La Ligue 1 académie, 31ème journée

L’état général de Jean Paul Hoth ne semble pas aller en s’améliorant

Salut les ptits loups,

Encore un premier samedi du mois qui restera dans les annales pour les amateurs de foot. De Toof comme dirait Toufik, un voisin que mon coloc Manolo surnomme Footix parce qu’il supporte le PSG. Et Manolo, dont la tante est née à Marseille, ne jure que par l’om.

La lutte pour le titre s’affine, comme ma rate qui se dilate. Latte. Avant cette 31e journée, ils étaient environ sept dans le meilleur des cas à pouvoir prétendre au titre champion. Aujourd’hui, ils sont encore minimum trois mais peut-être même cinq à pouvoir décrocher la palme.

Déjà sûr, il y a Lyon !

L’eau limpide lyonnaise suit son cours, mieux que son action, et ruisselle de talents qui débordent l’arrière garde bretonne, s’infiltrent dans la surface et remuent les filets. Ces bretons, peut-être bien encore en course pour la lutte finale, avaient pourtant de la suite des idées. Brillantes d’abord, Jimmy, la plus chaude des boissons froides, trouvant la bitte droite de Lloris. Géantes ensuite, le Grand Ghana amenant le ballon à ses pieds avant de le catapulter, offrant l’enchantement à tout un stade aux anges et qui voit se profiler alors une 5e victoire consécutive.

C’était oublié de se méfier de l’eau qui dort. Et d’ailleurs qui ne dormait pas. Les Lyonnais avaient déjà donné quelques sueurs froides à Antonetti et sa tête de gland. Marveaux mouche Gassama et rate de peu le deux à zéros. C’est le début de la fin des haricots rouges pour les Rouges et noirs. L’eau L n’a même pas besoin de vraies occasions pour gagner le match. Une praline de Bastos qui grille Fanni et une tête de Lisandro à 15 m de la ligne de but suffisent. Malgré quelques tentatives de poussins, Rennes ne reviendra pas à la marque et mesure cette année encore la différence qui les sépare des vainqueurs ou des juste moins losers.

Pendant ce temps là, Bordeaux a perdu et quitte enfin cette première place dont ils semblaient vouloir se débarrasser depuis des semaines mais que personne n’avait visiblement envie de prendre. Aux grands maux les grands remèdes, les Girondins ont été vaincus à domicile par l’AS Nancy de Pablo le Coréen. Nan ? Si!

Pire, les plus belles actions ont été signées par les Lorrains. Dia, c’était un peu Dieu. Il faisait tout ce qu’il voulait sur son côté. Pourtant, en face, c’était Mathieu Chalmé. Et c’est pas n’importe qui Chalmé. Ça fait un an que Riolo dit qu’il est le meilleur arrière droit français. C’est dire à quel point Dia kiffait la vibe avec son mec, Mathieu, pas trop dans le rythme pour le coup. Même « déposé » d’après le gars qui commente à la télé. Mais pas déposé comme toi tu peux déposer une fille chez elle après lui avoir offert le resto. Plus comme un mac lâche sa pute sur le trottoir sans même un dernier regard vers elle alors qu’elle semble ravagée, voire carrément à l’agonie.

Bref, Bordeaux réalise une des mauvaises affaires de la journée, mais reste encore en course, notamment avec ses deux matchs de retard. Contrairement à Lille, qui perd aussi, mais n’a aucun match de retard, à Valenciennes, sur une frappe de boeuf de Samassa après une reprise de crabe en fin de match.

Ensuite, Orangesports innove avec un Montpellier-Monaco qui offrait une synthèse intéressante entre sport de contact et foot. Dès les premières minutes, Jeunechamp sussure quelques mots doux dans les cages à miel du poète uruguayen Diégo Pérez. Amour toujours un peu plus tard, Jeunechamp, encore lui, tente sa chance avec Mongongu qui semble plus intéressé que son collègue. Malheureusement, l’arbitre est intervenu avant que Cyrille n’ait pu s’approcher de Lolo. Il aurait mieux fait de surveiller son juge de touche qui lui fait refuser le seul but du match. Résultat, René a mal au cul. C’est malin. Mais pour la bande à Loulou, l’exploit est encore possible.

Dimanche, on n’a pas pu voir téléfoot parce qu’il n’ y avait pas en fait. C’est à cause de l’hôtel de Pâques ou la course aux oeufs, j’ai pas très bien compris. Enfin bon, y’avait pas, et du coup on s’est mis devant foot+ à 15h30 pour être sûr que le match de Marseille était pas annulé non plus. Remarque, ils auraient pu, les Olympiens avaient pas l’air encore remis de leur semaine de fêtes, et les Lensois avaient pas forcément envie de jouer non plus. C’est Brandade qui marque de sa tête de morue en première mi-temps. M’Bia a enfin trouvé la parade pour arrêter de jouer en défense centrale : se faire expulser. C’est son collègue Cyril Rool qui lui aurait soufflé l’idée.

Comme une cerise dans le chocolat qui accompagne le digestif, Auxerre a conclu ce week-end footballistique sur un superbe 1/1 à la baie des champs. Antoine Kombouaré était tellement content de voir ses joueurs retrouver un truc dans leur slips qu’il s’est cru à Valenciennes et s’est du coup fait expulser lui aussi. Niculae avait ouvert le score. Sankharé a égalisé. Les Parisiens ont dû croire que tout était possible du coup, et Mamadou Sakho a essayé de dribbler dans sa propre surface Oliech. Mal lui en a pris parce qu’Oliech, faut pas oublier qu’il y a 5 ans, c’était le futur Drogba kenyan. Avec une touche de Moumouni Dagano peut-être, vu qu’il tire au-dessus. Après, je sais pas, je me suis endormi.

En bas par contre, l’affaire semble réglée comme un cycle menstruel. Grenoble a encore perdu, bien qu’il soit parvenu cette fois-ci à ouvrir le score. Une occaz plus tard, 1/1. Et en fin de match, le petit Brice de bleu se rate sur un tir de la mère Fanchon, qui aime à rire, qui aime à boire, qui aime à chanter comme nous.

Le Mans aussi a encore perdu. Il a même pris le bouillon à Gégé malgré une première mi-temps solide. La deuxième a tourné court. Une sortie d’Ovono, deux buts encaissés, deux buts évités par la transversale, aucune occaz… Son Moulin, son Moulin s’emballe vite, mais le Mans, il dort.

Boulogne n’a juste pas gagné, la faute à l’autre phoque qui égalise dans les arrêts de jeu, et ne serait peut-être pas encore tout à fait condamné, mais les portes du pénitencier vont bientôt se refermer et c’est là qu’ils finiront leurs vies comme Waldemar Kita l’a finie.

Si jamais, vous avez des questions, hésitez pas à m’appeler. Je suis même prêt à vous accueillir les bras grands ouverts dans ma tanière.

Jean-Paul

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.