L’Académie des Ninjas note Japon-Corée du Sud (3-0)

Le service aime bien l’Asahi aussi.

Salut, petite parenthèse avant la fin du bilan, le point J2, et plein d’autres surprises. On pouvait difficilement ne pas faire une académie sur l’éclatante victoire sur le rival ancestral, la Corée du Sud.

La petite fête se déroulait à Sapporo, capitale régionale d’Hokkaido, et ville charmante au demeurant, aux délicieuses spécialités locales. Vous connaissez peut être la bière Sapporo, illustration du fait que les Japonais ne sont jamais à court d’idées en ce qui concerne les spots publicitaires. (http://www.youtube.com/watch?v=gkX2TlGJjbA) Bon, l’académie des ninjas n’a pas vocation à être une agence de tourisme, alors parlons foot.

Le Japon restait sur deux matchs nuls en Kirin Cup face au Pérou et à la République Tchèque, et devait faire sans son latéral gauche de l’Inter, Yuto Nagatomo. Côté coréen, on restait sur trois victoires consécutives face au Ghana, à la Serbie et au Honduras, et les absents se nommaient Park-Ji Sung et Lee Chung Yong. Pas besoin d’épiloguer sur la rivalité historique entre les deux pays, rappelons juste que de manière générale, les confrontations entre les deux équipes tournaient souvent à l’avantage de la Corée du Sud.

Les Blue Samouraïs ont entamé la rencontre dans un 4-2-3-1 classique avec Honda en meneur de jeu, et imposé leur rythme dès les premières minutes. De nombreuses occasions, un jeu à une touche de balle qui rappelle que Barcelone n’est pas la seule équipe du monde à proposer du « beau jeu », beaucoup d’engagement et on se dit rapidement qu’on va assister à un joli spectacle. Kagawa va concrétiser la domination japonaise à la 35ème, au terme d’un joli mouvement initié grâce à une récupération de l’indispensable Yasuhito Endo. Les Coréens termineront bien la mi-temps sans pour autant réussir à mettre réellement en danger Eiji Kawashima. La deuxième mi-temps tournera au cauchemar pour les Coréens : étouffés dans l’entrejeu où l’absence de Park Ji Sung s’est considérablement fait sentir, ils ont semblé accuser un sérieux déficit de talent individuel face à ce qui semble être la plus forte équipe japonaise de tous les temps. 2-0 par Honda, après un raid solitaire de Yuichi Komano, signe que tout réussissait au Japon dans ce match, puis 3-0 par Kagawa qui s’offre un doublé pour le plaisir. Malgré des progrès évidents, le Japon reste le Japon et nous a offert une fin de match en mode fête du slip, avec quelques errements défensifs assez incroyables, enfin bon, l’adrénaline de faire exploser le voisin à domicile, ça peut rendre fou donc on pardonne.

Les compositions :

Japon : Kawashima – Komano, Konno, Yoshida, Uchida – Endo, Hasebe – Honda, Kagawa – Lee, Okazaki

Corée du Sud : Jung Sung-Ryong – Cha Du-Ri, Lee Jung-Soo, Lee Jae-Sung, Kim Young-Gwon – Ki Sung-Yong, Lee Yong-Rae, Koo Jae-Chol – Park Chu-Young, Lee Keunh-Ho, Kim Jung-Woo.

Les héros du jour :

Eiji Kawashima 3/5 : le portier de Lierse (oui, ça fait mal de l’écrire) rappelle une nouvelle fois qu’il est un très bon gardien qui n’a rien à faire dans un club belge moisi. Plusieurs bons arrêts, un peu de chance parfois, match classique donc. Il a du mérite de n’encaisser aucun but dans le dernier quart d’heure. Ou les attaquants coréens étaient vraiment maladroits, c’est selon. Un point de moins pour une sortie aérienne désastreuse à la 70ème.

Yuichi Komano 3/5 : Komano est un bon latéral de J-league. Peut-être l’un des meilleurs. Il est aussi l’homme qui rate le tir au but décisif face au Paraguay en huitième de finale de la Coupe du Monde. Il profitait aujourd’hui de l’absence de Nagatomo pour retrouver une place dans le onze de départ, et s’est souvent fait promener aujourd’hui. Il ne remplacera certainement pas Nagatomo, mais il mérite un point de plus pour avoir passé un petit pont sur Park Chu Young, provoquant une crise de fou rire chez de nombreux fans de foot japonais. Remplacé à la 55ème par Makino.

Yasuyuki Konno  4/5 : un bon match pour Konno, propre dans sa relance, bien placé, combattif. Son entente avec Yoshida est à parfaire, ou plutôt Yoshida est à parfaire, mais Konno peut légitimement être considéré comme un titulaire indiscutable au poste de défenseur central. Dijon peut se mordre les doigts de ne pas l’avoir fait signer.

Maya Yoshida 2/5 : un match correct, gâché par de nombreux oublis dans le dernier quart d’heure dont un qui aurait pu coûter un but à la 80ème. Il n’est pas complètement rassurant actuellement, mais à 22 ans il semble avoir le potentiel pour s’imposer durablement en EN.

Atsuto Uchida 4/5 : un début de  première mi-temps timide pour le latéral de Schalke, avant  de monter progressivement en puissance et d’offrir finalement un très bon match.

Yasuhito Endo  4/5 : sa récupération permet de lancer l’offensive sur le premier but. Très peu de déchet technique, il semble encore aujourd’hui indispensable à l’EN tant il est précieux pour le collectif. Remplacé par Ienaga à la 77ème.

Makoto Hasebe 3/5 : un nouveau bon match du joueur de Wolfsburg, un match de capitaine, discret mais qui se bat à la récupération, apporte de la présence physique, le tout en restant très calme. L’académie des ninjas ne sait pas si Makoto porte des mocassins en daim bleu, mais elle pense pouvoir le dire : Makoto est patron. Remplacé à la 67ème par Yuki Abe.

Shinji Kagawa 5/5 : bon, un petit peu à la mode l’Equipe, on met 5/5 à un joueur qui a collé un doublé. Mais Kagawa a vraiment sorti un match exceptionnel, des gestes de grandes classes. Attendez-vous à une grande saison de sa part.

Keisuke Honda  5/5 : la classe pour le décoloré de l’équipe. Quelques frappes molles pour se mettre en jambe, avant de nous régaler sur chaque contrôle, chaque passe. Il est incompréhensible qu’aucun club ne se manifeste véritablement pour l’acquérir. Cet abruti de Ki Sung-Yong, qui ne doit pas connaître le sens de « match amical », a tenté plusieurs fois l’assassinat en règle, mais Honda l’a esquivé avec classe, comme le cygne nargue le chasseur.

Shinji Okazaki  4/5 : il se met en évidence rapidement, avec une frappe juste au-dessus de la cage de Jung Sung-Ryong dès la deuxième minute de jeu. Il fait les frais de l’énervement des joueurs coréens ensuite, en subissant un nombre incalculable de fautes. Remplacé par Kiyotake à la 37ème.

Tadanari Lee 4/5 : si le débat sur l’identité du buteur de l’équipe nationale est toujours présent, toujours est-il que Lee a marqué des points. De nombreux gestes de grande classe, un bon placement et une bonne tête vers la 60ème.

Les remplaçants :

Hiroshi Kiyotake 4/5 : rentré à la 37ème à la place d’Okazaki, le grand espoir du Cerezo Osaka s’est distingué en donnant deux passes décisives, dans la lignée de ses excellentes performances en J-league.

Tomoaki Makino 0/5 : la note d’énervement pour le clown du FC Cologne. Sa convocation laissait sceptique, il s’est employé à démontrer qu’il ne la méritait pas du tout. Ancien grand espoir au poste de défenseur, à lui de démontrer qu’il n’est pas venu en Allemagne uniquement pour faire des soirées avec les coéquipiers de l’équipe nationale.

Yuki Abe : non noté, le milieu de Leicester, pilier de l’EN durant la Coupe du Monde, a perdu sa place de titulaire depuis l’arrivée de Zaccheroni. Il reste un très bon remplaçant au poste de milieu défensif et a réussi une bonne saison en championship l’année dernière.

Akihiro Ienaga : non noté, l’académie était en train d’ouvrir les Asahi et n’a pas trop remarqué le milieu de Majorque.

Dernières observations :

– Ki Sung-Yong est un bon joueur mais est particulièrement antipathique.
– La minute de silence en l’hommage de Naoki Matsuda a été parfaitement respectée. L’académie des ninjas en profite pour saluer un grand joueur.
– pour un résumé rapide, c’est ici : http://www.youtube.com/watch?v=F0YszgY3AtA&feature=feedu
– et si vous voulez vous regarder le match en entier, ici et là. http://www.youtube.com/watch?v=2Xlaciwdeso
http://www.youtube.com/watch?v=Kc9CFPWGe5w

Bordel, ça fait bien plaisir.

Hakuo & Josuke.

6 thoughts on “L’Académie des Ninjas note Japon-Corée du Sud (3-0)

  1. Pour la compo des équipes, on se croirait dans PES.
    Côté jeu, les japonais sont assez collectifs devant le but.

  2. PES étant développé par Konami, ceci explique cela.

    D’accord avec vous sur vos remarques, notemment celles de Konno et Honda! C’est encore une fois un plaisir de vous lire, continuez comme ca!

  3. Super taf les gars !!!
    Le 4-2-3-1 de retour, c’est plus kiffant !
    Bon vous avez déjà tt bien résumé, je soulignerai seulement la super rentrée de Kyotake, ce joyau luron plein de vista !

    Rayon miracle, après le double contact de Diarra contre sochaux, voir Komano faire un small-bridge c’est pas mal non plus…

    Petit espoir du jour: j’espere voir Aki plsu souvent en EN !!!!

    Et vive Lee en pointe !!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.