes cartes de type Bâton, le phénomène de résonance catalysera d’autant plus ces efforts surhumains (170% de leurs capacités habituelles). Sans même trancher sur le vainqueur potentiel de ce match, on peut déjà conclure que ce sera un match magnifique où les heures seront des minutes et les minutes des secondes.
Le tirage des deux autres cartes du trio semble plutôt en la défaveur des Übermenschen, qui ont tiré le 8 de Bâton renversé, carte de mise en garde contre la précipitation et les décisions soudaines, des évènements incontrôlés venant ruiner des plans de longue date. La malléabilité et l’imprévisibilité tactique de l’Allemagne devraient toutefois permettre de ne pas être si contrariés par cette carte qui, finalement, n’est peut-être pas si négative que cela, mais cela donne un indice sur un éventuel tournant du match (blessure, expulsion, sacrifice insinué par le 6 de Bâton qui décrivait leur faiblesse?). Quant aux minions de Cristiano Ronaldo, qui lui aussi se donnera à fond jusqu’à la combustion, ils seront bien aidés par la performance dantesque d’un joueur personnifié par le Cavalier d’Épée, qui a pour lui la vitesse de décision, les idées fraîches, l’imprévisibilité et l’intelligence de jeu. N’oublions pas, toutefois, que le Portugal est sujet aux injustices, d’après l’As d’Épée à l’envers qui représentait leur faiblesse et qui est, encore une fois, renforcé par la résonance des Épées et Bâtons. À ce stade-là, je ne suis pas capable de pousser plus loin l’analyse sans faire de spéculations, donc j’enrichis ma lecture de deux cartes : un As de Deniers pour l’Allemagne, dont on a déjà vu qu’il est une carte de prospérité et d’abondance sur le plan comptable, alors que le Portugal a tiré le 2 de Deniers à l’envers, carte de dualité qui se réfère aux attitudes bipolaires, aux actions inconsistantes.
Ces deux cartes supplémentaires me permettent d’émettre une hypothèse sur le déroulement du match : les cartes d’enrichissement font clairement pencher la balance en faveur des Allemands, et avec une grosse avance comptable au tableau d’affichage. À la lumière de toutes les autres cartes, on peut s’attendre à un fait de jeu qui profite aux Portugais et bouleverse le schéma tactique des Allemands ; je pense par exemple à une annihilation d’occasion de but manifeste, après une passe magnifique d’un jeune Portugais nous faisant voir de nouvelles couleurs, qui entraîne expulsion allemande et but du vrai Ronaldo sur son gestechnique signature, le penalty. Le réarrangement tactique des schleus qui en découle s’avérera, contre toute attente, payant, et ils renverseront la vapeur contre vents et marées. Le Portugal se délite lentement suite à cette incapacité à répondre, et les Allemands vont passer le mur portugais avec une facilité inattendue pour arracher la victoire, non sans péril. Ils finiront sur les rotules.

Prédiction : 3-1 pour l’Allemagne.

 

Ghana–États-Unis:

Bon, puisqu’il faut vraiment prédire les cinq autres matches… Le Ghana et les États-Unis sauront faire le dos rond malgré toutes les difficultés, grâce à la carte de Tempérance qui régit le déroulement du match, et annonce une maîtrise du destin respectif des deux équipes. Mais s’il semble tourner à la faveur des Ghanéens, qui sont menés par l’As de Deniers qui indique, on l’a vu, prospérité sur le plan comptable (et donc des buts), ils ne peuvent pas lutter face au Nouvel Ordre Mondial qui est associé à l’un des arcanes majeurs les plus positifs envisageables : le Soleil, signe de joie et vitalité, de confiance et facilité, de succès certain. Pas de chance, les Africains sortaient un gros match…

Prédiction : 2-3, victoire des Américains qui mènent durant tout le match ; ils jouent très bien, les hipsters sont à l’affût.

 

Allemagne–Ghana:

Et on déroule, on déroule… Enfin, pas tant que ça. La sélection allemande, qui ne se fait pas prier habituellement pour sortir de la phase de groupes avec une différence de buts à trois ou quatre chiffres, resplendira a giorno dans ce match, sans folie ni génie, alors que les Ghanéens s’enterrent dans leur purin. Ils n’ont pas été aidés par leurs cartes d’origine, et se tapent en plus l’Impératrice à l’envers, qui dénote un hiver « spirituel » dur et glacé. Ils ne sont pas prêts de briller dans cette Coupe du Monde… Mais on n’aura pas pour autant un gros score, car le Pape incite à la sagesse, l’absence d’excès, la dépense d’énergie mesurée, pendant que le Valet de Deniers à l’envers, qui dicte le destin de l’Allemagne dans ce match, se rapporte à de petits gains et de petites pertes. Donc, une petite victoire et une petite débauche d’énergie. C’est facile le tarot quand ça se passe comme ça.

Prédiction : 1-0 pour l’Allemagne, le Ghana est presque éliminé. À quand une infographie des Cahiers du football sur la présence de Rennais dans les équipes victorieuses de la Coupe du Monde ? Parce que ce n’est plus possible pour le Ghana là, il faut faire quelque chose pour éviter de louper des penalties de dernière minute ou se retrouver dans des groupes de la mort.

 

États-Unis–Portugal:

Cette Coupe du Monde avare en purges avait là un bon candidat, puisque le 10 de Deniers inversé est une carte d’inhibition, de serrage de ceinture. Dieu – pas le Portugais, mais celui qui est schizophrène avec sa Trinité – n’a pas béni l’Amérique dans ce match, puisqu’Il a choisi pour nous le 6 de Deniers à l’envers, déjà rencontré dans la description des Pays-Bas, qui incite à la nécessité de rompre avec le passé : les cadres des États-Unis seront sans doute blessés ou en grosse méforme. Ceci, combiné au 4 de Bâton à l’envers du Portugal qui ne fait que retarder leur succès probable, promet un petit score de merde. Et ce ne sera probablement pas une délivrance de CR7, vu qu’il s’agit d’un match important pour la qualification.

Prédiction : 0-1, victoire limite du Ronaldo FC.

 

Portugal–Ghana:

Ce match sous le signe apparent de l’argent, comme un symbole de football moderne, risque d’être fatal aux éternels favoris qu’on oublie toujours de citer (jusqu’au moment où ils atteignent les demi-finales). Il n’y a pas grand chose à dire du côté de la physionomie du match, dominée par le 6 de Deniers (déjà tiré pour Allemagne-Portugal, mais qui revêt un autre sens ici au vu des autres cartes), symbole de cadeaux reçus et donnés, qui peut se voir comme un arbitrage biaisé. Vu que l’arbitrage maison en faveur du Brésil va nous mithridatiser (attention Blaah, l’holothurie est pour bientôt), on s’en tape royalement, on a l’habitude. Je m’intéresse plutôt aux deux autres cartes qui complètent l’étude, à savoir les 4 et 7 de Deniers. Le 4, nombre de stabilité, est associé au Ghana, tandis que le 7, nombre d’instabilité bien pénible à interpréter et prompt à faire chuter tout ce qui atteint son pinacle, est associé au Portugal ; de cela, j’en déduis que le Ghana vise la sécurité comptable ; le 4 de Deniers couvre également une croissance lente mais sûre, sans éclat, donc je les vois bien tenir un score… Ils y arriveront d’autant mieux que le divin Portugais et ses potes seront en phase de gestation, inquiets de ne pas recevoir les fruits de leur dur labeur, c’est-à-dire de ne pas concrétiser leur domination. L’injustice signalée dans la description de leur équipe devrait entrer en jeu, à plus forte raison si l’arbitrage décide de leur faire la nique (suggéré par le 6 de Deniers, on l’a vu).

Prédiction : 1-1. Le vrai Ronaldo, dans son merveilleux maillot vermeil, ne marque toujours pas l’histoire de la Coupe du Monde (c’est à peine s’il marque tout court), donc Pelé, joueur surcoté s’il en est, peut encore tranquillement nous casser les couilles avec ça.

 

États-Unis–Allemagne:

Si vous avez suivi, l’Allemagne a perdu beaucoup d’énergie dans ses deux premières victoires, et le 2 de Deniers vient nous le rappeler : cette carte se réfère à une fortune fluctuante, ce qui peut indiquer un jeu qui l’est tout autant ; pas étonnant, ils seront claqués. Les Américains n’en profiteront pas plus que ça, sous l’impulsion du Cavalier de Bâton inversé, le fameux rebelle charmant, qui devrait faire grincer la mécanique de l’équipe pourtant basée sur la saine émulation. Ça n’en fera pas un match pénible à regarder pour autant, le 2 de Coupe étant une carte très positive, significative d’une émotion et d’une harmonie sans pareils. Ce match très « eau fraîche » pourrait voir les États-Unis se qualifier, ce qui justifierait d’ailleurs la bonne ambiance.

Prédiction : 1-1, les États-Unis montent dans le huitième… Non, attendez, ça ne marche qu’avec les quarts. Il n’y a que PDL qui arrive à faire honneur à la langue française avec ses jeux de mots inédits.

 

Résumé :
Allemagne 3-1 Portugal
Ghana 2-3 États-Unis
Allemagne 1-0 Ghana
États-Unis 0-1 Portugal
Portugal 1-1 Ghana
États-Unis 1-1 Allemagne

 

Classement final du groupe G :
1) Allemagne : 7 points
2) États-Unis : 4 points (Différence de buts : 0)
3) Portugal : 4 points (Différence de buts : -1)
4) Ghana : 1 point

L’Allemagne, malgré quelques cartes négatives et des joueurs cramés, reste fidèle à son statut en étant indiscutablement la meilleure équipe du groupe. Par contre, Cristiano Ronaldo est éliminé, et Messi sera donc logiquement le Ballon d’Or de cette année. Je n’ai jamais aimé ce tocard de toute façon.

Roazh Takouer

3 commentaires

  1. Bonjour. Vous êtes vraiment très fort. Comptez vous davantage sur vos pouvoirs de médium que sur vos connaissances footballistiques ou est ce l’inverse ?

  2. De quoi? Des connaissances footballist- ah oui je vois ce que vous voulez dire. Pas besoin, j’ai absolument jamais regardé de match de ma vie, je pourrais tout aussi bien tirer ces cartes pour déterminer le meilleur aspirateur ou la future Miss France.

  3. Peux tu tirer les cartes pour me dire dans quelle ville de merde je vais être obligé d’aller bosser dans 3 mois?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.