La Louve Académie note Roma-Atalanta (3-1)

Il n’y a pas que cette victoire qui soit étrange.

La Louve académie chante même les samedis sans belettes.

L’AS Roma, ma Roma qui met trois buts, ça envoie. Ça m’envole. Ça me décolle. Du mur où je marinais depuis le lancement. Oui, ma Louve, je te retrouve au détour de l’Olympico subjugué. Enfin de la populace qui chante et tressaute. Enfin de la populace qui gueule. C’est goulu. C’est labiale. Comme mes lèvres qui se bouscule dans l’urgence de comprendre. Comprendre ? Mais comprendre quoi ? Le match ? Y a du mieux. Mais c’est pas du taille patron, je te l’annonce loin du fard. Tête de lard, je bigle même encore du défaut dans la fourrure. Lignes trop espacées, une maitrise qui défrise pas assez, un destin tactique qui galope à droite, à gauche comme une mule de calanque, des joueurs qui chient dans le tarin du laziale. Tiens, c’est peanuts mais ca me garde la testa en état: laziali, vaf’enculo!!! J’en étais où ? Ouais, ouais, c’est pas encore de la gamme. C’est pas encore du niaiseux catalan, mais quand je bigle le Danelino, je me dis que les conneries de beau jeu, c’est une histoire de gus, de mecs de la Via Tuscolana, de la Campo dei Fiori, et la Piazza del Popolo. Ce peuple romain qu’on a retrouvé, jamais mort. Fabio en est. Fabio y croit.

Lobont : ( 1/5 ) : Bon, il revient quand le Stek? Les meilleures blagues sont les plus courtes.

Rosi : ( 2/5 ) : Capable de faire un grand pont sur une marionnette en sueur et dans la foulée de perdre la balle avec une passe en retrait de 40 mètres. Arrive quand même à faire sa deuxième passe décisive de la semaine. Quelque part, d’écrire ça, c’est quand même flippant. Presque aussi flippant que la femme nue qui marche dans ma chambre avec des chaussures Louis XIV.

Burdisso: ( 3/5 ) : La défense n’est pas la priorité de Louise-Henri. Ça tombe bien. Ses défenseurs préfèrent faire des barbecues avec plein d’invités que de rassurer le Fabio. Quand il tape dans ses mains, j’ai toujours l’impression qu’il essaye de rameuter une troupe d’asperges soviétiques qui auraient perdu à la roulette russe!

Heinze ( 2/5 ) : Vous prenez un shampoing à la mayonnaise et vous essayez de le faire rebondir sur de l’herbe, vous aurez la détente de l’Argentine sur le but encaissé. Oui, madame, je suis célibataire!!

José Angel ( 2/5 ) : Il a lu Fabio Labello. Il progresse défensivement. Un peu. Mais offensivement, il régresse. Donc, maintenant, tu lis encore Fabio les bons tuyaux et tu me récites ça au prochain match : je suis bon défensivement et offensivement. Non, madame, ce ne sont pas des vers de la fable, l’asticot et le bouquetin.

De Rossi ( 5/5 ) : Mon petit De Rossi connaît pas la crise. Danelino, même la mafia lui demande des conseils en placements financiers.. Il arrive même à faire marquer Bojan. C’est dire le début de saison fuoriclasse du romano. Quand il prolongera son contrat, je promets de devenir humble. Vous vous appelez comment ?

Simplicio ( 3/5 ) : Un dindon à grosses joues. Mais + 1 pour le troisième but. Et surtout + 2 pour avoir remplacer le Pet à bouc. Fabio lui est éternellement reconnaissant. Tout comme à Louise-Henri de m’avoir redonner goût à l’onanisme post-partition.

Pjanic ( 3/5 ) : Les matches se suivent et s’enchaînent comme des perles pour le cocker bosniaque. On s’en lasse. On préfère faire connaissance avec celle qui me dit à l’oreille que Louis XIV est toujours vivant dans un camping près de Pérouse. J’en oublie la passe décisive sur le 3ème pion.

Bojan ( 2/5 ) : Vous prenez Mimissiku et vous le balancez dans Vacances Romaines et vous obtenez une production hors de prix de mauvais goût! + 1 pour le joli contrôle sur son but.

Osvaldo ( 3/5 ) : Encore un but pour Lee Harvey Osvaldo. Pour l’instant, je continue de voir les mauvais côtés ( vendanges et laideur gestuelle ) mais son crédit commence à grimper comme le cours du yen après Nagasaki!

Totti ( 4/5 ) : Fabia Labella, c’est votre nom? Magnifique! On était fait pour se rencontrer. Venez, je vous présente il Capitano. C’est lui qui nous unira au Stadio Olympico comme il a uni les giallorossi vers cette victoire enthousiaste. Venez et allons-nous accoupler!!! Comment ça ,vous préférez les beaux gosses ? Non, partez-pas et restez avec moi. On regardera tous les matchs de la Roma cette année!!!!!

 

La panchina:

Borini: ( 1/5 ) : International désespoir italien

Pizarro : ( 3/5 ) : Action chilienne volatile

Borriello: (niente/5): Dolce branletta

 

Musica è.

Il baccio di dietro,

 

Fabio Labello.

5 thoughts on “La Louve Académie note Roma-Atalanta (3-1)

  1. Haha c’est bon! Tu tournes à quoi Fabio ?

    (le bonus GY!BE vous offre mon respect éternel)

  2. Je ne sais pas à quoi Fabio tourne, en tout cas je suis en tous points d’accord avec ce grand monsieur, on s’accouple quand tu veux Fabio !

  3. J’ai bien peur de tourner à vide comme une marmotte qui se prend le gland pour réfléchir à la coupe de cheveux de lady oscar.
    @luke seafer: GY!BE obligatoire y a que ça qui me fout la patate!
    @bettuzz: est-ce toi gros membre numéro 2?
    @rihnit: j’aurais quand même préféré van der sar en patins à glace!

Répondre à Luke Seafer Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.