De notre envoyé spécial, Rico Di Mecouille, à Saint-Denis

Dans un Stade de France plein a craquer, les supporters les plus fervents de ces deux équipes sont venus en masse dans la capitale afin de soutenir deux clubs désireux de remporter le trophée le plus prestigieux de France, la Coupe de la Ligue. 42 000 Marseillais étaient attendus contre 38 000 Montpelliérains. Les Marseillais composaient un tifo à la gloire de Jean-Claude Dassier, élu président de la décennie par les lecteurs du phoceen.fr.Les Héraultais eux, se contentaient d’une banière où l’on pouvait lire, “on ne vous enculera pas, on aime pas les pédés, enculés”. Sobre et efficace. Frédéric Thiriez, présent en tribune, saluera l’initiative montpellieraine d’un salut de la main et d’un clin d’oeil, affichant une mine amusée. “C’est très bon enfant” confirmera-t-il aux micros de Denis Balbir, Pierre Sled et de Pascal Praud pour LFPTV, la chaine de la Ligue.

20h30, tandis qu’une moiteur certaine se fait ressentir dans les travées du SDF, la tension aidant, les joueurs entrent sur le terrain. Côté marseillais, Julien Rodriguez est évidemment titulaire aux côtés d’un Souleymane Diawara déjà bien joyeux, tout comme Abriel. Charles Kaboré arbore fièrement un brassard bleu blanc rouge et chantonne la marseillaise. Ne manque alors à l’appel que Mathieu Valbuena qui avait des difficultés à enlever son siège réhausseur dans le bus.

Côté Montpelliérain, Spahic sera bel et bien sur la pelouse, la Ligue ayant annulé sa sanction. “Ca va, c’est bon, on va pas en faire un foin” déclarera Frédéric Thiriez au micro d’Alexandre Delperrier pour LFPTV. Jeunechamp s’est préparé pour le match en scotchant ses majeurs à ses index.

20h40 : le président de la République n’est pas présent dans les tribunes, déclarant dans un courrier aux clubs qu’il avait “pas que ça qu’à foutre”.

20h42 : la Marseillaise est entonnée par la totalité des supporters, Charles Kaboré donne lui-même la cadence à la fanfare du 352e bataillon des zouaves de Jointville, l’hymne est vibrant, Patrice Evra, présent en tribunes, écrase une larme.

20h45 : coup d’envoi de la rencontre, Jean-Claude Dassier espère que “son équipe l’emportera ou pas, mais que le meilleur gagne, peuchère, surtout l’OM.”

20h46 : Diawara et Abriel terminent une gourde de Jacques Vendroux histoire de se mettre au diapason de l’événement. Alors que Giroud approche de la surface, le défenseur sénégalais ne voit pas d’autre option que le tacle à la gorge. Carton rouge et coup franc pour Montpellier. Souleymane rentre en courant vers le vestiaire et sera aperçu dix minutes plus tard au Zaman Café en compagnie de Pierre Ménès qui ne couvrait toujours pas de match cette saison.

20h47 : Giroud frappe le coup franc et marque d’un superbe enroulé dans la lucarne. Dassier se lève et hurle un “bravo Gignac !” Le mur, composé par Valbuena, Ayew, Rémy et Gignac ne tint pas, les attaquants marseillais ne savaient pas qui devait évoluer à droite ou à gauche.

20h49 : Kaboré en appelle à la fibre patriotique de ses équipiers. Gabriel Heinze réplique d’un “was ?” tout ce qu’il y a de plus interrogatif tandis que les autres joueurs se moquent de sa bouche.

20h59 : Rien de particulier ne se passe, Rémy court sans ballon dans son couloir droit, Gignac pense qu’il évolue à gauche.

21h04 : Spahic donne un coup de coude à un équipier passé trop proche et se fait expulser, pénalty pour l’OM. Gignac s’approche pour frapper et tente un lob. 1-0 pour Montpellier.

21h11 : Cheyrou, sur le banc, annonce qu’il est désormais apatride et brûle sa carte d’identité.

21h12 : Charles Kaboré s’approche de Cheyrou et le gifle, le traitant de “mauvais français”. Expulsion du capitaine marseillais qui s’en va, pleurant à chaudes larmes et déclamant du Verlaine. On le retrouvera dans la nuit, endormi sur la tombe d’Emile Zola dans le cimetière de Montmartre. Le brassard passe à Stéphane M’Bia. Le sien arbore les couleurs de FO.

21h13, l’arbitre, Monsieur Châblis, désigne de nouveau le point de pénalty pour un trop voyant chat-bite à répétition d’Heinze sur Yanga M’biwa. El Kaoutari approche de l’Argentin qui l’insulte en allemand. Le Montpelliérain gifle Heinze, carton rouge et pénalty pour l’OM également. Les deux pénalties sont frappés en même temps. Médusé, Dassier ne sait plus où se trouve Gignac, vide son verre par terre et nettoie ses double-foyers. Gignac tente un lob, 2-0 pour Montpellier.

21h15 : Utaka accélère côté droit et efface Fabrice Abriel. Il centre pour Giroud mais Gaby Heinze monté sur les épaules de ce dernier saute plus haut et dégage le plus loin possible. L’arbitre ne bronche pas, il était distrait par la nouvelle paire d’adidas de Stéphane M’Bia en daim véritable.

21h21 : Joris Marveaux lance Souleymane Camara dans la profondeur qui prend de vitesse Julien Rodriguez. Le Marseillais s’écroule alors qu’il a deux mètres de retard. L’arbitre siffle coup-franc. Romain Pitau arrête Cyril Jeunechamp qui se dirigeait vers l’arbitre prestement.

21h22 : Gignac tente une frappe en force sur le coup-franc depuis sa propre moitié de terrain. Le ballon est contré par Julien Rodriguez, qui s’ évanouit sous le choc, et Steve Mandanda, surpris est lobé. Jean-Claude Dassier applaudit. 3-0 pour Montpellier.

21h23 : Julien Rodriguez est réanimé sans grandes difficultés. Il effectue son retour sur le terrain salué par les supporters montpellierains.

21h27 : Mathieu Valbuena s’effondre dans la surface. L’arbitre ne bronche pas et Yanga M’Biwa peut dégager.

21h29 : Utaka dribble Abriel, Heinze, Rodriguez, et Mandanda mais frappe sur le poteau. Revenu en catastrophe Ayew dégage en corner.

21h30 : Montpellier enfonce la marque sur le corner qui suit. Geoffrey Dernis remportant son duel aérien au deuxième poteau contre Mathieu Valbuena. Pris individuellement par M’Bia et Heinze, Olivier Giroud n’avait lui pas pu sauter. 4-0.

21h31 : Xavier Gravelaine ne peut s’empêcher de chanter « Je suis passe-partout de Fort Boyard » en voyant Geoffrey Dernis tout à sa joie. Cyril Linette décide de le recruter, trouvant qu’il a quelque chose de « Jacques Dutronc ».

21h31 : Le 4e arbitre donne 7 minutes d’arrêts de jeu.

21h35 : Les Marseillais tentent de marquer le but de l’espoir avant la mi-temps. Mathieu Valbuena s’effondre dans la surface, l’arbitre ne bronche pas. Gignac en embuscade tente un lob, Geoffrey Dernis dégage de la tête sur sa ligne.

21H36 : L’arbitre siffle la mi-temps sous la bronca des supporters marseillais qui crient au complot de la ligue pour avoir supprimé cette dernière minute de temps supplémentaires.

Dans les vestiaires marseillais, José Anigo se charge de la causerie, tandis que Deschamps hurle des ‘Wow’ à son adjoint avec l’accent anglais. Les joueurs, eux frappent Gignac tour à tour sous les douches, Mandanda appuyant sa gifle d’un “t’aime ça gros ?”.

Côté Montpellierain, Loulou Nicollin promet d’interdire le tri sélectif dans sa bonne ville si ses joueurs l’emportent. Emir Spahic demande si ça le concerne.

21h44 : les deux équipes rentrent sur le terrain. Jean-Claude Dassier annonce d’un air grave à Daniel Lauclair après « la très décevante première mi-temps » le remplacement de « Pierre-Yves-André Gignac » par « Mucho Ramirez » et celle de « Jordan Abedi Ayew » par « Tatayet ».

21h45 : André Ayew est bien sur le terrain, et son frère Jordan sur le banc. C’est en fait Fabrice Abriel qui a été remplacé par Lucho. Changement stratégique donc avec Taiwo qui prend l’aile gauche, curieusement, Loic Rémy passant en plein axe d’un 3-2-3. Côté montpelliérain, Stambouli remplace Utaka.

21h47 : Stéphane M’Bia porte des demi-lunes sur le terrain, ça lui donne un air plus intellectuel selon lui, les lentilles lui donnant des gaz. Le milieu camerounais en possession du ballon dans ses quarante mètres prend son temps, regarde bien, ajuste la mire et tente de trouver Taiwo. Problème, M’bia a préféré chausser ses mocassins à gland en daim bleu à la mi-temps offrant par la même occasion le ballon à Marveaux qui heureusement tombe en faisant son contrôle. Sur la contre attaque, Ayew décide de ne faire confiance à personne, frappe sur le gardien qui repousse dans ses pieds, le Ghanéen refrappe sur le gardien qui repousse sur l’attaquant marseillais qui refrappe, le gardien repousse.

21h48 le Ghanéen refrappe, Jourdren repousse dans les pieds de Rémy qui réussit un lob et réduit la marque. 4-1. À l’antenne de rmc, Daniel Riolo précise qu’il l’avait toujours dit.

21h49 : Lucho, dans l’axe tente une passe en profondeur sur la droite. Valbuena, qui pensait jouer en dix ne comprend pas que la balle était pour lui, tandis que Rémy ne veut plus prendre l’axe, poste jugé ‘un peu trop dur’. Dans la foulée, l’Argentin  demande son transfert. Didier Deschamps se résigne à rappeler Cheyrou de son échauffement. Les supporters marseillais l’acclament.

21h50 : Sur un contre montpelliérain, Dernis transperce, Julien Rodriguez tente de le rattrapper mais se fait un auto-tacle et se blesse gravement. L’arbitre avertit Dernis et reçoit une tape amicale de Gabriel Heinze. Romain Pitau et Joris Marveaux arrêtent Cyril Jeunechamp parti à la rencontre de l’arbitre. Guy Stéphan rappelle finalement Edouard Cissé pour faire descendre M’Bia en défense.

21h58 : Heinze, Taiwo, Lucho, Ayew, et M’bia se disputent pour frapper un bon coup franc à 25 mètres sur la gauche de la surface montpelliéraine. M’bia, argumente sur les possibilités de feinter le portier en tentant une combinaison à 5. Ce qu’ils font. Le ballon arrive dans la surface, vidée d’Olympiens qui se trouvaient autour du ballon. Stambouli pris de panique par cette absence qui ne lui dit rien qui vaille dégage de la tête dans son propre but, 4-2, consternation de Jean-Claude Dassier qui lance un “BJ” à Louis Nicollin.

22h05 : Garry Bocaly tente un débordement côté droit et se claque, fin de carrière pour l’ancien olympien. Il faut dire que le geste était dangereux.

22h07 :  Fanni remonte la balle et transmet à Valbuena qui passe à Rémy qui passe à Fanni, le côté droit marseillais fonctionne bien, dommage qu’ils soient totalement idiots. Montpellier finit par obtenir une touche.

22h09 : Valbuena comprend que tout ça ne mène à rien, que franchement, repiquer dans l’axe, ça peut être utile, aussi prend-il la gonfle à Fanni, repique frappe, mais ne marque pas.

22h14 : Mbia joue pied-nus, tel l’Abbé Bikila, affirmera-t-il à Pierrette Brès, aux micros de LFPTV et offe ses chaussures à Valbuena qui peut désormais glisser en frappant et donc marquer d’une trentaine de mètres en toute facilité. Marseille réduit encore la marque dans la minute qui suit. 4-3.

22h17 : M’Bia récupère la balle dans les pieds de Dernis qui est visiblement à bout de forces. Pour lui faire part de sa technique, il lui fait deux petits ponts consécutifs et alors que Pitau lui avait pris la balle dans les pieds, il s’écroule. L’arbitre siffle coup franc. Pitau n’étant plus au marquage de Jeunechamp, ce dernier fonce vers l’arbitre lui demande des nouvelles de sa mère front contre front. Il est expulsé.

22h18 : M’Bia tente de trouver dans la profondeur Taiwo d’après une feinte dont ils avaient parlé à la mi-temps et qu’ils ont vu dimanche au CFC lors du résumé du dernier Marseille-Montpellier. Il trouve directement la lucarne d’un Jourdren médusé sans passer par la case Taiwo. Marseille égalise et c’est la folie dans le stade.

22h22 : C’est le show de M’Bia qui tente une frappe de 35 m. Le ballon décolle et atterrit sur Jean-Claude Dussier qui le renvoie d’une aile de pigeon faisant part de sa superbe technique d’ancien ailier gauche.

22h24 : M’Bia retente la même frappe, qui finit 7m au dessus de la précédente.

22h26 : M’Bia retente la même frappe de moins loin alors que Loic Rémy était seul côté droit. Six mètres pour Montpellier qui tient les prolongations.

22h30 : le 4e arbitre ajoute deux minutes de temps additionnel.

22h35 : Mathieu Valbuena s’effondre dans la surface après un coup d’épaules de Yanga-M’Biwa. Jourdren plonge pour l’arrêter alors qu’il roulait jusqu’au but. Le ballon ayant été oublié, André Ayew scelle le sort du match en taclant rageusement le ballon au fond du but vide. De rage Jean-Claude Dassier donne un coup de pied dans le siège devant lui. Il est expulsé du stade pour violence.

22h36 fin du match, l’OM conserve son trophée, Loulou Nicollin expose que ses joueurs sont vraiment des petits cons et qu’il pisse à la raie des Marseillais dans une salle de presse hilare.
De son côté, René Girard hurle au complot, traitant les Olympiens de fils d’Allemands comme en 54. Heinze qui trainait par là, tacle le technicien héraultait appuyant le geste d’un “Doner Wetter” des plus purs. Le bus montpellierain sera toutefois décoré de fleurs par les supporters de Marseille, tous signataires de Tatane.

Rico Di Mecouille.

11 thoughts on “Ces matches que vous ne verrez pas : Marseille-Montpellier

  1. Je découvre Rico Di Mecouille avec beaucoup de bonheur.

    Le pluriel de l’infinitif est également une nouveauté pour moi.

  2. Qu’est-ce que je raconte, moi ?… Encore pas frais, mille excuses pour ces deux commentaires ridicules d’inutilité…

  3. Deux N à Donnerwetter, sinon c’est pas un temps d’orage, c’est « un temps à kebab »…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.