La Leverkusen académie note Leverkusen-Villarreal (2-3)

Carsten Ramenelo à la bourre.

Voilà, premièrement désolé de l’arrivée tardive de cet article, mais j’étais obligé de passer ces trois dernières journées à 2000 mètres d’altitude sur des pistes de ski, triste vie n’est-ce pas ?

Enfin bref, venons-en maintenant au match…

Première M-T.

Un départ tranquille, notamment parce que le Villarreal a clairement établi sa tactique – blinder derrière et Inchallah que Rossi plante – et que le Bayer peine à mettre son jeu en place au départ.

Les dix premières minutes passent tranquillement et c’est Marchena qui a la 13ème minute illumine une première fois le match par sa chance : s’en sortir sans carton sur une grosse faute, un tacle  » à la Scholes « , c’est à dire bien raté. Mais à la suite de ce tacle de Marchena sur Augusto, le ballon atteint quand même Derdiyok, qui parvient à se mettre en positon de tir et frapper, première occasion intéressante bien que le gardien arrive à dévier la balle sans trop de problèmes.

Les premières combinaisons commencent à se faire voir et le jeu sur la pointe – Derdiyok – porte ses fruits. A la 16ème minute ce dernier reçoit un long ballon, élimine son adverse direct, et court, court vers la surface adverse. Néanmoins, le défenseur adverse parvient à le mettre à terre avant d’entrer dans la surface, coup-franc intéressant désaxé à suivre : Augusto le tire de manière surprenante, tentant le tir direct au lieu d’une remise  » dans l’tas « . Pas con, parce que le gardien est surpris et la repousse avec une certaine difficulté.
Et à partir de cette action, le jeu des Allemands devient de plus en plus offensif et anhile entièrement les joueurs du Villarreal dans leurs tentatives de contres.

Quelques minutes plus tard, sur un long centre allemand encore, Derdiyok remarque que le gardien est légèrement trop avancé, et malgré le manque de puissance de la passe tente le lob de la tête. De justesse le gardien revient sur sa ligne et récupère la balle.
Puis de belles autres occasions s’enchaînent, notamment de remarquables dribbles du brésilien Augusto. Et puis c’est enfin à la 33ème minute que leur jeu est récompensé : le latéral Kadlec reçoit la balle des 20 mètres, ne se pose pas de question et tire. « Ein knaller », une jolie bombe, plein but, impossible à arrêter : 1-0. Et derrière, la défense bétonne à la moindre occasion avec une remarquable efficacité, remportant les ballons dès le milieu du terrain.

Mais voilà, le pré-fixe « Never » refait surface et évidemment, juste avant la première mi-temps, la première action du Villarreal arrive, la défense se troue complètement, et Rossi bat Adler dans le duel. 1-1, ou comment dégoûter une équipe une première fois.

Seconde M-T

Les joueurs rentrent des vestiaires, et là premier choc : Derdiyok ne revient pas et Kiessling prend sa place. Sur le coup je ne comprends pas tant Derdiyok était important dans son rôle de pivot, mais par la suite il s’avère qu’il a reçu un coup et que Heynckes ( l’entraîneur du Bayer donc, je vous aide étant donné qu’on est encore au début de l’académie… ) ait voulu le préserver pour les matchs cruciaux à venir en championnat. Bref, Kiessling prend sa place donc en tant que seule pointe.

Enfin, la deuxième mi-temps part comme sur une bonne partie de la première : possession des Allemands, actions des Allemands, 8ème corner déjà à la 55ème. De nombreuses petites fautes adverses à remarquer quand même, jusqu’à une autre grosse faute cette fois de Catala sur Renato Augusto, beaucoup trop rapide pour le latéral espagnol. Renato doit être soigné mais heureusement, il reste dans le match…

Par la suite les actions se font toujours plus nombreuses mais en même temps toujours plus imprécises, notamment par Sam qui loupe une bonne partie de ses passes, ce qui gâche un peu l’élan de l’équipe dans ces minutes. Une talonnade complètement ratée alors qu’une passe aurait permis une véritable opportunité pour Augusto démontre bien son match.

Et puis à la 69ème, le Villarreal se décide à changer d’attaquant, le buteur – Rossi – sort pour – le buteur – Nilmar. Oops, ai-je dévoilé quelque chose ?

Soixante secondes plus tard, deuxième action, un peu de billard dans la surface du Bayer, Reinartz et Kadlec se trouent quelque peu et Nilmar sur son premier contact pratiquement fait mener son équipe 1-2. A ce moment, on en est à 13 tirs contre 2 pour le Villarreal, 10 corners toujours pour le Bayer et une possession clairement allemande, mais sur le score c’est bel et bien 2-1 pour Villarreal. Et surtout, c’est la défense allemande qui, sur 2 uniques occasions, se plante totalement. 2 titulaires absents dans l’arrière-garde et tout fout le camp.

Mais bon, le Bayer reste quand même le Bayer. Bah ouais, se faire mener au score à domicile, ils aiment pas trop. Alors une minute plus tard, Castro, pas trop en vue durant le match, reçoit un ballon dans la surface espagnole, feinte son vis-à-vis tel un poussin et plante direct derrière : 2-2, das ist Deutscher qualität.

Et puis les Allemands continuent à presser, ils le veulent ce troisième mais encore une fois, un bien trop grand nombre d’imprécisions devant, et surtout une certaine fatigue est presque perceptible. Un étonnant manque de créativité devant, et puis voilà que sur un ultime contre venu de nulle part, Nilmar plante à la 94ème le 3-2. 4 tirs pour Villarreal, 3 buts. Ça fait horriblement mal. Mais encore une fois… Que faisait la défense ? Bien trop passive. Pourtant elle a été relativement excellente sur le pressing en milieu de terrain durant tout le match, mais durant 3 occasions, elle a été simplement lamentable. Et bien ça a suffit pour faire perdre le Leverkusen.

Résumé final et notes

Que dire de plus sinon féliciter sur le sang froid des espagnols, bien qu’ultra-défensifs qui ont réussi à en planter 3. C’est là que des joueurs comme Hyypïa – pourtant sur le banc et disponible, même si encore légèrement touché – auraient été utiles. Et lorsqu’on sait que la blessure de Friedrich – omoplate cassée – risque de durer un certain temps, ça fait vraiment peur. Tenir défensivement avec « ça », ça risque d’être dur. Heureusement, l’on reverra Hyypïa dès le prochain match normalement.

D. R. Adler : 2/5 – Je ne peux pas lui donner mieux. Évidemment c’est pas de chance de se prendre 3 buts sur 4 occasions, mais bon je pense qu’il avait de quoi en empêcher au-moins un. Aurait pu être décisif, mais ne l’a pas été.

D. Vida : 3/5 – Étonnement pas trop mauvais, de bonne courses sur son côté. M’a pas déçu comme son dernier match horrible en EL, qu’il continue sur ses 2 bons derniers matchs.

D. Schwaab : 1/5 – Aligné en défense centrale au lieu de son côté droit habituel, avait visiblement de gros problèmes de placement, ne savait pas vraiment quelle était sa place sur le terrain.

S. Reinartz : 2/5 – Plus présent que son collègue sur le pressing des attaquants adverses, aurait mérité une meilleure note mais malheureusement, ses quelques errements défensifs massacrent sa note. Vraiment.

M. Kadlec : 3/5 – Un but, un placement défensif très étrange sur un des buts, -1+1. Mention spéciale à sa frappe quand même, bien pure.

A. Vidal : 2/5 – Vraiment décevant par rapport à son niveau réel, même s’il est toujours important dans les phases de récupération/construction, aurait pu avoir un impact beaucoup plus important sur le jeu à mon goût.

S. Rolfes : 3/5 – Sans être exceptionnel, il a su récupérer un grand nombre de balles et était pas mal présent au milieu. Peut faire mieux néanmoins, notamment sur ses relances.

S. Sam : 1/5 – Décevant, mais vraiment décevant. Certainement l’un des plus mauvais match de sa part. Il est capable de grandes choses, mais son manque d’expérience se voit clairement sur ce genre de match. Des conneries comme sa foutue talonade inutile alors qu’il peut passer normalement, c’est toujours dur à avaler. Hâte de le voir se rattraper sur le match retour.

R. Augusto : 4/5 – Ce type, incroyable vraiment. Peu m’importe qu’il n’ait pas marqué tant il a été primordial dans l’animation offensive. Des dribbles et accélérations spectaculaires, une pléiade d’opportunités données.. Clairement l’homme du match du côté allemand.

G. Castro : 3/5 – Hormis son but peu en vue, quelques bonnes actions mais aussi de gros déchets techniques. Un manque clair de lucidité dans ses passes, un Barnetta n’aurait pas fait de mal par-là…

E. Derdiyok : 3.5/5 – J’ai vraiment aimé son profil devant, le fait que nos attaques réussissaient bien à passer à travers lui grâce à ses remises. A donné deux fois le tournis à la défense adverse, vraiment dommage qu’il soit sorti à la 45ème, il me semblait vraiment qu’il pouvait encore rester devant. Vu que l’on permet juste un 3.5 selon le barème, j’utilise cette opportunité avec grand plaisir.

Remplaçants :

S. Kiessling (45′) : 2/5 – 4 fois hors-jeu, c’est ce que j’ai remarqué de sa part. Un bon premier ballon puis plus grand chose devant, incapable d’ordonner les animations offensives, incapable de se procurer de véritables occasions…

N. Jørgensen (76?) : 0/5 – OK, t’es jeune et quasiment inexpérimenté. Mais c’est pas pour ça que tu vas faire pire que celui que tu remplaces pourtant médiocre, et cela en l’espace de seulement 15 minutes. Pratiquement que des mauvaises passes, complètement je-m’en-foutiste quant à ses coéquipiers… Pour l’instant, je vais mettre sur le compte de son inexpérience. Pour l’instant uniquement…

L. Bender (89′) : /5 – 5 minutes où il ne recevra pas le ballon.

2 thoughts on “La Leverkusen académie note Leverkusen-Villarreal (2-3)

  1. Friedrich il s’est cassé l’omoplate au ski? Et Barnetta, il sort quand de l’infirmerie? J’ai bien peur que Villareal n’ait la peau du Bayer en coupe d’europe…

  2. Non, c’était contre Wolfsburg en début de match concernant Friedrich.
    Barnetta à commencé il y a une semaine à reprendre l’entraînement, sera pt’êt là déjà pour le match retour, à voir..

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.