Il n’y a pas eu d’acad’, pourtant Montpellier a battu Barcelone le week-end dernier ! En particulier, nous retiendrons ce moment magique, quand Bocaly faisait l’amour à Abidal dans son couloir, au point que le commentateur s’exclamait, à propos de l’international français : « il est resté à l’hôpital ! ». Bon, la ficelle est trop grosse pour vous rentrer dans les fesses : c’était du handball. Passons au match qui nous intéresse avec, en guise de transition, ce phénomène intéressant : les Corses ressemblent à Karabatic. Bon, on va pas se mentir, comme dirait le nain méchant, les techniciens de GDF avaient plus la faim que les aspirants de l’EDF. Avec le pressing, le dressing et l’engagement physique, la solidarité aussi. Des valeurs qui étaient nôtres en coupe moustache l’an dernier, et nous avaient amené en finale. Malheureusement, je ne peux rien dire sur la fourberie des gens du Sud. C’est dommage, il faut remiser la meilleure excuse de nos pires ennemis au placard. Mais quand même, il faut le dire : l’arbitre a marché sur la tête pendant 90 minutes ! Montpellier a péché par manque d’agressivité, c’est certain. Mais quand on en mettait un peu, l’arbitre sifflait faute ! Des fautes, faut-il le préciser, souvent inexistantes… Giroud effleure du bras Michael Jackson, qui marche sur la lune et révèle l’emplacement de la cachette secrète ? Passons, René Girard a parfaitement résumé la prestation de l’arbitre quand il s’exclamait : « mon Dieu, mon Dieu, y a de quoi rigoler ». Et je retiens l’espèce de Chinois qui est entrée en cours de match. Alors lui, c’est tellement un boucher qu’il est capable de te refourguer de la viande halal-casher. Ouais je sais, il est de bon ton en ce moment de faire ce genre de plaisanteries. Je risque d’être unfollow par Jean-Baptiste Elissalde. Le jour où la Terre s’est arrêtée de tourner, c’est comme le changement, c’est maintenant. Tout cela ne dit rien du gagnant du concours de calvitie sur le banc de touche. Je pense que tonton a les doigts palmés comme le festival de Cannes dans le bain. La conclusion c’est qu’il faut rendre la Lorraine aux Allemands, proclamer l’indépendance de la Corse et bâillonner les journalistes de France Télé.

Les notes :

Pionnier (3/5) : Triste soirée pour Laurent, qui fait de son mieux et sort quelques belles parades, mais ne peut faire de miracle. Il s’est probablement souvenu de ce match en coupe moustache contre Lorient, qui nous avait coûté l’élimination. On peut peut-être lui reprocher de ne pas avoir suffisamment fait la loi dans sa surface, et de ne pas avoir donné suffisamment de voix pour engueuler ses défenseurs.

Bedimo (1/5) : Manifestement, le tueur de Montauban (mais aussi de Toulouse les enfants!) s’est trompé de cible. Et ouais ma couillasse, si on peut pas se permettre l’humour noir à propos d’un Camerounais, où va-t-on ? Les blagues racistes non plus ? Bon. Alors soyons sérieux : Bedimo a subi pendant tout le match, alors que le jeu corse penchait nettement de son côté. Pas bon pour défendre, il n’a pas été bon, non plus, dans l’autre camp. A partir de là je crois que bon…

El-Kaoutari (1/5) : La solution de remplacement de la solution de remplacement. Il paraît qu’il sait faire le plein d’essence avec la clope au bec. Qu’il s’entraîne, qu’il s’entraîne… Allez, en quelques mots : l’agressivité d’un fumeur de oinj, les lacets défaits et le marquage élastique de Chouchou dans les cheveux. Même si ça colle.

Yanga-Mbiwa (3/5) : Là je suis en face d’un dilemme : Mapou a manqué d’autorité dans la surface, a perdu beaucoup trop de duels aériens, a eu un placement parfois au ras des pâquerettes… Pourtant il avait quelque chose que les autres n’avaient pas : l’envie. Onze bonshommes comme lui et la qualification était dans la poche…

Jeunechamp (2/5) : Même pas foutu de leur mettre sur la gueule à ces pédés ! A privilégier l’aspect sportif, Cyril révèle les difficultés qui sont désormais les siennes : celles d’un joueur vieillissant, qui reste au chaud comme Arbeloa, sans pour autant apporter la sécurité. Comment ça « comme Arbeloa » ?

Pitau (2/5) : La rapidité d’Estrada, le physique d’Estrada, le jeu long… de Francis François. Pourquoi mon voisin du dessus écoute Pretty Woman ? C’est une autre question. Mais cela ne nous rendra pas le Congo, encore moins le Zambèze. Et sans parler de Mike Brandt. Rrrrrr (Pretty Woman).

Marveaux (1/5) : Avec le pressing adverse, il n’a pas touché beaucoup de ballons, et jamais pour plus de trois touches de balle. Comme on balançait des longs ballons vers Giroud (à proximité, pas loin, cherche encore, sur le parking), Marveaux était relativement transparent. Il aurait pu compenser par le travail de récupération, mais il a manqué de tranchant dans ce domaine également. Ce qui n’enlève rien à ses qualités intrinsèques, comme dirait Manu Petit (remplacé par Saihi).

Cabella (2/5) : Il a trop porté le ballon, tué dans l’œuf les quelques contre-attaques à exploiter, par manque de spontanéité. Au secours populaire, aidez-moi.

Aït-Fana (2/5) : Ses vaines gesticulations ont été vaines, et ce fut en vain qu’il s’efforça de débloquer la situation. En vain. A trop vouloir répéter les mêmes gestes, on devient prévisible et chiant.

Camara (1/5) : Dans la bouche de Kader Boudaoud, il est devenu « Souleymane Diawara », fusion de Souleymane Camara et Kaba Diawara diront les uns, homonyme de l’illustre olympien diront les autres. Dans tous les cas, ça sent le caca. Transparent, il a tout de même ouvert la lèvre d’un rossoblù, et c’était rossoblù (remplacé par Belhanda).

Giroud (2/5) : Espèce de capitaine de pédalo. Bon, il a trouvé le poteau sur une tête splendide. Dommage. Après il a fait son match physique habituel, mais l’arbitre n’a pas aidé, en sifflant contre lui systématiquement en première période, pour un oui pour un non. Après il s’est fait marcher dessus.

Sont entrés en jeu :

Saihi : Finalement Paris-Nice a échappé à Valverde. En parlant de vélo.

Belhanda : Il a voulu se battre avec Karabatic, mais surtout avec l’espèce d’enfoiré de Chinois. Je le retiens lui.

Utaka : Il obtient un coup-franc sympa, deux même.

Donne des sous à l’éditeur (et à son infâme sous-fifre, le Che Fredac), enculé de ta race : ils ont besoin de toi, sinon le Che va mourir en Bolivie.

J’ai découvert un blog formidable, par hasard :  Faîtes un tour sur les sites recommandés, y a du très bon. Crampons de 16 par exemple.

Sinon on a envahi Carnet Sport. Si, vraiment.

Tu peux aussi rejoindre la page Facebook de la Paillade Académie. Je me fais du souci pour Mark Zuckerberg, en ce moment il ne mange pas beaucoup.

Si tu veux grossir le contingent de prostituées de l’ex-Yougoslavie à mes pieds, retrouve-moi sur Twitter.

PS : Putain… le Gazélec… la dernière fois que j’ai croisé cette équipe c’était dans l’entraîneur 03/04, je leur avais mis la misère avec le FC Sète. Et sur France 3 Corse Via Stella. D’ailleurs, Perfettu les a supervisés, tu peux y lire ses notes avec son pé… ancien nîmois.

La bise méridionale ma couillasse !

Loulou.

14 thoughts on “La Paillade Académie note Gazélec Ajaccio-Montpellier (1-0)

  1. Attend, Sète y avait Kharrazi en défense ? Lahaye à droite, Rouve ou Rivière ou Rouvière…

  2. Rouve! Labruna dans les caisses aussi, Ceratto doublure…. Ludovic Gros je crois aussi… Etc

  3. Pas de consignes pour se toucher la nouille et se concentrer sur le champ’ ?
    Sinon excellent ces blogs trouvés par hasard !

  4. Putaing, mais quel arbitrage au ras du gazon !
    Abusé ces corses qui ont découpé de la viande a longueur de match pour finir avec 8 jaunes. Difficile de gagner un match dans ces conditions, mon acolyte et moi-même étions effarés par l’homme en jaune qui franchissait pas la frontière.

  5. un ancien nîmois?! …bah! les amis du 34, qd on peut vous en glisser une petite, une petite quenelle de 35, c’est cadeaux!

  6. Ouais, mais tu noteras que dans « ancien nîmois », il y a « ancien », du coup c’est trop tard pour qu’on se vexe.

  7. merde! cette quenelle n’est pas passée, avoue qd mm qu’elle était trop belle pour ne pas la tenter…descidément, vous ferez toujours tout pour nous faire chier, merçi michel mezy!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.