La Garrincha Académie, Jornada 20

Le Choa étudie l’encéphalogramme de Ricardo. Ou de Sané.

Au programme de cette Jornada 20, le Timão qui retrouve le chemin de la victoire, un podium chamboulé et Ricardo qui sort de l’hôpital.

 

Corinthians – Grêmio: 3-2.

Vainqueur du Gre-Nal lors de la J19, Grêmio affrontait un leader qui sortait de deux défaites de rang et dans l’obligation de l’emporter sur sa pelouse. Le Coringão commença idéalement le match, grâce à un penalty généreusement offert par l’arbitre pour une faute peu évidente d’Adilson sur Emerson et transformé par Chicão (17′). Si Liédson aurait rapidement pu doubler la mise, l’Imortal Tricolor se procura deux occasions nettes, repoussées par Julio César. A la 40ème minute, après une faute d’Edenilson, Douglas (à la pistache) nettoya la lucarne adverse d’un superbe coup franc du gauche (40′). La partie semblait tourner en faveur de Grêmio et le Timão dut son salut à une envolée de son gardien sur une frappe lointaine et précise de Douglas. Or, le leader s’extirpa de ce mauvais pas en trois minutes peu après l’heure de jeu. En effet, Paulinho donna l’avantage à la 65ème minute et Ramon enfonça le clou dans la foulée (67′). La fin de match fut on ne peut plus confuse avec les expulsions du Levezinho Liédson (68′) et d’Edenilson (78′) entrecoupées par la réduction de l’écart par Edcarlos, aidé par une magnifique shadow-défense au second poteau (73′).

Avec ce succès, le Corinthians conserve la tête du championnat pendant que son adversaire est toujours en danger à la 15ème place.

 

Vasco – Ceara: 3-1.

Victime d’un AVC lors du match face à Flamengo, Ricardo est sorti de l’hôpital mercredi. Une excellente nouvelle quand on se rappelle que les médecins avaient un pronostic réservé lors de son admission. En hommage au treinador, l’ensemble des joueurs se tinrent la main avant le début du match. Le Timão a également tenu à apporter son soutien au technicien en floquant « Força Ricardo » sur les maillots des joueurs.

Aussi dominateur que stérile en première mi-temps, le Gigante da Colina trouva enfin la faille au cours de 15 minutes totalement folles. Précisons en préambule que c’est la première fois depuis son retour aux affaires que Vasco a fait la différence sans Juninho, sorti à la pause et remplacé par Elton. L’ancien joueur de Braga a été l’homme de base de ce succès puisqu’à la 51ème minute, il coupa victorieusement le centre d’Eder Luis. Dix minutes plus tard, Eder Luis doublait le score au terme d’un contre mené tambour battant par Marcio Careca (61′). Cependant, Vasco se fit une frayeur lorsque Fernando Prass, peu habitué à ce genre de bourdes, perdit le ballon à cause du pressing d’Osvaldo, ce qui profita immédiatement à Washington (65′). Les sueurs froides furent de courte durée puisque dans la minute qui suivit, Eder, en raposa, détourna le tir de Fillipe Bastos pour offrir un avantage définitif aux siens (66′).

Cette victoire permet à Vasco de s’emparer de la deuxième place, à seulement deux points du Timão. Et si les Juni Boys réalisaient le doublé ?

 

Cruzeiro – Figueirense: 2-4.

Sur deux victoires consécutives, la Bestia Negra avait la possibilité, en poursuivant sa série, de recoller au wagon de tête. Las, face à Figueirense, pourtant battu par Avai lors du derby de Florianopolis, Cruzeiro a pris un carton sur sa pelouse. Si le début de match fut à l’avantage de la Time Celeste, avec notamment un poteau trouvé par Léo, l’Alvinegro prit le contrôle de la partie et ouvrit la marque à la 28ème minute par l’intermédiaire de Julio Cesar. Sept minutes plus tard, Elias doubla la mise d’une frappe à ras de terre (35′). Prêté par le Lokomotiv Moscou après un passage à Santos, Charles redonna l’espoir à Cruzeiro et du suspense (38′). Peine perdue puisque de retour des vestiaires, Wellington Nem, au terme d’un rush de 50 mètres, piqua sa balle au-dessus de Wilson et acheva quasiment tout espoir de retour adverse (50′). Au cas où la Bestia Negra envisageait une remontée, Julio César planta un quatrième pion avant l’heure de jeu (58′). Si Charles profita du relâchement post-but pour payer son doublé (60′), la victoire de l’Alvinegro ne faisait déjà plus aucun doute et c’est bien Figueirense qui se replace dans le premier tiers du classement.

 

Atlético Goianiense – Coritiba: 3-1.

Cinquième victoire d’affilée pour la Locomotiva Rubro-Negra qui entre dans le tableau de gauche. Si l’ampleur du score laisse présager une victoire aisée, il aurait pu en être tout autrement si le poteau n’avait pas sauvé Marcio aux 20ème et 23ème minutes. Malgré ces occasions bouillantes, c’est le Dragão qui prit l’avantage en premier. Accroché dans la surface, Rafael Cruz permettait à Marcio d’ouvrir la marque sur penalty (34′). A la 63ème minute, Agenor confirmait la réussite des Rubro-Negro en réceptionnant un corner certes de manière peu académique mais qui offrait un avantage de deux buts aux siens. En revanche, va falloir arrêter d’imiter Dany Boon, ça craint. La réduction d’Anderson Aquino (86′) n’eut aucune incidence sur le sort du match puisque, dans les arrêts de jeu, Anselmo marqua son septième but de la saison (90+3′).

 

Atlético Paranaense – Atlético Mineiro: 0-1.

Rentré au pays après avoir eu « un rapport précipité » comme dirait Miley Cyrus Vance Jr. avec une chanteuse beurrée dans une boîte milanaise, Mancini a.k.a. Réveillère’s hips don’t lie a inscrit l’unique but de la partie sur penalty, non sans une certaine chance pour ne pas dire une chance certaine (70′). Son premier cageot de la saison est d’une grande importance pour le Galo qui n’avait pas empoché le moindre point depuis la J14. La faute idiote de Walter Diniz, rien à voir avec le marcheur, sur Magno Alves coûte des points au Furacão, toujours en piètre position, à l’image de son vainqueur. La prochaine journée sera cruciale quant à l’avenir de ses deux clubs qui affronteront Avai et Grêmio, également en galère.

 

São Paulo – Fluminense: 2-1.

Quatre points en cinq matches, tel est le ratio faiblard de la Tricolor Paulista, indigne d’un troisième. Face au Fluzão qui restait sur deux défaites, São Paulo devait impérativement l’emporter. Mais, comme à chaque fois cette saison où l’on pense que Nense est prenable, c’est Nense qui vous déglingue. Sauvé par Rogério Ceni lors d’un duel face à Fernando Bob, la Tricolor fut mise à l’amende dès la 18ème minute par Lanzini, marqué trop lâchement à seulement six mètres des cages. L’Argentin de 18 ans a été formé à River Plate et prêté à Flu cette saison, espérons pour lui qu’il aura la même réussite que Dario Conca. Par la suite, Dagoberto répliqua mais Cavalieri parvint à détourner sur le poteau et, en deuxième période, Lucas vit le cadre se dérober de peu. Se procurer des occasions, c’est bien; les convertir, c’est nettement mieux. Entré en jeu à la 58ème minute à la place de Ciro, Rafael Sobis ne mit que six minutes pour se mettre en valeur (64′). Vous admirerez le plongeon de Rogério Ceni communsymbole de Fifa 98. Dix minutes plus tard, Dagoberto obtint un penalty assez généreux, sentence transformée par le portier buteur (74′). En fin de match, Souza, l’ancien du PSG de quand il y avait pas un rond dans le coffre-fort, fut accroché par Jean qui reçut son deuxième jaune en seulement 4 minutes (82′).

Cette défaite éjecte São Paulo du podium, ce qui lui pendait eu nez depuis trop longtemps.

 

Botafogo – Palmeiras: 3-1.

L’Estrela Solitaria est incontestablement l’équipe en forme du moment. Face à un adversaire du haut du tableau, Botafogo n’a pas traîné en chemin. Dès la 3ème minute, German Herrera se retrouva bien seul pour ouvrir la marque à la réception d’un corner rentrant. Vingt minutes plus tard, Elkeson au coup franc trouvait Gustavo Schiavolin, ancien de Palmeiras (23′). Tentant de revenir dans la partie, le Verdão encaissa un contre assassin: Marcos Assunçao dans le mur, Elkeson à la récup’, Maicosuel pour le recyclage (63′). Dans les arrêts de jeu, Marcos Assunçao trouva, un peu tard, le chemin des filets de Jefferson grâce à un coup franc détourné (90+3′).

Avec cette victoire facilement obtenue, Botafogo accède au podium et revient à seulement 3 points du Timão. Avec Vasco, l’Estrela Solitaria est certainement la meilleure équipe du moment, celle à qui tout réussi actuellement. Il faudra compter avec elle dans la lutte pour le titre.

 

Internacional – Santos: 3-3.

Que ferait le Peixe sans Borges? Les vidéos pléthoriques sur le supposé génie de Neymar, le spécialiste des gestes inutiles, envahissent les écrans mais celui qui tient Santos à bout de bras depuis le début de saison. Sur 17 matches joués, il a marqué 14 fois, soit une moyenne incroyable de 0,82 but/match. Le seul défaut actuel de Borges, c’est d’avoir 30 berges, ce qui pèse trop lourd dans la comparaison avec Ganson et le gamin à la crête.

En face, pendant 75 minutes, le Rolo Compresor n’a jamais aussi bien porté son nom. Dès la 8ème minute, au second poteau, Bolivar, le capitaine colorado, ouvrit la marque de la tête. Dix minutes plus tard, c’est l’inévitable Leandro Damião doubla la mise, à la réception d’un débordement de Guiñazu (18′). Malgré une réaction, le Peixe encaissa un penalty obtenu par Bolivar et transformé par Oscar, de retour après son titre de champion du Monde U20 (71′). Après trois matches sans défaite, Santos prend une énorme gifle et s’achemine vers une défaite cinglante. Or, quatre minutes plus, Borges devança la sortie de Muriel sur un centre d’Henrique (75′). Cela ne semblait être qu’un but pour l’honneur mais, à la 80ème minute, servi par Borges, l’ancien Benfiquiste Alan Kardec planta son deuxième but de la saison. Au terme de cet incrivel dernier quart d’heure, Borges, encore et toujours lui, parvint à glisser sa frappe au milieu de quatre colorados et à égaliser à l’arraché (90′).

Avec ce match nul franchement inespéré, Santos dispose désormais de 3 points d’avance sur la zone rouge. Du côté de l’Internacional, la chaleur du ventre mou semble lui convenir.

 

Avai – Flamengo: 3-2.

A l’aller, Fla avait collé quatre pions dans les dents de la Leão da Ilha. Aux antipodes du classement, la logique voulait que la victoire revînt à nouveau au Mengão. Las, contre toute attente, c’est Avai qui l’emporta malgré tous les efforts de Ronnie. En effet, dès la 3ème minute, Robinho transperça la cage de Felipe. Cueilli à froid, Fla prit le match en main et Deivid vit refusé le but égalisateur. Ce ne fut que partie remise puisqu’à la 37ème minute, Dinho surprit Felipe (en fait, les deux gardiens s’appellent Felipe) sur un corner direct. Contrairement à l’aller, Avai posa de gros problèmes à Flamengo et fut récompensé coup sur coup, d’abord grâce à un coup de chapeau de Lincloln (69′), puis grâce à un face-à-face remporté par Rafael Coelho (72′). En toute fin de match, le Gaucho réduisit l’écart mais trop tardivement pour espérer un retour façon Santos (88′).

Par conséquent, de la même manière que São Paulo, Fla jarte du podium et recule à la quatrième place. De son côté, Avai revient est à un point de Bahia, premier non-relégable.

 

Bahia – América Mineiro: 0-0.

Dernier match joué, ce duel de mal-classés s’est achevé sur un score nul et vierge. C’est marrant comme les matches sans intérêts apparents a priori n’ont effectivement aucun intérêt a posteriori.

 

Classement

 

1.   Corinthians (40 points)
2.   Vasco (38 points)

3.   Botafogo (37 points)

4.   Flamengo (36 points)

5.   São Paulo (35 points)

6.   Palmeiras (32 points)

7.   Figueirense (29 points)
8.   Fluminense (28 points)
9.   Atlético Goianiense (28 points)
10. Internacional (28 points)
11. Cruzeiro (27 points)
12. Coritiba (26 points)
13. Ceara (25 points)
14. Santos (23 points – 19 matches)
15. Grêmio (21 points – 19 matches)
16. Bahia (21 points)

 

17. Avai (20 points)
18. Atlético Mineiro (18 points)
19. Atlético Paranaense (18 points)
20. América Mineiro (14 points)

 

Choa d’Arelate.

8 thoughts on “La Garrincha Académie, Jornada 20

  1. Bon bin manque plus que Fluminense et Santos dans le top 8, faut qu’on arrête d’ouvrir ce championnat du Brésil aux paysans, comme un symbole de match de ligue des champions entre le champion de Moldavie et le champion du Liechtenstein.

  2. Ça ne va pas mieux pour Ricardo. Lu sur le meilleur site de l’univers:

    (Ricardo) a été placé en coma artificiel, suite à des signes « d’agitation » survenus vendredi. Son état clinique et neurologique reste toutefois « stable ».

  3. @PES, le championnat du Liechtenstein n’existe pas, tu devrais savoir ça quand même!

  4. Bon, j’ai du temps à perdre, alors je le perdrai pour dire que quand je choisis un pays/enclave/principauté, bref, un machin tellement insignifiant, juste pour signifier son insignifiance, je me pose pas la question de savoir s’ils ont plus d’un seul club de football dans tout leur territoire. Si on peut appeler ça un territoire. Pour la Moldavie c’est différent, je voulais prendre un pays de l’est parce qu’ils sont pauvres. Non parce que si face au Liechtenstein je mettais Monaco, Saint-Marin, Andorre voir même le Luxembourg, ça faisait élitiste.

    Bref, cela n’a aucun sens. Explique-nous le fond de ta pensée, décris-nous le fonctionnement de la fédération Lichtensteinoise de football et donne nous un historique du FC Vaduz. Je propose que tu le fasses aussi pour tous les autres territoires que j’ai cités, comme ça on ira dormir moins cons.

  5. Mon but était juste de foutre la merde en m’opposant. Ça fait contreculture et j’aime beaucoup.
    J’espère que tu m’en veux pas, y’avait rien de méchant.J’adore PES même si je préfère FIFA.

  6. Bon, je tâcherai de ne plus être méchant avec les campagnards à l’avenir, ils sont rancuniers.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.