La LOSC Académie note Evian-Lille (0-3) à la bourre, en sueur et en slip

14

Le Sgt Garcia, à l’assaut du sommet

Evian TG – LOSC, 29ème journée de Ligue 1.
Une académie en retard, comme un symbole du placement de David Rozehnal.

.

Le « sprint final » du championnat est lancé, et quatre scénarii possibles s’offrent aux dogues :

  • 1/ Enchaîner après Valenciennes et défendre bec et ongle la troisième place ;
  • 2/ S’écrouler tels les premiers Marseillais venus et vivre une saison encore plus frustrante qu’elle ne l’est ;
  • 3/ Espérer un désistement mental de Paris ou de Montpellier, retrouver un fond de jeu constant et rattraper au vol la deuxième place ;
  • 4/ Redevenir insatiable jusqu’à la fin du championnat, écarter Montpellier à la Mosson, humilier Paris à Villeneuve d’Ascq et voir ces deux clubs faire pschiiit devant la furia lilloise. Remporter un second titre consécutif.

Faites vos jeux. Il y a possibilité de faire breveter cette échelle pour quantifier la folie, en allant de 1 à 4.

Mais avant, le résultat du match contre Evian est crucial pour déterminer vers quel chiffre le LOSC va se diriger. A l’aller, les rouges avaient été bougés, concédant une ouverture précoce du score à Khelifa dès la 4ème minute. La partie s’était finalement soldée par un match nul 1-1, Pedretti égalisant pour les hommes de Rudi. Oui, Pedretti. Oui, c’était un match de merde. Comme la matière que vous pourrez trouver dans les yeux du designer des maillots d’Evian.

Et ne comptez pas sur le Sergent pour déverser un torrent de jeux de mots limpides et convenus sur la marque d’eau minérale associé à l’ancien club de Croix-de-Savoie. Le Sergent hésite encore, à vrai dire. Ne pleurez pas.

 

Andersen | Mongongu, Cambon, Wass, Dja Djédjé | Sorlin, Tié-Bi, Barbosa, Kahlenberg | Khelifa, Bérigaud.

Pablo Correa n’aime pas entendre dire qu’il bétonne. Pablo Correa est un grand susceptible. Mais bon, c’est vrai qu’avec Evian, il dispose de meilleurs atouts que lors de sa période nancéenne. Il aligne, pour protéger Andersen, une défense classique à quatre : Mongongu et Cambon dans l’axe, Wass le milieu danois reconverti latéral occupe le couloir gauche, et le jeune Dja Djédjé (Brice ; frère de) prend le couloir droit. Deux récupérateurs, le capitaine Sorlin et le robuste Tié-Bi qui doivent ressortir les ballons pour deux milieux créateurs. D’abord, le centenaire Barbosa : il a de la bouteille (j’ai craqué).  Le second créateur, c’est le troisième Danois titulaire du soir, Kahlenberg. Les deux attaquants, enfin, seront Khelifa et Bérigaud, l’homme en forme, revenu d’une longue blessure, du côté d’Evian-TG.

 

Le onze de départ lillois est exactement le même que celui victorieux face à VA (4-0, dois-je le rappeler). La formation revient également en deuxième semaine, et on continue avec ce 4-2-3-1 qui libère Hazard dans les espaces. Hourra, Tulio enchaîne deux matches de suite !

 

Sans transition, pas de résumé, la retransmission ayant encore fait des siennes en première mi-temps. Le Sergent n’allait pas vous fournir une demi-académie. Par contre, vous pouvez lui fournir des demis. Envoyez vos dons. Plein.

3’ : Tout commence sous les meilleurs auspices : Aurélien Chedjou se blesse tout seul. Cetto le supplée deux minutes plus tard.

36’ : Absent durant les vingt premières minutes du match, Eden Hazard s’est réveillé depuis un quart d’heure. Point d’orgue de cette revivification, il déboule sur la droite avant de pénétrer dans la surface. Trois défenseurs d’Evian sont autour de lui, et c’est Cambon qui commet l’erreur de toucher le Belge. Pénalty, évidemment transformé par Hazard qui n’en a pas loupé un seul cette saison (ça nous change de la scoumoune de Cabaye voire de Debuchy l’année dernière dans cette exercice) : 1-0.

Sur le coup, c'était vraiment une faute de bleubite.

55’ : Sur une action qui n’en est pas une – un dégagement de Landreau – le ballon ricoche sur la tête de Tulio. La possession échoie à Hazard, qui dévie subtilement (ou rate son contrôle, aucune certitude) pour Payet. Le réunionnais frappe du gauche avec une spontanéité jubilatoire : 2-0, et je suis vraiment content pour lui.

67’ : Mécontent d’avoir enroulé un coup franc qui a tutoyé la lucarne d’Andersen, Pedretti se montre plus offensif que d’habitude. Sans doute vexé par les moqueries du Sergent quant à son aptitude à frapper de loin, Beubeu décoche une frappe sèche et tendue (comme le slip du Sergent) qu’Andersen ne peut détourner devant une telle précision. Poteau rentrant : 3-0.

« Le peuple lillois a, par la victoire du 24 mars 2012, reconnu aux Dogues le droit de choisir, par voie d'une amélioration de son niveau de jeu, leur destin footballistique par rapport au Championnat de France. » Les nouveaux accords d'Evian, ça en jette.

 

Landreau (3/5) : Payé à rien foutre. Un seul arrêt sur une frappe de Khelifa qui avait pris soin de viser Micka. A réussi l’exploit de passer un petit pont à Balmont, à 50 mètres du Chauve.

Chedjou (non noté) : Vis ma vie de Marko Basa. Sera absent 2 à 3 semaines pour une déchirure (à la cuisse semble-t-il).

> Remplacé par Cetto (3/5), présent à la fois défensivement et sur coups de pieds arrêtés offensifs. Il a oublié son match face à Auxerre, et a été admirable de solidité pour un remplaçant entré à la 5ème minute.

Béria (4/5) : La sortie de Chedjou lui a donné plus de responsabilités, qu’il a saisies avec grand plaisir. Le leader de la défense c’était Francky : serein et doué dans la relance.

Debuchy (4/5) : Bisous.

Digne (3/5) : 18 ans, toutes ses dents, et au niveau des grands.

Mavuba (4/5) : Les matches se suivent et se ressemblent pour Captain’ Rio. Il a mangé toutes les velléités savoyardes dans la création du jeu. Beaucoup de ballons récupérés, peu de ballons perdus, et des interceptions pleines d’à propos.

Pedretti (4/5) : La note la plus élevée que je ne lui ai jamais mise. Oh oui, sur ce match il était parfaitement imbriqué dans le jeu lillois. Oh oui, son but clôt la marque et flatte la rétine. Oh oui, t’arrête pas.

Balmont (Grand Maître/5) : Rien à dire, tout à regarder, s’émerveiller. Laisse même son gardien lui faire un petit pont à longue distance pour le mettre en confiance. La coupe Balmont n’a jamais été autant en vogue chez les coiffeurs.

> Préservé via Gueye (non noté) : Son entrée aura au moins servi à me montrer qu’il avait des qualités. J’ai été ému d’assister à une accélération d’Idrissa, qui a ensuite éliminé sur la même action deux plots d’Evian-TG.

Payet (3/5) : Pedretti a marqué. Payet a marqué. Eva Joly fera plus de 2%.

> Troqué pour Cole (non noté). Alors oui, rentrer à cinq minutes de la fin ça ne sert à rien. Mais je souhaite souligner son état d’esprit irréprochable, toujours généreux dans ses entrées. Puis surtout on le voit, énergique, encourager Cetto lors de son entrée imprévue. Sir, you are a real gentleman.

Hazard (4/5) : Éteint à l’entame du match, les lumières de Balmont l’ont à nouveau fait luire une fois les vingt premières minutes passées. Le pénalty qu’il provoque (et transforme) illustre bien les tracas qu’il a causés aux résidents du Parc des Sports d’Annecy. Le même match que contre Valenciennes, mais contre une défense un peu moins teubée que celle des cousins en fait. Aurait pu marquer un doublé sans un bon Andersen dans le duel.

Tulio (3/5) : Terriblement pratique dans un tel match, il pèse sur une défense sans être toutefois aussi ridicule que Brandão – de bonnes déviations et quelques fautes obtenues à son actif. Très bon dos au but, mais complètement putride quand il lui fait face. Au sein de l’effectif, on dispose maintenant de trois solutions très diverses avec Tulio, Roux et Bruno pour décanter un match (solutions qui pourraient même être associées, rêvons un peu !).

 

(Source : lfp.fr)

Montpellier est repassé devant Paris, à la différence de buts. Ce qui change pour le LOSC, c’est que désormais nous ne sommes plus simplement à 7 points du deuxième, mais à 7 points du dauphin et du premier ! Sachant que les coéquipiers de Mavuba vont rencontrer à la fois Montpellier (extérieur) et Paris (domicile). La fin de saison peut être satisfaisante, mais elle peut aussi être belle, avec de l’imagination. Le LOSC reste sur deux matches sans prendre de buts et en ayant marqué à sept reprises (certes face à des équipes de milieu de tableau). Qui sait… Hasard du calendrier, et autre opportunité sympathique : ce dimanche, c’est Lille-Toulouse. Le troisième contre le quatrième, avec trois points séparant les deux équipes. C’est le moment où jamais : pas de blague au 1er avril, on en a déjà eu assez cette saison.

.

Malheureusement, le Sergent n’a pas de bonus à vous proposer cette semaine. Ça repousse. Contentez-vous des images (officielles, si, si !) du match, voyez Payet et Pedretti marquer avant de vous jeter dans la débauche. A la prochaine bise anale.

Sergent Garcia

(ah, et la signature passe à droite, comme un symbole d’Eric Besson.)

14 thoughts on “La LOSC Académie note Evian-Lille (0-3) à la bourre, en sueur et en slip

  1. Très bonne acad’! Je te trouve néanmoins un peu gentil avec le dieu Balmont. Il n’est pas aussi transcendant qu’il ne l’était jusqu’à sa blessure. Bon certes, c’était difficile de faire mieux mais contre Evian il rate quand même une énorme occaz’ (mais pourquoi il ne la donne pas à Tuliauo??) et semble un peu cramé à sa sortie…

  2. @alfano romeo : l’habillage, c’est important.

    @fernando d’amico : sa grâce luit tel son crâne, je ne serai jamais objectif avec lui…

  3. Non mais ca serait pas mal que Lille revienne sur Montpellier et PSG pour cette fin de saison.

  4. Balmont c’est la meilleure affaire lilloise de tout les temps … La dernière fois, je l’ai croisé sur Lille, il taclait des bus pieds nus.

  5. @Shejtan : merci pour cette barre de rire de bon matin.

    @Non mais : au vu de la saison, ce serait quand même incroyable. Se réveiller sur la fin, passer devant tout le monde après avoir perdu autant de points stupidement, ça ferait un peu « nananère ». Surtout face au PSG. Je vote pour.

  6. Mdr Shejtan, tu resteras toujours mon comique préféré avec Michel Leeb
    Sinon Sergent comme d’hab une bien belle acad embellie par l’embellie lilloise, Lille libérée pour livrer la litte aux limites de la ligue 1, comme un symbole de bruce lee, ou devrais je dire Jet Lille, lolilol.

    « on dispose maintenant de trois solutions très diverses avec Tulio, Roux et Bruno pour décanter un match »
    Tu oublies Jelen avec ses dribbles aussi rapides que la pointe de vitesse de Pedretti, et ses amorties de poitrine de cabine téléphonique il peut faire pourrir de rire le gardien adverse et laisser la place à une tête enroulée de Rodelin.

    Le seule point noir c’est l’absence de Chedjou, si on termine 3ème sans avoir eu de défenseurs valides durant toute la saison, on pourra dire auz’autes qu’on aurait été 1er avec l’effectif au complet.

  7. @ Mohigrib : Michel Leeb a fait de la pub pour du couscous comme personne ! alors je le prends pour un compliment.

    J’ai l’impression qu’avec Lille les saisons se ressemblent plus ou moins . Démarrage tardif, suivi d’accélérations, et de tartes dans la gueule vs le tiers monde des offensifs.

    Puis des fins de saisons en mode  » caisses de grenades  » on ( en espérant que rozehnal ne se mélange pas les pinceaux, il peut dégoupiller une grenade en pensant décapsuler une canette ) , on impose en général notre style lors de la fameuse dernière ligne droite.

    9 journées, j’ai tendance à croire qu’une remontée sur les deux premiers est possible.

    Commençons par Toulouse ou pas ?

  8. S’ils pouvaient profiter de la rencontre avec Toulouse pour négocier Abdenour ce serait sympa

  9. @Shejtan : commençons par Toulouse. Que ça chauffe pour leur cul. Rozehnal à cette époque la saison dernière il dégoupillait un… lob contre Arles-Avignon !

  10. On m’en a parlé y’a pas longtemps et j’ai prit le conteur de cette histoire comme le dernier des fous, mais en fait c’est vrai Rozenhal a bien mit ce but.
    Tout est possible.
    Et paris qui perd c’est déjà un 1er pas, mais ça m’inquiète parce qu’à chaque fois que Lille a eu l’occasion de revenir sur le duo de tête suite à des contreperformances de leur part, bah le LOSC n’a jamais su saisir sa chance.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.