DC United-Impact Montréal (1-1) : L’Impact Académie livre ses notes

0

Le changement, c’est maintenant

Le changement, c’est maintenant

_120124-lang-capture-d_ecran
N’est pas Jack Mac qui veut.

Ça pourrait être le clip de campagne d’un parti politique en perdition, mais il n’est en rien. L’Impact fait son ménage de printemps, alors que l’on attendait tous un vide grenier cet hiver, la fainéantise des occupants de la maison a donné lieu à une crise au mois de mai, commun symbole d’un vulgaire mois de novembre dans un PSG pré-Qatari.

La défaite 3-0 au Saputo, la semaine dernière contre Kansas City, a de nouveau permis aux supporters de s’exprimer au travers de belles banderoles aux messages relativement clairs : Frank Klopas, ça ne peut plus, Nick de Santis, arrête de te foutre de nous, Joey Saputo, sauve nous.

BmLPHYaIcAAEdZ8.jpg-large
3 years, 3 coaches, 1 De Santis.
BmLJmpoCYAANpZy.jpg-large
« Tout va très bien » – NDS.
BnTOfQ5CIAI0Tws.jpg-large
Klopas : Symptôme, NDS : Maladie.

Premier effet notoire de la grogne du peuple : l’Impact se devait de se qualifier en milieu de semaine pour la finale du championnat canadien. La Coupe de Voyageurs les gars. C’est le seul trophée qu’on a une chance de gagner cette année. Pour ce faire, il fallait déjà se sortir la grosse épine que nous nous étions plantée dans l’anus au match aller, en Alberta. Une défaite 2-1 face au petit club d’Edmonton. Humiliation.

Montréal a pourtant tenté de se racheter, n’oubliant de jouer que pendant une petite dizaine de minutes. Une petite dizaine de minutes durant laquelle nos croutes anales, cicatrices de nuits difficiles, se sont rouvertes pour laisser filer des pertes sanguinolentes ainsi qu’une qualification. Car l’Impact menait alors 3-0 en ce début de seconde demie, grâce à un doublé de Jack Mac et un but du moralement infatigable Jeb Brovsky. Alors que l’on pensait le match plié, Edmonton revient avec deux buts en quelques secondes.

Heureusement… Heureusement Joey Saputo. Grâce à une livraison de fromage à la crème de dernière minute, l’arbitre a détourné son honnêteté pour nous offrir un penalty cadeau, sur une main collée au corps, à la 96e minute. Heureusement, le beau, le fort Patrice Bernier était là, convertissant ce tir au but en fistfucking pour Edmonton, en bouquet de fleurs pour Montréal. Comme quoi, un même présent peut être interprété différent selon celui à qui on l’offre. Qu’à cela ne tienne si les gars d’Alberta n’aiment pas nos cadeaux, nous on prend. Et l’Impact, victorieux 4-2, s’en ira défier Toronto pour une finale d’anthologie dans ton logis.

Retrouve cette victoire anuspillo-tractée en vidéo ici

Moment Nutella à la clé : notre cher président, descendu sur la pelouse féliciter ses joueurs, se prend la tête avec Colin Miller, le coach d’Edmonton. Vas-y Joey, pète’z’y la gueule.

Capture d’écran 2014-05-15 à 22.14.01
« Comment ça il est pas frais mon fromage ? »

Changement n°2 : ON S’EST DÉBARASSÉ DE COLLEN WARNER NOM DE DIEU ! CHAMPAGNE, PUTES ET DROGUES DURES S’IL VOUS PLAIT ! Un échange incompréhensible s’est produit. On récupère le bon international canado-nippono-je ne sais quoi Issey Nakajima-Farran, avec un petit chèque, contre Collen Warner à Toronto. Les cons ! Ils sont fous. Ça équivaut à deux doigts dans le rectum, avant d’y glisser le bras entier en final de l’Amway.

Reste maintenant à confirmer cette qualification par un match plein à Washington. Défaite ou non, je m’en fous, mais jouez au foot les gars, jouez au foot !

Alignement

Bn5DSnVCAAE6wmS.jpg-large
Les beaux hommes.

Toujours pas de Matteo Ferrari (ouf !), ni de Marco Di Vaio (pas ouf) sur la feuille de match ce samedi, mais une nouvelle titularisation pour Wandrille Lefèvre aux côtés de Heath Pearce (et donc plus de Ouimette, c’est à n’y rien comprendre). Eric Miller semble définitivement sacrifié sur l’autel du Jeb Brovsky, et Nyassi gagne un nouveau départ (tant qu’on nous évite Romero, ça roule pour moi).

Capture d’écran 2014-05-20 à 13.46.01
DC Comiques (Copyright Dudu).
Capture d’écran 2014-05-20 à 13.46.25
Mon Real.

Faits saillants

Et ben mes aïeux, on n’avait plus vu un match à peu près au point de Montréal depuis le Texas, Dallas et Houston début mars. Ça datait. Samedi, j’ai vu une équipe en place pendant quasiment toute la durée du game. On n’y croyait clairement plus. Chose rare également, je m’en suis frotté les yeux à plus d’une reprise : on s’est créé des occasions ! Des occasions de but hein, des qu’on aurait pu mettre au fond et qui nous auraient donné des points et tout. Bon, on n’en a mis qu’une au fond, parce qu’on préfère les relations classiques plutôt que de s’engager dans des threesomes dégueulasses où tu sais même plus où tu mets ta bite. Mais quand même. Un bon match quoi.

Une défense relativement équilibrée, bien que les jeunes soient bien au-dessus des vieux, des ailiers qui débordent, un avant-centre qui marque… Mais surtout, un bloc qui se déplace ensemble et ferme les espaces avec intelligence. Après une mi-temps où l’équipe s’est positionnée très bas, le cul collé au but pour parer l’éventualité d’une pénétration non désirée, elle a finalement pris confiance quant à son potentiel tactique et son pressing. Et avouons-le également, grâce à la faiblesse de DC et de son milieu de terrain, notamment notre ancien copain Davy Arnaud, pas forcément à son avantage.

Si je devais être critique, et je vais l’être (j’ai pas peur de toi Heath Pearce, tu peux bien me bâcher sur les réseaux sociaux des Internets, tu ne sais même pas qui est Mauricio Vincello), je dirais qu’on a eu quatre points faibles ce week-end, et pour une fois, il ne s’agissait quasiment que de joueurs. Les trois premiers concernent donc des gars de chez nous. Heath Pearce, Jeb Brovsky et Felipe ne sont pas au niveau. Pour Jeb, malgré son mental de guerrier, les problèmes sont les mêmes que pour Heath Pearce, mais ce dernier ne compense pas par son envie. Retard, mauvais placement… On a vu bon nombre de débordements venir du côté de Jeb, nombre d’interventions à l’arrache de Heath… Qu’on soit clair, ceci n’est pas un procès à charge. On connaît Jeb, on sait de quoi il est capable, mais on sait également ce qu’il ne peut plus faire seul. Le mettre sur son côté gauche avec Nyassi, ce n’est pas évident étant donné que ce dernier, tout inusable qu’il soit, n’est pas le meilleur pour prêter main-forte défensivement.

Pour Pearce, je pense que le problème est plus profond, dans le sens où il donne vraiment le sentiment d’être dépassé constamment. Je ne comprends pas qu’un défenseur aussi expérimenté (une trentaine de sélection nationanale tout de même) ne compense pas son physique en déclin par un placement et des interventions judicieuses. Au contraire, il semble systématiquement dépassé, et les retours de Lefèvre et de Brovsky lui ont pas mal sauvé la mise samedi. Il reste pour moi une solution de remplacement.

Enfin, le dernier gros souci, c’est avec Felipe. Toujours les mêmes critiques. Nonchalant, il n’est pas un vrai 10, preuve en est, il a joué aux côtés ou presque de Jack Mac, dans un espèce de 4-4-2 bizarre en deuxième demie. Consigne de Klopas ? Repositionnement naturel ? Je ne sais pas, mais dans un match où l’on a peur de se prendre un but, et dans le contexte actuel, un gars incapable de tenir le ballon dans le camp adverse, ça fait chier.

Pour terminer, ce qui m’a le plus posé problème, c’est le coaching de Klopas passé la 70e. Mallace rentre en 10 à la place de Felipe. Nous qui ne tenions pas le ballon dans les 40 mètres adverses ne le verrons plus passer la ligne médiane. Enfin, le changement Nyassi – Tissot m’a paru étrange, étant donné que le danger, et l’égalisation, sont venus du côté Mapp – Camara, le premier fatigué d’un match plein et le second prêtant main-forte à sa défense centrale depuis l’entrée de Silva dans l’axe. C’est d’ailleurs de là que vient l’égalisation de DC, puisque sur un centre d’Espindola, l’Impact a quand même eu la gentillesse de laisser marquer Johnson, lui sortant ainsi la tête qu’il avait depuis longtemps clouée dans son anus.

Capture d’écran 2014-05-20 à 13.48.41
École des contres de centres Romain Danzé.
À noter : le surnombre de DC dans la surface.

Ceci dit, l’Impact s’est montré sous un bien meilleur jour au RFK Stadioume. On a retrouvé une équipe, de la solidarité et surtout l’envie de faire un bon match, ce qu’on croyait jusque-là perdu. Mapp ou McInerney ont fait le boulot superbement quand à la 56e Justin déboule côté droit et centre en retrait pour Jack Mac qui termine à bout portant. Bernier et Bernardello ont bien tenu le ballon au milieu, nous offrant quelques phases de conservation pour la première fois de la saison. Camara et Lefèvre se sont montrés très solides derrière, et Nyassi a fait le match que l’on attend de lui depuis la présaison et sa blessure : déboulés à la vitesse de la lumière, frappes puissantes, crochets dévastateurs. Et ne lui aura manqué qu’un but.

Beaucoup de positif donc, malgré une victoire qui nous échappe à cinq minutes du terme. L’arrivée de Issey Nakajima-Farran donnera de la profondeur au milieu offensif, je suis même impatient de voir de quoi il est capable à la place de Felipe, toujours entre deux, comme depuis 3 ans. Mais, le changement c’est maintenant, et d’après les patrons, ce n’est qu’un début. Continuons le combat.

Un pack de Montréal

Troy Perkins (2/5) : Laissé seul par sa défense sur le but de Johnson (but de Johnson, ça fait mal rien qu’à le dire), il n’avait pas été foudroyant avant ça. Quelques absences, souvent sauvé par ses défenseurs, Troy n’a pas réalisé un mauvais match, mais il n’a pris qu’un but.

Jeb Brovsky (2/5) : Son mental de guerrier lui permet de sauver sa prestation. Que de lenteur et de mauvais placements… Certes, il n’a pas été aidé par un Nyassi tout porté vers l’avant, mais quand même, défensivement, on a vu bien mieux.

Heath Pearce (1/5) : Who am I ? Moi, je suis Mauricio et toi, t’es qui ?

Wandrille Lefèvre (3/5) : Solide le gars Wandrille pour son deuxième départ en MLS. Placement excellent, interventions propres. Mais 20 dernières minutes plus compliquées à gérer avec Camara.

Hassoun Camara (3/5) : Un match bien géré, mais même critique que pour Lefèvre. La pression de DC en fin de match et les changements de Klopas ne leur ont pas été bénéfiques.

Hernan Bernadello (2/5) : Match en demi-teinte à mes yeux. Il a bien mieux maîtrisé le baloune dans l’axe avec Bernier, mais il a eu beaucoup de déchet dans ses passes et ses contrôles. Doit encore mieux faire.

Patrice Bernier (3/5) : Bon match de Patrice. En jambes pendant 90 minutes, récupérateur infatigable, ballons portés vers l’avant. Du bon Bernier.

Sanna Nyassi (3/5) : Sanna is back. Quel match. Un but et il prenait son 4/5. Débordements, pénétrations, frappes (trois fois sorties par un Hamid chaud bouillant)… Ce Sanna là, c’est du tout bon.

Felipe (1/5) : Perdu en 10, puis perdu en 9 et demi. Je ne sais toujours pas quoi en penser, il devrait prendre par au jeu beaucoup plus, surtout qu’il avait des espaces samedi. L’arrivée d’Issey pourrait lui faire du mal pour son temps de jeu et du bien pour son tempérament.

Justin Mapp (3/5) : Les débordements de Justin, c’est comme une belle fleur qui se déshabille sous tes yeux. Tu écarquilles les paupières, tu sens la sève monter, et tu n’attends qu’une chose : pouvoir la pousser au fond.

Jack McInerney (3/5) : Encore un but pour Jack Mac après son doublé en championnat canadien. Il a déjà mis plus de buts que Wenger lors de son passage à Montréal.

Substituts

Calum Mallace : Rentré en 10 alors qu’il fallait faire monter Bernier et le mettre en chien fou devant notre défense…

Santiago Gonzalez : Rentré pour tenter une frappe. Comme d’hab quoi.

Maxim Tissot : Rentré pour soulager Pearce et Brovsky. Du coup le but vient de l’autre côté.

Retrouvez les faits saillants en vidéo après l’avertissement ici

Le tableau

Capture d’écran 2014-05-20 à 14.02.20
Leader incontestable du classement à l’envers.

Prochain match samedi, de nouveau sur la route, chez nos Rapides amis du Colorado que nous tenteront bien évidemment de prendre de vitesse.

Becs anaux,

Mauricio Vincello

Retrouvez votre serviteur sur Touitteur, pour clavarder ou se slacker la vis en toute décontraction (et autres faits saillants)

http://twitter.com/VincelloM

Ou sur Fessebouc

http://www.facebook.com/mauriciovincello

Ne faites pas comme moi, abonnez-vous

http://horsjeu.net/abonnement/

Pour retrouver toutes les Impact Académies plus facilement, milite avec moi en touittant « Un onglet pour Mauricio » à @Horsjeu : https://twitter.com/Horsjeu

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.