Au fait : La Croix de Savoie Académie note PSG – ETG (3-1).

Bloqué deux mois dans sa station.

Pour cette 22e journée de liguain, les gars de la hiaute montaient à Paris, voir si on pouvait foutre le sapin de Noël de Carlo dans le cul du PQSG. Nan parce que c’est une tradition chez nous : déjà au 19e siècle, les savoyards montait à la capitale pour ramoner toute sorte de cheminées parisiennes, des plus crasses aux plus classes. C’était aussi l’occasion de s’étalonner par rapport à ce qui est censé se faire de mieux en France.

Alors que Carlo nous sortait son équipe « type », toutes recrues dehors (ne manquait qu’Alex, à cours de compétition et ne pouvant donc pas concurrencer Lugano, Camara ou Armand, paye ta recrue), Pablo reconduisait son schéma testé contre cette affreuse piquette bordelaise, avec quelques changements tout de fois. Barbosa indisponible, il plaçait Wass en ailier gauche (tiens, tiens) et Poulsen revenant de suspension, il reprenait sa place devant la défense, poussant Sorlin devant lui, ce dernier poussant Tié Bi sur le banc. Sagbo, Govou et Rabiu conservent leurs postes respectifs.

On garde une ligne défensive classique, ce qui implique la présence de Rippert sur notre flanc arrière gauche, à mon grand désespoir, et Dja Djé Djé n’a pas vraiment d’alternative, ce qui ne serait pas grave s’il progressait un peu sur son travail défensif. Andersen, Cambon et Angoula son indéboulonnables en l’état actuel des choses.

 

Le Match :

En un mot : regrets. La première demi-heure est nettement à l’avantage des locaux, qui manquent le cadre de peu plusieurs fois, Régis prenant notamment possession du corps de Ménez l’espace de quelques secondes. Notre défense se fait prendre systématiquement dans son dos par des ouvertures dans l’intervalle suite à de bons appels des Gameiro – Ménez – Néné, Pablo ayant certainement préconiser de jouer le hors-jeu(.net) malgré un passage de nos centraux à l’école des sprints Cris®. Je crois pas que ça est fonctionné une fois, nous mettant en danger sur chaque accélération parisienne.

Les gars vont progressivement sortir la tête de l’eau, amenant le jeu dans la moitié de terrain, puis la surface de réparation adverse, pour finir par marque en toute fin de mi-temps sur un corner mal dégagé qui voit Cambon, resté aux avant-postes et couvert par Néné, que Sirigu a semble-t-il tenu à avoir en protection de son poteau mettre sa tête pour tromper l’italien. On le comprend, malgré les millions qataris, faudrait pas abîmer le matériel. Finalement, ce sont les filets qu’on a usés, et ça fait 0 – 1 au retour des vestiaires.

Cet avantage ne durera pas très longtemps, Néné, voulant se faire passer pour Régis, ratant son coup et propulsant de justesse le ballon au fond des filets, malgré une tentative de sauvetage digne de celle du soldat Ryan de la part d’Andersen.

Il en faut plus pour nous démotiver et ce sont les évianais qui repartent à l’attaque, étouffant l’équipe d’Ancelotti dans l’entrejeu, dans une mesure moindre que Bordeaux toutefois. Suffisamment en tout cas pour se créer quelques franches occasions, Govou se retrouvant face à Sirigu qui, ayant des trous de mémoire, est obligé de se la jouer héros pour que le parc lui rappelle son nom. Après 25 minutes de domination du 7-4, Paris ressort un peu la tête de l’eau et sur une percé de Ménez, obtient un penalty. Je vous laisse deviner qui provoque la faute.

Néné strikes back de belle manière, Andersen ne peut rien et ça fait 2 – 1. C’est ballot. Moment de flottement, tant sur le terrain que sur le banc, et Pablo, sentant qu’il a l’occasion de troquer son costume de muraille de Chine (c’est folklorique, mais si on danse ?) sort Cambon, jusque là irréprochable et plus utile qu’Angoula) pour faire entrer Kalhenberg. Deux questions s’imposent à moi : pourquoi sortir Cambon, et pourquoi Kalhenberg seulement maintenant ?

Toujours est-il qu’on se retrouve avec un gouffre de la taille de *insérer ici votre comparaison* qu’exploite encore une fois l’attaque parisienne, portant le score à 3 – 1. Rideau.

Si perdre contre le PQSG à Paris n’a rien de honteux pour un promu, on retiendra que notre niveau de jeu est satisfaisant et qu’on a réussi à les inquiéter pendant une heure. On reste tout de même à la 13e place, avec toujours 4 points d’avance sur la relégation, Nice, Sochaux et Auxerre semblant vouloir se battre pour la dernière place. Prochain match samedi contre Marseille, à domicile.

Les Gars :

Andersen : 2/5 :aura tenté de sauver ce qui pouvait l’être, il a failli réussir le retour miracle contre Néné en début de seconde période. Mais au final, il a perdu pas mal de ses duels, et finit le match après deux retours et demi dans ses buts.

D.D.D. : 2/5 :Brice est une machine : ses matchs se ressemble invariablement, et si on ne constate aucune baisse de niveau, il n’y a pas non plus de grosse progression.

Cambon : 4/5 : nous a permis de rêver l’espace de 5 min. +1 pour son but, mais défensivement, il n’a pas été au mieux, laissant trop d’espace dans son dos, même si c’est celui qui s’en est le mieux sorti.

Angoula : 2/5 : dur… sa lenteur a fini par lui jouer des tours. Sa doublette avec Cambon n’est clairement pas faite pour jouer le hors-jeu, surtout pas face à des attaquants aussi vif que Ménez, Néné ou Gameiro. Même si ça devait être des consignes de Pablo.

Rippert : -1/5 : c’est vraiment plus possible. Fautif sur les 3 buts (spectateur trottinant sur le premier, provocateur de penalty sur le second et zubrelanceur sur le troisième). Se donne vraiment du mal pour être titulaire dans le onze anal.

Poulsen : 3/5 : auteur d’un match de bonne facture, il aurait pu marquer un but précieux si Néné avait écouté les commentateurs et quitté son poteau. Je ne le considère pas comme responsable sur le dernier but, faut voir la passe de Rippert.

Sorlin 3/5 : pas si mal, si on excepte les 10 dernières minutes. Auteur de la frappe sur le but de Cambon, il a pressé plus de parisiens que d’orange, mais ça n’aura pas été suffisant. L’âge explique certaines choses.

Rabiu : 3/5 : a apporté de l’impact dans l’entrejeu, et quelques fulgurances dans la distribution, comme sa passe en profondeur pour Govou, juste magnifique. Mais c’était pour Govou.

Wass : 3/5 : Wass a débuté à un poste qui, me disait-on en début de saison, n’est pas le sien, en remplacement de Barbosa. Quelques combinaisons intéressantes, de l’activité, mais un certain manque de concrétisation.

Govou : 1/5 : Autant Sidney a semble-t-il retrouvé un peu de jambes, autant il n’avait pas le droit de rater son duel face à Sirigu. A son âge, il doit avoir l’expérience nécessaire pour gérer ce genre de duel.

Sagbo : 2/5 : comme d’habitude, beaucoup de travail, mais il a beaucoup trop dézoné, laissant un vide dans la surface de réparation, comme un symbole d’Anelka.

Le coach : 1/5 :

Alors oui, on a joué avec panache, oui, on est monté à Paris avec de l’ambition, mais non, jouer le hors-jeu, ce n’était pas une bonne idée, et non, remplacer Cambon par Kahlenberg n’était pas une bonne idée. Sans ce craquage, le point du nul pouvait être envisageable. Et doux jésus, déjà que Rippert est mauvais de base, mais si il est soupçonné d’être blessé, pourquoi le laisser sur le terrain ?

Les parigots :

Comme d’hab’, merci les individualités qui sauvent un match : à l’aller, c’était le blessé le plus cher de France, au retour Néné et Ménez ont pris la relève. Bon coaching de Carlo qui, en sortant Bodmer pour Matuidi, a donné une leçon à notre uruguayen.

Bonus Malus :

Je n’ai pas pu voir le match de coupe contre Rennes, mais sachez que nous avons de nouveau perdu 3-2 en Bretagne, une sorte d’abonnement, l’héroïsme en plus semblerait-il. On se retrouve éliminés de toutes les coupes, ce qui nous permettra de nous concentrer sur le championnat. Mais ça arrive à des équipes très bien, voyez Lille par exemple…

Franck Ripoux.

Après avoir broyé du noir, Franck Ripoux a explosé son pc sur cette vidéo.

1 thought on “Au fait : La Croix de Savoie Académie note PSG – ETG (3-1).

  1. Faut pas blamer Govou il a été bon. Et puis pour moi, Sirigu remporte son duel, c’est pas Govou qui le perd.

    Sinon, j’ai comme l’impression qu’Andersen est une grosse arnaque !

    Petit coucou de la part des parigots (ou du PQSG si tu préfères)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.