La Penn Ar Bed académie note Brest-Lyon (1-1)

Le Mèch’ s’affirme semaine après semaine.

La visite de Lyon à Francis-le-Blé rappelle à Mèch Tuyot qu’on est bien en L1 et qu’on ne verra donc pas le F.C. Kita sur notre pelouse, après avoir rencontré Evian-Thonon-Gaillard-Dop-Palmolive puis Valenciennes. Vu le niveau de jeu affiché lors de ces deux matchs il commençait à en douter.

Elle lui rappelle aussi la magnifique demi-volée du tibia de SuperMario Licka en pleine lucarne de la saison dernière, et rien que pour ça, ça valait bien le coup de reprendre une petite mousse bien fraîche en l’honneur des Gones.

La chaleur intense inhabituelle assommant Brest, Mèch et ses copains se prennent à imaginer des scénarii catastrophes fait de 3-0, triplé de Jimmy Briand qui sur un dribble aurait cassé le genou de Baysse. Mais ce match intercalé entre deux rencontres à 20 millions d’euros pour l’OL force Rémi Garde à faire tourner un minimum, ses bons jeunes étant en vacances du côté de la Colombie, c’est donc Belfodil qui prend une place à l’aile à la place de Michel Bastos. Belfodil oui, celui qu’on nous annonce plus fort que Tafer, qui était déjà plus fort que Benzema mais qui n’a pas réussi à mettre Santander sur le banc du TFC l’année dernière. Pjanic occupant l’aile gauche, Briand débute sur le banc, le film catastrophe s’éloigne, et sur un malentendu on se dit que ça va le faire, et qu’on aurait du mettre de la crème solaire.

Côté brestois l’équipe de Valenciennes est reconduite, à part Touré, l’homme providentiel de l’Abbé-Deschamps prend la place d’Ayité, blessé, au côté du fils de Bruno Roux, pour un 4-4-2 à plat.

Même composition de départ chez les Gones avec un 4-4-2 comportant deux milieux récupérateur placés assez bas.

Le match commence et dès les premiers instant les joueurs du Stade Brestois mettent la pression sur leurs homologues lyonnais qui se retrouvent à balancer de grands ballons loin devant, s’imaginant sans doute le retour de Jean Cariou, célèbre attaquant Norvégien aux origines probablement Bretonnes. Les 10 premières minutes sont cependant sans grand danger pour le cantonnier vêtu d’un orange que l’on qualifiera d’olympien ayant pris la place du gardien de l’équipe de France dans les cages lyonnaises.

12e minute, une passe moyenne de Grougi s’envole dans le ciel brestois, l’hélicoptère Poyet aussi, il dévie de la tête pour Lesoimier qui feinte la frappe instantanée du droit (son bon pied théorique, même si il joue à gauche et qu’il n’a jamais sorti que des frappes de pupilles du droit), se met sur son pied gauche, se décale et bat le gardien lyonnais qui manque de peu de la sortir, étonnant pour un employé de la DDE qui devrait sérieusement penser à devenir pro.

Culma et Gentiletti jouent beaucoup ensemble oubliant parfois le côté droit -l’attirance de la langue commune et des barbecues, grande spécialité argentine sans aucun doute- ils font preuves de beaucoup de volonté, demandent le ballon et souhaitent réaliser la relance au sol, chose étrange que l’on voit parfois dans le football.

Les Brestois continuent de jouer haut, gênant des Lyonnais qui balbutient leur football et ne semblenet pas se rendre compte qu’ils sont menés. Lesoimier fait très mal à Réveillère forcant celui-ci à commettre de nombreuses fautes. C’est cependant pour une faute sur Roux qu’il récolte un carton jaune

A la 34e minute, Roux récupère un ballon dans les pieds de Lovren qui réclame la faute, M. Fautrel fait signe de jouer puis siffle et revient à la faute suite à la protestation de Rémi Garde. Il vient ensuite expliquer à Alex Dupont, qu’une montre à 10 000euros ça ne se refuse pas et que s’il veut continuer sa carrière en Liguain il faut pas trop embêter M. Aulas. Soit, Mèch a aussi ses moments de galère et doit même parfois boire de la Kro tiède, c’était un 3 contre 2 pour les Brestois.

On approche de la fin de la mi-temps, corner pour Grougi qui l’expédie au premier poteau sur la tête de Poyet, le ballon traîne dans la surface lyonnaise sans qu’un Bestois ne puisse la pousser au fond des filets. Encore eux-deux vous me direz, mais il s’agit là d’un hasard que même les maitres italiens du trompe-l’oeil ne sauraient expliquer.

La deuxième mi-temps débute sur un autre rythme, Lyon joue plus vite, plus haut, et les Brestois fatigués par la débauche d’énergie intense de la première mi-temps souffrent et font un pressing beaucoup moins important.

L’entrée de Bastos à la place du fantôme Belfodil à la 52e change définitivement l’aspect du match, Lisandro s’exilant de plus en plus sur le côté gauche devant son impuissance à passer un Baysse impérial, Pjanic se recentre, et l’animation offensive Lyonnaise est bien plus convaincante.

Elana, peu mis en danger jusque là, repousse une balle frappe de Pjanic et capte un missile du Brésilien très remuant depuis son entrée.

Alors qu’il s’apprêtait à sortir pour Gonalons, le jeune Sidi Koné auteur d’une prestation terne, ne veut pas en rester là pour son premier match de L1 et décide de marquer les esprit et les chevilles de Roux de ses crampons. Un tacle un peu trop viril et le voilà sorti sans l’aide de Gonalons et laissant ses coéquipiers à 10 pour une demi-heure. Le rouge est peut-être un peu sévère pour le jeune malien mais Réveillère auteur de nombreuses fautes, notamment d’une cravate sur Lesoimier aurait mérité de prendre un deuxième carton depuis bien longtemps.

Probablement très copain avec S. Koné, Lovren décide alors de tenter le tout pour le tout et cherche à le rejoindre aux vestiaires pour le réconforter, Mr Fautrel n’est pas dupe et malgré les nombreux coups dans les airs et au sol de l’international croate, il laissera celui-ci, déçu, sur la pelouse jusqu’à la fin du match.

On arrive à 20min de la fin, une relance de Coulibaly directement dans les pieds de Pjanic, qui sert Gomis à l’entrée de la surface juste avant son remplacement par Briand, qui d’une frappe en pivot glisse le ballon au ras du poteau d’Elana impuissant.

Pour expliquer l’incapacité de Martial pourtant auteur d’un très bon match à empêcher la Panthère de marquer, le Penn Ar Bed académie a sorti les grands moyens, match de gala oblige. C’est donc Bertrand Renard qui se colle à la palette:

Sachant que Martial à une vitesse maximale de 20km/h soit 5.55m/s, il lui faut 2.7 secondes pour faire les 15 mètres de tour d’un demi-fessier de Gomis, ce dernier armant sa frappe en 1,8 secondes, il est logiquement trop court, le compte est bon, c’est but, et on passe au dernier coup de lettres.

Merci Bertrand, le bonjour à Arielle et Laurent, la suite du match est faite de nombreuses attaques lyonnaises, sans succès grâce à un Baysse excellent, ponctuée de quelques contres brestois sans grand danger pour l’arrière garde rhodanienne et un Bakary Koné présent. La fatigue présente maintenant des deux côtés cause un grand déchet technique à peine compensée par la sortie de Källström pour Gonalons à la 76e, Halley Joel Osment aurait applaudi la sortie de scène du Suédois devant sa télé n’ayant pas vu de prestation aussi convaincante d’âme errante depuis Bruce Willis dans Le Sixième Sens.

Martial sort en toute fin de match, suite à un choc sur corner avec le balayeur présent dans les buts lyonnais qui devrait vraiment devenir gardien de but malgré sa tenue ridicule, l’occasion pour Zebina d’entrer et de faire une relance moisie. Match nul, il y avait peut-être un coup à faire mais c’est satisfaisant.

 

Les Joueurs

Elana 3/5 : Ne peut rien sur le but, peu sollicité, quelques belles prises de balles, a envoyé un dégagement directement en corner quand il a appris que Westberg ne serait pas titulaire côté Croix-de-Savoie en soutien à son collègue.

Baysse 5/5 : Énorme, a croqué Gomis et Lopez, forçant ce dernier à s’écarter de plus en plus sur le côté gauche de l’attaque lyonnaise devant son impuissance face au Patron brestois. Encore perfectible à la relance cependant.

Martial 4/5 : Solide malgré le but de Gomis, à sorti quelques ballons chauds dans la surface, sort à cause du choc sur corner en toute fin de match.

Gentiletti 3/5 puis 2/5 : Malin, joueur, plein de sang froid, Argentin en somme, a maitrisé un Belfodil aussi impressionnant que le kayak de Tony Estanguet face au Titanic. Un marquage défaillant, des erreurs techniques. A en revanche complètement subi à l’entrée d’un Bastos très en forme. De toute façon on n’a pas d’autres solutions à ce poste et Mèch aime bien les Argentins et les Barbecues.

Coulibaly 2/5 : Souvent en difficulté, mais c’était Pjanic et Lisandro, nous coûte deux points en offrant le ballon à Lyon d’une relance de 2,5 mètres directement dans les pieds du Bosno-Luxembourgeois qui transmettra ensuite à Gomis.

Grougi 0/5 : Un boulet pour son partenaire du milieu de terrain, sa passe pour Poyet sur le but est loin d’être exceptionnelle et ce dernier fait tout le travail, ne reste que son corner pour le même Poyet au premier poteau. A perdu en prime les ballons que Culma s’arrachait à récupérer suite à ses erreurs.

Culma 4/5 : Manque de peu le 5 suite à sa baisse physique à 25 minutes de la fin laissant Pjanic s’exprimer plus facilement, et son incapacité à réaliser une passe longue malgré les appels de ses attaquants. Volontaire, il faudra lui associer quelqu’un d’autre sous peine de le voir péter un plomb rapidement à devoir travailler pour deux.

Poyet 1/5 : Deux têtes, une frappe de poussin après un bon décallage de Touré, et… ? N’a pas assuré son travail défensif, souvent en retard laissant Coulibaly se débrouiller. N’a rien fait offensivement malgré un Cissokho loin d’être rassurant.

Lesoimier 5/5 : Disparaît un peu à la 65e, mais a martyrisé Réveillère durant une heure qui n’aurait pas dû pouvoir finir le match sans un arbitrage clément. Il serait donc meilleur que le gominé Portugais ? Petit bémol cependant, en fin de match alors qu’il avait l’occasion de frapper au but, il a cherché à se mettre sur son pied gauche, comme perturbé par son magnifique but de début de match, laissant le temps à la défense lyonnaise de revenir. A 28 ans, il est temps de savoir s’il est droitier ou gaucher.

Roux 2/5 : C’est mieux, a beaucoup couru, fait de bons appels mais un Grougi fantomatique ne lui a pas permis d’avoir plus d’occasions de briller. Aurait pu avoir obtient -1 à la 85e où il perd 3 secondes à réclamer une faute sur Soumah au lieu de jouer l’avantage et d’avoir l’opportunité de faire autre chose que d’envoyer la balle au dessus de la tribune visiteurs.

Touré 2/5 : Moins à l’aise que son compère de l’attaque, il a besoin de plus d’espace pour s’exprimer, n’a pas pu utiliser sa présence physique face aux monstres que sont Lovren et B. Koné. Devrait rapidement retrouver l’aile droite lorsque Dupont se rappellera qu’il a en réserve des attaquant qu’il ne fait pas jouer.

 

Les remplaçants 

Soumah (Touré 71e) NN : De bonnes intentions dans une équipe qui ne voyait plus le ballon, en 20 minutes il a subit 3 fautes et fait 4 simulations, à la 79e il préfère se laisser tomber pour tenter de faire expulser Lovren alors qu’il était passé et pouvait se présenter face aux buts lyonnais. Capable de créer le danger ce que peu peuvent faire dans l’équipe brestoise. Doit apprendre à faire une passe. Mèch Tuyot demande tout de même à le revoir.

Ewolo (Grougi 81e) NN : Le Pasteur pour colmater les brèches, cela peut sembler peu ambitieux Lyon finissant le match à 10, mais il y avait urgence et on était plus proche du deuxième but Olympien que Stadiste.

Zebina (Martial 90e) NN : Salut, comment tu vas depuis tout ce temps ?

 

Le Coach

Pourquoi laisser Grougi sur le terrain alors qu’il est désespérant ? Et Poyet ? Mèch commence aussi à en avoir marre de le voir systématiquement mangé par le coach adverse qui peut influencer l’arbitre en toute tranquillité. Il faut muscler ton jeu Alex, teste des joueurs lors du déplacement à Caen en coupe (3 ans que le Stade Brestois n’a pas reçu en coupe).

 

Les Adversaires 

Réveillère et Lovren ne doivent en aucun cas pouvoir finir ce match, Bakary Koné est une excellente recrue, Belfodil est très moche. Chellestroume, non rien, comme son jeu. Bastos retrouve son niveau et Mèch Tuyot est content en perspective des soirées LDC. Briand a 26ans, il serait peut-être temps d’arrêter les crêtes et laisser ça aux petits Ayew, Kembo et Camara, s’il ne veut pas faire la même carrière que Danijel Ljuboja.

 

Mèch Tuyot décline toute responsabilité quant aux commentaires de cette vidéo.

11 thoughts on “La Penn Ar Bed académie note Brest-Lyon (1-1)

  1. Ah en fin une penn ar bed académie !

    utilisation judicieuse de la palette digne d’une bonne démonstration de cahier de vacance.

    Je vous vois généreux avec Touré qui n’ayant joué que 20 minutes n’aurait pu avoir au maximum que 1/5. Cela dit un point bonus pour l’improbable homme providentiel de l’abbé deschamps peut expliquer le 2/5.

    Culma : « le poumon de l’équipe » d’un soir à renouveler.

    Zébina : très bonne analyse

    Ps: perso j’aurais peut être opté pour une pen Ar Breast académie

    je dis ça je dis rien comme le reste d’ailleurs

  2. Faut pas être si dur avec Kim Källström, ce type a un Pirlo dans chaque orteil du pied gauche. C’est juste que ça fait 4 ans qu’il est entré en mode veille. Tu lui mets un bon Laszlo Boloni pour le réveiller, et il est sacré meilleur joueur de ligue 1 tranquillou.

    Sur ce que j’ai vu, j’adore Culma. Le 4/4/2, beaucoup moins.

  3. Touré il a joué (en théorie) 70 minutes, il a 2 parce qu’il se bouge le cul même si c’est sans succès et que pour l’instant ça suffit à soutenir la comparaison avec la blondinette caractérielle qui nous sert d’atout offensif principal.
    En plus il connait même Mr Fautrel avec qui il a fait des blagues au début du match, il est comme ça Larsen, il connait et rigole avec tout le monde, je suis sur qu’il aurait même pu être copain avec Spahic.

  4. tony estanguet fait du canoë ;) sinon bonne académie, très plaisante à lire, surement plus plaisante a lire que les brestois a jouer d’ailleurs. ca m’a l’air d’une bonne petite équipe assez joueuse ! continuez

  5. Quel plaisir de lire cette académie.
    En fin de compte, malgré le nul, Ce w-e aura été agréable.

  6. Ouais, Baysse, il est patron, et Culma aussi, c’est sûr. Par contre, je te trouve sévère avec Grougi, je le trouve pas si mal en milieu def, il est accrocheur et tout. (Putain, et le soi-disant jeu dur pour le quel il prend un jaune, sans déconner, il est tout petit, Grougi ! )
    (Aulas a pas trop gueulé sur l’arbitrage ? Je me demande, parce que merde, on a pris beaucoup de fautes, quand même)

  7. Je sais pas pour Aulas, j’ai pas trop suivi les commentaires d’après match sauf que Dupont a vraiment cru pouvoir remarquer un but..

    Pour Grougi on se tue à le dire à l’arbitre que c’est impossible, que physiquement il ne peut pas faire faute, c’est comme demander à Sammaritano d’aller chercher le pot de confiture sur l’étagère du haut sans chaise, tabouret, échelle… Mais bon là je crois qu’il met le pied un peu en avant.

    Sur ce match il était vraiment à la ramasse Grougi même sur l’accroche défensif, il a fait l’effort mais avec toujours 10m de retard, et côté offensif c’est le néant alors qu’avec le volume de jeu de Culma il aurait pu assurer au moins la partie distribution vers l’avant car faut avouer, qu’on a pas beaucoup de techniciens dans l’équipe.

  8. Ah ouais, sinon, est-ce que Nolan Roux a touché UN ballon sans se faire savater ? Parce qu’il en a quand même pris plein la gueule…

  9. Pas vraiment… mais disons qu’il va falloir qu’il se débrouille avec ça, la L1 c’est physique, c’est pas nouveau.

    Après ce serait bien qu’il soit un peu plus protégé par les arbitres c’est vrai, mais pour ça faudrait qu’il arrête de leur gueuler dessus et de réclamer quand il simule !

    Mais il est sur la bonne voie, on va le retrouver notre Roux.

  10. Le but de Licka est joli en effet, mais il l’a plein tibia quand même !

    Et sinon, il a un peu dégonflé son melon Nolan Roux ?

  11. Et Lesoimier un a bieng joli pied gauche quand même, je l’aime bieng ce p’tit gars.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.